Diabète insipide : symptômes, traitement et complications

Cette maladie rare est causée par un trouble de l'hormone antidiurétique. Elle occasionne de très fréquente envie d'uriner et de boire. Comment se déclenche t elle ? Comment la reconnaître et en guérir ? Un point sur cette affection avec le Pr. Guillaume Charpentier, chef du service de diabétologie au centre hospitalier sud-francilien (91).

Diabète insipide : symptômes, traitement et complications
© @ruigsantos

Qu'est-ce qu'un diabète insipide ?

Contrairement aux diabètes de type 1 et 2 qui entrainent un taux de sucre sanguin trop élevé, le diabète insipide se caractérise par des urines trop importantes et une soif intense, y compris la nuit. Les reins sont en effet incapables de retenir les urines, ce qui cause l'envie fréquente de faire pipi et de boire sans cesse pour compenser la perte. Il existe deux types de diabète insipides : le diabète insipide central (DIC), le plus fréquent, et le diabète insipide néphrogénique.

Quelles sont les causes ?

"Le diabète insipide central est provoqué par la carence en hormone antidiurétique (ADH ou vasopressine), explique le Pr. Guillaume Charpentier. Celle-ci a pour rôle de retenir l'eau dans l'organisme." Les causes de ce dysfonctionnement sont :

  • Une hérédité 
  • La grossesse
  • Un traumatisme crânien
  • Une méningite
  • Une encéphalite
  • Les séquelles d'une intervention chirurgicale dans les régions de l'hypothalamus et de l'hypophyse
  • Une tumeur au cerveau
  • La turberculose

"Le diabète insipide néphrogénique est le plus souvent "idiopathique" c'est à dire à dire que l'on n'en connait pas l'origine : elle peut être parfois héréditaire et familiale, isolée ou associée à d'autres dysfonctions du rein. Dans ces cas, l'ADH est bien présente dans le sang mais inefficace", précise le Pr. Charpentier.

Quels sont les symptômes ?

La maladie se caractérise par :

  • Une envie fréquente d'uriner. Les urines sont claires comme de l'eau.
  • Un volume d'urine important : parfois près de 10 litres par jour.
  • Une soif permanente et impérieuse.

Ces symptômes majeurs s'accompagnent également d'une perte de poids, de maux de tête et d'une fatigue généralisée.

Quel est le diagnostic ?

"Le diagnostic de la maladie repose sur le dosage sanguin de l'hormone antidiurétique, mais surtout sur le test de restriction hydrique", indique notre expert. Cet examen, pratiqué à l'hôpital, consiste à recueillir les urines du patient toutes les 30 minutes : le volume renseigne sur la capacité des reins à retenir ces liquides. 

Quels sont les traitements ?

→ Dans le cas d'un diabète insipide central, le traitement repose sur la prise d'une hormone analogue à l'hormone antidiurétique, la desmopressine. Elle se prend par voie endonasale une à deux fois par jour.

→ Dans le cas d'un diabète insipide néphrogénique, ce traitement hormonal substitutif n'a pas d'effet. Il s'agira donc de traiter la maladie rénale en cause.

Quelles sont les complications ?

La première d'entre elles est la déshydratation : elle survient lorsque la personne malade ne peut pas boire à sa guise. Cela peut entrainer une perte de connaissance, voire un coma.

La guérison est elle possible ?

"Elle dépend évidemment de la cause originelle !", assure notre expert. Un cas à part cependant : le diabète insipide de la grossesse, qui lui disparait à l'accouchement.

Merci au Pr. Guillaume Charpentier, chef du service de diabétologie au centre hospitalier sud-francilien (91).

Endocrinologie