Malaise : causes, un signe de fatigue, que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Malaise : causes, un signe de fatigue, que faire ?"

Vagal, cardiaque, hypoglycémie, angoisse, le malaise est un terme large. Cet état d'inconfort peut avoir différentes causes et des intensités variables. Le point avec le Dr Jacques Amselem, médecine généraliste en Seine-et-Marne.

Définition : qu'est-ce qu'un malaise ?

"Un malaise est une sensation subjective désagréable qui englobe fatigue, perte de tonus musculaire, troubles de la vigilance, pouvant aller jusqu'à la perte de conscience. Les termes de lipothymie, syncope, perte de connaissance, sont souvent associés ", détaille le Dr Jacques Amselem, médecine généraliste en Seine-et-Marne. Cette sensation peut s'accompagner de douleurs, d'essoufflement ou de nausées. Le malaise peut apparaitre brutalement ou de façon rapidement progressive. La gravité dépend de sa cause et du lieu ou des circonstances où il se produit (conduite automobile, sur un toit, etc.).

Malaise vagal

Le malaise vagal est la conséquence d'une baisse soudaine de la tension artérielle. C'est la forme la plus courante du malaise bénin. Il est souvent la conséquence d'une stimulation trop importante du nerf vague qui va de l'estomac au cerveau, en passant par le cœur.

Malaise cardiaque

Les personnes atteintes d'un infarctus du myocarde peuvent présenter un malaise d'origine cardiaque. Ce malaise est la conséquence d'une diminution d'oxygénation du cœur. Par ce terme on entend également les malaises dus aux troubles du rythme cardiaque, appelés plus spécifiquement "syncopes".

Symptômes

En fonction de la cause et du terrain, il est susceptible de se manifester de nombreuses manières. Il peut associer les signes suivants :

  • Fatigue, faiblesse et perte d'énergie pouvant entrainer une chute
  • Perte de connaissance
  • Vertige, perte d'équilibre ou sensation d'instabilité
  • Nausées, vomissements
  • Céphalées
  • Pâleur
  • Sueurs, bouffées de chaleur
  • Troubles de la vision, de l'audition

Causes

Elles sont très nombreuses, des plus banales aux plus graves. Il faudra toujours s'inquiéter de leur fréquence, des pathologies associées et des traitements en cours.

Parmi les causes les plus fréquentes :

  • Lipothymie. "Très fréquente, elle ne correspond pas à une cause précise. En général elle survient quand se mêlent à des degrés divers, stress, chaleur, déshydratation, hypoglycémie ou fatigue. C'est plus un "gros coup de fatigue" brutal avec impossibilité à rester debout ", décrit le médecin généraliste. Elle dure en général quelques minutes avec retour à la normale.
  • Malaise vagal. "Il est dû à un déséquilibre entre le système nerveux parasympathique qui ralentit la fréquence cardiaque et le système nerveux sympathique qui l'accélère. Très fréquent il survient lorsque le sujet à chaud, de préférence s'il est à jeun, stressé ou fatigué. Les troubles digestifs favorisent également la survenue d'un malaise vagal. Il est de courte durée en général ", explique le Dr Jacques Amselem.
  • Syncope cardiaque. Elle est due à un trouble du rythme cardiaque, brutal, qui entraine un bas débit cérébral et une perte de connaissance brève et totale.
  • Hypoglycémie. La baisse du taux de glucose dans le sang, principal "carburant" du cerveau, entraîne un ensemble de symptômes avec sueurs, flou visuel, bouche sèche, fatigue, troubles de l'attention et de la vigilance pouvant aller jusqu'à la perte de connaissance complète. L'hypoglycémie est en générale progressive et se corrige avec l'absorption de sucre. Elle survient chez les diabétiques traités ou après un effort intense et prolongé.
  • AVC. Un accident vasculaire cérébral peut se manifester par une perte de connaissance brutale. D'autres symptômes sont souvent associés, comme une paralysie d'un membre ou de l'hémiface, des troubles visuels ou des difficultés d'élocution.
  • Angoisse, stress, panique, choc émotionnel. "Ils peuvent entrainer des épisodes de troubles de l'équilibre et de baisse du tonus, des problèmes visuels, voire une perte de connaissance. Le contexte est alors évocateur ", précise le médecin.
  • Crise d'épilepsie. C'est une perte de connaissance brutale associée à des mouvements anormaux, une respiration bruyante et une amnésie totale de la crise. Elle est en général facile à reconnaître mais il existe des formes plus complexes à identifier.

Que faire en cas de malaise ?

"Dans tous les cas, laisser la personne allongée sur le sol, en Position Latérale de Sécurité, ou les membres inférieurs surélevés en cas de malaise vagal. Si la cause est évidente et facile à corriger (apport de sucre si hypoglycémie, diminution de la chaleur, surmenage, correction des troubles digestifs), les signes s'estompent rapidement avec un peu de repos", recommande le Dr Amselem.

Quand consulter les urgences ?

Il faut consulter en urgence si :

  • Perte de connaissance complète, même très brève
  • Répétition des malaises
  • Existence de convulsions
  • Douleurs thoraciques, difficultés respiratoires
  • Signes neurologiques : paralysie, troubles de la parole ou de la vision, céphalées…

Dans ce cas le bilan comprendra au minimum un bilan sanguin assez large, et un électrocardiogramme. En fonction de l'orientation diagnostique, le médecin pourra prescrire un scanner cérébral, une IRM, un électroencéphalogramme et orienter la personne vers un cardiologue ou un neurologue.

Comment l'éviter ?

Il est possible de réduire les facteurs favorisants la survenue de certains types de malaise comme le malaise vagal, la lipothymie ou celui lié au stress. "Il convient alors de veiller à avoir une alimentation saine et équilibrée, une activité physique régulière, d'éviter le tabac, l'alcool et le café et de réduire les facteurs stressants ", préconise le médecin généraliste. Il faut voir régulièrement son médecin et bien suivre ses prescriptions en cas de diabète, de maladie cardiovasculaire ou d'épilepsie. Il convient de le consulter en cas de survenue de tout fait inhabituel, pouvant nécessiter une adaptation du traitement.

Merci au Dr Jacques Amselem, médecine généraliste en Seine-et-Marne.

Symptômes et questions diverses