Hormone antidiurétique (ADH) : définition, rôle, taux

Parce qu'elle favorise le maintien de l'eau dans l'organisme, elle est indispensable à son bon fonctionnement. Mais parfois, la sécrétion de cette hormone se fait mal. Quelles en sont les causes ? Que signifie un taux trop élevé ou trop bas ? Les explications du Pr. Guillaume Charpentier, chef du service de diabétologie au centre hospitalier sud-francilien (91).

Hormone antidiurétique (ADH) : définition, rôle, taux
© africa-studio.com (Olga Yastremska and Leonid Yastremskiy)

Qu'est ce qu'une hormone antidiurétique (ADH) ?

Aussi appelée "vasopressine", l'hormone antidiurétique est produite dans le cerveau, par l'hypothalamus. Elle permet la réabsorption de l'eau par l'organisme.

Comment est-elle sécrétée ?

Une fois sécrétée par l'hypothalamus, elle est ensuite stockée dans l'hypophyse, avant d'être relâchée dans la circulation en cas de déshydratation. L'hypothalamus et l'hypophyse sont deux structures situées à la base du cerveau.

Quel est son rôle ?

Elle a pour but de contrôler la perte en eau par les reins et de maintenir un taux de sodium constant dans le sang. Elle agit au niveau du tubule distal rénal, là où l'eau est naturellement réabsorbée.

Pourquoi mesurer son taux ?

Son dosage a pour but de diagnostiquer et de distinguer un diabète insipide épirogénique d'un diabète insipide central ou la présence d'un syndrome d'hypersécrétion d'ADH (productions tumorales…).

Comment mesurer son taux ?

Son taux est dosé grâce à un prélèvement sanguin. L'échantillon est ensuite placé dans une centrifugeuse à 4° puis immédiatement congelé à -20°. Il n'est pas nécessaire d'être à jeun pour réaliser cet examen. Sans restriction hydrique, le taux normal de cette hormone doit être inférieur à 4,8 pmol/l. Avec restriction hydrique, le taux doit être compris entre 4,7 et 7 pmol/l.

Taux trop bas : quelles causes ?

"Le taux est inférieur aux normes en cas de diabète insipide lié à une lésion de la post hypophyse qui ne peut alors fabriquer son ASH, par une tumeur de la région hypothalomo-hypophysaire par exemple, ou un traumatisme", explique le Pr. Charpentier.

Taux trop haut : le signe de quoi ?

Un taux élevé en hormone antidiurétique peut être révélateur d'un syndrome de sécrétion inapproprié (SIADH). "Il peut être lié à un problème au niveau de l'hypothalamus (une méningo-encéphalite, une polyradiculovérite…) ou une pathologie pulmonaire, (inflammatoire ou cancéreuse) le tissu pulmonaire se mettant alors à fabriquer de façon tout à fait anormale de l'ADH, ou provoqué par un diabète insipide néphrogénique, une maladie qui se caractérise par l'incapacité du rein à retenir de l'eau", indique le Pr. Charpentier.

Merci au Pr. Guillaume Charpentier, chef du service de diabétologie au centre hospitalier sud-francilien (91)