Oedème : causes, comment le résorber ?

Chargement de votre vidéo
"Oedème : causes, comment le résorber ?"

Un œdème peut survenir à différents endroits : jambes, pieds, dos, poumons, etc. Un œdème de Quincke traduit une réaction inflammatoire ou allergique au niveau de la tête et du cou. Symptômes, solutions pour le résorber : on vous répond.

Définition

Un œdème désigne le gonflement d'un tissu causé par l'accumulation d'un liquide séreux qui envahit divers tissus (la lymphe), comme le tissu conjonctif qui soutient les organes, le revêtement cutané ou les muqueuses. "Un œdème peut s'observer le plus souvent au niveau des pieds, des chevilles, des jambes, des mains ou des bras. Lorsque la personne est alitée, les œdèmes siègent au niveau du dos, de l'abdomen", rapporte le Dr Jacques Amselem, médecin généraliste en Seine-et-Marne.

L'œdème pulmonaire désigne une accumulation d'eau au sein des poumons. Cet état est provoqué par une insuffisance cardiaque.

Un œdème cérébral désigne une accumulation de liquide dans la boîte crânienne.

Très connu du grand public, l'œdème de Quincke désigne une réaction inflammatoire ou allergique de la tête et du cou.

Symptômes

  • On reconnaît facilement un œdème cutané, lorsqu'après avoir exercé une pression avec le doigt, la marque reste visible plusieurs minutes.
  • L'œdème pulmonaire se traduit par un essoufflement, une toux et des difficultés respiratoires.
  • L'œdème de Quincke se manifeste par un gonflement de la peau et des muqueuses de la tête et du cou qui s'accompagne de grandes difficultés pour respirer.
  • L'œdème cérébral se traduit par des maux de tête, des nausées et vomissements, des troubles visuels.

"Certains œdèmes sont de cause inconnue"

Causes

Le Dr Ariel Toledano, phlébologue, rappelle la nécessité d'évaluer l'origine de l'œdème. Pour cela, l'examen le plus approprié est la réalisation d'un écho-doppler qui permet d'évaluer l'œdème et d'en définir la cause. Il peut être la conséquence d'une insuffisance veineuse superficielle, d'une atteinte lymphatique mais dans la majorité des cas, l'oedème est en lien avec un trouble veinolymphatique.

• "Les œdèmes peuvent résulter d'une cause locale qui altère l'irrigation sanguine, la pression artérielle et la perméabilité des capillaires. Parfois ils expriment une maladie d'organe (cœur, foie, rein). Certains œdèmes sont idiopathiques, c'est-à-dire de cause inconnue", ajoute le médecin généraliste.

• Lorsqu'il n'est pas localisé, l'œdème peut être lié à une grossesse, à la prise d'un médicament, à une insuffisance cardiaque, hépatique (cirrhose), à une pathologie rénale ou à une réaction allergique sévère.

Complications

Au niveau des membres inférieurs, les œdèmes peuvent avoir des conséquences sur la marche; la peau peut se fragiliser et des varices apparaître. Les patients peuvent également ressentir une douleur sur les membres concernés ou des fourmillements. L'œdème pulmonaire traduit une insuffisance cardiaque qui peut se compliquer. L'œdème de Quincke peut avoir de graves complications. Dans des cas rares et extrêmes, le décès du patient est possible en cas d'atteinte des voies respiratoires.

Diagnostic

Le diagnostic est souvent clinique dès l'apparition de manifestations spécifiques, liées à la localisation. L'interrogatoire et l'examen clinique réalisés par le médecin permettent de confirmer le diagnostic et d'en trouver la cause. Parfois des examens complémentaires sont utiles, comme un bilan sanguin, une radiographie pulmonaire, une échographie cardiaque ou un écho doppler des membres inférieurs.

Quand et qui consulter ?

Si l'œdème entraîne des signes respiratoires, un médecin doit être consulté en urgence, éventuellement par l'intermédiaire du SAMU.

Sinon, le médecin doit être consulté si l'œdème persiste ou s'il s'accompagne d'autres symptômes.

Les sports avec des à-coups répétés et violents comme le jogging, la corde à sauter, le tennis sont à éviter.

Traitements

Le traitement à suivre dépend de la cause. Les phlébotoniques, la compression élastique et le drainage lymphatique manuel peuvent aider à résorber les œdèmes. Il est également conseillé de diminuer sa consommation de sel en cas d'hypertension artérielle ou d'insuffisance cardiaque. 

Médicaments phlébotoniques

"Les phlébotoniques les plus prescrits dans le contexte d'œdème sont ceux qui ont une activité lymphagogue c'est le cas de ceux qui contiennent du ruscus (Cyclo 3 et Cirkan) et des OPC (oligomères procyanidoliques – extraits d'écorces de pins ou de pépins de raisins type Endotelon) et enfin du Rutoside (qui associé à du Melilot se vend sous l'appellation commerciale d'Esberiven fort en France)", détaille le Dr Toledano.

Bas, collants, chaussettes de compression

La compression doit être prescrite par un phlébologue car il s'agit d'une compression médicale curative. L'achat se fait en pharmacie sur ordonnance, généralement pour 6 mois, renouvelable ensuite après consultation médicale. "Il faut une force de compression au minimum de 2 (15-20 mm Hg) voire du 3 (entre 20 et 36 mm Hg)", recommande le Dr Toledano. Le port des produits de compression doit être quotidien, dès le lever et jusqu'au coucher du soir. 

Drainage lymphatique

Concernant le drainage lymphatique, il est également sur prescription médicale. Il n'est pris en charge par l'Assurance maladie qu'en cas de lymphoedème. Il est préférable qu'il soit réalisé de façon manuelle plutôt qu'à travers des bottes de pressothérapie.

Sport : "L'activité physique et principalement les sports aquatiques sont vivement recommandés. Au contraire, les sports avec des à-coups répétés et violents comme le jogging, la corde à sauter, le tennis sont à éviter. De même, mieux vaut éviter les sports dans des ambiances confinées et surchauffées", recommande le Dr Toledano.

Merci aux Drs Jacques Amselem, médecin généraliste, et Ariel Toledano, phlébologue.

Symptômes et questions diverses