Bas de contention : indications, avantages, pendant combien de temps ?

Chargement de votre vidéo
"Bas de contention : indications, avantages, pendant combien de temps ?"

Les bas de contention sont des bas dont l'élasticité permet de comprimer la jambe et favoriser la circulation sanguine. Ils sont indispensables en cas d'insuffisance veineuse et utiles aussi lors d'oedèmes. Comment les choisir ? Peut-on dormir avec ? Sur ordonnance ou pas ? Le point avec le Dr Sébastien Gallula, angiologue et phlébologue.

Qu'est-ce qu'un bas de contention ?

Les bas de contention sont des bas dont l'élasticité permet de comprimer la jambe et favoriser la circulation sanguine et la remontée du sang veineux de la périphérie vers le cœur. "Ce dispositif médical remboursé par la sécurité sociale est la pierre angulaire du traitement de l'insuffisance veineuse. C'est un outil incontournable en phlébologie " insiste le Dr Sébastien Gallula, angiologue et phlébologue en région parisienne. 

Indications : dans quels cas en porter ?

Ils sont notamment conseillés pour les personnes souffrant d'insuffisance veineuse, de varices, et plus généralement pour soulager les douleurs et lourdeurs dans les jambes. Ils peuvent être également utilisés : 

  • En prévention de la survenue d'une thrombose veineuse : "c'est l'obstruction veineuse d'un vaisseau superficiel ou d'un vaisseau profond, qui va provoquer un œdème important et un retentissement sur la peau " décrit le phlébologue,
  • En prévention ou traitement d'un ulcère de jambe : "lorsque la peau a souffert d'une hyperpression veineuse chronique depuis des années, ça entraîne un trou dans la peau. Cette plaie ne peut alors pas cicatriser sans une contention veineuse très forte "
  • En prévision d'une phlébite, dans certaines conditions à risque.

Comment les choisir ?

Il existe deux types de contention, de différentes classes en fonction de la pression qu'ils exercent sur la jambe. Elles vont de la classe 1 pour les plus légères à la classe 4 pour les plus fortes : 

  • Les bas : Selon la hauteur à laquelle ils remontent, on distingue les chaussettes de contention, les basses mi-cuisses, ou les collants. Ils sont classés selon leur degré de contention. Tous s'achètent en pharmacie sur prescription médicale.
  • Les bandes de contention élastiques : exclusivement utilisées dans un cadre médical, elles proposent une compression plus importante que les bas. Leur force de compression est variable selon les indications. La pose de ces bandes est délicate et nécessite l'assistance d'un membre du personnel soignant. "Elles sont posées de la racine des orteils jusqu'au niveau du genou, et sont privilégiées dans les pathologies les plus graves " précise le Dr Gallula. Ces bandes sont à usage unique et peuvent rester en place d'une journée à deux ou trois jours en fonction des pathologies. 

Combien de temps les porter ? 

En fonction de l'indication, les bas de contention peuvent être portés plus ou moins longtemps : 

  • Chez les personnes qui ont des troubles légers de types jambes lourdes, le port va être occasionnel : en cas de douleurs, lors de voyages … 
  • Chez les personnes atteint d'insuffisance veineuse plus importante : le port doit être quotidien. 
  • De même que chez les personnes qui ont des problèmes de mobilité : personnes âgées, convalescentes ou à mobilité réduite.
  • Chez les patients atteints d'ulcère de jambe : la bande de contention doit être portée jour et nuit en traitement d'attaque jusqu'à cicatrisation de la plaie. Puis les bas doivent être portés quotidiennement en relais. 

Quels dangers si on les porte trop longtemps ? 

Les bas de contention portés de façon prolongée peuvent provoquer des effets secondaires plus ou moins désagréables mais rarement graves : 

  • Les bas de contention peuvent provoquer des démangeaisons chez les personnes à la peau très sèche. Il faut alors veiller à bien hydrater sa peau et à utiliser des savons dermatologiques. 
  • Les bas mi-cuisse possèdent une bande de silicone adhésive susceptible de provoquer des réactions allergiques de type démangeaisons ou sensation de brûlures. Il convient alors de les remplacer par d'autres types de bas moins allergisants ou par des collants dénués de bande adhésive. 
  • Enfin, l'usage régulier et prolongé des bas de contention peut favoriser l'apparition de mycoses de l'orteil ou génitale. Pour les personnes sujets aux mycoses des orteils, il existe des bas de contention à pieds ouverts. Pour celles sujettes aux mycoses génitales, il faut préférer les bas mi-cuisse aux collants. 

"Mais le principal danger des bas de contention est de ne pas les porter quand on en a besoin " insiste le phlébologue. 

Peut-on dormir avec ?

Le port de bas de contention la nuit n'a à priori par d'intérêt dans la mesure où il n'y a pas de stagnation du sang dans les veines en position allongée. Cependant, dans certains cas ils peuvent être indiqués, en post-opératoire ou chez certaines femmes enceintes dont la circulation sanguine est fortement impactée. 

Quelles sont les contre-indications ?

La seule contre-indication au port de bas de contention concerne les patients souffrant d'artérite au niveau des membres inférieurs. "Cette artérite risque d'être aggravée par la compression du membre inférieur " explique le phlébologue. 

Sur ordonnance ou pas ?

Tous les types de bas de contention doivent être prescrits par le médecin, car le niveau de compression veineuse doit être adaptée en fonction des pathologies.  

Prix et remboursement

Les montants de remboursement pris en charge par la Sécurité Sociale pour les bas de contention sont les suivants : 

  • Chaussettes de contention (classe 1, 2 ou 3) : 22,40 euros
  • Bas de contention (classe 1, 2 ou 3) : 29,78 euros
  • Collants de contention (classe 1, 2 ou 3) : 42,03 euros

La Sécurité Sociale prend généralement en charge 60% des montants de remboursement de base, excepté en cas d'affection de longue durée prise en charge intégralement. L'Assurance Maladie fixe à 8 le nombre maximum de paires remboursées par an. 

Merci au Dr Sébastien Gallula, angiologue et phlébologue en région parisienne. 

Cardiologie-Circulation