Rhumatisme psoriasique : causes, diagnostic, traitement

Le rhumatisme psoriasique est une maladie inflammatoire chronique et auto-immune qui, comme le psoriasis, évolue par poussée. A l'origine de douleurs articulaires, tendineuses et pouvant même toucher la colonne vertébrale, le rhumatisme psoriasique est le plus souvent précédé d'un psoriasis cutané bien que le lien soit parfois difficile à établir. On fait le point avec le Dr. Charley Cohen, rhumatologue à Paris.

Rhumatisme psoriasique : causes, diagnostic, traitement
© Olga Ternavskaia

Définition : qu'est-ce que le rhumatisme psoriasique ? 

"Le rhumatisme psoriasique est un rhumatisme inflammatoire chronique et auto-immun qui fait partie de la famille des spondylarthopathie", explique le rhumatologue Charley Cohen. Le rhumatisme psoriasis se manifeste par une inflammation des articulations. "Il touche autant l'homme que la femme et évolue par poussée. Il existe des formes légères, modérées, sévères ou très sévères destructrices", poursuit le spécialiste qui estime qu'il apparaît dans "les 10 ans après l'apparition du psoriasis cutané." "Une atteinte du cuir chevelu, des plis et des ongles est prédictive du développement d'un rhumatisme psoriasique ", ajoute le rhumatologue. Il est par ailleurs fréquent d'être atteint de psoriasis sans développer de rhumatisme psoriasique. Environ 20% des malades atteint de psoriasis développeront un rhumatisme psoriasique", commente notre expert.  Certaines personnes développent des rhumatismes psoriasiques sans psoriasis, "mais dans ce cas, on retrouve du psoriasis cutané dans la famille." Ces personnes pourront développer un psoriasis cutané après l'apparition du rhumatisme, "le phénomène reste toutefois assez rare."

Rhumatisme psoriasique axiale 

"La forme axiale, proche de ce qu'on appelle la spondylarthrite, est assez rare. Elle touche la colonne vertébrale, et plus précisément les articulations sacro-illiaques et remontent vers les vertèbres lombaires", explique Charley Cohen.

Rhumatisme psoriasique périphérique 

Cette forme est la plus courante, elle touche les grosses articulations des membres. "Typiquement, ces arthrites sont asymétriques. Elles toucheront le genou droit et l'épaule gauche, par exemple. Elles peuvent être très agressives et présentent un risque de déformation et de destruction articulaire. Elles peuvent également toucher les doigts et les orteils et être tout à fait caractéristiques du rhumatisme psoriasique. C'est ce qu'on appelle le doigt ou l'orteil en forme de 'saucisse', totalement gonflé. Plus précisément, une atteinte de l'articulation des phalanges distales est très significative du rhumatisme psoriasique", détaille Charley Cohen.

Rhumatisme psoriasique des talons et coudes 

Le rhumatisme psoriasique peut également toucher spécifiquement le tendon d'Achille, "ce qui provoquera des fortes douleurs au talon." C'est la forme dite enthésite : "les zones où les tendons s'insèrent à l'os sont touchées. Le tendon d'Achille et l'aponévrose plantaire plus particulièrement, mais aussi les coudes."

Quelles sont les causes ? 

Comme le psoriasis, le rhumatisme psoriasique est causé par une prédisposition génétique combinée à des facteurs environnementaux. Le système immunitaire réagit à cette combinaison de manière anormale en s'attaquant aux tissus des articulations. "Le rhumatisme psoriasique s'associe également à plusieurs comorbidités comme l'obésité abdominale et à une anxiété accrue, voire une dépression", ajoute Charley Cohen. 

Quels sont les symptômes ? 

Les articulations augmentent de volume et sont le siège de violentes douleurs. Le rhumatisme psoriasique peut atteindre l'ensemble des articulations : celles des doigts et des orteils sont particulièrement touchées. Le rhumatisme psoriasique peut être très invalidant : les articulations localisées entre les phalanges des extrémités des doigts peuvent ainsi ne plus être fonctionnelles et très mutilantes à l'origine d'une atteinte irréversible. Concernant la forme axiale, les patients souffrent d'une lombalgie et de douleurs fessières. "Ces douleurs les réveillent la nuit. Ils se réveillent le matin avec un enraidissement assez prolongé", explique Charley Cohen. Les patients peuvent également présenter une grande fatigue. 

Quel est le diagnostic ? 

"Devant un tableau de rhumatisme psoriasis, il faut rechercher la dermatose, le psoriasis cutané",  explique Charley Cohen. C'est le tableau clinique qui pousse à rechercher ce psoriasis et qui aide à poser le diagnostic de rhumatisme psoriasique. Une prise de sang est également pratiquée, à la recherche d'un syndrome inflammatoire révélé par la protéine C réactive (CRP). "Elle peut confirmer l'inflammation, mais l'augmentation de la CRP est inconstante dans les formes légères à modérées", précise Charley Cohen. "Les marqueurs de la polyarthrite rhumatoïde – maladie dont les symptômes sont proches du rhumatisme psoriasique- doivent aussi être négatifs pour assurer le diagnostic. L'examen se fait par prise de sang", poursuit l'expert. Pour des douleurs dites axiales, "il faut procéder à une IRM des sacro-illiaques qui montre une atteinte des sacro-illiaques, qui est le plus souvent asymétrique. On recherche également l'antigène HLA-B27 qui prédispose à la forme axiale du rhumatisme psoriasique." On aura recours à l'imagerie pour connaître le degré d'atteinte des articulations touchées. 

Quels sont les traitements ? 

"Le traitement doit intervenir le plus précocement possible. Il s'agit de soulager la douleur, l'inflammation et de prévenir la destruction articulaire", pose le Dr. Cohen. 

Traitement des symptômes : "Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont très efficaces lors des poussées inflammatoires. La cortisone par voie buccale n'est pas conseillée car elle peut aggraver le psoriasis cutané à l'arrêt du médicament par contre des infiltrations ou injections locales superficielles de cortisone peuvent bien fonctionner. Contre l'inflammation, je conseille de supplémenter en vitamine D en l'absence d'exposition au soleil. Une carence en vitamine D participe à la progression des rhumatismes inflammatoires en général. La kinésithérapie peut être utile pour un renforcement musculaire, des massages et les auto-étirements."

Traitements de fonds : ils seront mis en place dans les formes sévères, rebelles, destructrices en collaboration avec le dermatologue : 

  • Le Methotrexate fonctionne pour les manifestations articulaires périphériques mais pas pour les formes axiales
  • La biothérapie est indiquée en cas d'inefficacité du Methotrexate et dans les formes axiales sévères. Ce traitement est d'abord prescrit à l'hôpital.

Peut-on faire du sport ? 

"Il est même important de pratiquer une activité physique régulière, comme la marche à pied", souligne Charley Cohen. Marche, natation, vélo, gymnastique douce, Pilates, taï-chi... sont également recommandés par notre expert. La pratique du sport dépendra surtout de l'atteinte des articulations. 

Peut-on en guérir définitivement ?

Certaines personnes pourront avoir des poussées de rhumatisme psoriasique toute leur vie quand d'autres ne feront qu'une forme très légère. "Il est important d'avoir une bonne alimentation, de conserver une activité physique, de gérer son stress, de bien dormir et tout faire pour booster son moral", conclut le spécialiste. 

Merci au Dr. Charley Cohen, rhumatologue à Paris, auteur de " Mal de dos, toutes les solutions anti-douleur ", 2019 , éd. Guy Trédaniel. 

Rhumatologie