Psoriasis inversé : causes, symptômes, photo, traitement

Le psoriasis inversé, également appelé le psoriasis des plis, est une forme de psoriasis qui atteint les zones de plis du corps (aisselles, plis de l'aine, pli inter-fessier, nombril...). Ses symptômes diffèrent du psoriasis en plaques. Le point avec Céline Girard, dermatologue.

Psoriasis inversé : causes, symptômes, photo, traitement
© hriana -123RF

Définition : qu'est-ce que le psoriasis inversé ? 

Le psoriasis est une inflammation chronique de la peau. Le psoriasis inversé, également appelé le psoriasis des plis, est une forme de psoriasis qui atteint les zones de plis du corps (aisselles, plis de l'aine, pli inter-fessier, nombril, etc.), des zones normalement épargnées dans la forme commune du psoriasis, dite en plaques.  

Quelles sont les causes du psoriasis inversé ? 

Les causes du psoriasis inversé sont les mêmes que le psoriasis en plaques classique, il s'agit d'une maladie multifactorielle. "On considère aujourd'hui qu'il s'agit d'une maladie auto-immune se développant chez des personnes ayant un terrain prédisposé (prédisposition génétique, ndlr) et sous l'influence de certains facteurs dits favorisants (grattage, stress, surpoids, certaines infections ORL...) ", explique l'association France Psoriasis sur son site internet. "Toutefois, précise notre experte, le surpoids est spécifiquement un facteur aggravant pour le psoriasis inversé car l'atteinte des plis est favorisée par le frottement dû à l'obésité". 

Quels sont les symptômes du psoriasis inversé ?

Contrairement au psoriasis en plaques caractérisé par des lésions rouges, inflammatoires et squameuses, "le psoriasis des plis est peu squameux mais plutôt suintant et érosif. La peau est à vif et cette forme de psoriasis est souvent douloureuse", précise le Dr Girard. Ces lésions cutanées suscitent des démangeaisons (prurit) et des phénomènes de grattage qui sont des facteurs aggravants. 

Où est-il localisé ?

"Les lésions du psoriasis inversé se retrouvent sous les aisselles, les plis de l'aine, le pli de l'ombilic, le pli inter-fessier, parfois les plis sous-mammaires. Chez les personnes en surpoids, on retrouvera également les lésions dans le pli sous-abdominal et les plis sous-mammaires", explique notre experte. Une personne qui souffre d'un psoriasis inversé peut aussi développer une autre forme de psoriasis. "On peut avoir un psoriasis des plis associés à un psoriasis en plaques, qui touchera une autre zone du corps", précise Céline Girard. 

Comme le diagnostic est-il posé ?

Il s'agit surtout d'un diagnostic basé sur l'examen clinique du patient. "Quand on a l'habitude, l'examen du patient nous permet de poser un diagnostic à l'oeil. Il n'y a pas forcément d'examen complémentaire à faire, mais si le praticien a un doute, on peut pratiquer une biopsie cutanée, un prélèvement de peau qui confirmera le diagnostic" C'est surtout le cas pour le psoriasis inversé, qui peut être confondu avec une mycose. Dans ce cas, le diagnostic est plus difficile à poser. "Le médecin peut se tromper avec des infections à champignon présentes dans les plis. Il peut avoir besoin d'une biopsie cutanée ou d'un prélèvement mycologique pour s'assurer qu'il n'y a pas une surinfection qui complique le diagnostic", développe la dermatologue. 

Quels sont les traitements ?

Si le psoriasis est peu étendu, le traitement est d'abord local. "Pour le psoriasis des plis, il s'agit essentiellement de crème à base de corticoïdes. Toutefois, cette forme de psoriasis étant difficile à traiter et handicapante pour le patient (douleurs suintements, surinfections...), on passe volontiers à des traitements plus agressifs que les crèmes", commente Céline Girard. Parmi ces traitements : 

  • La photothérapie à base d'ultra-violets UVA et UVB est possible lorsque le psoriasis couvre une grande partie du corps. Elle est réalisée en cabine dermatologique en ville ou à l'hôpital sous surveillance du dermatologue. La durée des séances est adaptée au type de peau.
  • Les médicaments immuno-modulateurs : ces médicaments peuvent être proposés aux personnes présentant un psoriasis sévère, résistant aux traitements locaux et à la photothérapie.
  • Les biothérapies : il s'agit, selon France Psoriasis, de cellules, d'origine animale le plus souvent, cultivées de façon à leur faire fabriquer un anticorps. Ces anticorps sont dirigés spécifiquement contre une cible responsable du développement du psoriasis. Par exemple, le TNFa est présent dans l'organisme à l'état normal. Néanmoins, au cours d'une poussée de psoriasis, son activité est augmentée de façon anormale. Le fait de bloquer cette activité au moyen d'un anticorps anti-TNFa permettra de bloquer le développement du psoriasis. La prise se fait le plus souvent par voie sous-cutanée . 

Le psoriasis étant une maladie chronique, aucun traitement ne permet une guérison définitive

Quels sont les remèdes naturels ?

"Les patients ont spontanément recours à des traitements alternatifs. Si ces traitements n'ont pas fait l'objet de validations scientifiques, ils peuvent être un plus malgré tout ", commente le Dr Céline Girard. 

Ainsi, les patients pourront trouver du réconfort grâce à la balnéothérapie ou lors d'une exposition au soleil. Certaines plantes comme la bardane, la salsepareille ou le souci peuvent également soulager. "La relaxation, la sophrologie... tout ce qui peut détendre le patient est bénéfique, le stress étant un facteur d'aggravation du psoriasis", ajoute notre experte. 

Merci au Dr Céline Girard, dermatologue au CHU de Montpellier. 

Maladies et infections de la peau