Cancer du larynx : causes, symptômes, guérison

S'il est plus fréquent chez les hommes, le cancer du larynx tend à augmenter chez les femmes à cause du nombre croissant de fumeuses. Quels sont les premiers signes ? Comment est-il pris en charge ? Peut-on le prévenir ? Réponses avec le Dr Alain Bizon, médecin ORL et chirurgien cervico-faciale au CHU d'Angers.

Cancer du larynx : causes, symptômes, guérison
© Orawan Pattarawimonchai

Définition : qu'est-ce qu'un cancer du larynx ?

Le larynx est l'organe qui sert à parler, à respirer et à déglutir. "Il fait partie des voies aérodigestives supérieures, carrefour entre la trachée et l'œsophage. Il a un rôle aussi dans la déglutition en obstruant la trachée grâce à la fermeture des cordes vocales et l'abaissement de l'épiglotte. Il évite ainsi les 'fausses routes'", indique le Dr Alain Bizon. Le cancer du larynx partage un certain nombre de caractéristiques communes avec les autres cancers des voies aérodigestives supérieures... Au niveau du larynx, ce cancer peut se localiser en différents endroits : il peut toucher essentiellement l'épiglotte, les cordes vocales ou la margelle laryngée. "Le cancer se définit comme une dégénérescence de la muqueuse normale suite à des agressions répétées. La muqueuse normale passe au stade de dysplasie, puis de carcinome in situ. A ces stades, le traitement peut rester local et limité à la zone malade. Ensuite, vient le stade micro-infiltrant puis infiltrant, nécessitant une prise en charge plus large et donc plus importante", précise l'ORL

On distingue trois grands types de cancers du larynx en fonction de leur localisation :

  • Le cancer glottique, à hauteur des cordes vocales, (2/3 des cas)
  • Le cancer sus-glottique, au-dessus des cordes vocales (1/3 des cas)
  • Le cancer sous-glottique, au-dessous des cordes vocales (plus rare)

Quelles sont les causes ?

Les cancers des voies aérodigestives supérieures sont le plus souvent liés à l'intoxication alcoolo-tabagique et touchent plus souvent l'homme de plus de 50 ans. "Le cancer du larynx est quant à lui davantage lié à l'intoxication tabagique et touche de plus en plus de femmes. Environ 95 % des cancers du larynx sont liés au tabac. L'alcool agit comme un effet potentialisateur du tabac, c'est pour cette raison qu'il est plus impliqué dans les cancers sus-glottiques du larynx", détaille le spécialiste. D'autres facteurs peuvent favoriser l'apparition d'un cancer : la papillomatose laryngée, d'origine virale, ou l'inhalation de substances irritantes, certaines vapeurs de métaux ou de produits chimiques. La laryngite chronique, qu'elle soit inflammatoire liée à un surmenage vocal ou irritative liée à un reflux gastro-œsophagien. 

95 % des cancers du larynx sont liés au tabac.

Quels sont les symptômes ?

Les principales manifestations du cancer du larynx sont : 

  • Une dysphonie, c'est-à-dire une modification de la voix ou une difficulté à la parole, d'apparition progressive et durable ; 
  • Une sensation de gêne au niveau de la gorge ; 
  • Parfois des douleurs laryngées
  • Des crachats sanglants ;
  • Des difficultés à manger et à déglutir, appelées dysphagie
  • Plus rarement, des difficultés à respirer à un stade avancé ; 
  • Une douleur d'oreille, parfois.

Ces signes sont inconstants, et la dysphonie est le signe le plus évocateur, surtout dans un contexte d'intoxication éthylo-tabagique, de fatigue, ainsi que de pertes de poids et d'appétit. 

Quel est l'âge de survenue moyen ?

"Le cancer du larynx touche l'homme dans 90% des cas entre 50 et 70 ans. Il touche de plus en plus de femmes et il n'est pas rare de le diagnostiquer avant 40 ans", observe le Dr Alain Bizon.

Quel est le diagnostic ? 

Le diagnostic du cancer du larynx repose sur l'examen du larynx à l'aide d'une nasofibroscopie qui permet la visualisation directe de celui-ci et la découverte éventuelle d'une lésion. Celle-ci doit alors bénéficier d'un prélèvement appelé biopsie, qui autorisera l'analyse de sa nature. Habituellement, un examen appelé panendoscopie, pratiqué sous anesthésie générale, permet d'étudier dans son ensemble les voies aérodigestives supérieures. L'examen du haut œsophage et de la trachée est important du fait de la fréquence de plusieurs localisations cancéreuses dans ce contexte d'alcool et de tabagisme. Si la nature cancéreuse est confirmée, un bilan d'extension aura lieu. "On réalisera un scanner cervico-thoracique à la recherche de métastases ganglionnaire cervicale ou thoracique. Il a aussi pour but de rechercher un cancer primitif pulmonaire favorisé par le terrain tabagique", continue le chirurgien cervico-faciale.

Quels sont les traitements ?

Le traitement du cancer du larynx dépendra, comme pour de nombreux cancers, de son stade évolutif jugé sur les résultats du bilan d'extension. En fonction du stade, on s'orientera vers une chirurgie ou un traitement médical. "La chirurgie peut être totale et enlever la totalité du larynx en cas d'atteinte importante et étendue, en particulier au cartilage laryngé", expose le Dr Alain Bizon. Elle peut être aussi partielle, en cas de tumeur plus limitée, et dans ce cas peut permettre de garder la fonction du larynx de phonation et de déglutition. Après chirurgie totale, on associe le plus souvent une radiothérapie externe. "En cas de chirurgie partielle, la radiothérapie complémentaire n'est pas systématique. En cas de traitement médical, dit "de préservation d'organe", on débute le traitement par une chimiothérapie. La réponse au traitement est réévaluée après 2 cures et si la réponse est bonne on réalise une troisième cure pour ensuite terminer par une radiothérapie externe. Dans des cas plus rares, un traitement par radio et chimiothérapie concomitante, c'est-à-dire en même temps, sera réalisé voire une radiothérapie externe seule", continue-t-il.

Chances de guérison et espérance de vie

"La guérison et l'espérance de vie sont très variables en fonction de la localisation du cancer, de son stade et de l'âge du patient. Cela peut aller de 90% à 20%", prévient le médecin ORL. Par exemple, lorsque le cancer est strictement localisé au niveau de la corde vocale, le pourcentage de guérison est de l'ordre de 90%. En revanche, le taux de survie après laryngectomie totale, c'est-à-dire que le larynx a été retiré dans son intégralité, se situe autour de 50 à 60% à cinq ans. 

Prévention

Le principal élément de prévention permettant d'éviter de développer un cancer du larynx et des VADS par extension est de cesser la consommation de tabac. Il est également recommandé de se prémunir des substances chimiques cancérigènes susceptibles d'être inhalées en portant un masque.

Merci au Dr Alain Bizon, médecin ORL et chirurgien cervico-faciale au CHU d'Angers.