6 signes d'alerte d'un cancer de la peau

Chargement de votre vidéo
"6 signes d'alerte d'un cancer de la peau"

Une plaie qui ne guérit pas, une croûte qui persiste ou un grain de beauté qui grossit nécessite une surveillance médicale car il peut s'agir d'un cancer de la peau. Quels sont les premiers signes à ne pas négliger ? Qui consulter ? Tour des symptômes d'alerte avec le Dr Isabelle Rousseaux, dermatologue.

Lésion qui peine à guérir, qui saigne, croûte, masse aux bords surélevés, grain de beauté bizarre, aux délimitations irrégulières, région irritée ou qui démange... Une zone de la peau qui change d'aspect, ce n'est pas anodin. Ce n'est pas forcément le signe d'un cancer mais c'est à faire surveiller par un professionnel de santé. Quels sont les premiers signes d'un cancer de la peau ? Ceux inquiétants ? Evocateurs d'un mélanome ? D'un carcinome ? Qui consulter ? Comment limiter les risques ? Tour des symptômes et bons gestes avec le Dr Isabelle Rousseaux, dermatologue et vénérologue à Lille. 

6 symptômes d'alerte d'un cancer de la peau

1. Un grain de beauté anormal

La majorité des grains de beauté sont heureusement bénins. Mais un grain de beauté qui change d'aspect, de couleur, de forme, de taille, sur 3 mois environ est à surveiller, car il peut être le signe d'un mélanome. Dans 20 à 30% des cas, un cancer de la peau se développe par dégénérescence d'un grain de beauté préexistants. La règle ABCDE (pour Asymétrie, Bords, Couleur, Diamètre et Evolution) permet de détecter les signes précoces d'un cancer de la peau. "Si le grain de beauté devient asymétrique, si ses bords deviennent irréguliers, dentelés ou mal délimités, si sa couleur est hétérogène (il comporte des zones plus foncées que d'autres), s'il grossit rapidement et dépasse les 6 millimètres, il faut consulter", insiste le Dr Rousseaux. 

Photos de grains de beauté inquiétants/à surveiller
Photos de grains de beauté inquiétants/à surveiller © Institut national du Cancer

>> Il existe des mélanomes dits achromiques, c'est-à-dire sans couleur. Ces petites boules de la couleur de votre peau peuvent apparaître sur les plantes de main ou de pied. Ils sont plus difficiles à détecter car ils sont ton sur ton, mais restent heureusement relativement rares. 

2. Une tache brune qui apparaît

"Heureusement, dans la majorité des cas, les taches que l'on a sur la peau sont des taches pigmentées (de soleil) bénignes. En revanche, une tache pigmentée allant du rose au brun, qui apparaît soudainement et/ou qui grossit tout doucement est à surveiller chez le médecin", insiste notre interlocutrice. A savoir que dans 70 à 80% des cas, un mélanome survient sur une peau saine (sans grain de beauté ou lésion). 

>> Une tache sur le visage peut être un mélanome de Dubreuilh. Cette variété de mélanome est généralement noire ou marron et ressemble à une tache de vieillesse. Elle n'est pas très grave et survient principalement chez les personnes de plus de 50 ans. C'est tout de même à surveiller. 

3. Une boule  sur la peau

"Une petite masse qui apparaît sur la peau peut être le signe d'alerte d'un mélanome nodulaire", signale notre interlocutrice. Il s'agit du deuxième type de mélanome le plus fréquent. "Il descend et prolifère en profondeur dans la peau, comme un iceberg", poursuit-elle. Il est facilement reconnaissable car il se présente sous la forme d'une masse surélevée qui dépasse de la surface de la peau, noir, rouge, rose ou de la même couleur que la peau. Il survient habituellement sur le visage, le thorax ou le dos, mais parfois il est visible sur les parties non exposées au soleil. Si une petite boule apparaît sur la peau ou grossit, consultez votre dermatologue. 

4. Une croûte qui grossit

"Une petite croûte qui grossit (en général, en quelques semaines) peut être le signe d'un carcinome, particulièrement si elle est localisée au niveau des muqueuses (autour de la bouche, au coin des yeux, du nez), sur le visage ou sur les zones les plus exposées au soleil", décrit la dermatologue. En général, toute plaie ou lésion sur laquelle on va mettre une pommade et qui ne guérit pas, et qui en plus évolue, est suspecte et doit amener à consulter.  

  • Un carcinome basocellulaire est plus fréquent sur la peau (sur les zones les plus exposées au soleil : les bras, les épaules, le cuir chevelu chez un homme chauve...), aux coins des yeux, l'arrête du nez, les oreilles...
  • Un carcinome spinocellulaire est plus fréquent au niveau des muqueuses (bouche...).

5. Une lésion qui saigne

Une lésion qui saigne n'est pas grave si le saignement a été provoqué par un frottement ou un accrochage. En revanche, si le saignement est spontané (sans raison particulière), là c'est inquiétant. "Elle pourrait révéler une tumeur qui a infiltré les vaisseaux sanguins en profondeur. Ce n'est pas considéré comme un signe d'alerte car une lésion qui saigne est généralement un signe d'un mélanome ou d'un carcinome qui s'est déjà installé", signale le Dr Rousseaux. Il faut donc le faire surveiller par un médecin qui posera le diagnostic et orientera la prise en charge. 

6. Une plaie qui gratte

"Si la tumeur descend en profondeur et a tendance à titiller les corpuscules nerveux, elle peut entraîner des démangeaisons de cette zone", observe la spécialiste. Une démangeaison qui persiste malgré la mise d'une crème doit pousser à consulter un médecin. 

Quand et qui consulter ?

Il existe 3 types de cancers de la peau :

  • Le carcinome basocellulaire, développé à partir de l'épiderme : le plus fréquent et le plus guérissable. Il évolue lentement. 
  • Le carcinome épidermoïde ou spinocellulaire, développé à partir des kératinocytes (cellules squameuses) de la peau, plus agressif que le basocellulaire. il évolue plus vite et peut métastaser. 
  • Le mélanome, développé à partir des mélanocytes de la peau. Il est plus agressif et plus rare.

Il est conseillé de consulter votre médecin traitant ou un dermatologue en cas de changement d'aspect de votre peau (une plaie/lésion qui ne cicatrise pas, un bouton ou une croûte qui persistent et/ou se modifient, un grain de beauté différent des autres (dans sa forme, sa taille, sa couleur ou son épaisseur), une nouvelle tache brune qui apparaît sur votre peau...). "A la moindre inquiétude sur un grain de beauté, une tache, un bouton ou une lésion, demandez un avis médical. Heureusement, dans 9 cas sur 10, il n'y a rien de grave, mais quelques fois, c'est un peu plus embêtant et il faut soit faire une biopsie, soit retirer la masse", insiste la spécialiste. Dans tous les cas, une consultation permet, au mieux d'enlever les craintes, et au pire d'envisager une prise en charge. 

Fréquence de surveillance chez un dermatologue :

  • Quand on a n'a pas de risque particulier : tous les 2 ans
  • Quand on a des antécédents familiaux ou déjà eu un mélanome : tous les ans

Prévention : comment éviter le cancer de la peau ?

Se protéger des rayons UV est la meilleure des préventions d'un cancer de la peau. Quelques réflexes simples permettent de limiter les risques :

  • Évitez de vous exposer au soleil entre 11 h et 16 h et généralement, recherchez l'ombre le plus possible. Si vous souhaitez vous exposer, faites-le par petites tranches (15-20 minutes par exemple), mais évitez les longs bains de soleil.
  • Si vous êtes exposé au soleil, couvrez-vous avec des vêtements, un chapeau et des lunettes de soleil. A défaut de vêtements, appliquez de la crème solaire (au moins un indice 30, au mieux un indice 50) toutes les 2 à 3 heures, particulièrement sur les zones à risque de cancer (visage, cou, épaules, avant-bras, mains…).
  • Evitez de recourir aux cabines de bronzage : les UV artificiels sont également mauvais et dangereux pour la peau. A savoir que les cabines à UV sont interdites aux mineurs. 

Surveillez votre peau, particulièrement si :

  • Vous avez la peau claire, les cheveux blonds ou roux et vous bronzez difficilement
  • Vous avez des taches de rousseur
  • Vous avez plus d'une quarantaine de grains de beauté sur tout le corps
  • Vous avez des grains de beauté large (plus de 5/6 mm de diamètre) et/ou irréguliers
  • Vous avez des antécédents familiaux de mélanome
  • Vous avez eu des coups de soleil sévère pendant l'enfance ou l'adolescence
  • Vous avez vécu longtemps dans un pays très ensoleillé
  • Vous êtes souvent exposé au soleil de par votre métier ou vos loisirs. 

Merci au Dr Isabelle Rousseaux, dermatologue-vénérologue à Lille.