Cancer du sein inflammatoire : c'est quoi, symptômes, rare ?

Le cancer du sein inflammatoire est un type de tumeur du sein, rare mais agressif, qui représente à 1 à 2% de tous les cas de cancer du sein en France. Quels symptômes d'alerte ? Quels traitements ? Quel pronostic de survie ? La guérison est-elle possible ? Eclairage du Dr Florence Lerebours, cancérologue.

Cancer du sein inflammatoire : c'est quoi, symptômes, rare ?
© peopleimages.com - stock.adobe.com

Parmi les types de cancer du sein, il y a le cancer du sein inflammatoire qui est rare (1 à 2% de tous les cancers du sein) mais agressif car il est capable de se développer et se propager très rapidement. Quels sont les signes d'un cancer du sein inflammatoire ? Ses causes de survenue ? Ses facteurs de risque ? Quels examens permettent de poser un diagnostic de cancer du sein inflammatoire ? Comment le soigner ? Eclairage du Dr Florence Lerebours, cancérologue à l'Institut Curie, spécialisée en onco-sénologie pour la prise en charge des cancers du sein

C'est quoi un cancer du sein inflammatoire ?

"Le cancer du sein est dit "inflammatoire" car il y a des signes inflammatoires sur la peau du sein (sur plus d'un tiers du sein) : le sein présente un œdème, est rouge avec un aspect de peau d'orange", répond d'emblée notre interlocutrice. L'inflammation est rapide, c'est-à-dire qu'elle évolue en moins de 4 à 6 mois. Ce type de cancer est exceptionnel, néanmoins il reste très agressif, avec un fort risque de métastases

Différents cancers du sein
Différents cancers du sein, dont le cancer du sein inflammatoire © pikovit - stock.adobe.com

Chiffres : combien de cancers du sein inflammatoires en France ?

"Le cancer du sein inflammatoire représente entre 1 et 2% de l'ensemble des cancers du sein", nous indique le Dr Lerebours. L'incidence des cancers du sein non inflammatoires est relativement stable, alors que l'incidence des cancers du sein inflammatoire augmente légèrement. 

Quelle est la cause d'un cancer du sein inflammatoire ?

"On ne connaît pas encore la cause d'apparition d'un cancer du sein inflammatoire. Les facteurs de risque sont également flous. Ceux qui ressortent le plus dans les études sont le surpoids et l'obésité. Aussi, à travers des études menées par des groupes de travail, il semble y avoir des zones dans le monde où il y a plus de cancers du sein inflammatoires qu'ailleurs probablement, au point où on avait imaginé une hypothèse virale, qui n'a pas finalement pas été démontrée", explique le Dr Lerebours. 

Quels sont les symptômes d'un cancer du sein inflammatoire ?

Dans un cancer du sein inflammatoire, la peau du sein est :

  • plus ou moins rouge 
  • souvent chaude au toucher
  • enflée, épaisse et capitonnée comme une peau d'orange (œdème)
  • sensible et douloureuse

A noter que ces signes inflammatoires sont visibles sur au moins un tiers du sein.

Comment pose-t-on le diagnostic d'un cancer du sein inflammatoire ?

Le diagnostic d'un cancer du sein inflammatoire est orienté grâce à un examen clinique, les signes étant visibles à l'œil nu. Mais attention, il convient d'éliminer d'autres types d'inflammation comme la mastite, dont les symptômes (rougeur, œdème de la peau du sein) sont proches de ceux d'un cancer du sein inflammatoire. "On fait ensuite une imagerie, mammographie, échographie et IRM ainsi qu'une biopsie mammaire (seule la biopsie permet de poser le diagnostic d'un cancer). Dans un certain nombre de cas, on réalise également une biopsie cutanée. En effet, les recommandations internationales préconisent de biopsier également la peau pour détecter les emboles (amas) de cellules cancéreuses dans le derme, caractéristiques du cancer du sein inflammatoire", poursuit-elle. Le dépistage par mammographie est essentiel pour détecter précocement une éventuelle tumeur, il faut le rappeler !

"On n'opère jamais une tumeur en pleine poussée"

Quel est le traitement pour soigner un cancer du sein inflammatoire ?

En cas de cancer du sein inflammatoire non métastatique, on commence toujours par une chimiothérapie (qu'on appelle néoadjuvante) avec parfois une thérapie ciblée pour pouvoir résorber l'inflammation. Si la chimiothérapie a réduit la taille de la tumeur, on peut avoir recours à la chirurgie pour extraire la tumeur. Dans ce cas, on enlève complètement le sein (mastectomie). "Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on n'opère jamais une tumeur en pleine poussée. On attend de la résorber pour pouvoir opérer", tient à rappeler le Dr Lerebours. Après la chirurgie, on a éventuellement recours à une chimiothérapie (qu'on appelle adjuvante), à une hormonothérapie si la tumeur est hormonosensible et à une radiothérapie, qui permet de réduire le risque de réapparition du cancer dans la région où le sein a été enlevé. En cas de cancer du sein inflammatoire métastatique, on n'opère pas et on traite les métastases médicalement. 

Quel est le pronostic de survie d'un cancer du sein inflammatoire ?

"Le cancer du sein inflammatoire est beaucoup plus agressif qu'un cancer du sein non inflammatoire. Très souvent, on le retrouve à un stade plus avancé. Au moment du diagnostic du cancer du sein inflammatoire, des métastases sont retrouvées dans quasiment 1/3 des cas (contre 10 à 15% dans les cancers du sein non inflammatoires) tellement il a rapidement évolué et disséminé ailleurs dans le corps. C'est un cancer qui répond moins bien aux traitements. La survie à 5 ans d'un cancer du sein inflammatoire est d'environ 40% alors que la survie à 5 ans de tous types de cancer du sein non inflammatoires confondus est de l'ordre de 85 à 90%", détaille le Dr Lerebours. Rappelons tout de même que le pronostic et la survie au cancer du sein inflammatoire varient d'une personne à l'autre, selon les caractéristiques de la tumeur de chaque patient, sa réponse au traitement et ses antécédents médicaux.

Merci au Dr Florence Lerebours, cancérologue à l'Institut Curie. 

Cancer du sein