Cancer du médiastin : causes, âge, symptômes, guérison

Thymome, lymphome ou encore tumeurs germinales : il n'existe pas un mais plusieurs cancers du médiastin. Décryptage avec le Dr. Pierre Saintigny, oncologue au Centre Léon Bérard à Lyon, chef d'équipe Inserm au Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon et membre du Conseil Scientifique de la Société française du cancer.

Cancer du médiastin : causes, âge, symptômes, guérison
©  archnoi1 - 123RF

Qu'est-ce que le médiastin ?

Le médiastin est un espace situé entre les deux poumons au centre de la cavité thoracique. "Il est limité en haut par le défilé cervico-thoracique, en bas par le diaphragme, en avant par le sternum et en arrière par les vertèbres, précise le Dr. Saintigny, oncologue médical au centre Léon Bérard de Lyon et membre de la SFC. C'est une zone dans laquelle on retrouve de gros vaisseaux sanguins, des ganglions et vaisseaux lymphatiques, le cœur, l'œsophage, la trachée et les bronches souches ainsi que le thymus."

Quelles sont les causes ?

Les tumeurs du médiastin constituent un groupe très hétérogène. "On peut les observer dans le cadre d'un lymphome (cancer du système lymphatique), d'un thymome (cancer du thymus), ou encore au cours de l'évolution d'un cancer du poumon, confirme le Dr. Saintigny. Par ailleurs, il existe également des tumeurs germinales du médiastin mais elles sont rares et se rencontrent majoritairement chez l'homme. Enfin, et c'est important de le noter, on trouve aussi des tumeurs bénignes du médiastin qui sont souvent asymptomatiques et découvertes incidemment à l'occasion d'un examen comme la radiographie ou le scanner pulmonaire."

Quels sont les symptômes d'un cancer du médiastin ?

Les symptômes vont dépendre de la nature du cancer et de sa localisation : médiastin antérieur, moyen ou postérieur. "Ainsi, une myasthénie (faiblesse musculaire), peut orienter vers un thymome, alors qu'une dysphagie (blocage du bol alimentaire lors de la déglutition), une dysphonie (voix enrouée) et des douleurs thoraciques sont moins spécifiques, explique le Dr. Saintigny. De la fièvre et l'augmentation de volume de plusieurs ganglions ailleurs que dans le médiastin feront plutôt évoquer un lymphome. Les symptômes sont en fait très variés selon la nature de la tumeur et la compression ou l'envahissement de telle ou telle structure anatomique présente dans le médiastin. Des maux de têtes inhabituels associés à un œdème du visage, au comblement des creux sus-claviculaires et à des vaisseaux dilatés sur la partie supérieure du corps évoquera un syndrome cave supérieure qui est une urgence médicale et doit faire rechercher un cancer du médiastin."

Quel est l'âge moyen de survenue ?

L'âge varie en fonction de la pathologie. Ainsi, les tumeurs germinales sont majoritairement observées chez l'homme jeune – plus rarement chez la femme – le plus souvent entre 20 et 30 ans. Le lymphome hodgkinien est également un cancer de l'adulte jeune avec en général un pic d'incidence entre 20 et 30 ans. Quant aux thymomes, ils surviennent plutôt entre 30 et 70 ans avec un âge médian de 50 ans.

Quel est le diagnostic ?

En première intention, un scanner thoracique précisera la topographie des tumeurs et guidera un éventuel geste biopsique. "La médiastinoscopie qui se déroule sous anesthésie générale offre également la possibilité au médecin d'explorer la partie supérieure du médiastin à l'aide d'un endoscope, ajoute le Dr. Saintigny. La médiastinotomie, la thoracoscopie ou thoracotomie sont d'autres opérations d'exploration du médiastin. Enfin, le PET scan permet de réaliser le bilan d'extension d'une tumeur cancéreuse à la recherche de métastases."


Quels sont les traitements ?

Les traitements vont dépendre de la nature et du stade du cancer. "Par exemple, si c'est un cancer du poumon localisé au niveau du médiastin on traitera plutôt par radiothérapie et chimiothérapie. L'immunothérapie peut également trouver une place, explique le Dr. Saintigny. A contrario, le traitement de référence du thymome est la chirurgie (thymectomie) associée parfois à une radiothérapie." 

Quelles sont les chances de guérison ?

Là encore, tout dépend de la nature, du stade du cancer et du patient. En général, un thymome présente un assez bon pronostic alors que celui du cancer du poumon, lorsqu'il est diagnostiqué à un stade avancé reste assez sombre.

Quelle est l'espérance de vie ?

Plus le cancer est détecté tôt, plus l'espérance de vie est importante. "Quand on a des symptômes il faut aller consulter son médecin, martèle le Dr. Saintigny. Cela veut dire qu'on n'attend pas la fin de la crise sanitaire. Tout retard de diagnostic entraîne une perte de chance."

Merci au Dr. Pierre Saintigny, oncologue au Centre Léon Bérard à Lyon, chef d'équipe Inserm au Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon et membre du Conseil Scientifique de la Société française du cancer.

Cancer