Coronavirus France : 59% des Français refuseraient la vaccination

Chargement de votre vidéo
"Coronavirus France : 59% des Français refuseraient la vaccination"

COVID-19 EN DIRECT - Les chiffres du Covid-19 connaissent une légère baisse, la France prépare sa stratégie de vaccination. Évolution des chiffres, courbes, toute l'info.

[Mise à jour du dimanche 29 novembre à 17h01] La première étape de l'allègement du confinement  a commencé en France, samedi 28 novembre, avec la réouverture des commerces et la mise à disposition d'une nouvelle attestation pour pouvoir se déplacer dans un rayon de 20 kilomètres, pendant 3 heures. Samedi, 213 personnes sont décédées du coronavirus en France. Le ralentissement de l'épidémie se poursuit, 3 777 patients sont actuellement hospitalisés en réanimation, soit 106 de moins que la veille."Les premiers résultats (du confinement, ndlr) sont là, a indiqué Jean Castex lors de la conférence de presse du 26 novembre. La pression épidémique reste forte." Effectivement, dans le point épidémiologique du 26 novembre, Santé Publique France confirme une diminution de la transmission du coronavirus Sars-CoV-2 sur la semaine dernière (16-22 novembre) et une diminution du nombre de nouvelles hospitalisations. "Le pic des nouvelles contaminations et des hospitalisations de la seconde vague a été franchi" informe l'agence. Par contre, le nombre de nouveaux décès liés à la Covid-19 reste très élevé et près de 52 000 décès survenus en milieu hospitalier et ESMS (établissements sociaux et médico-sociaux) ont été rapportés depuis le début de l'épidémie en France. "Il est primordial de rappeler que les seuls moyens actuellement disponibles pour limiter la circulation du virus et contenir l'épidémie, sont l'adoption des mesures de prévention individuelles et la réduction des contacts" conclut l'agence dans son communiqué. Samedi 28 novembre, la Haute Autorité de santé s'est dit favorable aux tests antigéniques pour les cas contact. Elle présentera, lundi 30 novembre, ses recommandations pour la stratégie vaccinale en France. Avec l'arrivée des vacances et des fêtes de fin d'année, la crainte d'une troisième vague en janvier-février est réelle. Au sujet des 24 et 31 décembre prochains, le Premier ministre a confirmé qu'il s'agissait de "rassemblements (...) particulièrement risqués" et qu'il serait "impératif de limiter le nombre de personnes à table". Nombre de cas de Covid-19 en France, évolution, décès, cartes pour suivre l'épidémie par département et régionclustersR0 en France... Chiffres et infos du jour.

Dernières infos en direct :

  • 59% des Français n'ont pas l'intention de "se faire vacciner lorsque cela deviendra possible", selon un sondage Ifop, réalisé pour le Journal du dimanche. Parmi les plus réticents, les moins de 35 ans : ils sont 29% à ne pas avoir l'intention de se faire vacciner, soit 30 points de moins que les plus de 65 ans. Sur l'ensemble des Français, 59% préféreraient un vaccin fabriqué en France, plutôt qu'à l'étranger.
  • Un syndicat de médecins réclame "la responsabilité de l'organisation" de la vaccination contre le coronavirus. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Jacques Battistoni, médecin et président du syndicat de généralistes MG France, réclame la création d'un outil pour recueillir les données concernant les injections de vaccins. "Le gouvernement a tiré les leçons du fiasco de la vaccination en grands centres de 2009 (contre la grippe H1N1, ndlr). Il sait qu'il ne peut pas faire sans nous ; que s'il ne s'appuie pas sur les professionnels de ville, médecins, pharmaciens ou infirmiers, ce sera l'échec assuré", affirme Jacques Battistoni.
  • Dimanche 29 novembre, le Conseil d'État a demandé au gouvernement de revoir sa copie sur la limitation à 30 personnes présentes dans un lieu de culte. La plus haute juridiction administrative en France demande au gouvernement des "mesures strictement proportionnées d'encadrement des rassemblements et réunions dans les établissements de culte", rapporte le Conseil d'État dans sa décision.
  • La Haute Autorité de santé (HAS) présentera ses recommandations pour la stratégie vaccinale de la France, lundi 30 novembre. Elle devra notamment annoncer qui pourra être vacciné en premier. Samedi 28 novembre, l'HAS s'est dit favorable aux tests antigéniques pour les personnes cas contact. Ces tests, permettant d'obtenir une réponse plus rapide que les tests PCR, n'avaient été jusque-là utilisés que pour les personnes symptomatiques.
  • Samedi 28 novembre, l'attestation de sortie change. Le confinement reste en vigueur dans l'Hexagone, mais connaît dès aujourd'hui quelques allégements. Il est désormais possible de se promener pendant 3 heures dans un rayon de 20 kilomètres. La nouvelle attestation de déplacement est disponible sur le site du ministère de l'Intérieur. Elle peut être générée en ligne ou recopiée sur un papier libre. Il reste interdit de sortir sans attestation de déplacement, sous peine d'une amende de 135 euros.
  • L'application TousAntiCovid change ses critères de détection, selon un arrêté publié au Journal officiel, samedi 28 novembre. Désormais, l'application va prendre en compte les contacts entre deux personnes à une distance d'un mètre pendant au moins cinq minutes, contre quinze auparavant. L'application a été téléchargée par 9,8 millions d'utilisateurs et n'a envoyé que 14 000 notifications à de potentiels cas contacts.
  • Isolement des malades. L'Ordre des médecins a indiqué vendredi être opposé à l'utilisation de données de santé "à des fins de contrôle". L'institution préconise "une véritable stratégie d'accompagnement". Selon elle, si un test positif devait avoir "des conséquences coercitives", cela aurait pour effet d'"affaiblir l'adhésion de la population au dépistage et au traçage".
  • Aide de solidarité. Le ministère de la santé a indiqué vendredi le versement d'une aide exceptionnelle de solidarité à plus de 4 millions de foyers précaires, et à 560 000 jeunes en difficulté. Cette aide de 100 euros par enfant sera allouée aux familles percevant une aide personnelle au logement. L'aide est portée à 150 euros pour les foyers allocataires du revenu de solidarité active ou du revenu de solidarité outremer et les bénéficiaires de certaines aides versées par Pôle emploi (allocation de solidarité spécifique, prime forfaitaire pour reprise d'activité ou allocation équivalent retraite). L'aide de 150 euros sera aussi versée aux jeunes de moins de 25 ans non-étudiants touchant les allocations logement directement par les CAF, à partir du 27 novembre.
  • Astrazeneca annonce une nouvelle étude pour évaluer son candidat-vaccin qui avait obtenu 70% d'efficacité selon les premiers résultats (90% à la première dose, 63% après la deuxième). "Maintenant que nous avons trouvé ce qui semble être une meilleure efficacité, nous devons la valider, donc nous devons faire une étude supplémentaire" a déclaré Pascal Soriot dans une interview à l'agence Bloomberg, jeudi 26 novembre. Les résultats de cette nouvelle étude internationale "pourraient être plus rapides" à obtenir "car nous savons que l'efficacité est élevée donc nous avons besoin d'un plus petit nombre de patients" précise-t-il.
  • Rassemblements du 24 et 31 décembre : "Ces moments de rassemblements festifs et amicaux sont particulièrement risqués, il est impératif de limiter le nombre de personnes à table et éviter les rassemblements trop nombreux" a recommandé Jean Castex.

​​​​​​Quelles sont les mesures pour freiner l'épidémie Covid-19 en France ?

Pour freiner la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 en France, Emmanuel Macron a annoncé un confinement entré en vigueur dans la nuit du jeudi 29 octobre minuit et jusqu'au 1er décembre. Les mesures prises ont été associées à un ralentissement de l'épidémie à partir du 18 novembre, sur tout le territoire. En conséquence, le Président a annoncé mardi 24 novembre un allègement des restrictions du confinement progressif, à partir de samedi 28 novembre au matin. Le ministre de la Santé Olivier Véran a déclenché le plan blanc au niveau national le 29 octobre. Cela implique la déprogrammation des hospitalisations non-urgentes dans tous les hôpitaux. Samedi 7 novembre, les députés ont adopté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021.

déconfinement etape france covid
Etapes du déconfinement de la France présentées par Jean Castex le 26 novembre © Twitter Jean Castex

Confinement-Déconfinement : date, mesures par étapes

Le couvre-feu instauré depuis le début de mois d'octobre n'a pas suffi à freiner l'épidémie. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a ainsi annoncé, le 28 octobre, un reconfinement de la population du jeudi 29 octobre, à minuit, jusqu'au 1er décembre. Face à l'amélioration de la situation épidémique, il a annoncé mardi 24 novembre un allègement des restrictions.

Calendrier des nouvelles mesures contre le Covid
Calendrier des nouvelles mesures © Présidence de la République / Twitter Emmanuel Macron

Un allègement du confinement en 3 étapes :

Emmanuel Macron a annoncé mardi 24 novembre lors d'une allocution télévisée un allègement des restrictions du confinement. Au regard de l'évolution sanitaire et des risques liés à certaines activités, la levée du confinement sera progressive et devra se faire par paliers comme l'a confirmé Jean Castex le 26 novembre :

A partir de samedi 28 novembre : tous les commerces et services à domicile pourront rouvrir jusqu'à 21 heures avec un protocole sanitaire strict. Les déplacements pour promenade ou activité physique en extérieur seront permis dans un rayon de 20 kilomètres et pour trois heures. Les activités extra-scolaires en plein air seront autorisées. Les offices des cultes seront limités à 30 personnes maximum. Réouverture également des auto-écoles, visites immobilières et services à domicile. Les bibliothèques et archives seront aussi rouvertes.

A partir du 15 décembre (si les objectifs sanitaires sont atteints) : fin du confinement mais mise en place d'un couvre-feu insaturé de 21h à 7h sur l'ensemble du territoire, à l'exception des 24 et 31 décembre. Les activités extra-scolaires en extérieur seront autorisées. Les salles de cinéma, théâtres, musées pourront rouvrir dans le cadre de protocoles sanitaires stricts, en respectant le couvre-feu à 21 heures (les billets de spectacle ou de cinéma pourront servir de justificatif). Conservatoire et musique pourront proposer des cours (sauf les cours de chant).

 A partir du 20 janvier (si les objectifs sanitaires sont atteints) "Si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5 000 cas par jour, alors les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir, et le couvre-feu pourra être décalé. Les lycées pourront être pleinement rouverts avec la totalité des élèves présents durant les cours. Quinze jours plus tard, ce sont les universités qui pourront reprendre les cours, avec, là aussi, une présence physique de tous les élèves. Nous ferons ainsi le point tous les 15 jours sur la situation sanitaire et déciderons alors si nous pourrons prendre des mesures supplémentaires d'ouverture" a annoncé le chef de l'Etat.

→ Un point tous les 15 jours afin d'ajuster les restrictions et les allègements, pour "éviter une troisième vague et un troisième confinement". 

Jusqu'au 15 décembre, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et sur attestation individuelle à remplir à chaque sortie pour :

  • Les déplacements entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité professionnelle ou les universités (ou établissements d'enseignement supérieur) pour les étudiants ou les centres de formation pour adultes et les déplacements professionnels ne pouvant être différés.

 

  • Les déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l'activité professionnelle, des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées (liste sur gouvernement.fr) et les livraisons à domicile.
  • Les consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés et l'achat de médicaments.
  • Les déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables et précaires ou la garde d'enfants.
  • Les déplacements des personnes en situation de handicap et leur accompagnant.

"Le pic des nouvelles contaminations et des hospitalisations de la seconde vague a été franchi"

  • Les déplacements brefs, dans la limite de 3 heures quotidiennes et dans un rayon maximal de 20 kilomètres autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Les convocations judiciaires ou administratives et rendez-vous dans un service public (Pôle Emploi, CAF, mairie, préfecture...).
  • La participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative (maraudes, aide alimentaire).
  • Des attestations permanentes sont nécessaires pour les déplacements domicile travail et pour amener les enfants à l'école.

Une amende forfaitaire de 135 euros sera appliquée en cas de non-respect du confinement. Elle pourra aller jusqu'à 3 750 euros en cas de récidive.

Bilan quotidien : les derniers chiffres de l'épidémie en France

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement au samedi 28 novembre 2020, en France : 

• 2 208 699 personnes ont été contaminées par le coronavirus (+12 580 en 24 heures)

• 52 127 personnes sont décédées en France (+213 en 24 heures à l'hôpital, auxquels s'ajoutent 564 décès en Ehpad et EMS durant ces 3 derniers jours)

• 3 777 patients Covid-19 sont en réanimation (-106 en 24 heures).

• 28 168 patients Covid-19 sont hospitalisés (-480 en 24 heures).

 

 

Quelle évolution de l'épidémie en France ?

"Les mesures de freinage que nous avons prises ont permis de ralentir nettement la circulation du virus. Alors que nous comptions près de 45 000 nouveaux cas par jour début novembre, nous sommes redescendus, en moyenne sur les 7 derniers jours, à 17 000 cas par jour" a indiqué Jean Castex lors de la conférence de presse jeudi 26 novembre. Dans son dernier bilan épidémiologique du 26 novembre, Santé Publique France confirme que "les indicateurs de suivi de l'épidémie montrent une diminution importante de la circulation du Sars-CoV-2 en France" même si les indicateurs se maintiennent à un niveau élevé. La diminution se confirme au niveau hospitalier (nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation). "Le pic des nouvelles contaminations et des hospitalisations de la seconde vague a été franchi" informe l'agence. Par contre, le nombre de nouveaux décès liés à la COVID-19 reste très élevé en semaine 47 (16-22 nov), et plus de 50 000 décès survenus en milieu hospitalier et ESMS ont maintenant été rapportés depuis le début de l'épidémie en France.

→ L'indicateur utilisé pour suivre l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France est le taux d'incidence soit le nombre de patients ayant un test PCR positif pour 100 000 habitants par semaine sur les 7 derniers jours. Au 25 novembre, ce taux a baissé à 131.

courbe cas covid
Evolution constatée et prévisionnelle du nombre de cas de Covid-19 confirmés par jour en France présentée le 26 novembre par Jean Castex © Twitter Jean Castex

Le gouvernement suit également l'évolution du taux d'occupation des lits en réanimation par des patients Covid-19 (sur les capacités initiales).

taux lit reanimation covid
Taux d'occupation des lits en réanimation des patients Covid-19 au 26 novembre. © Gouvernement.fr

Combien de cas de coronavirus en France ? 

Samedi 28 novembre, Santé publique France rapporte un total de 2 208 699 confirmés (+12 580 en 24 heures) de coronavirus depuis le début de la pandémie. Le pic épidémique de la première vague a été observé la semaine du 6 au 12 avril, soit 15 jours après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Le pic de la deuxième vague est passé, indique Emmanuel Macron le 24 novembre dans son allocution télévisée, trois semaines après le reconfinement, soit du 16 au 20 novembre. 

Nombre incident de cas confirmés de Covid-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 11 mai au 22 novembre 2020 (données au 25 novembre 2020)

cas confirmé covid
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 11 mai au 22 novembre 2020 (données au 25 novembre 2020), France entière © Santé Publique France

Nombre de cas confirmés de COVID-19 chez les résidents et le personnel en ESMS (établissements sociaux et médico-sociaux) par semaine calendaire, du 20 juillet au 15 novembre, en France

Nombre de cas confirmés de COVID-19 chez les résidents et le personnel en ESMS par semaine calendaire, du 20 juillet au 22 novembre 2020, en France
Nombre de cas confirmés de COVID-19 chez les résidents et le personnel en ESMS par semaine calendaire, du 20 juillet au 22 novembre 2020, en France © Santé Publique France

Combien de cas en plus en 24 heures ?

Avec la reprise de l'épidémie de coronavirus constatée en octobre, le suivi du nombre supplémentaire de nouveaux cas de Covid-19 est un indicateur important. Au 28 novembre, 12 459 nouvelles personnes ont reçu un test positif au Covid-19 sur les dernières 24 heures. L'objectif du Président de la République est de tomber à 5 000 nouveaux cas positifs en 24 heures d'ici le 15 décembre pour pouvoir déconfiner la France. "Nous pourrions l'atteindre d'ici la fin de la deuxième semaine de décembre", a indiqué Olivier Véran le 26 novembre.

Combien de personnes sont en réanimation ?

"Nous avons franchi le pic hospitalier la semaine dernière, a déclaré Olivier Véran le 26 novembre. La charge hospitalière et en réanimation a commencé à se réduire. (...) On peut dire que ça va mieux mais l'épidémie n'est pas derrière nous, la seconde vague n'est pas terminée." La diminution des déclarations de nouvelles admissions en réanimation observée à partir du 9 novembre se poursuit dans toutes les régions de France, confirme Santé Publique France le 28 novembre. 28 168 personnes sont hospitalisées en réanimation (-480 en 24 heures) et la diminution se poursuit. Le plan blanc est réactivé sur tout le territoire national depuis le 29 octobre. Le temps de doublement du nombre hebdomadaire d'admissions en réanimation est de 30 jours.

courbe réanimation covid-19
Nombre hebdomadaire de patients COVID-19 admis en service de réanimation pendant leur hospitalisation, par semaine d’admission en réanimation, depuis le 24 février 2020, France, données au 24 novembre 2020 © Santé Publique France

Les plus forts taux d'admissions en réanimation sont rapportés en Auvergne-Rhône-Alpes, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en Bourgogne-Franche-Comté, en Hauts-de-France et en Île-de-France.

Profil des personnes admises en ce moment en réanimation : 72% sont des hommes, l'âge médian est de 68 ans. 88% des patients présentent au moins une comorbidité. L'âge médian des personnes décédées est de 75 ans.

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l'Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l'évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l'hôpital du Covid-19 par région au 28 novembre (source : Santé publique France)

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 5 742 -106

797

-18 10 801
Grand Est 2 505 -14 307 -8 4 727
Auvergne-Rhône-Alpes 5 631 -75 678 -17 5 119
Hauts-de-France 2 764 -51 378 -4 3 471
Bourgogne-Franche-Comté 1 697 -46 233 -6

1 883

Provence-Alpes-Côte d'Azur 2 689 -33 390 -13 2 733
Occitanie 1 672 -50 298 -6 1 648
Bretagne 537 -15 79 -5 544
Nouvelle-Aquitaine 1 517 -22 201 -11 1 216
Normandie 1 266 -31 113 -8 1 125
Centre Val-de-Loire 921 -4 130 -4 996
Pays de la Loire 930 -22 116 -5 975
Corse 46 NC -3 NC 109
Martinique 36 -9 12 -2 41
Guadeloupe 92 -2 10 +1 163
La Réunion 69 +3 9 +1 48
Guyane 1 +1 1 NC 66
Mayotte 9 -2 NC NC 35
TOTAL 28 124 +4 3 749 +2

35 700

Combien de morts du Covid-19 en France ?

Si les nouveaux cas de coronavirus baisse en France, le nombre de nouveaux décès reste très élevé, souligne Santé Publique France dans son point du 26 novembre. Samedi 28 novembre, 52 127 personnes sont décédées du coronavirus depuis le début de l'épidémie (+213 en 24h à l'hôpital, auxquels s'ajoutent 564 décès en Ehpad et EMS entre mercredi 25 et vendredi 27 novembre). 93% ont 65 ans ou plus, 55% sont des hommes. La France a franchi la barre des 40 000 morts samedi 7 novembre et celle des 50 000 le 24 novembre. Au niveau national, le nombre hebdomadaire de décès a diminué de 24% en semaine 47 (16-22 novembre) par rapport à la semaine précédente. Cette diminution fait suite à plusieurs semaines d'augmentation

Les plus forts taux de décès de patients Covid-19 par région rapportés à la population (/100 000 habitants) sur la semaine du 16 au 22 novembre sont observés en Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loir

Nombre hebdomadaire de nouveaux décès à l'hôpital de patients COVID-19 par semaine de décès, depuis le 19 mars 2020, France, données au 22 novembre 2020

courbe décès covid-19 france
Nombre hebdomadaire de décès à l’hôpital de patients COVID-19 par semaine de décès, depuis le 19 mars 2020, France, données au 24 novembre 2020 © Santé Publique France

Carte de l'épidémie en temps réel

Quels sont les régions et départements les plus touchés ?

Globalement, les régions les plus touchées par l'épidémie de Covid-19, au 22 novembre sont l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. A celles-ci s'ajoute le Grand Est pour le taux d'hospitalisations les plus élevés. 

Au 28 novembre, 100 départements ont un nombre de cas de Covid-19 au-dessus du seuil d'alerte de 50/100 000 habitants et sont en niveau de vulnérabilité "élevé". 

Niveau de vulnérabilité par département et évolution, France, au 28 novembre 2020

Niveau de vulnérabilité par département et évolution, France, au 28 novembre 2020 © Santé Publique France © Santé Publique France © Santé Publique France

 

Combien de clusters en France ?

Au 23 novembre, Santé Publique France rapporte 3 724 clusters en cours d'investigation dont 1 589 en Ehpad. 

Quel est le taux de reproduction du virus en France ? 

Les taux de reproduction du virus appelés "R-effectifs" ou "Reff" permettent de décrire la dynamique de l'épidémie : lorsque le Reff est significativement supérieur à 1, ceci signifie que l'épidémie est en progression, lorsqu'il est égal à 1, l'épidémie se stabilise, lorsqu'il est significativement inférieur à 1, l'épidémie régresse. "Le R est estimé à 0.65, le niveau atteint lors du premier confinement" a déclaré Jean Castex le 26 novembre confirmant la baisse de l'épidémie. Aucune région, que ce soit en France métropolitaine ou en outre-mer, ne présente d'estimation du R significativement supérieure à 1 en semaine 47 (16-22 novembre), confirme Santé Publique France le 26 novembre. Comment ce nombre est-il calculé ? 

Où se faire dépister du Covid-19 ?

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques. Au 28 novembre, le taux de positivité est en baisse et s'établit à 11,4%. Le taux national d'incidence des cas confirmés par RT-PCR (nombre de nouveaux cas rapporté à la population) était de 151 cas/100 000 habitants en semaine 47 (16-22 novembre) et en forte diminution par rapport au taux consolidé de la semaine précédente, indique Santé Publique France le 26 novembre. 590 laboratoires testent par PCR les Français sur l'ensemble du territoire et sont soutenus par les pharmacies (pour les tests antigéniques). 

Protocole sanitaire : gestes barrières, masques...

Comme il n'y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s'en protéger est l'application de gestes barrières : mesures d'hygiène, réduction des contacts (salut sans embrassade et sans serrer les mains, maintien de la distance physique, regroupements à éviter), port approprié du masque (bouche et nez couverts), aération des endroits clos. Les personnes contacts de cas confirmés doivent respecter les périodes d'isolement. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Symptômes : dans quel ordre apparaissent-ils, que faire ?

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l'infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées...), l'odorat, le goût et même le cerveau. "Sur 100 personnes atteintes du coronavirus, 90 ne vont pas développer de symptômes" a informé le ministre de la Santé le 5 novembre.

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : évitez les contacts, restez à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appelez un médecin pour prendre rendez-vous dans l'éventualité qu'il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : "Si cette toux et cette fièvre s'accompagnent d'une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d'une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d'une pneumopathie. Il s'agit alors d'une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d'urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation", prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  
DATES CLÉS DE L'ÉPIDÉMIE EN FRANCE
  • 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un "nouveau type de coronavirus".
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d'une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l'Organisation mondiale de la Santé décrète l'urgence de santé mondiale. Cette mesure n'avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d'organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l'épidémie.
  • 11 mars, l'OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre".
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l'épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l'Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu'au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  •  15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l'état d'urgence sanitaire prend fin en France.
  •  20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 8 octobre, le plan blanc est réactivé dans les hôpitaux d'Ile-de-France.
  • 17 octobre à 0h01, la France repasse en état d'urgence sanitaire et un couvre-feu est instauré dans 9 territoires (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 24 octobre à 0h01 : extension des mesures de couvre-feu à 38 nouveaux départements français.
  • 29 octobre à 0h01 : reconfinement national pour 4 semaines, jusqu'au 1er décembre au minimum.
  • 28 novembre : première étape d'allègement du confinement avec la réouverture des commerces non essentiels.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès

Gestion de l'épidémie