Syphilis : quels symptômes pour la reconnaître ?

Très contagieuse, la syphilis, parfois appelée "vérole", est une maladie sexuellement transmissible. Si elle n'est pas traitée, elle peut engendrer de graves problèmes de santé. Voici comment la reconnaître et la soigner avec le Dr Jean-Marc Bohbot, andrologue et spécialiste des infectons uro-génitales.

Syphilis : quels symptômes pour la reconnaître ?
© belchonock-123RF

Définition : qu'est-ce que la syphilis ?

La syphilis est une maladie sexuellement transmissible (MST) contagieuse très répandue et en recrudescence. La cause ? Le tréponème pâle (Treponema pallidum) est une bactérie responsable de la syphilis et se manifeste en moyenne 3 semaines après le contact avec elle (entre 10 et 90 jours).

Deux types de syphilis : congénitale ou nerveuse ?

Syphilis congénitale

La syphilis congénitale affecte le fœtus et les nouveaux nés.  "La transmission se fait en cas de syphilis de la mère, généralement au cours du 5e mois de grossesse", explique le Dr Jean-Marc Bohbot, andrologue et spécialiste des infectons uro-génitales, directeur médical à l'institut Fournier à Paris. Elle peut entraîner la mort du fœtus ou des malformations. Le traitement repose sur l'injection de pénicilline G par voie intramusculaire. Si la mère est bien traitée, l'enfant sera protégé et pourra naître normalement. La syphilis congénitale tardive apparaît après la naissance, entre 5 et 30 ans.

Syphilis nerveuse

Lorsque la maladie, non traitée, atteint un stade avancé, elle entraîne des troubles neurologiques graves (environ 8-10% des cas) : on parle alors de neurosyphilis ou syphilis nerveuse. Cette phase survient au bout de quelques mois ou de plusieurs années. Elle se manifeste par une méningo-encéphalite (inflammation des méninges et du cerveau) pouvant conduire à la démence. De nos jours, les antibiotiques permettent souvent de traiter la maladie avant qu'elle n'atteigne ce stade.

Symptômes : éruptions cutanées, douleurs articulaires...

La syphilis évolue selon trois phases distinctes (primaire, secondaire, tertiaire) avec des phases sans symptôme pendant lesquelles seul le diagnostic sérologique permet de la détecter. Elle se manifeste par des lésions de la peau et des muqueuses (ulcérations non douloureuses au pénis, au vagin ou à l'anus) pouvant à la longue affecter de nombreux organes (cœur et cerveau en particulier). Une syphilis non traitée peut conduire à de nombreuses complications telles que des lésions internes ou externes, des troubles cardiovasculaires ou de santé mentale graves. Elle peut même, dans certains cas, entraîner le décès de l'individu non traité. 

© Roberto Biasini - 123RF

Stades de la syphilis

Syphilis primaire

La syphilis primaire se manifeste par l'apparition d'une lésion ronde unique, de couleur rosée, dure, mais non douloureuse au niveau des organes génitaux externes, sur le gland chez l'homme ou la vulve, le vagin ou le col chez la femme (mais aussi la bouche et la gorge en cas de fellation). On parle de chancre syphilitique. La lésion peut parfois se localiser au niveau de la bouche ou de l'anus en fonction du type de rapport contaminant. "Un gros ganglion peu douloureux apparaît dans l'aine entre quatre et huit jours après la contamination" ajoute le Dr Odile Bagot dans son livre "Vagin&Cie" (éditions Mango).  

Syphilis secondaire

Puis, après la disparition du chancre en 5 semaines environ, l'évolution se fait vers la syphilis secondaire avec une éruption cutanée, appelée roséole syphilitique, qui prend la forme de petites lésions discrètes rose pâle au niveau du tronc. Les lésions peuvent être un peu plus brunes, et leur pourtour peut donner l'impression d'une légère desquamation (peau qui pèle). Elles se situent au niveau du visage, des membres, du tronc et parfois au niveau de la paume des mains ou de la plante des pieds. Durant cette phase, d'autres signes moins spécifiques peuvent être identifiés, notamment de la fièvre, des douleurs diffuses, des ganglions... 

Syphilis tertiaire

On parle parfois de syphilis tertiaire, stade devenu très rare, lors d'éventuelles complications tardives de cette infection.

Mode de transmission

La transmission de l'infection se fait par voie sexuelle et très rarement par voie sanguine ou au cours de la grossesse. 

Personnes à risque 

"Tout contact sexuel non protégé expose à une contamination si le ou la partenaire sont porteurs de la maladie. La transmission se fait par contact avec des lésions cutanées (chancres, syphilides) ou muqueuses. Les rapports oro-génitaux sont également à risque de transmission", avertit le spécialiste des infectons uro-génitales.

Diagnostic : tests TT, TNT, VDRL ou RPR

Le médecin prescrit l'analyse pour diagnostiquer une syphilis et la virulence de celle-ci. "Les dernières recommandations de la HAS simplifient le diagnostic sérologique. Pour le dépistage, un test tréponémique (TT) est demandé. Si celui-ci est négatif, il n'y a pas de syphilis. En cas de risque récent ou de lésion suspecte, on pourra renouveler le test 3 semaines plus tard (les anticorps peuvent mettre 3 à 6 semaines pour apparaître). Si le TT est positif, on demande un test non tréponémique (TNT) quantitatif (VDRL pour "Venereal Disease Research Laboratory" en anglais, ou RPR) car c'est ce test qui déterminera le stade de la maladie et donc le traitement le plus adapté. Le TNT est également le test de référence pour suivre l'évolution de la maladie après traitement", explique le spécialiste.

En cas de TNT négatif (avec TT +), il peut s'agir d'un tout début de syphilis (renouveler le test 3 semaines plus tard) ou d'une syphilis ancienne guérie. En cas de TNT positif (avec TT +) et s'il n'y a aucun antécédent connu de syphilis, il faudra traiter le patient et dépister ou traiter le, la ou les partenaires.

Traitements : soigner la syphilis ?

"En cas de syphilis récente (évoluant depuis moins de 2 ans, 1 seule injection intra musculaire de benzathine pénicilline 2.4 M d'unités est suffisante. En cas d'allergie à la pénicilline, on prescrira du doxycycline 200 mg per os x 14 jours ou ceftriaxone 1 g/ jour IM x 10 à 14 jours. En cas de syphilis tardive (> 2 ans) on prescrira 1 injection intra musculaire de benzathine pénicilline 2.4 M d'unités 1 fois par semaine pendant 3 semaines. Il faudra contrôler l'efficacité du traitement par un test VDRL ou RPR quantitatif à 3, 6 et 12 mois.  La diminution significative de ce taux d'anticorps permet de conclure à la guérison. Dans tous les cas, les partenaires sexuels doivent être dépistés (prise de sang) et éventuellement traités", remarque le Dr Jean-marc Bohbot.

Complications de la syphilis

Une syphilis non traitée peut aboutir après plusieurs années à une atteinte de plusieurs organes (cœur, cerveau…) et rendre le traitement plus long et plus incertain en terme d'efficacité. "Une femme enceinte atteinte d'une syphilis non traitée peut transmettre la maladie à son fœtus à partir de la fin du 4e mois de grossesse avec un risque de syphilis congénitale pour l'enfant (malformations, lésions cutanées, retard de croissance, handicap intellectuel…). Si la mère est traitée pendant la grossesse, le traitement guérit également la syphilis du fœtus", précise le spécialiste.

Prévention : comment prévenir la syphilis ?

Le préservatif est le seul mode de prévention de la syphilis. "De plus, en cas de découverte de la maladie, il faut rapidement prévenir ses partenaires sexuels", poursuit-il.  

Merci au Dr Jean-Marc Bohbot, andrologue et spécialiste des infectons uro-génitales, directeur médical à l'institut Fournier à Paris.

Syphilis : quels symptômes pour la reconnaître ?
Syphilis : quels symptômes pour la reconnaître ?

Sommaire Définition Types de syphilis • Syphilis congénitale • Syphilis nerveuse Symptômes Stades • Syphilis primaire • Syphilis secondaire • Syphilis tertiaire Mode de transmission Personnes à risque Examens et...