Arthrose : quels sont les symptômes et comment la soulager ?

Caractérisée par une usure prématurée du cartilage de l'articulation, l'arthrose concerne 9 à 10 millions de personnes en France. Aux genoux, aux cervicales, à la hanche ou encore aux doigts, l'arthrose a des symptômes typiques et de nombreux traitements pour soulager ses douleurs.

Arthrose : quels sont les symptômes et comment la soulager ?
© 123RF- belchonock

Définition

L'arthrose est une atteinte chronique des articulations entraînant peu à peu la destruction du cartilage. "Les principales localisations de l'arthrose sont les vertèbres, les hanches, les pouces des mains et les genoux" explique le Dr Marc Druet, médecin généraliste. Il précise : "On appelle rhumatisme une maladie qui touche les articulations de notre corps." Il existe également d'autres rhumatismes dont le mécanisme est inflammatoire comme le rhumatisme articulaire aigu, la polyarthrite chronique, la spondylarthrite ankylosante ou le rhumatisme psoriasique. 

Rôle des articulations

L'articulation participe activement à l'élaboration d'un mouvement. Une articulation permet de réaliser des mouvements, de bouger et de se déplacer. Les deux extrémités osseuses, recouvertes de cartilage, se rencontrent au niveau de l'articulation. Les ligaments et les muscles reliés sur les os grâce aux tendons se situent de part et d'autre de l'articulation. Les muscles participent à la production du mouvement et protègent l'articulation. L'articulation est délimitée par la membrane synoviale, membrane qui tapisse l'intérieur de toute l'articulation qui secrète le liquide synovial. Celui-ci nourrit et lubrifie le cartilage de l'articulation et permet de faciliter le glissement de l'articulation. Dans le Particulier Santé, le Dr Laurent Grange, rhumatologue au CHU de Grenoble et président de l'Association française de lutte anti-rhumatismale (AFLAR) explique que sollicitées, les cellules qui forment le cartilage produisent un cartilage de moins bonne qualité et s'épuisent. 

Types d'arthrose : genou, cervicale...

La colonne cervicale est touchée dans 75 % des cas d'arthrose car après 40 ans, l'arthrose cervicale apparaît presque toujours sur les radiographies même en l'absence de symptômes. La colonne lombaire est touchée dans 70 % et les mains dans 60% des cas. Le genou est lui touché dans 30% des cas alors que la hanche ne l'est que dans 10%. L'arthrose du pied concerne moins de 10 % des cas et touche le plus souvent le gros orteil, après un traumatisme ou un trouble de la marche. 

Arthrose des doigts

Arthrose lombaire 

Arthrose du pouce 

Arthrose cervicale 

Arthrose de la hanche 

Arthrose du genou 

Arthrose du pied

Uncarthrose

Arthrose de l'épaule

Symptômes

Elle se manifeste par des douleurs chroniques, une impotence fonctionnelle (diminution des mobilisations liées aux douleurs), une raideur. Les articulations les plus touchées sont les hanches, les genoux et les articulations des vertèbres lombaires. 

Douleur. Lors d'une arthrose, l'articulation devient douloureuse lorsqu'elle fonctionne. La douleur se calme ensuite au repos. L'arthrose atteint chaque personne de manière différente. Une arthrose provoque dans la majorité des cas des douleurs articulaires, une raideur et parfois un gonflement de l'articulation concernée. La douleur provient des tissus de voisinage qui sont très innervés notamment la membrane synoviale, de l'os, des ligaments ou des tendons. Une sensibilité de l'articulation est présente lorsqu'on applique une pression. Les changements de température peuvent également représenter des facteurs de déclenchement.

Raideur. La raideur de l'articulation survient surtout le matin au réveil ou après une période d'immobilité nocturne et se prolonge en général moins d'une heure. Une perte progressive de flexibilité dans l'articulation apparaît, limitant et rendant les mouvements douloureux. 
Déformations. Les autres signes qui peuvent être constatés: l'apparition progressive de petites déformations de l'articulation et une Inflammation.

Arthrose : schéma du genou

Evolution de l'arthrose

© L'Internaute

Causes

Les articulations sont soumises à des forces de tension et de compression importantes au cours de la vie et ce processus dégénératif augmente avec l'âge, touchant généralement les personnes à partir de 40-50 ans. L'arthrose attaque le cartilage et le détruit sans inflammation ou infection au contraire de l'arthrite, puis crée la formation d'excroissances osseuses. 
On appelle "cartilage" la structure élastique et résistante recouvrant les extrémités osseuses. L'extrémité de chaque os est en effet recouverte de cartilage, substance élastique et glissante, aux propriétés très résistantes permettant d'effectuer des mouvements amples. Le cartilage recouvre l'extrémité des os et participe à la mobilité articulaire avec un minimum de frottements. Il protège l'os et recouvre les extrémités des os afin de leur permettre de glisser facilement mais également d'amortir les pressions subies par les articulations. 
Lorsque le cartilage s’abîme, il se produit un détachement de petits fragments et une modification du liquide synovial. Le cartilage perd alors sa souplesse et son élasticité. Les deux os de l'articulation se frottent l'un sur l'autre et de petites excroissances osseuses anormales se développent à ce niveau. 

Personnes à risque

Certains facteurs favorisent la survenue de l'arthrose, comme certains mouvements répétitifs ainsi que de très légers traumatismes répétés. 

Sportifs. Pour l'arthrose de la hanche par exemple, la danse, le football et le rugby peuvent être des facteurs favorisant. Lancer le javelot favorise l'arthrose du coude tandis que la danse favorise l'arthrose des orteils. La pratique du trapèze favorise l'arthrose du dos. La pratique du football, du vélo, du basket, de la natation et du ski favorisent l'arthrose du genou.

Professions. Certaines professions comme les agriculteurs et ouvriers du bâtiment sont plus exposées à l'arthrose de la hanche car leurs mouvements effectués quotidiennement peuvent provoquer une usure prématurée de cette articulation. 
Surpoids. Une surcharge pondérale favorise l'arthrose en raison de l'augmentation des contraintes mécaniques exercées sur l'articulation concernée. Le manque d'activité physique diminue l'irrigation sanguine des muscles et entraîne une modification de l'oxygénation du cartilage. 
Hérédité. La présence de plusieurs personnes dans la famille présentant une arthrose peut représenter un facteur de risque. Le Pr François Rannou, rhumatologue et médecin de rééducation à l'hôpital Cochin (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) précise dans le dossier du Particulier Santé (Soulager l'arthrose) "que de nombreux gènes sont impliqués dans l'apparition de l'arthrose et que pour 50 % des personnes atteintes, elle résulte ensuite de ce que l'on fait vivre à ses articulations".

Mauvaises habitudes. Par exemple certaines mauvaises habitudes comme le fait de porter des talons hauts favorise l'arthrose du genou

"L'activité physique est un bon moyen pour lutter contre les douleurs"

Sport et arthrose

Il ne faut surtout pas se mettre au repos et rester assis chez soi, situations qui risquent d'enraidir les articulations. D'autre part, moins on bouge et plus l'articulation se fragilise et devient instable, dégradant ainsi le cartilage. Il faut continuer à avoir une activité générale régulière afin d'améliorer l'environnement de l'articulation, des muscles et des tendons. Il faut donc bouger, même si des douleurs chroniques de fond sont présentes. En phase aigue et très douloureuse, il faut être plus prudent et ne pas trop solliciter son articulation. Il est bien sûr conseillé d'en parler avec son médecin car le choix de l'activité physique fait l'objet d'une discussion et d'une évaluation avec chaque patient. Marche, vélo et natation sont les activités d'endurance les plus conseillées à pratiquer à un rythme minimal de deux fois par semaine selon les conseils de son médecin. "L'arthrose est une maladie très fréquente qui n'épargne quasiment personne mais qui peut prendre des formes plus ou moins graves suivant les individus. L'activité physique est un très bon moyen pour lutter contre les douleurs", note le Dr Marc Druet.

• Exercices anti arthrose

De nombreux exercices, faciles à réaliser chez soi permettent d'améliorer les fonctions articulaires et de les aider à mieux supporter l'effort, en renforçant les muscles qui les entourent. Si l'on souffre d'arthrose de la hanche, il faut effectuer régulièrement cet exercice qui consiste à s'asseoir sur une chaise haute, puis à mettre un pied sur un tabouret et balancer la jambe dans le vide de droite à gauche en faisant pivoter la hanche et refaire l'exercice 10 à 20 fois avec chaque jambe. Quelques minutes chaque jour peuvent aider à renforcer l'arthrose des doigts. Il faut enrouler les doigts autour d'une balle en mousse, ou antistress, souple et la serrer fort puis relâcher et répéter l'exercice 5 à 10 fois avec chaque main en tenant 10 secondes chaque fois. 

Examen et diagnostic

Dans la majorité des cas, un simple examen radiologique suffit à poser le diagnostic d'arthrose et l'IRM n'est pas nécessaire. Mais il faut que les clichés radiologiques soient effectués correctement. Le Pr Rannou précise que pour que la gonarthrose, il faut effectuer des clichés en charge et surtout une image "en schuss de l'arrière du genou, comme au ski, les jambes fléchies à 30°. Cela permet de repérer les signes caractéristiques de l'arthrose avec le pincement articulaire notamment le pincement articulaire entre les deux extrémités osseuses très évocateur de l'arthrose ainsi que la présence d'excroissances autour de l'articulation

Traitements

Médicaments

Les médicaments prescrits dans l'arthrose ne peuvent pas ralentir l'évolution de la maladie mais peuvent soulager les symptômes de l'arthrose comme la douleur et la raideur. Ces médicaments sont prescrits selon l'intensité des symptômes. Les médicaments destinés à lutter contre la douleur représentent les traitements les plus prescrits devant parfois être utilisés chaque jour. Plusieurs médicaments, isolément ou en association, peuvent ainsi être proposés aux personnes souffrant d'arthrose. 

• Les antalgiques

  • Le paracétamol se prescrit en première intention, même si son efficacité est très modérée, et ne doit pas dépasser 3 g par jour en raison de sa toxicité hépatique. Le paracétamol est l'antalgique de premier choix et en cas de succès le traitement pharmacologique à long terme de préférence. Le paracétamol chez l'adulte est indiqué lorsque celui-ci présente une douleur légère à modérée. Le délai d'action est de 30 à 60 minutes selon la forme pharmaceutique. Ne jamais dépasser la dose maximale recommandée. La dose maximale peut être de 3 grammes/jour chez un adulte, voire davantage selon l'avis de votre médecin. D'autres médicaments peuvent contenir du paracétamol : vérifier l'ensemble de votre traitement pour éviter tout risque de surdosage. Le paracétamol est également en vente libre. 
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) oraux sont prescrits en deuxième intention mais doivent être pris sur une courte durée en raison de leurs effets secondaires comme des troubles digestifs ou des réactions cutanées allergiques. La prescription d'un anti-inflammatoire à la dose efficace la plus faible possible peut être envisagée lorsque le paracétamol n'améliore pas suffisamment les douleurs. Ces médicaments très utilisés représentent un des traitements les plus prescrits dans l'arthrose. Un médicament protégeant l'estomac peut être prescrit chez les problèmes présentant des troubles digestifs comme une gastrite ou un ulcère par exemple. Une autre classe d'anti-inflammatoire prescrits uniquement sur ordonnance, les COX2 appelés également coxibs, peuvent également être conseillés aux personnes dont le risque de complications gastro-intestinales est important. Certains médicaments anti inflammatoires sont en vente libre et d'autres nécessitent une prescription médicale. Lors de l' arthrose du genou, des anti-inflammatoires appliqué localement sur la zone concernée sont parfois utilisés. 
  • Lorsque les douleurs provoquées par l'arthrose sont sévères, les médecins peuvent prescrire des médicaments à base d'opioïdes qui sont des dérivés modérés de la morphine comme la codéine ou le  tramadol. Ces dérivés peuvent être parfois combinés dans le même comprimé à du paracétamol. Ils peuvent provoquer des effets secondaires, comme une somnolence, des nausées ou des vertiges et présentent un risque de dépendance. 

Patchs et gels

Les topiques antalgiques et anti-inflammatoires appliqués localement sous forme de patch ou de gel, peu ou pas remboursés, ont une certaine efficacité lors d'une poussée modérée, essentiellement pour les articulations des mains, des doigts et éventuellement du genou. A noter que l'EULAR, ligue européenne contre le rhumatisme) recommande la prise de capsaïcine, principe actif du piment, en gel ou en patch, en deuxième intention après le paracétamol, et devant les crèmes anti inflammatoires. Mais attention car ce traitement peut entraîner des irritations cutanées.  

Les AASAL

Les médicaments anti arthrosiques symptomatiques d'action lente (AASAL) comme l'Insaponifiable de soja et d'avocat, le chondroïtine sulfate et le glucosamine peuvent limiter les poussées douloureuses et améliorer la qualité de vie et sont prescrits sur 3 à 5 mois. Ils ne sont plus remboursés car ne sont plus recommandés par la HAS. 

L'acide hyaluronique

La visco-supplémentation consiste à injecter dans l'articulation de l'acide hyaluronique pendant 3 à 5 semaines pour la dégripper et la lubrifier l'articulation dans l'articulation peut être prescrite. Elle est fréquemment utilisée dans l'arthrose du genou 

Les infiltrations

La HAS recommande les infiltrations de corticoïdes , anti-inflammatoire stéroïdiens, juste après le paracétamol et les AINS. Ces infiltrations permettent d'injecter une quantité plus faible de corticoïdes, directement au contact de l'articulation 

Remèdes naturels

La phytothérapie peut être proposée, mais l'avis de son médecin est indispensable en raison des effets secondaires possibles ainsi que des contre-indications. 

  • Si elle est surtout connue pour ses poils urticants, l'ortie peut être utilisée en phytothérapie pour soulager l'arthrose. Elle agit comme un reminéralisant et favorise la reconstitution du cartilage. L'ortie est également un [anti-inflammatoire naturel, dont l'action est décuplée lorsqu'elle est associée à d'autres plantes aux facultés similaires. 
  • Les feuilles de cassis sont employées en phytothérapie pour leurs vertus anti-inflammatoires. En tisane ou en extrait de plante standardisé (EPS), elles sont indiquées dans le traitement des douleurs articulaires telles que les rhumatismes et l'arthrose. 
  • La prêle, également appelée "queue de rat" est utilisée en phytothérapie en cas d'arthrose. Comme les feuilles d'ortie, ses parties aériennes renferment des propriétés reminéralisantes et anti-inflammatoires. La prêle accroît la consolidation des os, et soulage les douleurs causées par l'arthrose. 
  • L'arnica des montagnes appartient à la famille des astéracées. Ses sommités fleuries sont connues pour leurs effets [antalgiques et anti-inflammatoires. Elle est indiquée dans le traitement des douleurs articulaires comme l'arthrose. A utiliser par voie externe uniquement. 

Kinésithérapie

La kinésithérapie ne remplace par les traitements symptomatiques mais elle joue un rôle fondamental et complémentaire dans le traitement de l'arthrose. Les séances de kinésithérapie peuvent aider à récupérer partiellement une certaine mobilité de l'articulation touchée par l'arthrose mais également de lutter contre l'instabilité de l'articulation et la déformation qui peut se produire. Elle apporte de nombreux avantages et participe à l'amélioration des douleurs et de la raideur car l'inactivité aggrave les symptômes de l'arthrose. La kinésithérapie permet de diminuer les douleurs et la raideur articulaire (massage relaxant, électrodes, chaleur...). Elle permet également la mobilité de l'articulation en récupérant le maximum d'amplitude du mouvement de l'articulation atteinte par l'arthrose et de maintenir ou renforcer la musculation afin d'obtenir une stabilisation de l'articulation et de limiter les déformations. Les séances doivent également permettre d'apprendre les mouvements à répéter ensuite chez soi ainsi que les postures à adopter et/ou les gestes à éviter. La kinésithérapie peut aussi participer à une meilleure préparation lors de certaines interventions chirurgicales telle que celle effectuée dans l'arthrose du genou ou bien celle de la hanche. Lors de la rééducation post-opératoire, par exemple dans les cas d'arthrose du genou, les séances de kinésithérapie permettent de développer les muscles quadriceps et les muscles stabilisateurs du genou. 

Alimentation

Il faut également surveiller son alimentation, car manger sainement et équilibré, sans carences protidiques est fondamental pour les muscles. D'autre part, il faut surveiller son poids, l'excès pondéral pouvant aggraver l'arthrose.10 % de surpoids en moins améliore la récupération fonctionnelle de 28 % liée à une arthrose du genou. La perte de quelques kilos, même deux ou trois entraîne des bénéfices au niveau de la récupération fonctionnelle et de la diminution de la douleur.

Cure thermale

Les bienfaits d'une cure thermale sont encore trop souvent méconnus. Une étude menée par l'Association française pour la recherche thermale (Afreth) a montré une amélioration à 3, 6 puis 9 mois, et ceci au niveau des douleurs et de la capacité fonctionnelle. Une cure permet de prendre moins de médicaments et de soins l'année suivant la cure associée ainsi à un confort de vie amélioré. 

Acupuncture

L'acupuncture peut également, dans certains cas, apporter une certaine aide.

Evolution de l'arthrose

L'arthrose est une maladie chronique évoluant lentement et insidieusement au cours des années. Elle peut affecter toutes les articulations. Les articulations les plus fréquemment concernées par l'arthrose sont notamment les genoux, la colonne vertébrale, les hanches et les mains. "Aussi invalidante qu'elle puisse être dans certains cas, l'arthrose n'est pas reconnue comme maladie professionnelle", souligne le Dr Marc Druet, médecin généraliste.

Merci au Dr Marc Druet, médecin généraliste. 

Autour du même sujet