Collagène et arthrose : quels bienfaits pour les articulations ?

Le collagène est une protéine indispensable aux articulations. Sa synthèse diminue avec l'âge, et sa perte entraine, au niveau des articulations, une altération des cartilages. Est-il possible de pallier à cette perte ? Dans quel aliment se trouve le collagène ? Où trouver du collagène naturel ? Quel complément de collagène choisir ? Réponses.

Collagène et arthrose : quels bienfaits pour les articulations ?
© fizkes - 123RF

C'est quoi le collagène ?

Le collagène est la protéine la plus abondante dans le corps. Elle constituerait 30 % des protéines du corps, et 70 % de la peau. C'est un composant indispensable des tissus conjonctifs. On le trouve dans les articulations, la peau, les os, les muscles, les ligaments, les tendons. "Le collagène est une structure protéique qui permet de donner l'élasticité aux tissus de l'organisme. Il permet de lutter contre les rides, contre les raideurs ligamentaires, il donne l'élasticité à nos artères et nos veines, il améliore la tenségrité (solidité, ndlr) des tissus et des fascias, il permet de lutter contre la plupart des douleurs tendino-musculaires", explique le Dr Jean-Christophe Charrié, médecin généraliste. La synthèse du collagène diminue avec l'âge, à partir d'environ 25 ans. Notre corps a donc besoin de reconstituer son stock, mais notre alimentation est devenue pauvre en collagène. "Il y a une maladie génétique qui s'exprime sur l'appauvrissement du collagène, c'est le SED (Syndrome d'Elhers-Danlos). Les formes graves s'expriment sur les artères (anévrisme) les formes frustres sont souvent confondues avec des fibromyalgies, et les hyper laxités, précise le médecin. Aussi, le collagène étant une protéine, il dépend essentiellement des œstrogènes, (hormone dite à tort féminine) car ce sont ces hormones qui stimulent la production protéique au sein du noyau cellulaire. Cela explique une grande partie des symptômes que vivent les femmes au moment de la ménopause", précise le médecin. Et de manière générale, la diminution progressive de collagène entraine une perte de cartilage et de la fonction articulaire.

Quels bienfaits sur les articulations ?

"Le collagène améliore l'élasticité des ligaments, des tendons, des fascias, il permet ainsi un bon fonctionnement de la mécanique articulatoire et donc son confort, explique le Dr Jean-Christophe Charrié. Car ce sont dans des petites bandelettes ligamentaires situées autour des articulations que se trouvent des récepteurs neurologiques réactifs aux étirements, et aboutissent à la douleur lorsque ceux-ci sont sur sollicités. Toutes ces douleurs péri-articulaires qui peuvent aller jusqu'à ne plus pouvoir marcher par exemple, et sans manifestation inflammatoire, sont essentiellement dues a un excès d'étirement de ces bandelettes, et lorsque ces dernières sont de mauvaise qualité par manque de collagène, les douleurs se manifestent lors d'évènements anodins."

Pour quels types d'arthrose : genou, hanche ?

Le collagène démontre son efficacité pour "tous les types d'arthroses, mais surtout en préventif avant l'apparition des douleurs, insiste le médecin. Même si en curatif le collagène a toute sa place, il est rarement suffisant pour calmer les épisodes douloureux".

Où trouver du collagène naturel pour l'arthrose ?

Le collagène existe à l'état naturel, dans les aliments. C'est le plus efficace en cas d'arthrose. Le Dr Charrié recommande "un apport naturel dans l'alimentation au quotidien. Cela veut dire qu'il faut revenir à l'alimentation de nos anciens. Car on trouve le collagène en faisant bouillir des os. Ainsi le pot au feu et son bouillon dégraissé, la poule au pot, le bouillon de poule (autrefois on faisait bouillir le cou, la tête les pattes a feu doux pendant des heures), les joues de bœuf ou de porc, le pâté de tête, la salade de museaux, le pied de porc ou de veau, la tête de veau, les gélatines animales", mais aussi "les soupes de poisson (surtout de cartilagineux comme la raie, la saumonette, et autres squales), ou de crustacés lorsque tout est mixé pour un apport de tous les nutriments importants à la réparation articulaire". En revanche, "les gélatines végétales n'apportent pas de collagène, ce qui pose un problème dans les apports" des végétariens par exemple. "Dans ce cas, il est possible d'augmenter les supplémentations en silice bio-absorbable".

Quels aliments contiennent du collagène ?

Les aliments riches en collagènes sont intéressants "surtout en prévention, indique le Dr Charrié. Mais l'alimentation moderne s'étant appauvrit en cet apport alimentaire, il faut alors réintroduire dans notre quotidien, les aliments qui en sont les plus riches". On trouve le collagène dans : le pot au feu et son bouillon dégraissé, la poule au pot, le bouillon de poule (autrefois on faisait bouillir le cou, la tête les pattes a feu doux pendant des heures), les joues de bœuf ou de porc, le pâté de tête, la salade de museaux, le pied de porc ou de veau, la tête de veau, les gélatines animales mais aussi les soupes de poisson (surtout de cartilagineux comme la raie, la saumonette, et autres squales), ou de crustacés.

C'est quoi le collagène type 2 pour l'arthrose ?

Il existe différents types de collagènes dans le corps. "Le collagène de type I représente 90 % du collagène de l'organisme, c'est un collagène structurale à proprement parler puisqu'il est la trame protéique de l'os servant de tuteur à la minéralisation". Le collagène de type II (issu de volaille) se situe au niveau des cartilages. "Il s'associe aux IX, X et XI au niveau des disques vertébraux et du corps vitré de l'œil. Le type III est plus localisé dans le système cardio-vasculaire", détaille le médecin.

Le collagène en poudre est-il efficace pour l'arthrose ?

Le collagène en poudre existe en compléments alimentaires, il s'agit la plupart du temps de peptides de collagène, soit la forme la mieux assimilée par l'organisme. Il est fabriqué à partir de bovin, de volaille, ou de poisson. Leur efficacité sur l'arthrose n'a pas été prouvée. Par ailleurs, le Dr Charrié n'a pas observé "de résultat mirobolant avec les poudres, car il y a avant tout un problème d'observance (la manière dont un patient suit ou ne suit pas une prescription médicale, ou les recommandations d'utilisation d'un complément alimentaire), puisqu'il faut les prendre en dehors des repas". Les compléments alimentaires pourraient renforcer la routine santé, mais ils ne suffisent pas à lutter contre l'arthrose.

Merci au Dr Jean-Christophe Charrié, Médecin Généraliste, Président de l'Institut d'Endobiogénie Médecine Préventive Intégrative. Auteur de "Les clés de l'alimentation anti cancer, anti-inflammatoire, anti maladie auto-immune", Editions Terre Vivante.

Rhumatologie