Rhinoplastie (chirurgie du nez) : technique, résultat, prix

Une rhinoplastie est une opération chirurgicale qui consiste à modifier la forme ou la taille du nez. Le plus souvent, elle est réalisée pour corriger une bosse ou un nez trop large. Quelle est la technique ? Comment se passe l'opération ? Y a-t-il des contre-indications ? Que faire en cas de rhinoplastie ratée ?

Rhinoplastie (chirurgie du nez) : technique, résultat, prix
© dolgachov - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une rhinoplastie ?

La rhinoplastie est un acte de chirurgie plastique qui vise à modifier la morphologie du nez pour des raisons esthétiques et/ou des raisons fonctionnelles. Ces disgrâces peuvent être congénitales, dues à un traumatisme ou liées au vieillissement. La rhinoplastie, opération assez fréquente, permet ainsi au patient d'obtenir un nez qui lui plaît plus. 

Le temps de la réflexion est très important.

Motivations

La chirurgie du nez n'est pas anodine. Si très souvent les interventions de médecine ou de chirurgie esthétiques ont quelque chose de l'ordre de l'intime, qui renvoie à l'image de soi, c'est d'autant plus vrai avec un attribut situé en plein milieu du visage. "Le nez cristallise beaucoup de choses, parfois un mal-être. Il ne faut pas minimiser les raisons familiales – une forme de nez propre à un parent avec lequel on a des relations difficiles-, ethniques -certaines personnes peuvent trouver leur nez trop "typé". Parfois, un mot, une remarque peut suffire à déclencher le désir de corriger son nez chez une personne" poursuit le chirurgien plasticien. Une dimension psychologique extrêmement importante qui n'est pas à prendre à la légère. "Deux consultations préalables sont quasiment indispensables, prévient le Dr Rouif, chirurgien plasticien. Elles aident à comprendre les motivations du patient. Si la démarche n'est pas claire, on peut déconseiller l'opération. Le temps de la réflexion est très important. Une démarche qui requiert par ailleurs une entente parfaite entre le médecin et le patient pour que ce dernier soit satisfait du résultat obtenu : le patient doit être en accord avec sa décision et comprendre parfaitement les résultats escomptés, les enjeux."

Ces dernières années, les chirurgiens plasticiens ont vu affluer en cabinet des personnes souffrant d'un complexe physique né d'une utilisation excessive des selfies. "Au-delà du fait de renforcer la culture de l'ego, notamment chez des ados qui n'ont pas encore la maturité suffisante pour prendre du recul, les smartphones renvoient une vision faussée de la réalité. Si vous ajoutez à un objectif grand angle qui déforme une prise de vue à bout de bras, à moins d'un mètre de distance, vous obtenez un nez dont les proportions ne sont pas du tout ce qu'elles sont en réalité. Résultat, les  personnes se voient à travers leur écran et l'image qu'il renvoie ne leur plaît pas. Sauf que cette image est faussée, elle ne correspond pas à la réalité."

Rhinoplastie de réduction

La rhinoplastie de réduction corrige :

  • les nez trop longs,
  • les nez trop larges ou épatés,
  • les bosses qui déforment l'arête nasale,
  • les pointes trop épaisses ou tombantes,
  • les narines dilatées...

A savoir que la suppression de la bosse est une demande fréquente en matière de rhinoplastie de réduction. Le chirurgien est souvent amené à effectuer un autre geste, sur la pointe par exemple, afin d'assurer une harmonie naturelle à l'ensemble du visage.

Rhinoplastie d'augmentation

La rhinoplastie d'augmentation corrige :

  • les nez trop courts,
  • les nez qui manquent de projection,
  • les ensellures marquées....
  • les insuffisances de volume qu'elles soient liées à un traumatisme ou à l'hérédité. Une greffe de cartilage (prélevée au niveau de la cloison nasale ou dans le cartilage de l'oreille) est alors réalisée. Quand il n'y a pas assez de cartilage disponible, il est possible de prélever du cartilage costal.

Il est préférable d'attendre 18 ans pour se faire refaire le nez. 

Qui peut faire une rhinoplastie ?

La rhinoplastie peut être pratiquée sur toute personne qui en a besoin. Toutefois, elle n'est pas recommandée chez l'enfant ou l'adolescent : "le nez de l'adolescent n'est pas mature avant 15/16 ans, classiquement plus tardivement chez les garçons. De manière générale, il est préférable d'attendre la majorité. Il ne faut pas se précipiter. D'une part parce que le jeune doit avoir mûri sa décision et d'autre part, parce qu'il y a un risque de croissance tardive. On risque d'opérer des nez qui ne sont pas encore complètement développés."

Quelles techniques utilisées pour une rhinoplastie ?

Chaque chirurgien possède ses habitudes opératoires mais il existe néanmoins des fondamentaux. "En France, on a fait pendant très longtemps des voies fermées, alors qu'aux États-Unis les chirurgiens faisaient en grande majorité des voies ouvertes. Et progressivement on s'y est mis, explique le Dr Rouif.

  • Par voie fermée, le chirurgien travaille par des incisions interne, dans le nez. Ces incisions sont dissimulées, généralement dans les narines, et plus rarement sous la lèvre supérieure. Aucune cicatrice n'est visible à l'extérieur. 
  • Par voie ouverte (open rhinoplasty), le chirurgien opère par une petite incision au niveau de la columelle (partie située entre les deux narines, sous le nez). La rhinoplastie par voie ouverte est de plus en plus courante.

- Avantages : "On voit mieux ce que l'on fait. Cette technique permet aussi de mieux travailler les nez compliqués, de mieux remodeler la pointe du nez par exemple. Sur les nez déjà opérés ou traumatisés, la rhinoplastie par voie ouverte permettra de faire des choses plus précises, plus sophistiquées."

- Inconvénient : le temps de cicatrisation : "c'est vrai que l'on décolle plus de tissus, que l'on fait plus de choses, les suites sont donc un peu plus longues." Les résultats définitifs seront eux aussi plus tardifs, au bout de 2 ans environ pour un travail par voie fermée contre 3 ans environ pour une opération par voie ouverte.

Comment se passe l'opération ?

L'intervention est pratiquée "quasiment tout le temps sous anesthésie générale avec hospitalisation. Il est possible que cela se fasse en ambulatoire sous certaines conditions : ne pas conduire en sortant de l'hôpital, ne pas être hébergé trop loin...". Sinon, une nuit d'hospitalisation suffit.

Il faut compter 12 mois pour voir le résultat final.

Quels résultats espérer ?

"Il ne faut pas attendre un résultat définitif immédiat, prévient le Dr Rouif. Bien sûr, si on retire une grosse bosse, au moment de retirer le pansement on verra le changement. Mais il peut y avoir un œdème qui ne va pas se résorber immédiatement ni de façon uniforme. On obtient une bonne partie des résultats très rapidement, mais pour le résultat définitif, il faut être patient. Si la pointe du nez a été ouverte -en voie ouverte avec décollement des tissus- les suites seront plus longues.

Il faut en moyenne 3 mois pour que la zone opérée achève de dégonfler et que la peau s'adapte à la nouvelle structure osseuse et cartilagineuse. Ce n'est qu'au-delà de 12 mois que le résultat final peut être réellement apprécié. Au cours de cette période, il y a un suivi de la part du chirurgien et si un défaut quelconque apparaît au fil du temps, une rhinoplastie secondaire ou une retouche sont tout à fait possibles. 

La rhinoplastie est une opération généralement peu douloureuse.

Quelles sont les suites opératoires ?

"Les suites peuvent être assez simples, assure le chirurgien plasticien. C'est la qualité de l'intervention et l'existence de traumatismes antérieurs (chirurgie, accident) qui font les suites." La rhinoplastie est une opération peu douloureuse le plus souvent. Les mèches sont retirées dès le lendemain (parfois au bout de quelques jours en cas de travail complexe sur la cloison), l'attelle est laissée pour protéger le nez pendant une semaine environ et les points de suture à l'intérieur du nez se résorbent seuls. Des hématomes, un œdème, des ecchymoses peuvent généralement survenir. Les hématomes vont s'évacuer spontanément. "On peut souffrir d'une gêne respiratoire, le goût peut-être altéré pendant quelques semaines le temps que l'œdème se résorbe. En terme d'éviction sociale, tout dépend du patient. Si cela ne le gêne pas de sortir avec l'attelle, il peut reprendre le travail rapidement. Autrement, il attendra une semaine que l'on retire l'attelle. En ce qui concerne la reprise du sport, on est sur un délai de  8 à 10 jours, en fonction du type de sport bien sûr. On évitera les sports de contact avec risque de choc pendant 3 semaines à un mois." A noter, une fois retirée, l'attelle laisse apparaître un œdème qui se résorbe en quelques semaines. 

Des risques ?

Le Dr Rouif rassure : "la rhinoplastie n'est pas vraiment une intervention à risques en termes de complications immédiates. Ils en existent bien sûr comme pour toute intervention chirurgicale, en lien notamment avec l'anesthésie, mais on n'a pratiquement pas de risques de phlébites, ni d'embolies pulmonaires. Ce type d'intervention ne nécessite pas de reprise en urgences dans les heures qui suivent. Il n'y a pas beaucoup de complications et les problèmes infectieux sont rares".

Les œdèmes et hématomes se résorbent d'eux mêmes.

Comment faire dégonfler son nez après ?

Généralement, le temps fait son oeuvre. Les œdèmes et hématomes se résorbent d'eux mêmes. Pour accélérer un peu le processus ou du moins ne pas le ralentir, il convient de "dormir la tête un peu sur-élevée pour éviter les œdèmes, conseille le Dr Rouif. Il faut éviter les environnements trop chauds qui favorisent la dilatation des tissus. Et si besoin, des traitements locaux anti-inflammatoires peuvent être prescrits."

Rhinoplastie ratée : que faire ?

Des petites imperfections peuvent apparaître mais elles ne seront pas révélées immédiatement, une fois seulement les œdèmes résorbés. Elles peuvent être dues à une insuffisance de correction ou à une évolution inattendue des structures nasales. Il faut alors attendre que la cicatrisation soit parfaitement achevée avant d'éventuellement intervenir de nouveau. "S'il faut effectuer une reprise on attendra en moyenne au moins 18 mois, on doit intervenir à distance de la première opération. Mais parfois il n'y a pas besoin de réopérer, on peut corriger l'imperfection avec des gestes plus simples comme des injections d'acide hyaluronique.", précise le chirurgien. 

La rhinoplastie est prise en charge par l'Assurance Maladie dans le cas d'une gêne fonctionnelle avec troubles de la respiration.

Prix et prise en charge

"La rhinoplastie est prise en charge par l'Assurance Maladie dans le cas d'une gêne fonctionnelle avec troubles de la respiration" explique le Dr Rouif, ou en cas de déformation ou de déviation de la cloison nasale suite à un traumatisme. Une chirurgie du nez à visée purement esthétique n'est jamais prise en charge par la Sécurité Sociale. Et il incombe au chirurgien de rédiger un devis détaillant la somme globale de l'intervention. Un délai de réflexion de 15 jours minimum est obligatoire dans tous les cas entre la remise de ce devis et l'intervention. Comptez entre 4 000 € et 6 000 €, un prix qui évolue selon la région, la renommée du chirurgien, la structure...

Comment bien choisir son chirurgien ?

La relation patient chirurgien est essentielle. Pour trouver un praticien compétent, vous pouvez vous tourner vers des sites de référence comme celui de la SOFCEP ou du Conseil Nationale de l'Ordre des Médecins qui met à disposition du public un annuaire de chirurgiens qualifiés.

Merci au Dr Michel Rouif, chirurgien plasticien et Secrétaire Général de la Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens (SOFCEP)