Syndrome du nez vide (SNV) : symptômes, diagnostic, traitement

Le syndrome du nez vide fait suite à une opération des cornets du nez (turbinectomie) et regroupe plusieurs symptômes nasaux dont la sensation de ne pas sentir l'air entrer dans le nez lors de la respiration. Comment le reconnaître ? Peut-on en guérir ? Le point avec le Dr Alain Bizon, médecin ORL et chirurgien cervico-faciale au CHU d'Angers.

Syndrome du nez vide (SNV) : symptômes, diagnostic, traitement
© marcinska - 123RF

Le syndrome du nez vide souffre d'un déficit de connaissance et de reconnaissance alors que l'impact sur la qualité de vie de patients concernés est majeur. En avril, la Haute Autorité de Santé a inscrit dans son programme de travail l'élaboration d'une recommandation de bonne pratique sur le thème de la prévention, du diagnostic et de la prise en charge du syndrome du nez vide en cas d'intervention chirurgicale pour obstruction nasale, à la demande de l'Association syndrome du nez vide France et de la Fédération française des associations et amicales de malades, insuffisants ou handicapés respiratoires.

Définition : qu'est-ce que le syndrome du nez vide ?

Le syndrome du nez vide désigne un ensemble de symptômes nasaux survenant dans un délai variable (jours à années) après une chirurgie turbinale (ablation totale ou partielle des cornets du nez). Cette opération est réalisée en dernière intention en cas d'obstruction nasale, de rhinite allergique chronique. L'ablation totale des cornets (turbinectomie totale) est généralement évitée en dehors de cas exceptionnels (cancer). En revanche, l'ablation partielle limitée à un tiers de son volume ou, une cautérisation des cornets peuvent être pratiquées sans danger.

Quelles sont les causes ?

Le syndrome du nez vide est secondaire à une intervention que l'on appelle la turbinectomie qui consiste à enlever une partie du cornet inférieur. "Dans le nez, nous avons trois cornets : inférieur, moyen et supérieur. Ce sont comme des éponges muqueuses qui servent à réchauffer et à humidifier l'air que l'on respire par le nez. Autrement dit, si on en enlève trop, le nez va devenir tout sec et des croûtes vont se former, ce qui va entraîner une sensation de nez vide, c'est-à-dire que la sensation du passage de l'air n'existe plus ", explique le Dr Alain Bizon. 

Quels sont les symptômes ?

Lors d'un syndrome de nez vide, la personne ne sent plus l'air entrer dans son nez quand elle respire. Parmi les autres symptômes figurent une sècheresse importante des muqueuses du nez, des douleurs nasales mais également des difficultés à dormir, une fatigue, des céphalées, des difficultés de concentration, des troubles de l'humeur, l'apparition d'une forte angoisse, voire d'une dépression

Quels sont les facteurs de risque ?

"Il n'existe pas de facteurs de risque, c'est une complication de l'intervention qui survient dans 2 à 3 % des cas. C'est la raison pour laquelle la turbinectomie est de moins en moins pratiquée, au profit de la turbinoplastie qui consiste à réduire la muqueuse sans toucher à l'os, indique le chirurgien cervico-faciale. Le résultat dans le temps est moindre mais on s'expose à beaucoup moins de complications ". 

Comment se fait le diagnostic ?

"Le diagnostic est posé en examinant le nez du patient et en fonction de son tableau clinique : il avait le nez bouché, il a été opéré et il ne sent plus le passage de l'air. Lorsque l'on regarde à l'intérieur, le nez est bien trop sec et bien trop large par rapport à un nez normal ", poursuit le spécialiste. 

Quels sont les traitements ?

Il faut juste laver le nez avec de l'eau de mer pour enlever toutes les croûtes et humidifier le plus possible les muqueuses mais il n'y a pas de traitement miracle.

Quels sont les risques de complications ?

Les chiffres sont de 1 à 3% de complications, voire davantage pour certains professionnels ce qui représente un pourcentage assez élevé et ceci d'autant plus qu'il n'existe aucune chirurgie réparatrice possible. Il est difficile de chiffrer exactement le nombre de personnes atteintes en raison de l'absence d'études précises. Les malades atteints de ces complications se sentent mutilés d'un élément important de leur corps qui selon eux fonctionnait beaucoup mieux avant l'intervention. 

Peut-on en guérir ?

Non, le syndrome du nez vide ne se guérit pas. On peut juste améliorer les symptômes.

Merci au Dr Alain Bizon, médecin ORL et chirurgien cervico-faciale au CHU d'Angers.

ORL