Tendinite : causes, symptômes et traitements

Douloureuse et parfois chronique, la tendinite est une inflammation généralement due au frottement du tendon contre l'os. Explications et conseils pour la guérir efficacement.

A cause de mouvements trop répétitifs, d'un effort excessif ou d'une blessure, les tendons - "cordes" de tissu qui rattachent les muscles aux os - peuvent être endommagés et s'enflammer. C'est ce qu'on appelle une tendinite. Quels sont les symptômes ? Quelles sont les causes les plus courantes et comment soigner cette affectation des tendons ? Réponses de Nadège Sochay, masseur kinésithérapeute à Grésy-sur-Aix (Savoie). 

Définition : qu'est-ce qu'une tendinite ? 

Le tendon est un tissu fibreux reliant les muscles aux os, transmettant la force musculaire et permettant ainsi l'articulation. Pourtant résistants et élastiques, certains tendons sont sur-sollicités et suite à des frottements successifs, les fibres peuvent se rompre partiellement. Fréquente chez les personnes qui effectuent des gestes répétitifs au travail ou chez les sportifs, la tendinite peut toucher tous les tendons même si certains types de tendinites sont plus fréquents comme la tendinite du coude, celle de l'épaule, du poignet, du tendon d'Achille ou encore de la hanche.

Quels sont les différents types de tendinite ?

On appelle "tendinite calcifiante" une forme de tendinite caractérisée par la présence de calcifications, c'est-à-dire lorsqu'il y a des dépôts de sels de calcium sur un tendon, généralement celui rattaché au muscle sus-épineux (muscle qui passe entre la tête de l'humérus et la voûte de la clavicule). Dans la plupart des cas, la tendinite calcifiante la plus courante est celle de l'épaule, dite de "la coiffe des rotateurs" (l'ensemble des tendons situés au niveau de l'articulation de l'épaule). La tendinite calcifiante est caractérisée par des symptômes tels que des douleurs intenses, des signes inflammatoires comme des légers gonflements et une augmentation de la température de la peau de l'épaule. Un traitement anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) est généralement indiqué au début des douleurs. Généralement prescrit pour 8 à 15 jours, il peut être prolongé si la douleur persiste. 

La tendinite de l'épaule est une inflammation des tendons reliant principalement quatre muscles (muscle deltoïde, muscle grand rond, grand dorsal et grand pectoral) à trois os (clavicule, scapula, humérus). Responsables de la rotation de l'épaule, ces tendons sont généralement appelés la "coiffe des rotateurs". Ils peuvent être, à la suite d'un effort ou de mouvements trop répétés d'élévation du bras (dans le cadre professionnel ou sportif), irrités dans leur partie superficielle, profonde ou dans leur épaisseur. La tendinite de l'épaule peut être due à une sollicitation trop importante des muscles reliés à ces tendons, d'où l'inflammation. Une douleur vive au niveau de l'épaule peut être ressentie dans certaines positions ou lors de certains mouvements. Mais une tendinite de l'épaule peut également se manifester par un enraidissement de l'épaule, une difficulté à effectuer certains mouvements (manque de souplesse, raideur), et parfois par l'apparition d'un léger œdème au niveau de la région douloureuse. Afin de poser le diagnostic d'une tendinite de l'épaule et de déterminer sa cause, le médecin va réaliser un examen clinique où il demandera de réaliser certains mouvements. A cela peuvent s'ajouter, en fonction de chaque patient, une analyse de sang (pour écarter la piste d'une inflammation biologique), une radiographie, une échographie ou, après un échec du traitement par rééducation et infiltration sous-acromiale de cortisone, une IRM. 

La tendinite du poignet correspond à une inflammation des tendons situés entre la main et l'avant-bras. Une douleur vive lors des mouvements ou à la palpation de ce tendon, une perte de force, un gonflement de l'articulation, des picotements ainsi qu'une sensation d'engourdissement dans le poignet sont des symptômes caractéristiques de cette tendinite. On appelle cette tendinite "la tendinite de Quervain" lorsqu'elle est provoquée par la répétition de gestes des doigts de la main et qu'elle entraîne une inflammation du pouce et du poignet. Hôtesses de caisse, secrétaires, musiciens, joueurs de tennis ou peintres peuvent davantage être concernés car ils ont tendance à répéter excessivement les mêmes gestes. Mais la tendinite du poignet ou de Quervain peut également être due à une blessure, à un choc ou à une entorse. Concernant le diagnostic, la tendinite du poignet peut être détectée grâce à un examen clinique lors duquel le médecin va réaliser un test dit de Finkelstein qui consiste à placer son pouce en flexion dans la paume de la main et à bouger son poignet dans toutes les directions. Si des douleurs apparaissent au-dessus du poignet et derrière le pouce, il s'agit probablement d'une tendinite. Mais des examens complémentaires peuvent être pratiqués (échographie, IRM ou analyse du sang) pour confirmer ou écarter l'existence d'une autre affectation. Comme la soigner ? Le traitement d'une tendinite du poignet consiste à mettre le pouce et la main au repos. Toutefois, prendre des anti-inflammatoires pour soulager les douleurs et avoir recours à un appareillage de repos la nuit peuvent être des bons moyens pour soigner efficacement la tendinite. Pour les cas rebelles au traitement médical, une ou deux injections de corticoïdes peuvent être nécessaires.  

Aussi appelée tendinite calcanéenne ou tendinite achiléenne se manifeste par une douleur au tendon après l'effort. Il s'agit d'une inflammation du tendon d'Achille, un tendon qui prend naissance au niveau du muscle du mollet (le triceps sural) et qui se fixe sur l'os du talon (le calcanéus). Mais à quoi est due une inflammation du talon d'Achille ? La tendinite du tendon d'Achille peut être due à une pratique sportive mauvaise (foulée mauvaise, courir en attaquant le pas par le pied, du matériel de sport mauvais ou usé, une déshydratation pendant ou après l'effort, un échauffement insuffisant, le fait de mal s'étirer...), à un manque de souplesse des mollets, à un excès d'acide urique dans le sang (ce qui entraîne une goutte), à un trouble morphologique de la voûte plantaire (ce qu'on appelle communément "des pieds plats"), une maladie rhumatismale comme une pathologie chronique du tendon... Pour éviter les complications pouvant conduire à une rupture du tendon par exemple, il est nécessaire de prendre en charge le plus rapidement possible la tendinite. Le traitement repose sur une prise d'anti-inflammatoires pour soulager la douleur, la mise au repos de l'articulation, le port de talonnettes ou de semelles orthopédiques, et des soins de kinésithérapie pour restaurer l'élasticité du tendon affecté. 

Aussi appelée épycondylite ou "tennis elbow" (car elle est surtout fréquente chez les joueurs de tennis), la tendinite du coude est une affectation des tendons qui se trouvent sur la face externe du coude et qui contrôlent l'extension de la main et du poignet. Le diagnostic d'une tendinite du coude repose sur un examen clinique lors duquel le médecin va constater que le patient a mal lorsqu'il effectue certains mouvements. En cas de suspicion d'une rupture du tendon (une complication rare de la tendinite), une échographie voire un IRM peuvent être indiqués. 

La tendinite de la hanche ou du "moyen fessier" se caractérise par une douleur à l'extérieur de la hanche, un peu en-dessous du pli de l'aine (la zone d'attache du tendon). Pour poser le diagnostic d'une tendinite de la hanche, le médecin va s'intéresser à la localisation de la douleur, aux signes associés, mais aussi aux antécédents. Pour soulager une douleur due à une tendinite de la hanche, la mise au repos et la prise d'anti-inflammatoires sont indiquées. 

Fréquente chez les sportifs faisant du karaté ou du basket par exemple, la tendinite du genou est une inflammation des tendons au niveau de la rotule (tendinite rotulienne), du tendon quadricipital qui se situe autour du quadriceps (tendinite quadricipitale) ou des tendons du muscle ischio-jambier (tendinite de la patte d'oie, un type de tendinite beaucoup plus rare). La tendinite du genou s'explique souvent par des mouvements excessifs et répétés au niveau du genou, ou à la suite d'un choc direct (coup de pied, impulsion brutale, traumatisme suite à un mauvais échauffement...). Cette affectation du tendon est douloureuse (la douleur est souvent progressive et non brutale) et peut s'accompagner d'un gonflement local (œdème) ou d'une rupture de quelques fibres tendineuses. Le diagnostic de la tendinite du genou repose sur les caractéristiques de la douleur (intense, modérée, progressive, brutale...) lors de l'examen clinique. Des examens complémentaires (radiographie, échographie, IRM) permettent de rechercher des calcifications, un éventuel épaississement des tendons, et d'étudier l'origine de la tendinite. Soigner ces lésions requiert du repos, mais pas total pour ne pas immobiliser complètement l'articulation qui risquerait alors de se raidir. Une genouillère peut être utile, demandez conseil à votre médecin. Les anti-inflammatoires, sous forme de patch, de comprimés ou de gel, sont conseillés lors de la phase aiguë de la tendinite du genou, mais sont beaucoup moins efficace lors de la phase chronique. Des séances de rééducation chez un kiné (avec utilisation des ultrasons, des massages, du renforcement musculaire...) permettent de traiter une tendinite du genou. En revanche, le traitement chirurgical est rarement indiqué et n'est envisagé que si le traitement médical prolongé est insuffisant. 

Symptômes, douleur et rougeur

La tendinite peut survenir après un effort ou au début de la reprise d'une activité physique, pendant l'échauffement ou après quelques minutes d'exercice par exemple. Une douleur apparaît ainsi en étirant le membre ou en appuyant dessus, puis devient de plus en plus intense. Si l'inflammation est à un stade avancé, elle peut provoquer des "élans" de douleur, même au repos. Parfois, la partie du corps enflammée peut être légèrement gonflée (apparition d'un léger œdème au niveau de l'articulation), rouge et chaude, à l'endroit où l'inflammation est située. 

Causes

Comment expliquer l'apparition d'une tendinite ? La tendinite peut avoir plusieurs causes :

  • Des gestes répétitifs. La tendinite est généralement provoquée par un geste trop souvent répété, que ce soit lors d'une pratique sportive ou lors d'une activité professionnelle (travail à la chaîne dans une usine par exemple, travail des employeurs devant leur ordinateur...). Les sportifs de haut niveau sont souvent confrontés à des tendinites : une tendinite du coude pour les tennisman, une tendinite du genou pour les basketteurs...
  • Faire du sport sans s'échauffer. Pratiquer un sport inhabituel ou solliciter un tendon mal entraîné ou échauffé peuvent provoquer une tendinite. De même, ne pas s'étirer après un effort physique peut conduire à une altération des tendons. 
  • Une déshydratation. "Ne pas boire suffisamment avant et après une activité physique et, de manière générale, au quotidien peut être une cause courante de la tendinite. Une déshydratation peut en effet provoquer une mauvaise irrigation des muscles et des tendons et peut engendrer des blessures" , explique Nadège Sochay, kinésithérapeute à Grésy-sur-Aix. 
  • L'âge et la sédentarité fragilisent également les tendons : les personnes âgés ou trop sédentaires sont plus susceptibles d'avoir une tendinite car les tendons perdent de leur élasticité avec l'âge. 
  • D'autres pathologies métaboliques comme le diabète, les hypercholestérolémies ou les dyslipidémies ; mais aussi le tabagisme (car il entraîne une obstruction des vaisseaux), ou d'autres facteurs anatomiques peuvent entraîner une usure progressive du tendon. 
  • Des problèmes dentaires. Une dent douloureuse, une carie mal soignée, une mâchoire crispée ou un bruxisme peuvent créer un déséquilibre du corps et peuvent avoir une répercussion sur le tendon. 

Diagnostic

Pour poser le diagnostic d'une tendinite, le médecin doit s'assurer qu'il y ait bien des lésions au niveau du tendon. Pour cela, il peut réaliser un examen physique lors duquel il va analyser les signes cliniques (douleur décrite par le patient en fonction de plusieurs mouvements, présence de rougeurs, d'enflures...). Il peut également prescrire une radiographie. Pour les douleurs les plus intenses et les plus persistantes, une échographie ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être réalisées et permettront de déterminer s'il y a une rupture du tendon, et surtout, de voir quelle est l'origine de la tendinite (mouvements répétés ou blessure...). 

Quand consulter ? 

"Si la douleur persiste en s'amplifiant, il faut consulter ! La tendinite sera prise en charge par un spécialiste et manipulée selon différentes techniques : massage des muscles autour du tendon, emplâtre d'argile verte, traitement par cryothérapie, ultrasons ou ondes de choc pour les tendinites chroniques. Des séances de kiné et du repos offrent une cicatrisation du tendon plus rapide et permettent parfois de prévenir les récidives. Surtout, le praticien peut vous aider à adopter les bonnes postures au travail et les bons gestes dans votre pratique sportive", explique Nadège Sochay.

Traitement de la tendinite : que faire ?

  • Prendre des anti-inflammatoires. "Si vous ressentez des douleurs à l'effort, il faut agir immédiatement en refroidissant avec une poche de glace l'articulation touchée qui peut être rouge ou gonflée, puis masser très délicatement la zone endolorie avec un gel anti-inflammatoire", conseille l'experte. Mais le traitement médical dépend de l'importance et de la localisation de la tendinite, mais le médecin peut prescrire, en premier lieu, des comprimés anti-inflammatoires non-stéroïdien (AINS) pour calmer la douleur.
  • Se mettre au repos. La durée de guérison varie selon la localisation et l'intensité de la tendinite. Pendant ce temps, le repos sportif est nécessaire (cessez tout geste provoquant une douleur) mais notez que "repos" ne signifie pas "inactivité totale" sous peine de raidir totalement l'articulation : un effort en dessous du seuil douloureux vous aide à garder la forme. Atèles et écharpes ne sont donc pas recommandées ! 
  • Avoir recours à des injections de corticoïdes peut être une solution en cas de tendinite chronique. Combinées à des anti-inflammatoires et souvent prescrites en deuxième intention, les injections (ou infiltration de cortisone) permettent de soulager la douleur de façon transitoire. Là encore, le repos est de rigueur ! Notez toutefois que les injections de corticoïdes ne sont pas efficaces chez tout le monde, en effet, certains patients sont naturellement réfractaires à cette technique. Les corticoïdes sont également contre-indiqués chez certaines personnes, par exemple celles ayant fait un AVC récemment, ou celles qui ont souffert d'une infection dans les trois mois précédent l'injection. Enfin, certaines techniques comme les ultrasons ou les traitements interférentiels peuvent atténuer la douleur et calmer l'enflure. 
  • La chirurgie est rarement indiquée pour une tendinite, sauf si les tendons sont déchirés ou que toutes les solutions thérapeutiques (médicaments, infiltrations, massages, cryothérapie, ondes de choc...) ont été envisagées et n'ont pas fonctionné. Dans ce cas, une intervention chirurgicale (points de suture) peut alors être envisagée. L'opération se fait sous anesthésie locale et consiste à ouvrir la peau pour "peigner le tendon", c'est-à-dire qu'on réalise des stries au niveau des fibres du tendon pour stimuler sa reconstruction. Généralement, la cicatrisation se fait au bout de 4 semaines avec une immobilisation complète, mais peut être plus ou moins longue selon les patients. 

Soigner une tendinite naturellement

Outre le repos et le traitement médical (prise d'anti-inflammatoires pour minimiser la douleur, infiltration de cortisone...), il est possible de soulager la douleur et de traiter une tendinite. Une fois que la douleur et l'inflammation sont moins intense, des séances de kinésithérapie peuvent être prescrites : elles permettent de rééduquer la partie du corps endommagée et comportent des exercices de souplesse, de renforcement musculaire et d'étirement. L'osthéopathie peut également être intéressante pour déterminer l'origine de la tendinite et permet également de prévenir les récidives. La cryothérapie, quant à elle, permet de calmer la douleur par le froid. Enfin, gélules de curcuma, résine de boswellia, extrait d'écorce de pin maritime, poivre noir ou pansements occlusifs à base d'arnica peuvent être utiles pour soulager la douleur liée à la tendinite. 

Comment prévenir une tendinite ?

Avec du repos et un traitement adapté, la tendinite disparaît généralement au bout de quelques mois (la durée dépend énormément de chaque patient, et peut durer 3 mois comme plus d'un an). Mais si on veut être certain qu'elle ne réapparaisse pas, il y a certaines précautions à prendre :

  • Avant et après l'effort, il est très important de s'échauffer - progressivement et assez longtemps (au moins une dizaine de minutes) - pour chauffer les muscles et rendre les tendons plus souples. Il est tout aussi important de s'étirer correctement après un effort physique ;
  • Faire des pauses régulièrement pendant un effort sportif, et cesser dès que l'on ressent de la douleur ;
  • Ne pas essayer un sport sans avoir pris de cours pour avoir les bonnes postures et maîtriser les gestes techniques ;
  • Eviter de faire du sport dans des conditions extrêmes (grand froid, neige, forte humidité...) ;
  • Modifier son plan de travail ou ses habitudes sportives (mieux s'échauffer, bien s'hydrater, bannir certains gestes...) permettent d'éviter les récidives ;
  • Eviter, dans la mesure du possible, les gestes trop répétitifs, que ce soit dans le cadre du travail ou dans sa pratique sportive. 

Merci à Nadège Sochay, kinésithérapeute à Grésy-sur-Aix. 

Tendinite : causes, symptômes et traitements
Tendinite : causes, symptômes et traitements

Sommaire Définition > Tendinite calcifiante > Tendinite de l'épaule > Tendinite du poignet > Tendinite du tendon d'Achille > Tendinite du coude > Tendinite de la hanche > Tendinite du genou Symptômes Causes ...