Progestérone : définition, injection, taux, effet secondaire

La progestérone est une hormone produite lors du cycle menstruel. Elle intervient notamment lors de la grossesse en préparant l'utérus à la nidation. A quoi sert-elle ? Quels sont ses effets sur la santé et quand mesurer son taux ? Pour tomber enceinte ? En début de grossesse ?

Progestérone : définition, injection, taux, effet secondaire
© Richard Villalon - Adobe Stock

Définition : qu'est-ce que la progestérone ?

Chez la femme, la progestérone est une hormone sécrétée principalement par le corps jaune des ovaires, qui intervient lors de la deuxième phase du cycle menstruel féminin (période post-ovulatoire) et pendant la grossesse. La progestérone est également présente chez l'homme, mais en très petite quantité : dans les testicules et les glandes surrénales.

Rôle : à quoi sert la progestérone ?

Son rôle est triple :

  • Elle prépare l'utérus à la nidation,
  • Elle maintient la grossesse au tout début.
  • Elle participe à la préparation de la glande mammaire pour la lactation.

"Cette hormone agit également sur la muqueuse de l'utérus (endomètre) et sa chute brutale entraîne permet la survenue des règles à la fin de chaque cycle", explique le Dr. Odile Bagot, gynécologue. 

Progestérone naturelle ou en ovule ?

La progestérone peut être administrée indifféremment par voie orale ou vaginale. Son effet secondaire principal est une somnolence ou des vertiges, raison pour laquelle il faut toujours la prendre au coucher. Ces effets secondaires n'existent pas pour la voie vaginale. "Les indications principales sont, en gynécologie : les troubles du cycle, le traitement hormonal de la ménopause, et en obstétrique : l'insuffisance lutéale (infertilité, fausse-couches précoces, les contractions du deuxième trimestre dans certains cas", explique le Dr Bagot.

Les progestatifs, qui sont des molécules de la même famille que la progestérone micronisée biosimilaire ont des indications différentes dont la contraception (la progestérone biosimilaire ne bloque pas l'ovulation), les mastodynies (douleurs mammaires) les douleurs cycliques (endométriose), les troubles du cycle. La forme injectable est peu utilisée en France, elle permet de bloquer l'ovulation sur 3 mois.

Injection de progestérone

Dans le temps c'était surtout chez les femmes souffrant de troubles psychiatriques sévères (psychose) mais aujourd'hui l'implant est bien mieux et aussi sûr

Progestérone micronisée : c'est quoi ?

Dans la grande famille des progestatifs, la progestérone micronisée est la plus proche de la progestérone endogène, elle est même dite biosimilaire. La technique de micronisation permet de transformer la progestérone en minuscules particules, ce qui permet à l'organisme de les absorber plus facilement. Sous cette forme, elle est notamment prescrite pour lutter contre les troubles du cycle et lors de la ménopause pour diminuer les troubles du climatères (sueurs, bouffées de chaleur).

Effets de la progestérone

  • Elle évite que la muqueuse utérine s'épaississe trop sous l'effet des œstrogènes
  • Elle participe à la solidité des os
  • Elle relâche l'utérus
  • Elle favorise la nidation et le début de grossesse
  • Elle calme les contractions.
  • Elle prépare l'utérus aux règles

La progestérone fait-elle grossir ?

La progestérone biosimilaire ne fait pas grossir, c'est le déséquilibre hormonal qui peut faire prendre des kilos. En revanche, certains progestatifs de synthèse peuvent entrainer une prise de poids, variables selon les femmes.

Dosage sanguin : quelles indications ? 

Un dosage sanguin de progestérone peut notamment être prescrit à une femme pour :

  • assurer un suivi approfondi de la grossesse (ex : contrôler l'activité placentaire),
  • pour doser les troubles hormonaux,
  • pour réaliser une fécondation in vitro. "Il est peu utilisé en clinique, essentiellement en deuxième partie du cycle dans l'exploration d'une infertilité pour diagnostiquer une insuffisance lutéale (la progestérone établissement aussi appelée lutéine)", précise le Dr. Bagot.

Valeurs normales

Les valeurs normales du taux sanguin de progestérone varient selon le sexe et la période de la vie.

Chez une femme, elle est inférieure à 0,78 nmol/L avant la puberté, elle est comprise entre 0,47 et 7,85 nmol/L durant la phase folliculaire, entre 1,57 et 17,1 nmol/L durant l'ovulation et entre 17,2 et 85 nmol/L durant la phase lutéale. A la ménopause, sa valeur normale est inférieure à 1,57 nmol/Ll.

Chez un homme, elle doit être comprise entre 0,47 et 1,57 nmol/l, quelque soit l'âge.

Variations

Progestérone basse : manque de progestérone

Le taux sanguin de progestérone est insuffisant en cas d'insuffisance lutéale, de sécrétion insuffisante d'hormone FSH, d'insuffisance ovarienne, d'hyperandrogénie et d'hyperprolactinémie.

Progestérone élevée : excès de progestérone

Inversement, le taux sanguin de progestérone peut augmenter en cas de déficit en enzyme du métabolisme des hormones stéroïdes.

Effets secondaires de la progestérone

La progestérone peut provoquer :

  • Des maux de tête
  • Une somnolence
  • Des spotting

Progestérone et grossesse

Elle est sécrétée par l'ovaire pour favoriser la nidation puis par le placenta dès le deuxième trimestre de grossesse. Elle a un rôle "calmant" : elle relâche l'utérus et s'oppose aux contractions utérines. Revers de la médaille, cet effet apaisant retentit sur tout l'organisme : il n'est pas rare, durant la période de gestation, de ressentir de la fatigue et d'avoir les organes qui fonctionnent au ralenti, les intestins notamment. D'où des épisodes de constipation et parfois des sensations de ballonnements.

Liste des aliments riches en progestérone

Certains aliments contiennent de la progestérone. C'est le cas : des œufs, le jaune en particulier, des produits laitiers à base de lait de vache et de la volaille.

Merci au Dr Odile Bagot, gynécologue et auteure de " Vagin & Cie, on vous dit tout !" et "Ménopause, pas de panique !" (Eds. Mango) ainsi que du blog Mam Gynéco.

Conception