Dangers du blanchiment dentaire : en kit, institut, maison...

Kits sur Internet, bars à sourire... Le blanchiment dentaire semble aujourd'hui plus facilement accessible et à moindre frais, qu'en consultant un dentiste. Attention ! Ces solutions intermédiaires ont une efficacité limitée voire quasi nulle et peuvent abîmer les dents. Balance bénéfices/risques avec le Dr Julien Cardona, chirurgien-dentiste.

Dangers du blanchiment dentaire : en kit, institut, maison...
© Varangkana - stock.adobe.com

Kits vendus sur Internet, bars à sourire ou salons d'esthétique, solutions maison... Le blanchiment dentaire semble aujourd'hui facilement accessible en quelques clics et/ou à moindre frais qu'en consultant un dentiste... mais attention ! Outre une efficacité très limitée voire quasi nulle de ces solutions, elles peuvent abîmer les dents, gencives et dérégler l'équilibre de la flore buccale. Balance bénéfices/risques avec le Dr Julien Cardona, chirurgien-dentiste.

Comment le peroxyde d'hydrogène blanchit les dents ?

Savez-vous quel est l'ingrédient à l'origine du blanchiment dentaire ? Le peroxyde d'hydrogène, nom chimique de l'eau oxygénée. "Ce produit a un effet éclaircissant quand il pénètre la première portion de l'épaisseur de la dent c'est-à-dire au niveau de l'émail et de la partie superficielle de la dentine, explique le Dr Cardona. Sur la dentine, il éclaircit les particules colorées présentes dans la matière organique et sur la partie superficielle de l'émail et il permet une réorganisation des cristaux d'émail qui réfléchissent la lumière et rendent ainsi la dent plus lumineuse". Le peroxyde d'hydrogène est plus ou moins présent selon les solutions de blanchiment : de 0.1 à 6% chez le dentiste (uniquement) à moins de 0.1% partout ailleurs (kits, salons d'esthétique ou bars à sourire...). La législation européenne interdit une concentration supérieure à 6%. A l'étranger, comme aux Etats-Unis par exemple, la teneur en peroxyde d'hydrogène peut être plus élevée mais non sans risques : "Plus la concentration en peroxyde d'hydrogène est élevée, plus la pénétration est rapide entre les cristaux d'émail et les canaux de la dentine. Il y a alors un risque d'hypersensibilité accrue au niveau de la pulpe des dents" prévient le dentiste.

Quels sont les risques des kits de blanchiment dentaire ?

Kit de blanchiment dentaire utilisable à la maison

Le kit de blanchiment dentaire en vente sur Internet est la solution la moins chère (moins de 100 euros le kit en général) et la plus simple puisque le kit est livré à domicile et les produits sont à appliquer à la maison. Néanmoins, attention ! "Ces kits ne sont pas adaptés à la dentition de la personne, ne sont pas sur-mesure, prévient notre interlocuteur. Les gouttières fournies sont à tremper dans un peu d'eau chaude puis à mouler vaguement sur les dents. Le produit va s'écouler partout, sur la gencive, la bouche, sans couvrir forcément correctement les dents. Or le problème c'est l'action du peroxyde d'hydrogène dans la bouche. C'est un médicament à part entière qui au contact prolongé de la gencive va l'irriter. Il y a aussi un risque plus global de désorganisation de la flore bactérienne de la bouche ou dysbiose." Tout ça pour un produit "pas très efficace" souligne le Dr Cardona. "Compte-tenu de la législation européenne, le produit doit contenir moins de 0.1% de peroxyde d'hydrogène soit 60 fois moins que la teneur autorisée en cabinet dentaire." Si la concentration vantée par le fabricant est supérieure à 0.1%, le produit est illégal.

Seul un dentiste a le droit d'intervenir en bouche.

Peut-on utiliser du citron pour blanchir les dents ?

En jus ou directement en bouche "le citron est à proscrire car il est acide et dissout l'émail, répond le dentiste. Si vous buvez un jus de citron même dilué et que vous essayez de grincer des dents, vous allez sentir que les dents sont devenues plus poreuses, rugueuses, et qu'elles frottent les unes contre les autres à cause de l'acidité". A la longue, une consommation régulière de citron est source d'érosion dentaire. "Son pouvoir est nul et non avenu sur l'éclaircissement dentaire." Conclusion : on oublie !

Le bicarbonate de soude est-il risqué pour les dents ?

Le bicarbonate de soude alimentaire (à ne pas confondre avec la soude que l'on peut parfois avoir dans nos placards et qui est proscrite en santé) est un agent de polissage naturel réputé contre les taches superficielles des dents mais "son pouvoir abrasif est faible" nuance notre interlocuteur. Pour celles et ceux qui en ajoutent parfois sur leurs dentifrices, sachez que ces derniers en contiennent déjà et qu' "ils ont en général un pouvoir abrasif supérieur". Il n'y a pas d'effet supplémentaire à leur associer du bicarbonate. Pour les adeptes du dentifrice "maison", il est possible de mettre un peu de bicarbonate de soude dans sa recette en adoptant la granulométrie la plus fine pour limiter l'abrasion de l'émail et "en veillant surtout à l'apport de fluor car c'est le seul produit protecteur et dont on a besoin".

Quels sont les risques du blanchiment dentaire en salon d'esthétique ?

Des instituts d'esthétique (type "bar à sourire") proposent des séances de blanchiment dentaire mais gare aux promesses de résultats. "Leur efficacité est très limitée, réagit d'emblée le dentiste. Légalement leurs produits doivent contenir moins de 0.1% de peroxyde hydrogène contre 0.1 à 6% chez le dentiste. Le process de réalisation n'est pas vérifié et seul un dentiste a le droit d'intervenir dans la bouche. Ils n'ont pas le droit de réaliser d'empreintes donc vous n'aurez pas de solutions anatomiques et sur-mesure. Ils n'ont pas non plus l'autorisation de mettre un produit dans la bouche." Il est donc fort probable de devoir envisager plusieurs rendez-vous ! Si au départ le tarif peut sembler attractif, la note finale peut s'avérer salée ! Enfin, il n'y a pas d'examen médical au préalable au blanchiment quand on va dans ces salons "alors que le prérequis à un éclaircissement dentaire est de faire cet examen pour apporter les informations sur les précautions et les contre-indications à l'acte".

Quelles sont les contre-indications au blanchiment dentaire ?

Avant de réaliser un blanchiment dentaire, il faut vérifier avec un dentiste qu'il n'existe pas de contre-indications afin d'éviter toutes complications ensuite. Parmi ces contre-indications ;

Présence de caries.

Restaurations non étanches : il y a un risque d'infiltration du produit de blanchiment le long de ces restaurations et donc d'agression pour la pulpe des dents.

Hypersensibilité dentaire.

"Les effets du blanchiment peuvent durer jusqu'à 2 ans"

Récessions gingivales : gencive reculée qui expose les racines

Usure des dents (usure chimique si on utilise souvent du citron ; usure mécanique liée par exemple au frottement de la brosse à dents à la base des dents ; personnes qui grincent des dents) : l'usure supérieure des dents expose à des risques d'hypersensibilité par exposition de la dentine. 

Un blanchiment dentaire n'est pas pris en charge par l'Assurance maladie

Comment se passe le blanchiment dentaire chez un dentiste ?

Chez le dentiste il y a deux options possibles : le blanchiment au fauteuil ou en ambulatoire, à la maison.

Blanchiment au fauteuil : en une séance renouvelable. Le blanchiment est réalisé avec des produits plus concentrés, sans dépasser  la limite légale des 6% de peroxyde d'hydrogène.

 

Blanchiment en ambulatoire à la maison : le dentiste réalise une gouttière sur-mesure qui va se clipser le long des dents afin d'éviter le débordement du produit le long de la gencive. "On utilise préférentiellement du peroxyde de carbamide. Le principe est le même comme c'est un précurseur du peroxyde d'hydrogène mais il libère plus progressivement celui-ci. L'application est plus lente, sur plusieurs heures, pendant plusieurs semaines. Le peroxyde de carbamide a la particularité de libérer aussi de l'urée qui fait remonter le pH ce qui rend l'environnement moins acide donc il peut être utilisé sur la durée." 

Les produits utilisés en cabinet dentaire contiennent aussi des agents reminéralisants et des agents désensibilisants utilisés en application locale par le chirurgien-dentiste ou contenus dans le produit d'éclaircissement lui-même. Pour rappel, un blanchiment dentaire n'est pas pris en charge par l'Assurance maladie et les tarifs peuvent varier fortement entre Paris et la province.

Peut-on faire plusieurs blanchiments dentaires ?

Oui, il est autorisé de faire plusieurs blanchiments dentaires au cours d'une vie sachant que "les effets du blanchiment dentaire réalisé en cabinet dentaire peuvent durer jusqu'à 2 ans en moyenne" informe notre interlocuteur. Il faut à chaque fois évaluer au préalable qu'il n'existe pas d'hypersensibilité dentaire et/ou de contre-indications. "Et ne pas oublier que la dent change de couleur naturellement avec le temps" rappelle le Dr Cardona. La couleur d'une dent varie selon :

  • la dentine : elle donne la saturation soit l'intensité de la couleur de la dent. Plus le temps passe, plus la dentine s'exprime, la dent va vers le jaune-orangé naturellement. 
  • l'émail qui a tendance à devenir translucide : la dent devient plus grisâtre.

L'éclaircissement dentaire rend la couleur de la dentine moins saturée et l'émail moins translucide, plus opaque.

Merci au Dr Julien Cardona, chirurgien-dentiste.

Dents