Carence en iode : causes, symptômes, comment savoir ?

L'iode est un oligo-élément indispensable au corps, notamment pour la régulation de la thyroïde. Un manque ou une carence en iode peut entraîner certains symptômes. Une prise de poids ? Une hypothyroïdie ? Un goitre ? Une chute de cheveux ? Quel est le traitement ? Eclairage de Caroline Seguin, diététicienne-nutritionniste.

Carence en iode : causes, symptômes, comment savoir ?
© Pixel-Shot - stock.adobe.com

L'iode est un oligo-élément impliqué dans la synthèse des hormones thyroïdiennes. Il participe donc à la régulation de la thyroïde, une glande située à la base du cou qui contrôle de nombreuses fonctions comme la température, la croissance, le sommeil, la reproduction ou le métabolisme. Une carence en iode peut entraîner des symptômes comme une prise de poids, une chute de cheveux ou si elle est sévère, le développement d'un goitre (augmentation de volume de la glande thyroïde). Quels sont les symptômes d'une carence en iode ? Quel est le risque d'hypothyroïdie ? De prise de poids ? Comment augmenter son taux d'iode ? Avec quels aliments ? Conseils de Caroline Seguin, diététicienne-nutritionniste.

Définition : à partir de quand parle-t-on d'une carence en iode ?

Les références nutritionnelles pour la population (RNP) en iode pour les adultes (dès l'âge de 10 ans) sont de 150 µg/jour, indique l'Anses. En deçà de cette valeur, on parle de carence en iode

Dose minimal d'iode recommandée Dose maximale d'iode recommandée
150 µg/jour (au-delà de 10 ans) 600 µg/jour

"Au XIXe siècle et au tout début du XXe siècle, la carence en iode était associée au crétinisme une pathologie qui est caractérisée par un retard mental et de croissance en rapport avec une insuffisance thyroïdienne, souvent accompagnée d'un goitre. Cette pathologie, qui n'existe plus aujourd'hui en France, concernait essentiellement les personnes qui habitaient loin du bord de mer, les montagnards par exemple. La cuillère d'huile de foie de morue, riche en iode, prise quotidiennement avant l'accès en classe, servait notamment à prévenir cette maladie, explique Caroline Seguin en préambule. En France, dans notre société actuelle, on n'observe quasiment plus de carence en iode, grâce à notre alimentation supplémentée (notamment le sel de table) qui compense largement nos besoins en iode. Cependant, quelques populations qui peuvent être concernées par la carence en iode, comme les femmes enceintes et allaitantes et les fumeurs, qui ont des besoins plus accrus en iode et qui doivent être un peu plus vigilants sur leurs apports en iode. La femme enceinte est quasiment systématiquement supplémentée en vitamines et minéraux (vitamines prénatales) et dans ce complexe-ci, il y a toujours de l'iode". 

Quelles sont les causes d'une carence en iode ?

Il y a trois causes majeures d'une carence en iode :

  • La carence alimentaire (peu visible en France)
  • L'éloignement de la mer : les montagnards doivent être plus vigilants que les personnes qui habitent au bord de mer et qui sont exposées aux minéraux marins (air iodé par les embruns)
  • Des troubles de l'assimilation (troubles hormonaux) : l'organisme de certaines personnes ne parvient pas à assimiler l'iode. 

Quelles sont les conséquences d'une carence en iode ?

On fait particulièrement attention aux carences en iode chez la femme enceinte car les conséquences sur le fœtus peuvent être dramatiques

"Une carence en iode peut entraîner une hypothyroïdie, caractérisée par une hypertrophie (augmentation de volume pouvant entraîner un goitre) de la thyroïde, ce qui va perturber la synthèse des hormones thyroïdiennes. Comme elle est grosse, la thyroïde devient hypoactive et a une fonctionnalité moindre. Elle n'est plus capable de synthétiser correctement les hormones thyroïdiennes en charge notamment de réguler le poids, l'humeur, la température corporelle, le rythme cardiaque...", liste notre interlocutrice. Dès qu'on observe un goitre chez une personne, on va réaliser un bilan sanguin et mesurer le taux en iode. Par ailleurs, "une carence en iode chez la femme enceinte favorise le risque de faire des fausses couches ou le risque de malformation congénitale. On fait donc particulièrement attention aux carences en iode chez la femme enceinte car les conséquences sur le fœtus peuvent être dramatiques", signale-t-elle. 

Quels sont les symptômes d'une carence en iode ?

"Une carence en iode entraîne des modifications au niveau du métabolisme et donc des symptômes", prévient notre interlocutrice. Une thyroïde perturbée peut entraîner des symptômes comme :

  • Une prise de poids : on brûle moins d'énergie
  • Une peau sèche ou squameuse 
  • Des problèmes de sommeil (insomnie...)
  • Une chute de cheveux (cheveux filasses, rêches...) 
  • Un ralentissement des performances intellectuelles
  • Un goitre (augmentation du volume de la glande thyroïde) quand la carence en iode est sévère
  • Une diminution de la fertilité
  • Indirectement, une perturbation du système cardiaque et une constipation
Symptômes d'une hypothyroïdie
Symptômes d'une hypothyroïdie © VectorMine - Adobe Stock

Comment savoir si on a une carence en iode ?

Le diagnostic d'une carence en iode est basé sur les analyses de sang. Une prise de sang permet de déceler un taux anormal de TSH. La présence d'un goitre fait également soupçonner une hypothyroïdie, potentiellement entraînée par une carence en iode. Dans ce cas, des examens d'imagerie (échographie, scintigraphie thyroïdienne) peuvent être effectués pour mesurer la glande thyroïde et détecter toute anomalie.

Traitement : comment soigner une carence en iode ?

Il n'existe pas de médicament pour soigner une carence en iode. "Pour augmenter son taux d'iode, il faut consommer davantage d'aliments qui en sont riches (voir ci-dessous). Aussi, pour les personnes qui habitent loin de la mer, il est conseillé, outre l'alimentation, de faire de temps en temps un lavage nasal à l'eau de mer (type Stérimar®) qui permet de nettoyer les muqueuses et d'apporter de l'iode à l'organisme", conseille notre diététicienne-nutritionniste.  

Quels sont les aliments riches en iode ?

Pour limiter le risque de carence en iode, on est vigilant à son alimentation. "En tête de liste, il y a le sel de table. Ensuite, les produits les plus riches en iode sont évidemment les produits de la mer (poisson, fruits de mer, algues (comme elles sont déshydratées et séchées, elles n'ont plus d'eau et sont plus concentrées en sel) à saupoudrer sur une salade ou une soupe par exemple) mais également en seconde source, les fromages à pâte dure (le fait d'être affinés entraînent une déperdition d'eau et donc une concentration de matière, notamment de sel)", indique notre interlocutrice. 

Choisir du sel marin : "la législation française n'impose pas au sel de table d'être marin (s'il n'est pas marin, le sel de table n'apporte que peu d'iode). Néanmoins, les sels de table que l'on trouve dans les magasins de consommation courante sont des sels marins et donc iodés. Il est donc utile de vérifier l'origine marine du sel de table que l'on achète

", conseille Caroline Seguin. 

► En général, on consomme 2 g de sel (ajouté) par repas, soit 4 g de sel entre le déjeuner et le dîner (≈ 80 µg d'iode). On couvre ainsi environ la moitié de nos besoins journaliers en iode (à quoi s'ajoutent les minéraux contenus naturellement dans les aliments). 

► Globalement, tous les fruits et les légumes contiennent moins de 20 µg d'iode pour 100 g. 

Aliment Teneur en iode (en µg/100 g) - source : tableau Ciqual de l'Anses 
Sel de table 2000 (soit 20 µg pour 1 g)
Foie de morue 500
Eglefin 260
Crevettes 250
Moules 200
Cabillaud 130
Huître 100
Fromage de brebis 125 (pour une portion de 25 g = 31 µg)
Parmesan 90 (pour une portion de 25 g = 22 µg)
Féta 80 (pour une portion de 25 g = 20 µg)
Œuf 50
Algue Kombu japonais 236 000 (en général on mange une portion de 10 g d'algue)
Algue Fucus 40 000
Algue Wakamé 19 100

Faut-il prendre des compléments alimentaires pour augmenter son taux d'iode ?

Les fumeurs sont invités à consommer davantage de produits riches en iode

"Hors grossesse, il n'y a pas d'intérêt à se supplémenter en iode. Dans notre alimentation (pour une bonne partie industrielle) d'aujourd'hui, les besoins en iode sont généralement suffisamment couverts. Peu de personnes mangent des produits 100% bruts et même si on ne mange que des produits bruts, rien que le sel ajouté permet de couvrir une bonne partie des besoins en iode, conclut notre interlocutrice. De même, les fumeurs sont invités à consommer davantage de produits riches en iode (des algues par exemple) plutôt que recourir à des compléments alimentaires. Chez une personne qui a un goitre, le médecin peut prescrire, en injection ou en ampoule, une supplémentation en iode mais dans ce cas, il s'agit d'une indication médicale". 

Merci à Caroline Seguin, diététicienne-nutritionniste. 

Nutriments et Calories