Ether (médical) : indications, utilisation, interdit ?

L'éther est un liquide incolore, toxique et très inflammable appartenant à la famille des éthers. L'éther médical s'utilise essentiellement pour le nettoyage de la peau (retrait des graisses) lorsque l'eau ou l'alcool ne permettent pas de le faire. Quelles indications ? Est-il interdit ou autorisé en France ?

Ether (médical) : indications, utilisation, interdit ?
© kuprevich

Définition : c'est quoi l'éther médical ?

L'éther (connu aussi sous divers noms chimiques tels qu'éther diéthylique, éthoxyéthane ou encore oxyde de diéthyle) est un liquide incolore, toxique et très inflammable appartenant à la famille des éthers. Il présente une odeur forte caractéristique. L'éther médical est aujourd'hui utilisé comme solvant, mais il était auparavant également employé comme anesthésique général. C'est d'ailleurs le premier médicament anesthésique ayant été utilisé et ce jusque dans les années 30, en appliquant une gaze imprégnée d'éther sur le visage des patients. Cet usage a été abandonné par la suite en raison de sa toxicité, de ses effets secondaires, de son risque de dépendance et de l'émergence de substances anesthésiques plus appropriées.

Quelles sont les indications et utilisations ? 

L'éther médical s'utilise essentiellement pour le nettoyage de la peau (retrait des graisses) lorsque l'eau ou l'alcool ne permettent pas de le faire, comme par exemple pour le retrait de pommades et de colle de sparadraps ou de pansements. En biologie, il est également utilisé pour l'anesthésie ou l'endormissement des petits insectes.

Quels sont les effets de l'éther sur l'organisme ?  

L'éther présente une toxicité pour l'organisme dont les effets sont heureusement souvent réversibles, sauf en cas d'administration répétée ou prolongée. Sa principale cible d'action est le cerveau où il exerce une action narcotique et anesthésiante en agissant directement sur le système nerveux central. L'éther induit d'abord une excitation suivie d'une dépression du système nerveux, dont une paralysie des muscles respiratoires qui peut être mortelle en cas d'exposition prolongée. Ses effets délétères sont également retrouvés au niveau du métabolisme, du foie et des reins. A haute dose, il irrite les voies respiratoires ce qui peut entraîner des sécrétions abondantes. L'éther par voie cutanée dessèche aussi la peau par dissolution des lipides. En cas de contact direct sur les yeux ou via la vapeur d'éther, des lésions oculaires peuvent survenir. L'éther agissant comme solvant, il peut également favoriser le passage d'autres substances potentiellement toxiques à travers la peau ou les muqueuses, comme notamment les muqueuses pulmonaires.

L'éther médical pour endormir : dans quels cas ? 

Aujourd'hui, l'éther médical n'est utilisé pour endormir que dans le domaine de la biologie, afin d'anesthésier, endormir ou tuer des insectes comme la drosophile. Ce sont les vapeurs d'éther (après avoir imbibé des supports) qui provoquent l'endormissement.

L'éther médical est-il autorisé ou interdit en France ? 

L'éther médical est autorisé en France et est commercialisé uniquement en tant que solvant pour nettoyer les restes de colle d'un pansement adhésif ou d'un sparadrap sur la peau.

Quels médicaments contiennent de l'éther médical ?  

Deux médicaments à base d'éther sont commercialisés et se présentent sous la forme de flacons de solution pour application cutanée ; il s'agit d'Ether Cooper® et d'Ether Gifrer.

Où acheter de l'éther médical ? 

L'éther médical est disponible en pharmacie, mais il faut une ordonnance pour s'en procurer, ce médicament étant inscrit sur la liste II des substances vénéneuses.

Quels sont les dangers et effets secondaires de l'éther médical ?

L'éther médical peut entraîner des effets indésirables qui sont en principe transitoires, sauf dans le cas d'une administration prolongée ou répétée. Ces effets sont principalement des effets cutanés tels qu'une irritation ou une réaction locale (rougeur, démangeaison).
En cas d'ingestion, il peut provoquer des nausées et des vomissements mais peut également entraîner un coma si plus de 20 à 50 ml sont ingérés, selon les personnes. Les vapeurs d'éther peuvent provoquer des irritations des voies respiratoires (toux, sécrétions) ainsi que des irritations oculaires ou une conjonctivite en cas de projection dans les yeux. En cas de passage dans la circulation sanguine (suite à une ingestion ou une application prolongée), il peut donner des maux de tête, des vertiges, une excitation, une irritabilité, de la somnolence, de l'hypotension, de la bradycardie (un ralentissement du rythme cardiaque), une dépression respiratoire, des convulsions, une hyperglycémie, de la salivation importante, des sécrétions bronchiques ainsi qu'une toxicité rénale et hépatique, voire même un coma, un arrêt circulatoire ou respiratoire en fonction de la quantité. L'éther présente également un potentiel de dépendance, ses effets euphorisants (sentiment d'ébriété, excitation) étant parfois recherchés chez les toxicomanes. Enfin, l'éther doit être utilisé avec prudence chez la femme enceinte ou qui allaite.

Quelles sont les contre-indications de l'éther médical ?

L'éther médical est contre-indiqué en cas d'allergie à la substance. Il ne doit jamais être utilisé par voie orale, son utilisation étant exclusivement par voie cutanée externe. Il ne doit pas non plus être appliqué sur les muqueuses ni dans les yeux.

Définitions et conseils