Syndrome extrapyramidal : signes, quel traitement ?

Le syndrome extrapyramidal correspond à un ensemble de troubles neurologiques affectant le système moteur. Quels sont les signes ? Les causes ? Parkinson ? Comment est posé le diagnostic ? Quel est le traitement ? Le point avec le Pr Richard Levy, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Syndrome extrapyramidal : signes, quel traitement ?
© Khunatorn - stock.adobe.com

Définition : qu'appelle-t-on un syndrome extrapyramidal ?

Le syndrome extrapyramidal est un ensemble de troubles neurologiques observés chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. "Ce n'est pas une maladie en soi mais un regroupement de signes cliniques témoignant de troubles de la motricité : lenteur dans les gestes, diminution dans l'amplitude des mouvements, raideur dans les articulations et parfois un tremblement associé", développe le Pr Richard Lévy. Le syndrome extrapyramidal est dans la plupart des cas causé par une lésion des neurones, au niveau du système nerveux central. Parfois, la prise de neuroleptiques est responsable des symptômes.

Quelles maladies sont à l'origine d'un syndrome extrapyramidal ?

La maladie de Parkinson est de loin la maladie la plus fréquente qui provoque le syndrome extrapyramidal. D'autres maladies neurodégénératives cousines de la maladie de Parkinson peuvent entraîner le syndrome extrapyramidal. Certains médicaments, notamment les neuroleptiques, peuvent aussi être en cause. 

Quels sont les signes d'un syndrome extrapyramidal ?

Le syndrome extrapyramidal se manifeste par :

  • des mouvements involontaires (en particulier des tremblements au repos),
  • une hypertonie (muscles rigides)
  • une hypokinésie (mouvements lents). 

Comment est posé le diagnostic d'un syndrome extrapyramidal ?

"Le diagnostic repose dans un premier temps sur l'interrogatoire du patient qui décrit une certaine lenteur dans ses gestes, une difficulté à se mouvoir, à se retourner dans son lit, des difficultés à écrire avec une écriture qui devient de plus en plus petite. L'entourage du patient indique également un visage un peu figé, avec une diminution des expressions faciales", indique le spécialiste. Dans un deuxième temps, le neurologue effectue un examen clinique. "La présence de signes caractéristiques tels que raideur des bras, des jambes ou du tronc, la diminution d'amplitude des mouvements et la présence de tremblements confirme le diagnostic", continue-t-il.  

Quel traitement pour soigner un syndrome extrapyramidal ?

Le traitement est celui de la cause. Or, rappelons que le syndrome extrapyramidal n'est pas une maladie mais un regroupement de signes qui renvoient vers une maladie. La cause principale du syndrome extrapyramidal est la maladie de Parkinson, pour laquelle le traitement de référence est la lévodopa, un précurseur de la dopamine qui sera transformé en dopamine dans le cerveau. 

Merci au Pr Richard Levy, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Dysfonctions cérébrales : langage, mémoire, mouvement