Syndrome de Volkmann : définition, causes, signes cliniques

Le syndrome de Volkmann est une séquelle d'un "syndrome des loges" très aigu et chronique qui doit être prise en charge rapidement. Pour comprendre le syndrome de Volkmann, il faut d'abord bien envisager le syndrome des loges. Quelles causes ? Comment le diagnostiquer ? Les réponses avec Le Dr Marc Olivier Falcone.

Syndrome de Volkmann : définition, causes, signes cliniques
©  suriyawut

Définition : c'est quoi le syndrome de Volkmann ?

Le syndrome de Volkmann est une manifestation anatomo-clinique, une séquelle d'un syndrome des loges. Le syndrome des loges est une pathologie aiguë urgente causée par une augmentation de la pression à l'intérieur des compartiments musculaires, des loges, à la suite d'une ischémie ou d'un hématome ou à la diminution du volume de la loge liée à une immobilisation trop compressive. Cette dernière, si elle n'est pas prise en charge ou mal traitée, va évoluer vers le syndrome de Volkmann. "Au stade aigu, les patients consultent en général pour des douleurs intolérables, parfois associées à des troubles de la sensibilité au niveau des extrémités, note le Dr Marc Olivier Falcone. Le syndrome de Volkmann a été décrit historiquement au niveau des loges de l'avant-bras, alors que ce symptôme peut toucher tous les endroits du corps où se trouvent des loges musculaires, tous les muscles rouges." Une douleur intense non soulagée par un traitement antalgique, des paresthésies au niveau des mains ou des pieds sont des signes évocateurs. "Des picotements persistants au bout des doigts après le retrait d'un plâtre doivent faire agir", souligne le Dr Marc Olivier Falcone.

Quelle différence entre syndrome de Volkmann et syndrome des loges ?

La différence entre ces deux syndromes est une question de temporalité. Le syndrome de Volkmann est la séquelle chronique d'un syndrome des loges aigu. Ce dernier est dû à une augmentation de la pression dans les loges musculaires ou à une augmentation du volume des muscles rouges contenus dans les loges soit par une compression externe, soit par une augmentation de volume interne ou les deux combinés, qui va entraîner une ischémie des muscles. "Les muscles souffrent, gonflent, ils peuvent même se nécroser. Cette situation peut aller jusqu'à engager le pronostic vital du patient. Lorsque le syndrome des loges a été pris en charge tardivement et que les muscles ont évolué vers la nécrose, ils peuvent devenir fibreux, rétractés et inertes, ce sont les séquelles terribles du syndrome de Volkmann", ajoute-t-il.

Quels sont les symptômes du syndrome de Volkmann ?

Le syndrome de Volkmann est une installation chronique du syndrome des loges : "il apparaît en général deux mois plus tard quand le syndrome des loges n'a pas été pris en charge rapidement". Il se caractérise par la fibrose des muscles, c'est-à-dire la transformation des muscles rouges bien élastiques en un tissu inerte et complètement rétracté : "Ces muscles œdématiés, devenus très durs vont se tracter sur les tendons à proximité et rétracter ainsi les articulations concernées. Ce syndrome est irréversible et les séquelles sont très graves".

Quelles sont les causes du syndrome des loges ?

Les causes d'un syndrome de Volkmann sont les conséquences d'un syndrome des loges mal pris en charge : "un hématome au niveau des loges suite à une fracture des os à proximité qui va augmenter, un plâtre ou une résine trop serrés, ou les deux à la fois… Dans ce contexte, le muscle s'œdématie, son volume aqueux augmente, une ischémie se met en place et la loge est sous pression", souligne-t-il. 

Où se situe le syndrome des loges ?

Le syndrome des loges se situe au niveau d'un ou plusieurs membres : les avant-bras, les cuisses, les jambes, les pieds et les mains… Partout où il y a des muscles.

Quel examen pour diagnostiquer le syndrome des loges ?

Aucun examen : l'important est de ne pas retarder la prise en charge chirurgicale du syndrome des loges. "Sans prise en charge la nécrose musculaire va relarguer dans la circulation artérielle des pigments de muscles qui risque de nécroser à son tour les tubules des reins. Certains patients se trouvent en insuffisance rénale, parfois même en insuffisance cardiaque et leur pronostic vital peut être engagé", insiste-t-il. En cas de doute, des sondes pourront être utilisées afin de mesurer la pression sanguine, qui seront introduites au travers de la peau dans la(es) loge(s) concernée(s). On va mesurer l'augmentation de la pression dans les loges par rapport à la tension artérielle. "À partir de 30 mm de mercure, le flux tissulaire est totalement interrompu et à ce moment-là, il faut intervenir".

Quel est le traitement du syndrome des loges ?

Le traitement est chirurgical : il s'agit de l'aponévrotomie de décharge qui va consister à fendre les aponévroses des loges concernées, les laisser ouvertes le temps de la cicatrisation et les refermer au fur et à mesure. Parfois cela nécessite même des greffes de peau.

Prévention : comment éviter le syndrome de Volkmann ?

Eviter de mettre des plâtres circulaires trop serrés sur des personnes ayant des risques de saignement 

La prévention est d'une part d'éviter de mettre des plâtres circulaires trop serrés sur des personnes ayant des risques de saignement importants surtout sur des fractures de l'avant-bras, des déplacements et, d'autre part, de mettre en place une surveillance post-opératoire. "Pour prévenir la séquelle, il faut surtout suivre les patients. L'orthèse thermoformée est un moyen plus simple d'immobiliser (plus légère et extensible) et de surveiller (éviter la compression externe", conclut le Dr Flacone.

Merci au Dr Marc Olivier Falcone, chirurgien de la main, à la Clinique Jouvenet à Paris et au SOS Main de l'Hôpital Privé Paul d'Egine à Champigny sur Marne.

Douleur