Syndrome des loges : signes, traitement, opération

Le syndrome des loges se définit par l'augmentation de la pression dans des loges musculaires. Cette hyperpression est la résultante entre un contenu augmentant de volume, les fibres musculaires, et un contenant non extensible, les aponévroses. Le Dr Diviné, chirurgien orthopédique, nous détaille les signes et les traitements.

Syndrome des loges : signes, traitement, opération
© comzeal

Définition : c'est quoi le Syndrome des loges ? 

"Le syndrome des loges chronique est une pathologie qui affecte surtout les sportifs pratiquant des sports d'endurance tels que la course à pied", explique le Dr Pierre Diviné, chirurgien orthopédique. Les muscles des membres sont placés dans des espaces déterminés, des sortes de compartiments appelées loges. Il arrive parfois que la pression à l'intérieur de ces compartiments soit trop élevée, notamment à la suite d'un entraînement intensif ou inapproprié. Cette pression entraîne une augmentation du volume du muscle (hypertrophie). C'est cette hypertrophie qui est responsable des douleurs ressenties le plus souvent au niveau de l'avant-bras ou de la jambe. "Il existe deux formes distinctes de syndrome des loges. La forme aigüe, le plus souvent post-traumatique, associé ou non à une fracture ; la forme chronique et intermittente, déclenchée par l'effort". Le syndrome des loges est difficile à diagnostiquer. "Le traitement est le plus souvent chirurgical".

Quelle partie du corps est affectée par le Syndrome des loges ?

"Le syndrome des loges peut toucher aussi bien les membres inférieurs que les membres supérieurs, poursuit le spécialiste. On le retrouve plus fréquemment au niveau de la partie inférieure de la jambe et l'avant-bras. Cependant, il peut toucher d'autres zones : pieds, cuisses…".

Quels sont les signes du Syndrome des loges ? 

"Les signes su syndrome des loges sont assez caractéristiques, assure le médecin :

  • Des douleurs très intenses ;
  • Des muscles durs et tendus ;
  • Un gonflement et une sensation de pression au niveau des loges musculaires concernées ;
  • Un pouls qui reste généralement palpable.

Quelle est la cause du Syndrome des loges ? 

Il existe donc deux formes de syndrome des loges :
► "La forme aiguë, qui est une urgence chirurgicale", détaille notre interlocuteur. Elle fait le plus souvent suite à un traumatisme : fracture, contusions sévères ou compressions musculaires, bandage ou plâtre trop serré".
► "De son côté, la forme chronique, est intermittente et concerne essentiellement les sportifs qui sur-sollicitent leur musculature. Elle est spontanément réversible lors de l'arrêt de l'effort".

Comment pose-t-on le diagnostic d'un Syndrome des loges ? 

"Le syndrome des loges aigu fait suite à un diagnostic clinique ne nécessitant pas d'examen complémentaire, répond le spécialiste. Alors que le syndrome des loges chronique est confirmé par la mesure des pressions musculaires au repos, puis comparées à celles mesurées après effort".

Quel est le traitement d'un Syndrome des loges ? 

"Dans certains cas, un traitement chirurgical est proposé au patient, rappelle le Dr Diviné : il consiste en une aponévrotomie en regard de chaque loge concernée permettant une libération complète des structures musculaires. Celle-ci est le plus souvent réalisée par voie mini invasive sous endoscopie (à l'aide d'une caméra)". Le syndrome des loges chronique n'est généralement pas dangereux. "En sollicitant moins le muscle (en cessant l'activité sportive par exemple), on va pouvoir réduire la pression exercée dans la loge musculaire. Le patient pourra ensuite reprendre le sport progressivement et par la suite l'adapter".

Quand opérer un Syndrome des loges ? 

"Dans le cas d'un syndrome des loges aigu, le traitement est toujours urgent et chirurgical, conclut notre interlocuteur. Mais dans le cadre d'un syndrome de loge chronique d'effort, le traitement chirurgical est proposé au patient lorsque les douleurs sont à l'origine d'une limitation fonctionnelle importante".

Merci au Dr Pierre Diviné, chirurgien orthopédique au CHP de l'Europe de Port-Marly (Groupe Vivalto Santé).

Blessures