Erythème migrant : cause, durée, photo, traitement

L'érythème migrant (EM) est le signe le plus constant et le plus caractéristique de la maladie de Lyme, borréliose transmise par morsure de tique. En présence d'un EM, la sérologie de la maladie de Lyme n'est pas recommandée. On fait le point avec le Dr Fabienne Kochert, pédiatre.

Erythème migrant : cause, durée, photo, traitement
© Astrid Gast

Définition : qu'est-ce qu'un érythème migrant ? 

Un érythème migrant est une éruption cutanée de forme ronde ou ovalaire. Sa présence est fortement évocatrice de maladie de Lyme. La notion de piqûre de tique récente vient conforter le diagnostic mais elle n'est pas toujours retrouvée dans les antécédents. "Ce symptôme est un indicateur de la maladie, explique le Dr Fabienne Kochert, pédiatre. La tache rouge, souvent chaude, va progressivement s'étendre formant un anneau pouvant atteindre plusieurs centimètres de diamètre." L'érythème migrant peut être impressionnant mais n'est en général ni prurigineux ni douloureux. "Une réaction précoce prurigineuse transitoire au niveau du site de la piqure correspond à une réaction locale et n'est pas à confondre avec l'EM qui survient après une incubation de 3 à 30 jours."

Quelle est la cause ? 

L'érythème migrant correspond à la forme localisée précoce de la maladie de Lyme. "Il s'agit d'une maladie infectieuse causée par une bactérie Borrelia burgdorferi, transmise par les tiques, ajoute la pédiatre. On l'appelle aussi borréliose de Lyme." La tique peut piquer à tout stade de son développement (larve, nymphe, adulte).

Quels sont les symptômes ? 

La principale manifestation est une lésion cutanée (une macule) appelée érythème migrant situé au niveau de la piqûre de tique. "Elle apparaît environ 3 à 32 jours après la piqûre de tique. Il s'agit d'un "halo" rouge qui s'étend lentement de façon centrifuge (du centre vers la périphérie) alors que le centre s'éclaircit. Son diamètre peut atteindre plusieurs centimètres. Cette rougeur n'est pas douloureuse et disparaît spontanément en quelques semaines." Elle n'est pas présente dans tous les cas de maladie de Lyme et peut passer inaperçue. D'autres manifestations peuvent être associées à cet érythème : une fièvre modérée, de la fatigue, des douleurs musculaires et des maux de tête (dans 25% des cas environ), " l'ensemble de ces symptômes pouvant évoquer un tableau pseudo grippal."

Photo d'un érythème migrant 

© Astrid Gast

Quelle est sa durée ? 

L'érythème migrant dure en général quelques semaines.

Erythème migrant et Lyme 

L'érythème migrant est la manifestation la plus fréquente (60 à 90 % des cas) et la plus évocatrice de la borréliose de Lyme.
Il ne doit pas être confondu avec une réaction à la salive de tique qui apparaît plus précocement et ne s'étend pas de manière centrifuge, rappelle Santé Publique France.

Quel est le diagnostic ? 

Le diagnostic d'érythème migrant est clinique, et peut être facilité par la notion de piqûre récente de tique (datant de quelques jours à quelques semaines). "Il est recommandé de ne pas faire de sérologie sanguine ni d'autres examens biologiques sanguins ou urinaires devant un érythème migrant isolé, insiste notre interlocutrice. C'est l'aspect typique d'EM qui doit conduire au diagnostic, la sérologie peut être négative, ce qui peut écarter le diagnostic par erreur". En cas de doute clinique, il est recommandé de mesurer la lésion et de revoir le patient 48 à 72 heures plus tard : une augmentation progressive du diamètre de la lésion est suffisante pour affirmer le diagnostic et traiter, conseille l'HAS.

Quels sont les traitements ?

En cas d'érythème migrant isolé sans autre signe clinique, l'antibiothérapie est indispensable et doit être débutée rapidement. Le traitement recommandé est : 

  • doxycycline ou amoxicilline pendant 14 jours en première intention. "La doxycycline est contre-indiquée chez l'enfant avant 8 ans et chez la femme enceinte aux 2è et 3è trimestre", insiste le médecin. 
  • azithromycine pendant 7 jours si la première ligne impossible.

Avant et après traitement, il est recommandé de demander au patient de prendre en photo l'érythème migrant aux différentes phases d'évolution. "La réponse au traitement est en général excellente, avec une disparition rapide et complète de l'érythème migrant entre 1 semaine et 1 mois après le début du traitement antibiotique." En l'absence de réponse clinique après 1 mois, il est recommandé de s'assurer de la bonne observance du traitement par le patient et de discuter un diagnostic différentiel. "Il est indispensable de surveiller et revoir les patients traités pour un érythème migrant simple en cas d'évolution atypique, de symptômes persistants ou d'apparition de nouveaux symptômes", conclut le Dr Kochert. L'échec thérapeutique nécessite un examen spécialisé, notamment par un dermatologue.

Merci au Dr Fabienne Kochert, pédiatre à Orléans et Présidente de l'AFPA (Association de Pédiatrie Ambulatoire) 

Autres problèmes de peau