Capsulite : définition, séquelles, traitement, conduire avec

Chargement de votre vidéo
"Capsulite : définition, séquelles, traitement, conduire avec"

La capsulite est une inflammation de la capsule, enveloppe qui protège l'articulation. Quelles sont ses causes ? Symptômes ? Comment est-elle prise en charge ? Réponses avec le Pr Aleth Perdriger, chef du service de Rhumatologie du CHU de Rennes.

Définition : qu'est-ce qu'une capsulite ?

La capsule est une membrane fibreuse qui entoure et protège l'articulation. Les maladies qui touchent cette membrane sont appelées "capsulite." On parle de capsulite pour une atteinte de la capsule articulaire, et  de "capsulite rétractile" quand l'articulation est enraidie par une "rétraction" de la capsule. La capsulite rétractile va toucher les articulations de moyenne ou de grande taille, comme les épaules ou les hanches. C'est une maladie bénigne, mais qui enraidit l'articulation et qui peut entrainer une gêne fonctionnelle importante dans la vie quotidienne et/ou le travail. "Ces maladies peuvent avoir plusieurs causes : un traumatisme, qui peut abimer la capsule ou une rétraction de cette membrane fibreuse (on parle de capsulite rétractile), qui peut apparaitre secondairement à une atteinte locale de l'articulation et/ou être favorisée par une maladie générale (diabète) ou plus rarement certains médicaments. Il peut aussi s'agir d'une inflammation de la zone d'insertion de la membrane fibreuse sur l'os, comme observée dans certains rhumatismes inflammatoires", indique le Pr Aleth Perdriger. C'est une affection qui touche 2 à 5% de la population et affecte davantage les femmes que les hommes, surtout entre 40 et 65 ans. C'est une maladie le plus souvent bénigne, qui va guérir, mais qui entraîne une douleur et une perte de mobilité graduelle de l'articulation et qui peut être longue à traiter. 

Capsulite de l'épaule : signes, causes ?

L'enraidissement de l'articulation voire une difficulté à effectuer certains mouvements du membre poussent à consulter. Les douleurs sont dues à la rétraction de la membrane qui entoure l'articulation. La capsulite se manifeste généralement par une douleur durable, une raideur de l'articulation et une récupération lente. Elle peut s'avérer invalidante au quotidien, mais pendant une durée limitée. La capsulite est en effet dans la majorité des cas peu invasive, et s'estompe d'elle-même en moins de deux ans. Elle est considérée comme une maladie sans gravité. "La douleur est parfois présente, mais elle n'est pas toujours au premier plan. La douleur se manifeste surtout aux tentatives de mobiliser une articulation enraidie, ou la nuit, si on prend une mauvaise position de l'épaule", précise le chef du service de rhumatologie du CHU de Rennes. 

Capsulite de la hanche : signes, causes ? 

La capsulite de la hanche se traduit par des douleurs à la mobilisation ainsi que des raideurs avec difficulté à la marche. "Comme la capsulite de l'épaule, elle peut entraîner une gêne fonctionnelle au quotidien. Elle peut survenir suite à un traumatisme qui aurait abimé la capsule, une atteinte locale de l'articulation ou encore au décours d'une grossesse", précise la rhumatologue. 

Capsulite de l'orteil : signes, causes ? 

"La capsulite de l'orteil n'existe pas", selon notre expert. 

Quelle est la durée d'une capsulite ?  

Une capsulite peut durer longtemps. Généralement, il faut compter entre 6 mois et un an et demi. 

Quel est le diagnostic d'une capsulite ?

Une première ébauche de diagnostic est posée à l'examen clinique, devant la douleur et la raideur. "Les examens clinique permettent de rechercher une cause locale qui favorise la capsulite (souffrance d'un tendon). Le diagnostic est posé par une arthroscopie ; la cavité articulaire est réduite quand on introduit du produit de contraste dans une articulation. Cette exploration est très souvent complète par une infiltration locale dans l'articulation qui calme la douleur et permet de distendre un peu la capsule", souligne la spécialiste. D'autres examens complémentaires sont parfois nécessaires, tels qu'une radiographie, une échographie, une IRM, un scanner, ou une scintigraphie osseuse. Un bilan sanguin est également demandé afin de détecter une éventuelle maladie infectieuse. 

Quels sont les traitements d'une capsulite ?

Le traitement d'une capsulite rétractile repose sur la prise en charge de la douleur et la rééducation douce. Du Paracétamol et anti-inflammatoires sont prescrits pour limiter les pics de douleur. Les infiltrations dans l'articulation sont parfois nécessaires. Quand la douleur s'est atténuée, la prise en charge en rééducation permet de maintenir la mobilité de l'articulation et le travail musculaire, dans les limites de la réapparition d'une douleur. Le travail en kinésithérapie est effectué en "infra douloureux." Le traitement de la capsulite est suivi d'une rééducation encadrée par un kinésithérapeute. 

Quelles sont les séquelles d'une capsulite ?

"Le plus souvent, la douleur disparait et la mobilité va revenir lentement à la normale, après plusieurs mois, voire un ou deux ans. Mais il arrive parfois que la raideur ne disparaisse pas complètement, surtout si la perte musculaire est importante. La rééducation sera poursuivie en " infra douloureux " sur une longue période, avec la réalisation d'auto-exercices est donc très importante", détaille le Pr Aleth Perdriger.

Peut-on conduire avec une capsulite ?

"Ce n'est pas facile de passer les vitesses avec une épaule droite enraidie… Si c'est l'épaule gauche qui est concernée et que vous avez une voiture automatique, cela peut se tenter !", remarque la spécialiste.

Capsulite et arrêt de travail : dans quel cas ?

La capsulite rétractile fait partie des troubles musculo squelettiques et, dans certains cas, une capsulite peut être reconnue maladie professionnelle si elle fait suite à les gestes répétitifs sur le temps de travail sont effectués dans un contraintes particulières (comme un travail les bras levés…). Devant une douleur, des aménagements du poste de travail peuvent être demandés.  

Merci au  Pr Aleth Perdriger, chef du service de Rhumatologie du CHU de Rennes.

Rhumatologie