Hospitalisation Covid-19 France : courbe, nombre aujourd'hui

COVID HOPITAL. Le nombre d'hospitalisations pour Covid-19 est passé sous les 27 000 en France. Le pic des hospitalisations est passé et les admissions à l'hôpital ont baissé de 31% la semaine dernière, y compris en réanimation. Carte par département, âge des patients : courbes et chiffres en direct.

Hospitalisation Covid-19 France : courbe, nombre aujourd'hui
©  Vasuta Thitayarak - 123RF

[Mise à jour le vendredi 4 décembre à 13h11] "La France est aujourd'hui le pays d'Europe où la baisse de la pression épidémique a été la plus forte et la plus rapide." a indiqué le Premier ministre Jean Castex, lors de la conférence de presse du 3 décembre. En milieu hospitalier, après le pic des hospitalisations du 2 au 8 novembre, les nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation sont en diminution pour la troisième semaine consécutive, indique le dernier bilan de Santé Publique France. Du 23 au 29 novembre, 9 382 nouvelles hospitalisations ont été déclarées contre 13 585 la semaine d'avant, soit une baisse de 31%. En réanimation, la baisse est de 33% sur cette même période. Les dernières courbes d'évolution des cas de Covid-19 à l'hôpital confirment l'amélioration de la situation même si 26 703 Français sont encore hospitalisés. Les taux d'hospitalisations les plus élevés sont enregistrés en Auvergne-Rhône Alpes et Bourgogne-Franche-Comté. Le plan blanc a été réactivé dans tout les établissements ce qui implique la déprogrammation des opérations non urgentes. Point de situation à date.

Au 3 décembre :

  • 8 614 nouvelles hospitalisations du Covid-19 sont enregistrées sur les 7 derniers jours. 
  • 1 204 nouvelles hospitalisations en réanimation sur les 7 derniers jours.
  • 324 nouveaux décès à l'hôpital en 24 heures.

Hospitalisation : nombre, courbe, carte par départements, prise en charge des patients

Au 3 décembre, 26 703 personnes sont hospitalisées à cause de la Covid-19, 310 de moins que la veille (1 448 nouveaux patients en 24 heures, +196 par rapport à la veille). Le dernier bulletin chiffré de Santé Publique France du 3 décembre indique qu'en semaine 48 (22 au 29 novembre), 9 382 nouvelles hospitalisations ont été déclarées contre 13 585 en semaine 47, soit -31%. Cette diminution a été observée dans toutes les régions métropolitaines. Les diminutions les plus marquées étaient en Corse (-73%), Bretagne (-44%) et Occitanie (-41%). Depuis le 1 mars 2020, 1 902 établissements de santé ont déclaré au moins un cas de coronavirus, 228 615 patients ont été hospitalisés à cause du Covid-19 (37 326 patients sont décédés à l'hôpital au 3 décembre). La durée moyenne entre l'infection et l'hospitalisation est de 11 jours, rapportaitle Conseil scientifique dans un Avis du 26 octobre.

Quel est l'âge moyen des personnes hospitalisées ?

Selon le point épidémiologique de Santé Publique France, au 1 décembre, sur les 27 639 cas de Covid-19 hospitalisés :

  • 61% ont 75 ans et +
  • 21% entre 65 et 74 ans
  • 15% entre 45 et 64 ans
  • 3% entre 15 et 44 ans
  • moins de 1% sont âgés de 0 à 14 ans

Carte des hospitalisations pour Covid-19 par départements 

Quelle est la situation en Ile-de-France ?

En Ile-de-France, le 3 décembre, selon les données du gouvernement, 5 337 patients Covid-19 sont hospitalisés, 95 de moins que la veille. 202 nouveaux patients Covid-19 ont été admis à l'hôpital ces dernières 24 heures (soit plus 57 en 24h). 719 sont en réanimation, 34 de moins que la veille; 29 nouveaux patients ont été admis ces dernières 24 heures. 

Courbe d'évolution des hospitalisations de patients Covid-19 en Ile-de-France jusqu'au 3 décembre

hospitalisation-covid-19-courbe
Courbe d'évolution des hospitalisations de patients Covid-19 en Ile-de-France jusqu'au 3 décembre © Gouvernement.fr

Courbe du nombre de cas Covid-19 hospitalisés en France

En France, après une augmentation observée les semaines précédentes, on constate une diminution du taux hebdomadaire d'hospitalisations de patients COVID-19 depuis le 9 novembre, qui se poursuit en semaine 48 (-31% ), rapporte Santé publique France dans sont point du 3 décembre.

Le taux d'hospitalisations a diminué dans toutes les régions métropolitaines, surtout en Corse (-73%), Bretagne (-44%) et Occitanie (-41%).

→ Les taux d'hospitalisations les plus élevés sont enregistrés en Auvergne-Rhône Alpes et Bourgogne-Franche-Comté

→ Dans les régions d'outre-mer, le plus fort taux d'hospitalisations est observé en Guyane. Le taux hebdomadaire d'hospitalisations a diminué à Mayotte, en Guadeloupe, à la Réunion et en Martinique.

Courbe d'évolution des hospitalisations de patients Covid-19 en France jusqu'au 3 décembre

hospitalisation-covid-19-courbe-france
Evolution des cas d'hospitalisation Covid-19 en France au 3 décembre © Gouvernement.fr
hospitalisation-covid-19-zone
6. Évolution du taux hebdomadaire d'hospitalisations pour COVID-19 pour 100 000 habitants, par région, entre le 09 et le 29 novembre 2020 © Sante Publique France

Peut-on recevoir des visites à l'hôpital quand on est positif au coronavirus ?

"Normalement, les patients positifs au Covid-19 n'ont pas le droit aux visites" répondait notre infirmière. Mais pour les cas plus graves, les personnes en fin de vie, "il peut y avoir des exceptions"Pour tous les cas hospitalisés (Covid-19 ou non), les visites sont interdites aux mineurs et aux personnes présentant des symptômes tels que toux, fièvre et limitées à une personne par chambre et à une visite par jour. Elles sont également interdites aux personnes contact Covid-19. 

Et en cas de décès ?

Selon les données du gouvernement, 37 326 personnes atteintes du Covid-19 sont décédées à l'hôpital depuis le début de l'épidémie (sur 54 140 décès au total). "Quand un patient Covid-19 décède en réanimation, on peut le garder deux heures maximum avant de le transférer à la morgue de l'hôpital. Si la famille peut venir dans les deux heures, on autorise une visite et on équipe la personne" détaille l'infirmière.

"Un membre de la famille peut venir dans les deux heures suivants le décès"

Lors de la visite : les proches doivent respecter avec la plus grande attention les précautions d'hygiène indiquées par les soignants. Ils doivent s'abstenir d'embrasser le corps de la personne décédée et éviter tout contact direct. Ils doivent se désinfecter soigneusement les mains par friction hydroalcoolique en quittant la chambre.

  • Les proches du patient décédé doivent prendre sans attendre les dispositions permettant la désignation de l'opérateur funéraire en charge des obsèques, afin d'éviter tout retard dans la mise en cercueil du corps. Ils doivent faire connaître l'opérateur funéraire qu'ils désignent à l'hôpital et en premier lieu à l'agent responsable de la chambre mortuaire. 
  • Dans la chambre mortuaire au moment de la levée du corps, la présence est réduite à l'entourage très proche du défunt, sans dépasser dix personnes. Les mesures barrières générales doivent être strictement respectées, à savoir notamment un espacement minimum d'un mètre entre chaque personne.
  • Les toilettes rituelles ainsi que les actes de thanatopraxie (soins de conservation) ne sont pas autorisés sur le corps des personnes décédées du Covid-19.

Quand est-on hospitalisé en réanimation ?

L'hospitalisation des patients Covid-19 en service de réanimation est réservée aux cas les plus graves : "On est obligé de les assister au niveau respiratoire car ils sont en détresse respiratoire aiguë" nous précise l'infirmière. Pour le personnel soignant, la gestion de la pandémie pendant son pic de mars-avril relevait d'une situation inédite. Comme le racontait notre interlocutrice : "Nous sommes habitués à travailler en flux tendu mais nous sommes inquiets des conséquences sur notre travail avec des familles qui vont être à flux tendu aussi. De plus, nous avons des gros malades qui arrivent en réanimation, en dehors des patients Covid-19, et il faut aussi les soigner"

Combien de patients Covid-19 en réanimation ?

Les déclarations de nouvelles admissions en réanimation est légèrement en hausse : +24 nouveaux patients le 3 décembre par rapport à la veille. Le 3 décembre 3 425 personnes positives au Covid-19 sont en réanimation et 67,5% des lits en réanimation sont occupés par des patients Covid-19 (par rapport à la capacité initiale de réanimation, par région). En semaine 48 (23 au 29 novembre), 1391 nouvelles admissions en réanimation ont été déclarées vs 2069 la semaine précédente, soit -33%. 

Courbe d'évolution des hospitalisations en réanimations de patients Covid-19 en France jusqu'au 3 décembre

hospitalisation-reanimation-courbe
Courbe d'évolution des hospitalisations en réanimations de patients Covid-19 en France jusqu'au 3 décembre © Gouvernement.fr

→ Le taux d'hospitalisations en réanimation en semaine 48 a diminué dans toutes les régions de France métropolitaine par rapport à la semaine précédente, excepté en Corse où il a augmenté (+25%). Les diminutions étaient plus marquées en Nouvelle-Aquitaine (-46%), Occitanie (-40%) et Bretagne (-40%).

→ Les plus forts taux hebdomadaires d'admission en réanimation étaient rapportés en Bourgogne Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Provence Alpes-Côte d'Azur ainsi qu'en Ile-de-France, Grand Est et Centre-Val de Loire. 

carte-hospitalisation-covid-19
Evolution du taux hebdomadaire d’admissions en réanimation pour COVID-19 pour 100 000 habitants par région, entre le 9 et le 29 novembre 2020 © Santé Publique France

Parmi les patients Covid-19 en réanimation actuellement, Santé Publique France déclare que entre le 5 octobre et le 1er décembre : 

  • 62% sont âgés de 65 ans et plus.
  • L'âge médian est de 68 ans (75 ans pour les décès).
  • 88% présentent au moins une comorbidité. Les comorbidités les plus fréquemment rapportées sont l'obésité (IMC≥30kg.m-2 ) (45%), l'hypertension artérielle (44%) et le diabète (31%).
  • 71% sont des hommes.
hospitalisation-covid-19-lit-reanimation
Courbe du taux d'occupation des lits en réanimation au 3 décembre © Gouvernement.fr

Quelle est la durée des patients Covid-19 en réanimation ?

Selon les données de Santé Publique France, la durée médiane de séjour en réanimation est de 11 jours pour les patients Covid-19 mais peut aller à 20 jours, comme nous l'expliquait le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel-Dieu de Paris. La France dispose initialement de 5000 lits de réanimation. Cette capacité est passée à 10 000 lors de la première vague de l'épidémie de coronavirus.

Le personnel soignant en réanimation prenant en charge des patients suspects/infectés par le COVID-19 porte les éléments de protection suivants :

  • port de masque FFP2,
  • protection de la tenue professionnelle dans l'idéal par une sur-blouse manches longues, imperméable,
  • la friction hydro-alcoolique,
  • une charlotte,
  • port systématique de gants et de lunettes de protection (ou masque à visière).

Carte des cas actuellement en réanimation ou soins intensifs pour COVID-19

Le nombre de nouvelles admissions en réanimation a diminué sur la semaine du 23 novembre, indique Santé Publique France. Au 3 décembre, plus forts taux hebdomadaires d'admission en réanimation étaient rapportés en Bourgogne Franche-Comté (3,8/100 000 habitants), Auvergne-Rhône-Alpes (3,6), Hauts-de-France (2,5), Provence Alpes-Côte d'Azur (2,3) ainsi qu'en Ile-de-France, Grand Est et Centre-Val de Loire.

Symptômes du coronavirus : quand aller aux Urgences ?

Fièvre, toux sèche, fatigue, courbatures, rhume, perte de l'odorat… Si vous pensez avoir les premiers symptômes d'une infection par le coronavirus, il ne faut pas vous rendre immédiatement aux urgences, mais d'abord appeler votre médecin traitant ou un médecin par téléconsultation. Il faut appeler le 15 seulement si vous avez des difficultés respiratoires, ou que votre état se détériore brutalement. Le médecin du Samu pourra vous orienter vers un service d'Urgence s'il le juge nécessaire. Certains patients peuvent être amenés directement par le Samu en service de réanimation. Si le médecin traitant a un doute sur vos symptômes, il vous prescrira un test de dépistage du Covid-19 à réaliser dans la foulée (liste des centres de dépistages en France). 

Combien de patients Covid-19 aux Urgences ? 

Depuis le début de la surveillance le 24 février 2020, Santé Publique France indique que 295 389 passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 ont été enregistrés. Le nombre de passages pour suspicion de COVID-19 du 23 au 29 novembre était en baisse pour la 3e semaine consécutive (-29% vs la semaine précédente).

→ La baisse observée concerne l'ensemble des classes d'âges : les moins de 15 ans (-22%), les 15-74 ans (-31%) et les 75 ans et plus (-24%).

Cette baisse s'observe dans l'ensemble des régions à l'exception de la Guyane (14 passages en S48 vs 9 en S47) et la Guadeloupe (12 passages en S48 vs 3 en S47). En métropole, elle était plus marquée en Corse, Occitanie, Normandie, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

reanimation-hospitalisation-covid-19
Nombre de passages aux urgences et part d’activité pour suspicion de COVID-19, hebdomadaire par classe d’âge, depuis le 26 février 2020 en France © Santé Publique France - OSCOUR

Quelle prise en charge quand on arrive aux Urgences ? "Quand ils arrivent aux Urgences, ils sont prélevés comme ils ont des symptômes évocateurs du Covid-19 puis, selon leur état de santé, ils sont soit mis dans un service pour être surveillés, par exemple en service infectieux ou de médecine interne, soit, s'ils ont besoin de réanimation, ils sont transférés dans des unités Covid-19 dédiées", explique une infirmière du service de Réanimation de l'hôpital Saint-Antoine à Paris. Ces unités d'abord installées dans les services de réanimation des hôpitaux ont aussi été déployées dans d'autres services pour répondre à l'augmentation des cas de coronavirus en France. "En cas de forte suspicion, on les isole dans des chambres fermées et on applique les mesures de protection, jusqu'à recevoir les résultats de la détection CoV-19" poursuit notre interlocutrice.

Sources : 

Bulletin épidémiologique de Santé Publique France du 3 décembre.

Coronavirus -Covid 19 - Informations aux personnes venant de perdre un proche, communiqué de la direction générale de l'AP-HP, 24 mars 2020.

Gestion de l'épidémie