Porteur sain du Covid : test, anticorps, est-on contagieux ?

Chargement de votre vidéo
"Porteur sain du Covid : test, anticorps, est-on contagieux ?"

La moitié des personnes testées positives au Covid-19 n'auraient pas de symptômes. Leur système immunitaire serait capable de développer des anticorps qui combattraient l'infection. Ils ont été contaminés mais sont des "porteur sain". Combien de temps sont-ils contagieux ? Sont-ils immunisés ?

[Mis à jour le vendredi 4 décembre à 15h39] Parmi l'ensemble des personnes testées du 27 novembre au 3 décembre 2020, 72% se déclaraient sans symptômes, un chiffre identique à celui de la semaine précédente. Et la moitié (50%) des cas positifs ne présentait pas de symptômes, selon le point épidémiologique de Santé publique France du 3 décembre. Par ailleurs, la moitié des transmissions surviendrait durant la phase pré-symptomatique du patient, donc avant l'apparition des symptômes. Cela signifie qu'on peut être contagieux, même sans symptômes. Mais au juste, ça veut dire quoi "être porteur sain" ? Est-ce la même chose qu'un "asymptomatique" ? Comment savoir si on est porteur sain d'un virus ? Pendant combien de temps est-on contagieux ? Quel est le profil-type d'un porteur sain du Covid-19 ?

Définition : qu'est-ce qu'un porteur sain d'un virus ou d'une maladie ?

Un porteur sain est une personne dont l'organisme est infecté par un agent infectieux (virus, bactérie, parasite) mais qui ne présente pas de signes cliniques de cette infection. Autrement dit, il est porteur de l'agent infectieux dans son système sans être malade. En revanche, un porteur sain peut transmettre l'agent infectieux à d'autres personnes avec qui il est en contact. Un porteur sain est donc contagieux. 

Porteur sain : comment le savoir ?

Pour diagnostiquer une personne asymptomatique au Covid-19, on ne peut pas se baser sur la présence de symptômes. Ainsi, le seul moyen de savoir si on est porteur du Covid-19 (avec ou sans symptômes) est de rechercher la présence du virus, grâce à la réalisation d'un test PCR (un prélèvement au niveau du nez à l'aide d'un coton-tige) qui permet de diagnostiquer une éventuelle contamination au Covid-19. Si une personne est infectée par le coronavirus au moment du prélèvement, le test PCR va le détecter.

  • Si le test est négatif, on en déduit que la personne n'est pas porteuse du virus
  • Si le test est positif, on en déduit que la personne est porteuse du virus et est donc contagieuse.

          • Si la personne positive n'a pas de symptômes au moment du prélèvement, on dit que c'est un porteur sain.

          • Si la personne positive a des symptômes (fièvre, toux, perte d'odorat...), on dit qu'elle est symptomatique, ce n'est pas un porteur sain. 

► Attention : il existe des "faux négatifs" pouvant être dus à une mauvaise technique de prélèvement. 

Un isolement de combien de temps ? Avec ou sans symptômes, une personne testée positive au Covid-19 doit rester isolée pendant 7 jours après la réalisation de son test. 

Est-on contagieux et peut-on transmettre le virus à d'autres ?

Le porteur sain ne présente pas de symptômes mais reste contagieux. Il peut donc transmettre la maladie à d'autres personnes. "Dans le cas du Covid-19, c'est particulièrement vrai pour les enfants, les adolescents ou les jeunes adultes", précise Frédéric Tangy chercheur retraité du CNRS, désormais affecté au laboratoire d'innovation vaccinale de l'Institut Pasteur dans un article de Sud-Ouest. Avec ou sans symptômes, une personne contaminée par le Covid-19 peut transmettre l'agent pathogène à 3 personnes en moyenne, rappelle l'Organisation mondiale de la Santé.  

Pendant combien de temps est-on contagieux ?

Un porteur sain serait moins contagieux par rapport à une personne qui présente des symptômes.

La durée d'incubation du Covid-19, c'est-à-dire le temps qui s'écoule entre le moment de la contagion et l'apparition des symptômes d'une maladie, est de 3 à 5 jours dans la plupart des cas, mais peut aller jusqu'à 14 jours. Cela signifie qu'une personne contaminée peut transmettre la maladie jusqu'à entre 3 et 14 jours avant l'apparition des symptômes (la moyenne est estimée à 1 semaine). Mais étant donné qu'un individu peut être "porteur sain", il y a toujours un risque de contagion, même après la durée d'incubation. Si elle n'est pas isolée, cette personne peut sans le savoir transmettre le virus à d'autres, susceptibles quant à elles de développer une forme clinique, parfois grave, de la maladie. Interrogé par le 19.45 diffusé sur M6, le Pr Yves Buisson, épidémiologiste et Président du groupe Covid-19 de l'Académie nationale de Médecine, indique qu'un isolement permet de considérer qu'un porteur sain n'est plus contagieux. Mais pour sortir de cet isolement, le porteur sain doit effectuer deux prélèvements négatifs, pour vérifier l'absence du virus. 

Toutefois, un porteur sain serait moins contagieux par rapport à une personne qui présente des symptômes puisqu'il ne tousse et n'éternue pas. "On s'est beaucoup posé la question de savoir si on pouvait être contagieux en étant asymptomatique. Ce qui finalement est quelque chose d'assez peu probable. Parce que pour être contagieux, il faut quand même excréter des gouttelettes, c'est-à-dire tousser, éternuer. Et donc quelqu'un qui n'a pas de symptôme certes pourrait être porteur – c'est très probable et on en trouve de temps en temps avec des formes extrêmement peu symptomatiques – mais finalement a peu de moyens de diffuser le virus", indique Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. 

Est-on immunisé ou pas si on a été porteur sain ?

Rien ne le prouve. Néanmoins, une première infection au Covid-19 entraînerait une certaine forme de protection face au virus dans la grande majorité des cas, même si une quinzaine de cas de réinfection ont été signalés dans le monde, notamment à Hongkong, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis et en Belgique. Théoriquement, il serait donc possible d'être contaminés plusieurs fois au coronavirus. Par ailleurs, les médecins ont recensés des cas de patients qui, après avoir été testé positif au Covid-19, ont ensuite été testés négatifs lors d'un test sérologique, comme s'ils n'avaient pas développé d'anticorps ou que ces derniers aient disparu de l'organisme entre les deux tests. "Pour le moment nous n'avons pas encore suffisamment de données sur l'immunité au Covid-19 pour tirer des conclusions définitives", souligne Laurence Weiss, immunologiste à l'hôpital européen Georges-Pompidou, citée dans Libération le 13 octobre. 

A Singapour, un nouveau-né présentait à sa naissance des anticorps contre le coronavirus, indique le quotidien The Straits Time. Ce bébé est né d'une mère qui a été contaminée au Covid-19 pendant sa grossesse en mars 2020 lors d'un voyage en Europe. A la naissance de l'enfant, "mon pédiatre a dit que les anticorps que j'avais développés contre le Covid-19 avaient disparu, mais Aldrin [le bébé] en possédait. Mon médecin suppose que je lui ai transféré mes anticorps pendant la grossesse". Un cas intéressant pour les scientifiques qui connaissent encore peu le lien entre contamination et développement des anticorps. 

Causes : pourquoi certains d'entre nous sont porteurs sains ?

Rappel des symptômes du coronavirus

Les premiers symptômes du "nouveau coronavirus" sont peu spécifiques : maux de tête, douleurs musculaires (courbatures), fatigue importante. La fièvre et les signes respiratoires (toux, insuffisance respiratoire, essoufflement...) arrivent dans un second temps, souvent deux ou trois jours après l'apparition des premiers symptômes. La perte de goût (agueusie) et la perte d'odorat (anosmie) sont désormais considérés comme des signes annonciateurs d'une infection au coronavirus.

Un porteur sain d'un virus ne présente aucune manifestation clinique de l'infection : 

  • soit parce que l'agent infectieux (virus, bactérie...) est peu virulent : l'agent est trop faible pour entraîner des réactions de l'organisme et donc des symptômes.
  • soit parce que ses défenses immunitaires sont très efficaces (il développe plus d'anticorps que la moyenne) et empêchent l'apparition des symptômes.

Exemples : porteur sain de quelles maladies ?

On peut être porteur sain de différents virus et maladies : la varicelle, la grippe, l'hépatite B, la tuberculose, d'une MST comme les chlamydias, le VIH (Sida) et l'herpès...

On peut également être porteur sain d'un gène comme c'est le cas pour certaines maladies génétiques et donc non contagieuses (la mucoviscidose par exemple). Dans ce cas, les gènes sont transmis par les parents à leur enfant. Chaque enfant hérite la moitié de ses gènes de son père et l'autre moitié de sa mère. En France, plus de deux millions de personnes seraient porteuses du gène de la mucoviscidose sans le savoir : c'est ce qu'on appelle des "porteurs sains". Ils ont un risque de transmettre le gène de la maladie à leur enfant, sans toutefois développer la maladie, précise Orphanet, le portail d'informations dédié aux maladies rares. 

Porteur sain ou asymptomatique : quelle différence ?

Ces deux notions ont sensiblement la même définition. Un porteur sain et une personne asymptomatique ont tous les deux été infectés mais ne présentent pas des symptômes cliniques associés à l'infection. Petite subtilité néanmoins :

  • On parle de "porteur sain" pour une maladie infectieuse (porteur sain d'un virus par exemple) ou une maladie génétique. En revanche, on ne peut pas parler de "porteur sain" pour un trouble métabolique (diabète, hypertension artérielle...).
  • On parle de personne "asymptomatique" pour une maladie infectieuse, une maladie génétique ou pour des troubles métaboliques

Quel est le pourcentage des porteurs sains du Covid-19 ?

Selon le bilan du 3 décembre de Santé publique France :

  • 50% des personnes positives au coronavirus présentent des symptômes (données disponibles pour 53 533 cas) et 50% ne présentent des symptômes. Ce taux est stable par rapport à la semaine précédente. 
  • 72% des personnes testées au coronavirus du 27 novembre au 3 décembre se déclaraient sans symptômes, un chiffre légèrement en hausse par rapport à la semaine précédente (71%).

. Évolution du nombre de cas confirmés de SARS-CoV-2 et du taux de positivité selon la présence ou non de symptômes (1 740 588 cas décrits), par semaine depuis la semaine 23/2020, France métropolitaine (données au 02 décembre 2020)

. Évolution du nombre de cas confirmés de SARS-CoV-2 et du taux de positivité selon la présence ou non de symptômes
. Évolution du nombre de cas confirmés de SARS-CoV-2 et du taux de positivité selon la présence ou non de symptômes © Santé publique France

Quel est le profil des porteurs sains ?

En juin, des chercheurs chinois du département des maladies infectieuses de l'hôpital Zhongnan en Chine ont voulu en savoir plus sur le profil des personnes les plus susceptibles d'être asymptomatiques. Pour cela, ils ont analysé l'état de santé de 78 patients infectés au coronavirus, dont 33 qui étaient porteurs sains. Les symptômes et les signes, tels que la fièvre, la fatigue et la toux sèche, ont été surveillés quotidiennement. Au terme de leur étude publiée dans la revue Jama Network, ils ont constaté que les personnes asymptomatiques :

  • Étaient âgées en moyenne de 37 ans (contre 56 ans pour les personnes symptomatiques)
  • Étaient des femmes dans 67% des cas. Autrement dit, deux porteurs sains sur trois sont des femmes.
  • Présentaient moins de lésions hépatiques (du foie) que les personnes symptomatiques.
  • Présentaient un taux élevé de lymphocytes T auxiliaires (CD4+ : ils jouent un grand rôle dans la réponse immunitaire secondaire), "ce qui suggère que les dommages causés au système immunitaire ont été moins importants que dans les infections symptomatiques", indiquent les auteurs de l'étude.

Quelle attitude si on est porteur sain ?

N'importe quel individu peut être "porteur sain" et peut donc participer à la propagation de la maladie sans même s'en rendre compte. Dans le doute et ce, même si on ne se "sent pas malade", chaque personne doit :

  • Eviter tout contact avec des personnes vulnérables (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées...).
  • Ne pas fréquenter de lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d'hébergement pour personnes âgées...).
  • Respecter les gestes "barrière" de base : se laver les mains régulièrement (eau + savon) ou utilisez une solution hydroalcoolique, tousser ou éternuer dans votre coude, ou dans un mouchoir, utiliser des mouchoirs à usage unique (et les jeter à la poubelle après le premier usage). saluer sans serrer la main, sans embrassades et conserver une distance d'au moins 1 mètre avec tout interlocuteur.
  • Porter un masque dans les espaces clos, mais aussi à l'extérieur de chez soi, même dans les lieux où il n'est pas obligatoire
  • Réaliser un test en cas de symptômes évocateurs.

Source : Synthèse rapide COVID-19. Part des formes asymptomatiques et transmission du SARS-CoV-2 en phase pré-symptomatique. Saint-Maurice : Santé publique France, 8 juillet 2020

Covid-19