Covid France : les derniers chiffres

Chargement de votre vidéo
"Covid France : les derniers chiffres"

CORONAVIRUS DIRECT - La décrue de l'épidémie se poursuit. Le nombre de personnes hospitalisées baisse nettement depuis quatre jours. Le Conseil scientifique du Covid prévient que "la période difficile se situe entre début mai et fin juin" et donne ses recommandations pour éviter une 4e vague cet été. Derniers chiffres et infos.

[Mis à jour le samedi 8 mai à 21h25] La décrue de la troisième vague épidémique se poursuit, même si elle reste à un niveau toujours élevé, supérieur à celui observé une semaine avant la levée du deuxième confinement. Dans un Avis du 7 mai, le Conseil scientifique du Covid en France insiste "fortement" sur l'importance d'une "réouverture prudente, maitrisée" et prenant en compte des objectifs sanitaires afin d'éviter notamment la survenue durant l'été 2021 d'une possible 4ème vague, qui serait induite par une sortie précipitée. Samedi, le nombre de personnes hospitalisées continue de baisser : 5005 patients se trouvent en soins intensifs (-101 patients en 24 heures), soit près de 800 personnes de moins que la semaine dernière. Le nombre de personnes testées positives augmente légèrement, avec 20 745 nouveaux cas enregistrés en 24 heures ce samedi. Le 8 mars, 17 650 812 personnes ont reçu au moins une injection (soit 26,3 % de la population totale et 33,6 % de la population majeure) et 7 711 885 personnes ont reçu deux injections (soit 11,5 % de la population totale et 14,7 % de la population majeure), selon la Direction générale de la Santé. Que disent les cartes de suivi de l'épidémie ? Quels sont les symptômes du coronavirus ? Quand s'isoler et combien de tempsQuel est le taux de R0 du virus ? Quand est-on contagieux ? Que sait-on des vaccins ? Des effets secondaires après la vaccination ? Chiffres et infos du jour.

Dernières infos en direct 

  • Quarantaine pour 7 nouveaux pays. A partir de samedi minuit, les voyageurs en provenance de la Turquie, du Sri Lanka, du Bangladesh, du Pakistan, du Népal, des Emirats Arabes Unis et du Qatar devront observer une quarantaine obligatoire de 10 jours à leur arrivée en France. La restriction prévaut déjà pour l'Inde, le Brésil, le Chili, l'argentine et l'Afrique du Sud. 
  • Bilan de la vaccination. "Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 17 650 812 personnes ont reçu au moins une injection (soit 26,3 % de la population totale et 33,6 % de la population majeure) et 7 711 885 personnes ont reçu deux injections (soit 11,5 % de la population totale et 14,7 % de la population majeure)", indique la Direction générale de la Santé.
  • Le gouvernement veut rassurer sur AstraZeneca. "Au-dessus de 55 ans, les autorités sont toutes unanimes, en France comme ailleurs, qu'il n'y a pas de danger", a tenté de rassurer le Premier ministre Jean Castex après la visite d'un vaccinodrome à La Défense, près de Paris: "Je vous exhorte à vous faire vacciner avec tous les vaccins, en particulier avec AstraZeneca". Selon le ministère de la Santé, seulement 75% des doses AstraZeneca reçues avaient été injectées dimanche dernier, contre 90% pour le vaccin Pfizer BioNtech.
  • L'appel d'Emmanuel Macron sur les vaccins. "J'appelle très clairement les Etats-Unis à mettre fin aux interdictions à l'export non seulement de vaccins mais de composants de ces vaccins qui empêchent la production. La clé pour produire plus vite des vaccins pour les pays pauvres et les pays intermédiaires, c'est de produire plus: lever les interdictions à l'export", a déclaré Emmanuel Macron, pendant une conférence de presse organisé samedi au sommet social de l'Union européenne à Porto.
  • Des soignants en renfort en Guyane. Les Armées ont dépêché 35 soignants en Guyane, a indiqué la ministre des Armées Florence Parly sur Twitter ce samedi. "Ces efforts permettront de faire fonctionner 5 lits de réanimation", qui pourront accueillir de premiers patients "dès le 10 mai", a indiqué le ministère dans un communiqué conjoint avec le ministère des Outre-mer. 
  • Mai-Juin, période difficile. Dans un Avis du 7 mai, le Conseil scientifique du Covid prévient que "la période difficile se situe entre début mai et fin juin, alors que se poursuivra la course de vitesse entre variants et vaccination, en particulier dans les régions où le virus continue à circuler à un niveau élevé. Au cours de cette période, la mortalité et la morbidité induite par le COVID (y compris les formes longues de COVID), la mortalité et la morbidité non-COVID induites de manière indirecte, ainsi que les effets psychiques ou plus généraux de l'épidémie sur la vie sociale et économique sont à prendre en compte". Dans cette période, le conseil souligne que "les mesures de distanciation sociale, essentielles à conserver, toutes les innovations, en particulier les outils de dépistage, notamment chez les personnes asymptomatiques, seront utiles en complément du maintien des capacités diagnostics de référence et de la vaccination".
  • Vaccination et variants. Les membres du Conseil scientifique estiment qu'il faut atteindre "un niveau de vaccination de 35 millions de personnes primo-vaccinées d'ici fin juin 2021 tout en maintenant une circulation virale limitée pour éviter l'émergence et la sélection de variants".
  • ChronoDose. Le créateur du site Vitemadose, Guillaume Rozier, a annoncé sur RMC vendredi une nouvelle fonctionnalité au site baptisée ChronoDose pour les Français non-prioritaires à la vaccination, qui pourra être utilisée dès le 12 mai, pour trouver un rendez-vous dans les 24 heures et éviter qu'une dose ne se perde, comme annoncé par Emmanuel Macron jeudi 6 mai. La technologie utilisée par le site "Vite ma dose !", qui recense les créneaux de vaccination disponibles et facilite la prise de rendez-vous, est désormais utilisée par le site officiel du ministère de la Santé.
  • AstraZeneca pour les moins de 55 ans. La Haute Autorité de Santé a été saisie par Jean Castex pour se prononcer sur la possibilité pour les Français de moins de 55 ans qui seraient volontaires d'être vaccinés avec AstraZeneca. Elle doit rendre son avis la semaine prochaine.
  • Faire tomber le masque cet été. Le responsable de la stratégie vaccinale en France, le Pr Alain Fisher a déclaré au Parisien que l'objectif était de "tomber le masque à la fin de l'été".  "Si tout le monde y met du sien, des politiques aux professionnels de santé, à la population, on devrait y parvenir (à la fin de l'épidémie, ndlr)" a-t-il indiqué à condition qu'il y ait la vaccination et les mesures physiques de distanciation.

Bilan du jour : les derniers chiffres de l'épidémie en France

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement, au samedi 8 mai, en France :

• 5 767 959 personnes ont été contaminées par le coronavirus (+20 745 en 24 heures).

• 106 277 personnes sont décédées en France (+176 en 24 heures), dont 79 985 à l'hôpital.

 5 005 patients Covid-19 sont en soins critiques (soit en réanimation, soins intensifs et surveillance continue) (-101 en 24 heures). 

• 25 800 patients Covid-19 étaient hospitalisés (-531 en 24 heures).

​​​​​​​​Quelles sont les mesures anti Covid-19 en France ?

Les contraintes de déplacement en journée à plus de 10 km de son domicile et l'obligation de présenter une attestation de déplacement en journée sont levées à partir du lundi 3 mai. Le couvre-feu reste à 19 heures.

couvre-feu france
Les étapes du couvre-feu. © Gouvernement.fr

Quel est le calendrier des réouvertures à partir du 3 mai ?

Une réouverture de la France en 4 étapes : Emmanuel Macron a dévoilé son plan de réouverture de la France à la presse quotidienne régionale et au Parisien le 28 avril. Vendredi 30 avril, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a cependant indiqué sur BFM-TV que "si dans un département la situation est dégradée, il faut pouvoir freiner le passage d'une étape".

DATES CLES NOUVELLES MESURES
3 mai

couvre-feu à 19 heures

réouverture des collèges en demi-jauge pour les 4e et les 3e ainsi que des lycées

levée des restrictions pour les déplacements entre régions

fin de l'attestation de déplacement en journée

19 mai

couvre-feu décalé à 21 heures

réouverture conditionnée à des jauges et protocoles des commerces, musées, monuments, cinémas, théâtre, salle avec public assis (800 en intérieur-1000 en extérieur)

réouverture des activités sportives de plein air et dans les lieux couverts avec protocole

réouverture des terrasses avec 6 personnes au maximum par table

rassemblement de plus de 10 personnes interdits

réouverture avec jauge et protocole des établissements sportifs de plein air et couverts pour les spectateurs (800 en intérieur-1000 en extérieur).

9 juin

couvre-feu à 23 heures

réouverture avec jauge et protocole des cafés et restaurants (6 personnes par table)

possibilité d'accueillir jusqu'à 5000 personnes dans les lieux de culture et les établissements sportifs (avec pass sanitaire)

Assouplissement du télétravail

Réouverture des salons et foires (jusqu'à 5000 personnes)

Réouverture des salles de sport, élargissement aux sports de contact en plein air et sans contact en intérieur.

30 juin

fin du couvre-feu

possibilité de participer aux évènements de plus de 1000 personnes en extérieur et en intérieur (avec pass sanitaire)

fin des limites de jauge selon la situation sanitaire locale.

Attestation : où la télécharger, dans quels cas la faire ?

À partir du lundi 3 mai, les mesures de restriction de déplacement en journée sont levées et l'attestation de déplacement n'est plus nécessaire entre 6h et 19h. L'attestation de déplacement est par contre obligatoire pour tous les déplacements entre 19h et 6h sur l'ensemble du territoire métropolitain.

> Télécharger/Remplir l'attestation 

> Je peux me déplacer entre 19h00 et 06h00 pour l'une des raisons suivantes :

Quel est le taux d'incidence ?

Tous les départements sont repassés sous le seuil d'alerte fixé par le gouvernement à 400 cas de Covid pour 100 000 habitants. 

Taux d'incidence en France semaine glissante
Taux d'incidence en France du 27 avril au 3 mai (semaine glissante) © Géodès

Comment évolue l'épidémie en France ?

Selon le dernier point épidémiologique hebdomadaire de Santé Publique France publié le 6 mai, en semaine 17 (26 avril-2 mai), une diminution de l'ensemble des indicateurs épidémiologiques était observée, mais l'épidémie reste à un niveau toujours élevé, supérieur à celui observé une semaine avant la levée du deuxième confinement : 

  • Le ralentissement de la circulation virale se confirme avec des R-effectifs significativement inférieurs à 1 en métropole pour la troisième semaine consécutive.
  • Diminution du taux d'incidence pour la troisième semaine consécutive dans toutes les classes d'âge (-20%)
  • Diminution des nouvelles hospitalisations et des admissions en soins critiques (-13% et -18%)
  • Mortalité liée à la COVID-19 toujours élevée
  • Métropole : régions Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Hauts-de-France les plus touchées
  • Outre-Mer : augmentation du taux d'incidence à La Réunion, stabilisation en Guyane et en Guadeloupe

 

Évolution des taux d’incidence et de dépistage par semaine, avec ou sans correction, depuis la semaine 23-2020, France (données au 14 avril 2021)
. Évolution des taux d’incidence et de dépistage par semaine, avec ou sans correction pour l’effet des jours fériés, depuis la semaine 23-2020, France (données au 05 mai 2021) © Santé publique France

→ Le pic épidémique de la première vague a été observé la semaine du 6 au 12 avril 2020, soit 15 jours après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020.

→ Le pic de la deuxième vague a eu lieu du 16 au 20 novembre, trois semaines après le deuxième confinement.

→ Le "pic de la troisième vague semble dernière nous " a indiqué le Premier ministre Jean Castex, le 22 avril. 

Combien de cas de coronavirus en France ? 

Au 8 mai 2021, un total de 5 767 959 cas confirmés de coronavirus est rapporté depuis le début de la pandémie. Au niveau national, en semaine 17 (26 avril-2 mai) 150 275 nouveaux cas ont été confirmés, soit environ 21 500 cas en moyenne chaque jour. Le taux d'incidence corrigé pour prendre en compte le samedi férié de la semaine 17 était en diminution (241 pour 100 000 habitants, soit -20% par rapport à la semaine 16) pour la troisième semaine consécutive. Une augmentation du taux de dépistage corrigé était observée (3 266/100 000 habitants, soit +7%), tandis que le taux de positivité diminuait à 7,4%.

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 11 avril 2021, France (données au 14 avril 2021) (données non corrigées pour S14)
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 02 mai 2021, France (données au 05 mai 2021) © Santé publique France

Combien de cas en plus en 24 heures ?

Samedi 8 mai, 20 745 nouvelles personnes ont reçu un test positif au Covid-19 par rapport à la veille. Au niveau national, en semaine 17 (26 avril-2 mai) 150 275 nouveaux cas ont été confirmés, soit environ 21 500 cas en moyenne chaque jour (contre 29 000 la semaine d'avant).

Taux d'incidence - quotidien - tous âges jusqu'au 12 avril 2021
Taux d'incidence - quotidien - tous âges jusqu'au 3 mai 2021 © Géodès

Combien de personnes sont en réanimation ?

Samedi 8 mai, 5 005 personnes sont hospitalisées en réanimation (-101 au cours des dernières 24 heures). Le taux hebdomadaire de nouvelles hospitalisations a diminué en semaine 17 (26 avril-2 mai), pour la troisième semaine consécutive (-13%), mais le nombre de patients COVID-19 hospitalisés s'est maintenu à un niveau élevé. Le taux d'admissions en services de soins critiques diminuait également (-18%), le nombre de personnes hospitalisées dans ces services restant néanmoins élevé.

courbe des patients covid en réanimation en france
Nombre de patients COVID-19 en services de soins critiques, par date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 04 mai 2021) © Santé publique France
Taux hebdomadaires d’admissions de patients COVID-19 en services de soins critiques par classe d’âge selon la date d’admission, depuis le 02 mars 2020, France (données au 20 avril 2021)
Taux d’admissions hebdomadaires de patients COVID-19 en services de soins critiques par classe d’âge selon la date d’admission, depuis le 02 mars 2020, France (données au 04 mai 2021) © Santé Publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l'Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l'évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l'hôpital du Covid-19 par région au 8 mai

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 6 767 -61 1 529 -38 19 399
Grand Est 2 162 -22 429 -10 9 810
Auvergne-Rhône-Alpes 3 073 -49 564 -23 11 187
Hauts-de-France 3 040 -29 585 -8 8 621
Bourgogne-Franche-Comté 1 093 NC

176

+1 4 612
Provence-Alpes-Côte d'Azur 2 518 -74 442 -4 7 671
Occitanie 1 556 -19 317 +6 4 289
Bretagne 736 -3 89 -6 1 549
Nouvelle-Aquitaine 1 279 -12 261 -4 3 604
Normandie 1 333

+2

178 +7 3 129
Centre Val-de-Loire 949 -37 185 -13 2 584
Pays de la Loire 756 -8 127 +1 2 589
Corse 55 NC 9 NC 199
Martinique 86 NC 21 +2 87
Guadeloupe 154 +11 32 +7 256
La Réunion 150 +1 36 +4 173
Guyane 79 +1

18

-1 99
Mayotte 14 +3 7

+1

127
TOTAL 25 800 -296 5 005 -78

79 985

Combien de morts de la Covid-19 en France ?

106 277 décès sont recensés au 8 mai dont 79 985 à l'hôpital (+176 au cours des 24 dernières heures), selon les chiffres du gouvernement. Ce chiffre ne comprend pas les décès à domicile.

  • L'âge médian au décès est de 85 ans
  • 93% des personnes décédées du Covid à l'hôpital avaient 65 ans et plus.
  • Les hommes représentent 55% de ces décès.
  • En semaine 17 (26 avril-2 mai), les plus forts taux de décès par région rapportés à la population étaient observés en Guadeloupe (5,3/100 000), Hauts-de-France (4,0), Île-de-France (4,0), Provence-Alpes-Côte d'Azur (3,8), Bourgogne-Franche-Comté (3,4), Centre-Val de Loire (3,3), Grand Est (3,1), Auvergne-Rhône-Alpes (3,1) et Normandie (3,0).
. Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 02 mai 2021)
Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 02 mai 2021) © Santé publique France

Carte de l'épidémie en temps réel

 

Quel est le taux de reproduction du virus en France ? 

Le ralentissement de la circulation virale se confirme avec des R-effectifs significativement inférieurs à 1 en métropole pour la troisième semaine consécutive, indique Santé Publique France le 6 mai. Au 7 mai, le R0 est à 0.76. Les taux de reproduction du virus appelés "R-effectifs" ou "Reff" permettent de décrire la dynamique de l'épidémie : lorsque le Reff est significativement supérieur à 1, ceci signifie que l'épidémie est en progression car un malade contamine plus d'une autre personne, lorsqu'il est égal à 1, l'épidémie se stabilise, lorsqu'il est significativement inférieur à 1, l'épidémie régresse. 

Où se faire tester ?

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques. Depuis le 11 février, les tests salivaires sont déployés dans les établissements scolaires et peuvent être utilisés en première intention pour dépister la Covid-19, conformément aux recommandations de la HAS. Depuis le 12 avril, des autotests Covid sont aussi disponibles en vente libre dans les pharmacies françaises (non remboursé) et peuvent être utilisés dans les écoles. En semaine 17 (26 avril-2 mai), le taux de positivité national hebdomadaire des personnes testées était de 7,4% (calculé sur les personnes testées et dont les tests sont valides), en diminution par rapport au taux consolidé de la semaine précédente. "Il reste déterminant que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s'isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais" rappelle Santé Publique France dans ses bulletins hebdomadaires.

Que faire en cas de symptômes Covid ?

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l'infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées...), l'odorat, le goût et même le cerveau.

Chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s'isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais (sans avoir d'ordonnance).

Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : "Si la toux et la fièvre s'accompagnent d'une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d'une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d'une pneumopathie. Il s'agit alors d'une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d'urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation", prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

Comment se faire vacciner ?

La vaccination contre la Covid-19 se poursuit en France avec les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (chez les médecins généralistes, au travail et en pharmacie). La prise de rendez-vous est ouverte sur les sites Internet Doctolib, Maiia et KelDoc et peut aussi se faire en contactant par téléphone le centre de vaccination le plus proche de chez soi (liste disponible sur Sante.fr). En cas de difficulté, le numéro vert national : 0 800 009 110, permet d'être redirigé vers le standard téléphonique d'un centre ou d'obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

Voyage : les frontières sont-elles fermées ?

Tous les déplacements depuis l'étranger vers la France et de France vers l'étranger, même lorsqu'ils sont autorisés, restent totalement et strictement déconseillés jusqu'à nouvel ordre. A l'intérieur de l'espace européen, les frontières ne sont pas fermées mais chaque pays a mis en place ses restrictions (test obligatoire, quarantaine à l'arrivée...). Les frontières extérieures à l'espace européen restent fermées et tout déplacement international est totalement et strictement déconseillé jusqu'à nouvel ordre. La sortie du territoire français est soumise au régime des motifs impérieux, à l'exception des voyages à destination de l'Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et Singapour.

Tout voyageur de 11 ans ou plus souhaitant venir en France en provenance d'un pays de l'espace européen (Union européenne, Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) a l'obligation de présenter le résultat d'un examen biologique de dépistage virologique (RT-PCR) ne concluant pas à une contamination par le Covid-19 réalisé 72 heures avant le départ. 

DATES CLÉS DE L'ÉPIDÉMIE EN FRANCE
  • 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un "nouveau type de coronavirus".
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d'une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l'Organisation mondiale de la Santé décrète l'urgence de santé mondiale. Cette mesure n'avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d'organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l'épidémie.
  • 11 mars, l'OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre".
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l'épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l'Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu'au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • 15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. À Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l'état d'urgence sanitaire prend fin en France.
  •  20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 8 octobre, le plan blanc est réactivé dans les hôpitaux d'Ile-de-France.
  • 17 octobre à 0h01, la France repasse en état d'urgence sanitaire et un couvre-feu est instauré dans 9 territoires (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 24 octobre à 0h01 : extension des mesures de couvre-feu à 38 nouveaux départements français.
  • 29 octobre à 0h01 : reconfinement national pour 4 semaines, jusqu'au 1er décembre au minimum.
  • 28 novembre : première étape d'allègement du confinement avec la réouverture des commerces non essentiels.
  • 15 décembre : seconde étape d'allègement du confinement avec le passage à un couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 31 décembre : couvre-feu imposé le soir du 31 décembre, de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 21 décembre : autorisation du vaccin Pfizer en Europe.
  • 24 décembre : autorisation du vaccin Pfizer BioNTech en France.
  • 27 décembre : début de la vaccination en France et dans l'Union européenne avec le vaccin Pfizer BioNTech.
  • 8 janvier 2021 : autorisation du vaccin Moderna en France.
  • 24 janvier 2021 : un test PCR négatif est obligatoire pour rentrer en France par avion pour les voyageurs venant d'un pays européen (sauf pour les travailleurs transfrontaliers et le transport terrestre).
  • 31 janvier 2021 : fermeture des frontières en France aux pays extérieurs à l'Union européenne
  • 2 février 2021 : autorisation du vaccin de l'Université d'Oxford et AstraZeneca en France, uniquement pour les personnes âgées de moins de 65 ans.
  • 11 février : déploiement des tests salivaires dans les établissements scolaires.
  • 12 mars : autorisation du vaccin Johnson&Johnson, à injection unique, le 4e vaccin à être autorisé en France.
  • 16 mars : autorisation des autotests en France.
  • 19 mars : confinement de 16 départements pour une durée de 4 semaines. Le couvre-feu repasse à 19 heures dans toute la France au lieu de 18 heures.
  • 25 mars : confinement de 3 nouveaux départements pour une durée de 4 semaines.
  • 3 avril  : la France métropolitaine est reconfinée 7 jours/7, les écoles ferment pour trois semaines, et les vacances scolaires sont uniformisées pour toutes les zones.
  • 8 avril : 10 millions de Français ont reçu une dose de vaccin Covid.
  • 12 avril : vente des autotests en pharmacie.
  • 12 avril : ouverture de la vaccination à tous les Français âgés de 55 ans ou plus,
  • 15 avril : la France a franchi la barre des 100 000 morts.
  • 3 mai : fin de l'attestation de déplacement et de la limitation des déplacements à 10 km.
  • 10 mai : ouverture de la vaccination aux plus de 50 ans.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès

Gestion de l'épidémie