Covid France : variant brésilien, certificat vert en juin

Chargement de votre vidéo
"Covid France : variant brésilien, certificat vert en juin"

CORONAVIRUS DIRECT - Face à la situation inquiétante au Brésil, Jean Castex prévoit un renforcement des mesures. Deux nouvelles études ont montré la contagiosité plus élevée du variant anglais. Lancement du certificat vert, dernières infos sur la vaccination, santé mentale, déplacements... Chiffres et actus du jour.

[Mis à jour le mardi 13 avril à 14h18] La troisième vague de Covid-19 met la France sous tension hospitalière avec un nombre de personnes admises en réanimation toujours croissant, s'approchant lundi soir des 6 000 patients en soins critiques (+78 en 24 heures), selon les derniers chiffres publiés par Santé publique France. Un indicateur qui n'avait pas été aussi élevé depuis le 18 avril 2020, en plein cœur de la première vague épidémique. Depuis lundi 12 avril, la vaccination est élargie aux personnes de 55 ans et plus, sans condition. Ces derniers peuvent se faire vacciner avec le vaccin AstraZeneca ou avec celui de Johnson&Johnson, qui devrait arriver dans le circuit des pharmacies et des médecins de ville. Autre nouveauté : à partir du 14 avril, l'intervalle d'injection entre la première et la deuxième dose est allongé à 42 jours pour les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna. Cela a pour objectif de faire gagner 1,8 million d'injections sur la seconde quinzaine de mai, a argué Olivier Véran dans les colonnes du JDD. Enfin, selon un arrêté publié dimanche au Journal Officiel, la vente d'autotests est autorisée en pharmacie depuis ce lundi 12 avril. Il est à destination des personnes asymptomatiques de plus de 15 ans. Leur prix sera encadré et ne pourra excéder 6 euros jusqu'au 15 mai. La vente sur internet est strictement interdite. La France est actuellement confinée, au moins jusqu'au 2 mai. D'ici à cette date, l'attestation de déplacement est obligatoire en journée entre 6h et 19h pour les déplacements au-delà de 10 kilomètres du domicile et pour tous les déplacements entre 19h et 6h sur l'ensemble du territoire métropolitain. Que disent les cartes de suivi de l'épidémie ? Quels sont les symptômes du coronavirus ? Quand s'isoler et combien de tempsQuel est le taux de R0 du virus ? Quand est-on contagieux ? Que sait-on des vaccins ? Des effets secondaires après la vaccination ? Chiffres et infos du jour.

Dernières infos en direct 

  • Certificat vert disponible fin juin. Mardi 13 avril, de 10h25 à 12h, les députés ont examiné en détail la proposition de la Commission européenne de certificat vert numérique, visant à garantir la liberté de circulation au sein de l'UE durant la pandémie de Covid-19. Au terme de cette réunion, la Commission européenne mise sur une entrée en vigueur à la fin juin du certificat sanitaire, a indiqué mardi le commissaire Didier Reynders devant les eurodéputés. "Nous voulons pouvoir commencer avec ce système à la fin juin", a déclaré le responsable devant la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen.
  • Plus de mesures pour les arrivants du Brésil ? Le Premier ministre Jean Castex est intervenu ce mardi 13 avril lors de la réunion de groupe LaREM à l'Assemblée nationale, pendant laquelle il a été interrogé sur la situation au Brésil, jugée très préoccupante. "L'aggravation de la situation au Brésil pourrait nous conduire à prendre des mesures supplémentaires", a-t-il indiqué, selon plusieurs sources parlementaires sur BFMTV. Pour le moment, rappelons que les contrôles à l'arrivée des aéroports français sont très limités. Gilles Pialoux, infectiologue, réclame notamment sur BFMTV-RMC, une quarantaine plus longue et surveillée pour tous les passagers en provenance du Brésil.
  • Vols France/Brésil. Les liaisons aériennes France/Brésil n'ont pas été suspendues, mais semblent restreintes. Le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a justifié le maintien de "quelques lignes" avec un protocole sanitaire "renforcé". "Nous avions avant la pandémie environ 50.000 personnes qui arrivaient par semaine à Roissy. Aujourd'hui c'est 50 par jour", a-t-il affirmé sur LCI.
  • Contagion du variant anglais. Deux études publiées ce mardi 13 avril, affirment que le variant anglais n'entraîne pas plus de forme grave de la Covid-19, mais est plus contagieux que les souches précédentes. La première étude, publiée dansThe Lancet Infectious Diseases, a analysé les données de 341 malades atteints de Covid et hospitalisé entre le 9 novembre et le 20 décembre 2020. Parmi les 58% qui ont été infectés par le variant anglais, 36% sont tombés gravement malades ou sont décédés. Parmi les 42% infectés par d'autres souches, 38% ont développé une forme grave ou sont décédés. La seconde étude, parue dans The Lancet Public Health, a analysé les données de près de 37.000 utilisateurs britanniques, et a montré le variant "britannique" présentait un taux de reproduction 1,35 fois plus élevé qu'avec d'autres souches du virus. 
  • Jean-Michel Blanquer, cas contact. Une personne de l'"équipe rapprochée" de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education national, a été testé positif à la Covid-19, indique le ministère de l'Éducation nationale dans un communiqué. Le ministre "a lui-même été testé négatif hier soir et il n'a aucun symptôme", mais tient à respecter un isolement "en tant que cas contact".
  • Santé mentale. L'exécutif compte lancer une consultation en vue des assises de la psychiatrie et de la santé mentale souhaitées par Emmanuel Macron, en interrogeant notamment les patients et leurs familles, très affectés par la pandémie de Covid-19. Cet "état des lieux" débutera "très prochainement", a précisé mardi Frank Bellivier, délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, lors d'une table ronde organisée par l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis).
  • Traitement au Regeneron. L'injection de Regeneron, destiné à réduire le risque d'infection au Covid-19 des cas contact, montre des résultats prometteurs au stade des essais cliniques de phase 3, ont indiqué lundi les laboratoires Regeneron et Roche, dans un communiqué. L'injection d'une dose pourrait réduire de 81% le risque d'infection symptomatique chez les patients qui n'étaient pas infectés lorsqu'ils ont débuté les essais. 
  • Premier "vaccidrive". Ce mardi 13 avril, le centre de vaccination en "drive" a ouvert ses portes sur le parking des urgences de la clinique Saint-Jean à Saint-Jean-de-Védas, tout près de Montpellier. Autorisé par l'ARS et la préfecture de l'Hérault, ce premier vaccidrive offre la possibilité de réaliser 1 000 vaccinations par semaine effectuées directement dans la voiture des patients. 
  • Vaccination élargie aux 55 ans et plus. La vaccination contre le Covid-19 ouvre ce lundi à tous les Français âgés de 55 ans ou plus, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran dans le JDD. Cette annonce concerne deux vaccins : celui d'AstraZeneca - "dès demain (lundi), tous les Français de plus de 55 ans, sans condition, pourront le recevoir" - et celui de Johnson & Johnson, qui devra intégrer les circuits des pharmacies et de la médecine de ville dès ce lundi. Pour les personnes de 55 ans et plus, "on invite les personnes à se tourner en priorité vers leur médecin généraliste, les pharmaciens et infirmiers", plutôt que dans les centres de vaccination destinés aux plus de 70 ans, a préconisé le ministère de la Santé, Olivier Véran, toujours dans son entretien accordé au JDD. 

Bilan du jour : les derniers chiffres de l'épidémie en France

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement, au lundi 12 avril, en France :

• 5 067 216 personnes ont été contaminées par le coronavirus (+8 536 en 24 heures)

• 99 135 personnes sont décédées en France (+385 en 24 heures), dont 73 011 à l'hôpital.

 5 916 patients Covid-19 sont en réanimation (+78 en 24 heures). 

• 31 262 patients Covid-19 étaient hospitalisés (+591 en 24 heures).

Courbe des nouveaux cas en France
Courbe des nouveaux cas en France (cumul) © Gouvernement.fr

​​​​​​​​Quelles sont les mesures anti Covid-19 en France ?

Du samedi 3 avril au soir au dimanche 2 mai, les mesures de freinage déjà en vigueur dans 19 départements sont étendues à tout le territoire métropolitain. Si les écoles ont fermé vendredi 3 avril, des pôles d'accueil vont être mis en place dans les villes pour les enfants dont les deux parents font partie des professions mobilisées pour gérer la crise sanitaire (domaine médical, secrétariat de préfecture, police, gendarmerie, personnel médico-social, médico-éducatif, pharmacien pour la campagne de vaccination) et n'ayant pas de solution alternative de garde.

→ Le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance a allongé la liste des commerces jugés essentiels et qui peuvent être ouverts dans le cadre des mesures renforcées qui s'appliquent, à partir du 3 avril 2021, à tout le territoire : Liste des commerces pouvant ouvrir.

Nouvelles restrictions en vigueur à compter du 3 avril au soir.
Nouvelles restrictions en France en vigueur à compter du 3 avril au soir. © Ministère de la Santé
mesure covid
Mesures pour les écoles à partir du 5 avril 2021 © Ministère de l'Education nationale

Quelles règles pendant le confinement ?

Du 3 avril et au 2 mai sur tout le territoire français : 

  • Seuls les commerces de première nécessité peuvent ouvrir (voir plus bas).
  • Les déplacements sont autorisés dans une limite de 10 km, sans limite de durée et sans motif à justifier par une attestation.
  • Le couvre-feu est appliqué de 19h à 6h du matin. 
  • Les crèches, écoles maternelles, élémentaires, les collèges et lycées seront fermés.
  • Les cours en écoles maternelles, élémentaires, collèges et lycées seront organisés à distance pendant une semaine, à compter de vendredi 2 avril.
  • Le 12 avril, la France métropolitaine, quelle que soit la zone, sera placée en vacances de printemps. La rentrée aura lieu le 26 avril : physiquement pour les maternelles et les primaires, à distance pour les collèges et les lycées. Le 3 mai, les collégiens et les lycéens pourront retrouver physiquement leur établissement, le cas échéant avec des jauges adaptées.
  • Les universités et enseignements supérieurs continuent à fonctionner selon le rythme en vigueur : ils peuvent continuer durant toute la période de confinement à se rendre à l'université pour une journée de cours par semaine.
  • Les lieux de culte restent accessibles dans les mêmes conditions. Les fidèles doivent respecter une règle d'un siège sur trois et d'une rangée sur deux pour y assister.
  • Les déplacements inter-régionaux sont interdits sauf motifs impérieux ou professionnels.
  • La consommation d'alcool dans la rue est interdite.
  • Toutes les activités, tous les établissements, tous les équipements qui sont aujourd'hui fermés, le resteront encore au cours des prochaines semaines. C'est le cas des cinémas, des théâtres, des salles de spectacle, des équipements sportifs ou de loisirs. C'est également le cas pour les bars et les restaurants.

Attestation : où la télécharger, dans quels cas la faire ?

attestation covid
Attestation de déplacement actualisée le 3 avril 2021 © Ministère de l'Intérieur

À partir du 3 avril à 19h, de nouvelles mesures de freinage de l'épidémie sont en vigueur sur l'ensemble du territoire métropolitain. Il est obligatoire pour se déplacer d'être muni d'une attestation de déplacement.

L'attestation de déplacement est obligatoire en journée entre 6h et 19h pour les déplacements au-delà de 10 kilomètres du domicile et pour tous les déplacements entre 19h et 6h sur l'ensemble du territoire métropolitain.

> Télécharger/Remplir l'attestation 

Sont des motifs dérogatoires :

Déplacements dans la limite de 10 kilomètres de son domicile

1. Activité physique et promenade
Déplacements liés soit à la promenade, soit à l'activité physique individuelle des personnes 
[Attestation à remplir seulement à défaut de pouvoir présenter un justificatif de domicile]

Déplacements au sein du département de résidence

2. Achats
Déplacements pour effectuer des achats de première nécessité ou des retraits de commandes

3. Accompagnement des enfants à l'école
Déplacements pour emmener et aller chercher les enfants à l'école et à l'occasion de leurs activités péri-scolaires

4. Etablissement culturel ou lieu de culte
Déplacements pour se rendre dans un établissement culturel (bibliothèques et médiathèques) ou un lieu de culte

5. Démarches administratives ou juridiques
Déplacements pour se rendre dans un service public pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance

Déplacements sans limitation de distance

6. Activité professionnelle, enseignement et formation, mission d'intérêt général
Déplacements entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité professionnelle ou le lieu d'enseignement et de formation, déplacements professionnels ne pouvant être différés, livraisons à domicile, déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l'activité professionnelle, déplacements liés à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative

7. Santé (consultations et soins)
Déplacements pour des consultations, examens, actes de prévention (dont vaccination) et soins ne pouvant être assurés à distance ou pour l'achat de produits de santé

8. Motif familial impérieux, personnes vulnérables ou précaires ou gardes d'enfants
Déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde d'enfants

9. Situation de handicap
Déplacements des personnes en situation de handicap et de leur accompagnant

10. Convocation judiciaire ou administrative
Déplacements pour répondre à une convocation judiciaire ou administrative, déplacements pour se rendre chez un professionnel du droit, pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance

11. Déménagement
Déplacements liés à un déménagement résultant d'un changement de domicile et déplacements indispensables à l'acquisition ou à la location d'une résidence principale, insusceptibles d'être différés

12. Déplacement de transit vers les gares et les aéroports

Quel est le taux d'incidence ?

Taux d'incidence - semaine glissante
Taux d'incidence - semaine glissante 29 mars au 4 avril © Géodes

Comment évolue l'épidémie en France ?

Dans son dernier bilan hebdomadaire du 8 avril, Santé Publique France rapporte un maintien des indicateurs à un niveau toujours très élevé avec une tension hospitalière s'accentuant encore, mais une progression de l'épidémie moins marquée pour la semaine du 29 mars au 4 avril :

  • L'incidence des cas de Covid-19 a augmenté de +4% (+12% la semaine d'avant). L'incidence a augmenté chez les 15-64 ans (+6%), mais se stabilisait chez les 0-14 ans, faisant suite à une forte augmentation les trois semaines précédentes et ce malgré une progression importante du taux de dépistage dans cette classe d'âge (+20%).
  • Une moyenne de 39 000 nouveaux cas sont confirmés chaque jour.
  • Le taux hebdomadaire d'hospitalisation continuait d'augmenter (+9% par rapport à la semaine précédente).
  • Le taux d'admission en services de soins critiques était également en hausse (+14% par rapport à la semaine précédente).
  • Les personnes les plus affectées par l'épidémie restaient celles âgées de 65 ans et plus, ainsi que celles présentant des comorbidités, avec les taux d'hospitalisation et de décès les plus élevés.
  • L'analyse des résultats des tests de criblage des variants préoccupants indique une prédominance nette de la proportion de suspicions de variant anglais, qui représentait 82% des tests criblés.
  • La proportion de suspicions de variants sud-africain ou brésilien restait stable à 4%.

Évolution des taux d'incidence et taux de dépistage par semaine, depuis la semaine 23-2020, France (données au 7 avril 2021)

Évolution des taux d’incidence et taux de dépistage covid france
Évolution des taux d’incidence et de dépistage par semaine, depuis la semaine 23-2020, France (données au 7 avril 2021) © Santé Publique France

Le gouvernement suit également l'évolution du taux d'occupation des lits en réanimation par des patients Covid-19 (sur les capacités initiales). Ce taux met en lumière une éventuelle tension hospitalière. 

Taux d'occupation des lits en réanimation au 12 avril par des patients Covid-19
Taux d'occupation des lits en réanimation au 12 avril par des patients Covid-19 © Gouvernement.fr

→ Le pic épidémique de la première vague a été observé la semaine du 6 au 12 avril 2020, soit 15 jours après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020.

→ Le pic de la deuxième vague a eu lieu du 16 au 20 novembre, trois semaines après le deuxième confinement.

Le taux de dépistage est en forte augmentation chez les 0-14 ans (+41%).

Combien de cas de coronavirus en France ? 

Au 12 avril 2021, un total de 5 067 216 cas confirmés de coronavirus est rapporté depuis le début de la pandémie. 

Sur la semaine 13 (29 mars-4 avril) :

  • Les nouveaux cas de Covid ont augmenté de +4% mais Santé Publique France souligne qu' "en raison des jours fériés, les indicateurs épidémiologiques, notamment le taux d'incidence sont à interpréter avec prudence par comparaison avec une semaine sans jour férié, compte tenu de la moindre activité des lieux de prélèvement les jours fériés". 
  • Le taux d'incidence était stable dans toutes les classes d'âge excepté chez les 15-44 ans et les 45-64 ans où ce taux a augmenté (+6%).
  • Le taux de dépistage était en forte hausse par rapport à la semaine 12 dans toutes les classes d'âge. L'augmentation la plus importante était observée chez les 0-14 ans (+20%), puis chez les 15-44 ans (+16%), les 45-64 ans (+12%), les 65-74 ans et les 75 ans et plus (+2%).
  • Le taux de positivité des personnes testées était en diminution dans toutes les classes d'âge.

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 4 avril 2021, France (données au 7 avril 2021)

courbe cas covid france
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 4 avril 2021, France (données au 7 avril 2021) © Santé publique France

Combien de cas en plus en 24 heures ?

Lundi 12 avril, 8 536 nouvelles personnes ont reçu un test positif au Covid-19 par rapport à la veille.

Taux d'incidence - quotidien - tous âges jusqu'au 27 mars

Taux d'incidence - quotidien - tous âges
Taux d'incidence - quotidien - tous âges jusqu'au 27 mars © Géodes

Combien de personnes sont en réanimation ?

Lundi 12 avril, 5 916 personnes sont hospitalisées en réanimation (+78 au cours des dernières 24 heures). Le nombre de patients COVID-19 hospitalisés en France est très élevé et en progression sur la semaine du 15 au 21 mars.

Sur la semaine 13 (29 mars-4 avril) :

  • Le taux hebdomadaire d'hospitalisations et le taux d'admissions en services de soins critiques ont augmenté respectivement de 9% et 14% par rapport à la semaine précédente.
  • Le taux hebdomadaire d'hospitalisation était en augmentation dans toutes les régions sauf en Corse. Les plus fortes augmentations étaient observées en Bourgogne-Franche Comté (+35%), Pays de la Loire (+28%) et Auvergne-Rhône-Alpes.
  • Le taux d'admission en services de soins critiques était stable ou en augmentation dans toutes les régions, excepté en Bretagne (-6%). Les plus forts taux hebdomadaires d'admission en services de soins critiques en métropole étaient encore rapportés en Île-de-France (7,9/100 000 habitants), Hauts-de-France (6,2), Provence-Alpes-Côte d'Azur (6,2), Auvergne-Rhône-Alpes (4,6), Centre-Val de Loire (4,5) et Grand Est.
Nombre de patients COVID-19 en services de réanimation, par date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 16 mars 2021)
Nombre hebdomadaire de nouvelles admissions de patients COVID-19 en services de soins critiques, selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 04 avril 2021) © Santé publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l'Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l'évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l'hôpital du Covid-19 par région au 12 avril

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 8 071 +137 1 758 +30 17 627
Grand Est 2 700 +63 498 +17 9 185
Auvergne-Rhône-Alpes 3 873 +229 677 +64 10 352
Hauts-de-France 3 650 +61 697 +25 7 740
Bourgogne-Franche-Comté 1 388 +89

191

-1 4 300
Provence-Alpes-Côte d'Azur 3 353 +115 568 +26 7 005
Occitanie 1 873 +57 422 +11 3 842
Bretagne 786 -3 138 +1 1 390
Nouvelle-Aquitaine 1 340 +53 261 +22 3 288
Normandie 1 588

+1

233 -1 2 785
Centre Val-de-Loire 1 151 +35 198 +6 2 329
Pays de la Loire 951 +34 152 +4 2 368
Corse 90 +2 17 -1 178
Martinique 114 -18 24 -3 62
Guadeloupe 104 NC 21 +3 205
La Réunion 165 +7 44 +3 141
Guyane 37 +5

9

+1 90
Mayotte 28 NC 8

-1

124
TOTAL 31 262 +867 5 916 +206

73 011

Combien de morts de la Covid-19 en France ?

99 135 décès sont recensés au 12 avril dont 73 011 à l'hôpital (+385 au cours des 24 dernières heures), selon les chiffres du gouvernement. L'âge médian au décès est de 85 ans et 92,7% des personnes avaient 65 ans et plus. Les hommes représentent 55% de ces décès.

Sur la semaine 13 (29 mars-4 avril) : le nombre de décès liés à la COVID-19 (survenus à l'hôpital et en ESMS) augmentait de 10%. Les taux de décès pour 100 000 habitants en milieu hospitalier étaient les plus élevés en Hauts-de-France, Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur, et en forte augmentation en Bourgogne-Franche-Comté (+80%), Occitanie (+69%) et Pays de la Loire (+46%). En France, depuis le début de l'épidémie, 1 personne sur 1000 est morte du fait de la Covid-19, indique la Haute Autorité de Santé le 29 janvier. 

Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 28 février 2021)
Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 4 avril 2021) © Santé publique France

La France a franchi la barre des 40 000 morts samedi 7 novembre 2020, celle des 50 000 le 24 novembre, celle des 60 000 le 18 décembre et celle des 90 000 le 12 mars 2021. Un pic de mortalité a été atteint le 9 novembre 2020 (40 987 morts, dont 548 en 24 heures). 

Carte de l'épidémie en temps réel

 

Quel est le taux de reproduction du virus en France ? 

Le taux de reproduction du virus est toujours supérieur à 1 : 1.08 le 3 avril. Au 03 avril 2021, les estimations des nombres de reproduction à partir des données virologiques SI-DEP étaient significativement supérieures à 1 dans toutes les régions métropolitaines, à l'exception de la Corse où l'estimation était supérieure à 1, mais de façon non significative. Les taux de reproduction du virus appelés "R-effectifs" ou "Reff" permettent de décrire la dynamique de l'épidémie : lorsque le Reff est significativement supérieur à 1, ceci signifie que l'épidémie est en progression car un malade contamine plus d'une autre personne, lorsqu'il est égal à 1, l'épidémie se stabilise, lorsqu'il est significativement inférieur à 1, l'épidémie régresse. 

Où se faire tester ?

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques. Depuis le 11 février, les tests salivaires sont déployés dans les établissements scolaires et peuvent être utilisés en première intention pour dépister la Covid-19, conformément aux recommandations de la HAS. Au 11 avril, le taux de positivité national s'établit à 8,4 %. "Il reste déterminant que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s'isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais" rappelle Santé Publique France dans ses bulletins hebdomadaires.

Que faire en cas de symptômes Covid ?

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l'infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées...), l'odorat, le goût et même le cerveau.

Chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s'isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais (sans avoir d'ordonnance).

Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : "Si la toux et la fièvre s'accompagnent d'une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d'une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d'une pneumopathie. Il s'agit alors d'une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d'urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation", prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

Comment se faire vacciner ?

La vaccination contre la Covid-19 se poursuit en France avec les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca (chez les médecins généralistes, au travail et en pharmacie). La prise de rendez-vous est ouverte sur les sites Internet Doctolib, Maiia et KelDoc et peut aussi se faire en contactant par téléphone le centre de vaccination le plus proche de chez soi (liste disponible sur Sante.fr). En cas de difficulté, le numéro vert national : 0 800 009 110, permet d'être redirigé vers le standard téléphonique d'un centre ou d'obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

Voyage : les frontières sont-elles fermées ?

Tous les déplacements depuis l'étranger vers la France et de France vers l'étranger, même lorsqu'ils sont autorisés, restent totalement et strictement déconseillés jusqu'à nouvel ordre. A l'intérieur de l'espace européen, les frontières ne sont pas fermées mais chaque pays a mis en place ses restrictions (test obligatoire, quarantaine à l'arrivée...). Les frontières extérieures à l'espace européen restent fermées et tout déplacement international est totalement et strictement déconseillé jusqu'à nouvel ordre. La sortie du territoire français est soumise au régime des motifs impérieux, à l'exception des voyages à destination de l'Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et Singapour.

Tout voyageur de 11 ans ou plus souhaitant venir en France en provenance d'un pays de l'espace européen (Union européenne, Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) a l'obligation de présenter le résultat d'un examen biologique de dépistage virologique (RT-PCR) ne concluant pas à une contamination par le Covid-19 réalisé 72 heures avant le départ. 

DATES CLÉS DE L'ÉPIDÉMIE EN FRANCE
  • 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un "nouveau type de coronavirus".
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d'une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l'Organisation mondiale de la Santé décrète l'urgence de santé mondiale. Cette mesure n'avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d'organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l'épidémie.
  • 11 mars, l'OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre".
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l'épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l'Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu'au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  •  15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. À Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l'état d'urgence sanitaire prend fin en France.
  •  20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 8 octobre, le plan blanc est réactivé dans les hôpitaux d'Ile-de-France.
  • 17 octobre à 0h01, la France repasse en état d'urgence sanitaire et un couvre-feu est instauré dans 9 territoires (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 24 octobre à 0h01 : extension des mesures de couvre-feu à 38 nouveaux départements français.
  • 29 octobre à 0h01 : reconfinement national pour 4 semaines, jusqu'au 1er décembre au minimum.
  • 28 novembre : première étape d'allègement du confinement avec la réouverture des commerces non essentiels.
  • 15 décembre : seconde étape d'allègement du confinement avec le passage à un couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 31 décembre : couvre-feu imposé le soir du 31 décembre, de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 21 décembre : autorisation du vaccin Pfizer en Europe.
  • 24 décembre : autorisation du vaccin Pfizer BioNTech en France.
  • 27 décembre : début de la vaccination en France et dans l'Union européenne avec le vaccin Pfizer BioNTech.
  • 8 janvier 2021 : autorisation du vaccin Moderna en France.
  • 24 janvier 2021 : un test PCR négatif est obligatoire pour rentrer en France par avion pour les voyageurs venant d'un pays européen (sauf pour les travailleurs transfrontaliers et le transport terrestre).
  • 31 janvier 2021 : fermeture des frontières en France aux pays extérieurs à l'Union européenne
  • 2 février 2021 : autorisation du vaccin de l'Université d'Oxford et AstraZeneca en France, uniquement pour les personnes âgées de moins de 65 ans.
  • 11 février : déploiement des tests salivaires dans les établissements scolaires.
  • 12 mars : autorisation du vaccin Johnson&Johnson, à injection unique, le 4e vaccin à être autorisé en France.
  • 16 mars : autorisation des autotests en France.
  • 19 mars : confinement de 16 départements pour une durée de 4 semaines. Le couvre-feu repasse à 19 heures dans toute la France au lieu de 18 heures.
  • 25 mars : confinement de 3 nouveaux départements pour une durée de 4 semaines.
  • 3 avril  : la France métropolitaine est reconfinée 7 jours/7, les écoles ferment pour trois semaines, et les vacances scolaires sont uniformisées pour toutes les zones.
  • 8 avril : 10 millions de Français ont reçu une dose de vaccin Covid.
  • 12 avril : vente des autotests en pharmacie.
  • 12 avril : ouverture de la vaccination à tous les Français âgés de 55 ans ou plus,

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès

Gestion de l'épidémie