Coronavirus France : 11 123 nouveaux cas, 27 décès en 24h, bilan, fermetures...

Chargement de votre vidéo
"Coronavirus France : 11 123 nouveaux cas, 27 décès en 24h, bilan, fermetures..."

CORONAVIRUS EN DIRECT. L'épidémie de coronavirus prend de l'ampleur. 11 123 nouveaux cas et 27 décès ont été enregistrés ces dernières 24h. Les bars et restaurants sont contraints de fermer à Aix et Marseille pour deux semaines. "Si rien ne change, dans trois à quatre semaines, la France va devoir affronter une épidémie généralisée" prévient le président de l'Ordre des médecins. Le point sur les départements concernés par les mesures, bilan, carte et chiffres du jour.

[Mis à jour le dimanche 27 septembre à 20h01] L'épidémie de coronavirus "a repris de l'ampleur" selon le ministre de la santé Olivier Véran invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro dimanche. La circulation du virus est toujours en forte progression en France avec des données particulièrement inquiétantes : une hausse des nouvelles contaminations chez les personnes âgées et une hausse des données de mortalité liées au Covid-19 pour la seconde semaine consécutive. Le taux de positivité aux tests augmente lui aussi. Les clusters sont particulièrement nombreux dans les Ehpad et dans le milieu scolaire qui représente 32% des clusters en cours. Par ailleurs, le cap des 1000 patients Covid-19 en réanimation a été franchi (dont 8 enfants de moins de 9 ans). "Si rien ne change, dans trois à quatre semaines, la France va devoir affronter, pendant plusieurs longs mois d'automne et d'hiver, une épidémie généralisée sur tout son territoire" a déclaré le président de l'Ordre national des médecins Patrick Bouet. "La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions"  a t-il indiqué dans le JDD dimanche 27 septembre. Plusieurs mesures sanitaires sont entrées en vigueur depuis samedi dans les départements et régions les plus touchés, comme dans la métropole d'Aix-Marseille, à Paris ou encore à Lille et Toulouse. Invité jeudi 24 septembre dans l'émission "Vous avez la parole" sur France 2, le Premier ministre Jean Castex a mis en garde les Français sur l'option possible du reconfinement : "L'opinion doit être très attentive et prudente. Si nous n'agissons pas, on pourrait se retrouver dans une situation proche de celle du printemps (…) Ça pourrait pouvoir dire reconfinement, et il faut l'éviter." La nouvelle carte des zones d'alerte en France a été présentée le 23 septembre par le ministre de la Santé, Olivier Véran. 69 départements sont classés en zone rouge, indiquant une circulation active du virus et une dynamique épidémique défavorable, sur un total de 101 départements en "situation de vulnérabilité". Les hôpitaux d'Île-de-France, de Lyon, les CHU de Roanne, Grenoble et Montpellier ont ré-enclenché le niveau 1 du plan blanc. De nouvelles mesures entrent en vigueur en France à partir du samedi 26 septembre, pour une durée de 2 semaines. Nombre de cas, décès, personnes en réanimationclustersR0 en France... Chiffres du jour.

Dernières infos en direct :

  • Vivre avec le virus. Le ministre de la santé, Olivier Véran invité du Grand Jury dimanche à précisé, sur la possibilité de restrictions de déplacements lors des vacances de la Toussaint : "Ce qui arrivera fin octobre dépend de ce que l'on va faire dans les prochaines semaines. (..) En attendant (un vaccin) je peux vous dire que nous allons vivre avec un virus qui aura des phases d'aggravation et des phases plus calmes."
  • Manifestation à Paris. Une centaine de cafetiers et restaurateurs se sont réunies dimanche après-midi à Paris pour manifester contre la fermeture des bars et restaurants à 22h à partir de ce lundi 28 septembre.
  • Fermeture des bars et restaurants à Marseille et Aix. Les bars et restaurants des deux communes, en "zone d'alerte maximale" face au Covid-19, devront fermer leurs portes ce dimanche à minuit et jusqu'au 11 octobre inclus. Ils pourront néanmoins assurer la livraison et la vente à emporter précise l'arrêté signé par le préfet des Bouches-du-Rhône Christophe Mirmand. La mesure pourra être réévaluée dans 7 jours.
  • Avertissement. Le président de l'Ordre des médecins Patrick Bouet estime que "Mercredi, Olivier Véran (le ministre de la Santé) a choisi un langage de vérité mais il n'est pas encore allé assez loin. Il n'a pas dit que, si rien ne change, dans trois à quatre semaines, la France va devoir affronter, pendant plusieurs longs mois d'automne et d'hiver, une épidémie généralisée sur tout son territoire". "La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions", a t-il déclaré dimanche dans les colonnes du JDD, Selon Patrick Bouet, le système de santé sera "incapable de répondre à toutes les sollicitations, (...) les professionnels de santé, à l'origine du miracle du printemps, ne pourront pas pallier à nouveau les carences structurelles. Beaucoup sont épuisés, traumatisés".
  • Une majorité de Français prêts au reconfinement. 72% des Français seraient prêts à se reconfiner pour au moins 15 jours, et 80% accepteraient de moins voir des membres de leur famille, selon un sondage paru dimanche dans dans le JDD. Et 86% sont inquiets des conséquences du virus, 68% pour leur santé.
  • Mesures restrictives à Toulouse. La préfecture a détaillé vendredi les nouvelles mesures sanitaires entrant en vigueur ce samedi après le passage de la ville rose en zone d'alerte renforcée mercredi. Les événements de plus de 1000 personnes et les rassemblements de plus de 10 personnes dans "les parcs, jardins et aux abords des plans d'eau" seront interdits. Les activités "dansantes dans les établissements recevant du public et dans les lieux publics" ne pourront plus avoir lieu, comme les rassemblements festifs ou familiaux de plus de 30 personnes. Les bars devront fermer leurs portes à 22h lundi. Selon le communiqué de la préfecture, les activités sportives dans des lieux couverts ou en intérieur sont, jusqu'à nouvel ordre, interdites. Cette réglementation s'applique aux piscines couvertes, salles de sport, gymnases et salles polyvalentes. Seuls les sportifs professionnels et les enfants, dans le cadre d'activités scolaires ou parascolaires, ne sont pas concernés par cette mesure.
  • Fermetures à Paris. Seuls les bars et bistrots de la capitale et de sa petite couronne devront fermer leurs portes à partir de lundi 22 heures au plus tard, a confirmé la préfecture de Paris. Les restaurants ne sont pas concernés par cette restriction.
  • Anomalies génétiques et immunitaires responsables des formes graves. Une étude franco-américaine affirme vendredi que près de 15% des formes graves du Covid-19 sont liées à des anomalies génétiques et immunitaires qui engendreraient la défaillance d'une réponse antivirale en cas d'infection.
  • Les bars et restaurants à Marseille fermeront dimanche soir. Le secrétaire d'Etat aux petites et moyennes entreprises, Alain Griset a annoncé vendredi que la fermeture des bars et restaurants marseillais serait repoussée à dimanche soir. "Il vaut mieux fermer 15 jours que d'être confinés pendant trois mois", a t-il déclaré dans La Provence. Une information confirmée peu de temps après par Renaud Muselier le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, pour la métropole d'Aix-Marseille.
  • Système hospitalier à saturation. L'épidémiologiste Arnaud Fontanet était vendredi à l'hôpital de la Timone à Marseille, aux côtés d'Olivier Véran le ministre de la santé, il a exprimé que "Quel que soit le scénario (des mesures restrictives pour freiner l'épidémie), l'augmentation des entrées en hospitalisation et réanimation en région PACA va continuer au moins jusqu'à la première semaine d'octobre", ajoutant que ce serait "en proportion bien plus important si on ne prend pas les mesures nécessaires". 
  • Tests antigéniques approuvés. Les autorités sanitaires ont approuvé vendredi les nouveaux tests antigéniques de dépistage. Ils permettront de diagnostiquer le Covid-19 chez les personnes possédant des symptômes. Par ailleurs, les tests PCR peuvent désormais être réalisés par un prélèvement dans la gorge, et non plus uniquement dans le nez, pour les personnes sans symptôme.
  • Piscines et gymnases restent ouverts pour les mineurs. Le ministre des Sports a précisé vendredi que les gymnases et les piscines pourront rester ouverts aux mineurs qui pratiquent un sport en clubs ou en associations. Par ailleurs, le ministre de l'Education a lui aussi confirmé la continuité des cours d'éducation physique et sportive (EPS) pour tous les élèves. Jean-Michel Blanquer préconise cependant une distanciation d'au moins deux mètres quand le port du masque n'est pas possible durant ces cours.
  • Prochain pic épidémique début octobre en France ? Une simulation réalisée par une équipe de chercheurs franco-italo-danoise et publiée dans la revue Scientific reports de Nature, annonce plusieurs pics épidémiques du Covid-19 jusqu'à fin décembre voire début janvier 2021 en Europe. En France, selon cette étude, un pic de contaminations pourrait être atteint dès la semaine prochaine.
  • Un reconfinement possible. Jean Castex a mis en garde les Français, jeudi soir dans l'émission "Vous avez la parole" sur France 2, face à l'aggravation de la situation sanitaire : "L'opinion doit être très attentive et prudente. Si nous n'agissons pas, on pourrait se retrouver dans une situation proche de celle du printemps (…) Ça pourrait pouvoir dire reconfinement, et il faut l'éviter", a assuré le chef du gouvernement. 
  • 8 enfants de moins de 9 ans en réanimation en France. Si l'infection Covid-19 est dans la très large majorité des cas bénigne chez l'enfant, elle n'exclut pas de prendre des formes graves. Selon les données de Santé publique France, huit enfants de moins de 9 ans sont actuellement en réanimation à cause de la maladie infectieuse. Deux d'entre eux sont hospitalisés au CHU de Bordeaux, selon Le Parisien.

Quelles sont les nouvelles mesures en France ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé le mercredi 23 septembre une série de nouvelles mesures restrictives face à la reprise de l'épidémie. Ces mesures entrent en vigueur samedi 26 septembre pour une durée de 2 semaines :  

En Guadeloupe et dans la métropole Aix-Marseille (zones en alerte maximale) : 

  • Fermeture totale des bars et restaurants en Guadeloupe, et dans la région Aix-Marseille (où la mesure y sera en vigueur dimanche soir).
  • Fermeture de l'ensemble des établissements recevant du public en Guadeloupe, et dans la région Aix-Marseille, sauf s'il existe un protocole sanitaire strict déjà mis en place, comme dans les théâtres, les musées, les cinémas qui ne sont pas concernés par les mesures de fermeture.

A Paris et les départements de la petite couronne, Lyon, Lille, Montpellier, Bordeaux, Grenoble, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse, Nice (zones d'alerte renforcée) : 

  • Rassemblements limités à 1000 personnes
  • Interdiction des grands évènements déclarés comme les fêtes locales ou les fêtes étudiantes
  • Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public (plages, parcs)
  • Fermeture anticipée des bars à 22 heures (voire plus tôt si le Préfet le décide) à partir de lundi 28 septembre
  • Fermeture des salles de sport et des gymnases
  • Fermeture des salles polyvalentes dédiées aux activités festives et associatives à partir de lundi 28 septembre

Dans 69 départements (zone alerte) :

  • Rassemblements limités à 30 personnes dans l'espace public (fêtes, mariages, tombola, évènements associatifs, communion, anniversaires). Les salles des fêtes et polyvalentes devront respecter cette jauge de 30 personnes. 

Par ailleurs, dans ces métropoles, le ministre a indiqué que le télétravail devait être favorisé autant que possible, en particulier pour les publics vulnérables. Il faut également limiter les rassemblements privés, "tous les contacts sociaux sans masque doivent être évités au maximum" a expliqué Olivier Véran.

Carte par zone d'alerte : rose, rouge, noir, ça veut dire quoi ? 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a présenté le 23 septembre, la nouvelle carte de la France découpée en 5 zones selon le taux d'incidence qui mesure l'intensité de la circulation du virus, le taux d'incidence chez les personnes âgées de 65 ans et + et la part des patients Covid+ dans les réanimations.

carte zone d'alerte france covid
Carte de la France découpée par zones d'alerte au 23 septembre 2020 © Ministère de la Santé

→ vert (gris sur la carte) : 32 départements

rose : zone en "alerte" car plus de 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants, 69 départements.

carte france covid zone alerte rose
Carte des zones en alerte (couleur rose) en France au 23 septembre 2020 © Ministère de la Santé

→ rouge : zone en "alerte renforcée" car plus de 150 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et plus de 50 nouveaux chez des personnes de plus de 65 ans. Ce sont à date Lille, Lyon, Nice, Bordeaux, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Paris et la petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier.

carte rouge covid départements
Carte des zones en alerte renforcée (couleur rouge) au 23 septembre 2020 © Ministère de la Santé

→ rouge écarlate : zone en "alerte maximale" car plus de 250 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants, plus de 100 nouveaux chez des personnes de plus de 65 ans et 30% de patients Covid+ en réanimation. Ce sont à date la métropole Aix-Marseille et la Guadeloupe.

→ noir : zone en état d'urgence sanitaire car plus de 250 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants, plus de 100 nouveaux chez des personnes de plus de 65 ans et 60% de patients Covid+ en réanimation.

Bilan quotidien : les derniers chiffres de l'épidémie en France

Tous les indicateurs épidémiques sont à la hausse en France : les indicateurs de médecine de ville, les données virologiques, les activités hospitalières, les clusters ainsi que les décès liés au COVID-19. L'augmentation du nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 se poursuit : chez les personnes de 75 ans et plus, le nombre de cas a été multiplié par 4 depuis la mi-août. Le nombre d'épisodes signalés de COVID-19 par les établissements médico-sociaux est aussi en hausse. Le taux d'incidence (nombre de nouvelles contaminations par semaine) est en hausse constante, le facteur R est au-dessus de 1. Selon les derniers chiffres de Santé publique France, au dimanche 27 septembre, la France fait état de 11 123 nouveaux cas de coronavirus recensés en 24h (surtout chez les jeunes adultes) et 27 nouveaux décèsIl est observé une nette augmentation du nombre de nouveaux clusters détectés en France.

• 31 727 personnes sont décédées en France

• 4 204 nouvelles hospitalisations en 7 jours

1 230 clusters en cours d'investigation (+47 en 24 heures)

 L'augmentation de cas chez les personnes âgées est inquiétante.

 

Combien de cas de coronavirus en France ? 

Le nombre de nouvelles contaminations de coronavirus augmente fortement en France. Au 27 septembre, Santé Publique France rapporte un total de 538 569 cas confirmés de coronavirus depuis le début de la pandémie. 11 123 de plus sur les dernières 24 heures. L'augmentation de cas chez les personnes âgées est inquiétante car ces personnes sont parmi les plus à risque de complication de COVID-19, indique Santé Publique France dans son point du 24 septembre. Sur un total de 67 millions d'habitants, cela représente 0,74%. Le pic épidémique a été observé la semaine du 23-29 mars, soit une semaine après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Depuis mi-juin, le nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 augmente régulièrement. 

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 10 mai au 20 septembre 2020 (données au 23 septembre 2020)

courbe cas covid
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 10 mai au 20 septembre 2020 (données au 23 septembre 2020) © Santé Publique France

Nombre de cas confirmés de COVID-19 par semaine du 23 janvier au 29 août 2020.

Nombre de cas confirmés de Covid-19 en France
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23/01 au 29/08/2020 (données au 2 septembre) © Santé Publique France

Combien de personnes en réanimation ?

Les notifications de nouvelles admissions en réanimation continuent d'augmenter en France depuis la semaine 28 (6-12 juillet). Au 25 septembre, 1098 personnes sont en réanimation à cause du Covid-19 (+50 en 24 heures et +786 sur les 7 derniers jours). "La part en réanimation des cas de Covid-19 a atteint les 30% dans la région Paca", a indiqué Olivier Véran lors de sa conférence de presse du 17 septembre. "Dans les hôpitaux d'Ile-de-France, 20% des lits de réanimation sont occupés par des cas de Covid-19, le seuil de 25% (niveau d'alerte) n'est pas atteint", a indiqué le directeur général de l'Agence régionale de Santé (ARS) de l'Île-de-France, Aurélien Rousseau le 20 septembre.

• Le taux hebdomadaire d'admissions en réanimation a augmenté dans toutes les régions excepté en Corse, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Bretagne (taux stables).

• Les plus fortes augmentations de ces taux par rapport à la semaine précédente ont été observées en Bourgogne-Franche-Comté et Pays de la Loire.

• Les plus forts taux étaient rapportés en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en Ile-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Occitanie.

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes) le 6 mars, la réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d'urgence, garde exceptionnelle d'enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité).

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l'Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l'évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l'hôpital du Covid-19 par région au 25 septembre (source : Santé publique France)

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 1 929 +55 339 +15 8 013
Grand Est 277 +6 35 +3 3 726
Auvergne-Rhône-Alpes 793 -24 130 +3 1 886
Hauts-de-France 573 -7 86 +4 2 000
Bourgogne-Franche-Comté 110 +6 17 0 1 079
Provence-Alpes-Côte d'Azur 788 +22 168 -4 1 111
Occitanie 349 -22 99 -5 581
Bretagne 181 -7 13 -3 282
Nouvelle-Aquitaine 300 +14 59 -4 481
Normandie 212 +10 31 -1 465
Centre Val-de-Loire 135 -6 23 0 592
Pays de la Loire 168 -6 23 -1 508
Corse 28 +2 4 0 63
Martinique 27 +3 11 +3 20
Guadeloupe 144 +7 28 -1 59
La Réunion 69 -4 17 -3 16
Guyane 19 -2 6 -2 61
Mayotte 8 +1 3 +1 28
TOTAL 6 128 +48 1 098 +5 20 995 (+55)

Combien de morts du Covid-19 en France ?

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février 2020, il s'agissait d'un patient chinois de 80 ans. Au 27 septembre 2020, 31 727 personnes sont décédées en France (+27 en 24 heures). Le nombre hebdomadaire de décès est en forte augmentation depuis deux semaines.

Le nombre hebdomadaire de décès en forte augmentation.

Surtout dans 10 régions : Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Corse, Guadeloupe, Guyane, Ile-de-France, Martinique, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Normandie. La proportion de décès chez les hommes est supérieure à celle des femmes depuis le début de la pandémie (54%). Au moins 92% des cas de COVID-19 décédés sont âgés de 65 ans ou plus. Le nouveau coronavirus aurait causé entre 25 000 et 30 000 décès supplémentaires en France entre le 2 mars et le 31 mai, selon une synthèse publiée par Santé Publique France le 23 juillet. 

Nombre quotidien de décès certifiés par voie électronique, avec une mention de COVID-19 dans les causes médicales de décès, en France, du 1er mars au 21 septembre 2020 (données au 22 septembre 2020)

 Nombre quotidien de décès certifiés par voie électronique, avec une mention de COVID-19 dans les causes médicales de décès, en France, du 1er mars au 21 septembre 2020 (données au 22 septembre 2020)
Nombre quotidien de décès certifiés par voie électronique, avec une mention de COVID-19 dans les causes médicales de décès, en France, du 1er mars au 21 septembre 2020 (données au 22 septembre 2020) © Santé Publique France

• Carte des décès en France par départements

Carte de l'épidémie en temps réel

Quels sont les régions et départements les plus touchés ?

Les régions les plus touchées par la circulation virale sont actuellement la Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'Ile-de-France. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, et plus spécifiquement dans les Bouches-du-Rhône, la circulation virale s'est intensifiée depuis mi-juillet avec un quasi doublement des cas chaque semaine. Au 27 septembre 2020, 69 départements ont un nombre de cas de Covid-19 au-dessus du seuil d'alerte de 50/100 000 habitants : Paris, Seine et Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d'Oise, Loiret, Indre-et-loire, Côte d'Or, Territoire de Belfort, Saône-et-Loire, Doubs, Calvados, Seine-Maritime, Eure, Nord, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Haute-Marne, Marne, Meurthe-et-Moselle, Sarthe, Maine-et-Loire, Loire-Atlantique, Ille et Vilaine, Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Vienne, Hérault, Aveyron, Tarn, Gers, Haute-Garonne, Gard, Tarn-et-Garonne, Pyrénées-Orientales, Aude, Rhône, Ain, Puy-de-Dôme, Loire, Isère, Alpes-Maritimes, Bouches du Rhône, Var, Vaucluse, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte.

• Ile-de-France : rappel des mesures en vigueur, situation à Paris

La circulation du virus est "très active en Ile-de-France, en particulier à Paris et en petite couronne depuis le début du mois de septembre" indique un communiqué de l'ARS de la région le 18 septembre. Le ministre de la santé Olivier Véran confirme le 23 septembre que "le système de santé francilien est fortement mis en tension". "La part des activités liées au coronavirus aux Urgences a doublé en 15 jours, le nombre de patients hospitalisés au sein de la région est aussi en augmentation très rapide, sur les près de 2000 patients hospitalisés avec le Covid, 305 le sont en réanimation soit 27% de la capacité totale de réanimation de la région. Au rythme actuel, on peut s'attendre à ce que 85% des capacités régionales de réanimation soient utilisées pour des patients Covid aux alentours du 11 novembre" prévient le ministre.

► la circulation du virus parmi les classes d'âge des 20-40 ans est très active, avec un taux de positivité qui atteint 9,6% pour les 20-29 ans.

A partir du samedi 26 septembre, pour deux semaines, à Paris et petite couronne (94, 93, 92) : 

  • Rassemblements limités à 1000 personnes
  • Interdiction des grands évènements déclarés comme les fêtes locales ou les fêtes étudiantes
  • Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public (plages, parcs)
  • Fermeture anticipée des bars à 22 heures (voire plus tôt si le Préfet le décide) à partir de lundi 28 septembre
  • Fermeture des salles de sport et des gymnases
  • Fermeture des salles polyvalentes dédiées aux activités festives et associatives à partir de lundi 28 septembre

Après une augmentation progressive des cas de Covid-19 début février, l'Île-de-France a connu en mars une diffusion rapide des cas en communauté, l'épidémie atteignant un pic la semaine du 23 au 29 mars. Les Franciliens comptent pour environ 40 % des décès pour Covid-19 recensés en France depuis le 1er mars, que ce soit à l'hôpital ou en Ehpad. La classe d'âge des 20-30 ans reste la classe la plus fortement touchée par la diffusion du virus, et celle où la progression est la plus importante. Le nombre de nouveaux clusters est en augmentation. 

Les clusters en milieu scolaire et universitaire représentent 32% des clusters en cours.

Combien de clusters en France ?

Santé Publique France rapporte 1 230 clusters en cours d'investigation en France au 27 septembre, 47 de plus sur les dernières 24 heures. Les clusters en milieu scolaire et universitaire représentaient 32% de ces clusters. Le nombre de clusters dans les Ehpad repart à la hausse depuis 7 semaines. Au 27 septembre, 238 clusters sont en Ehpad. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur comptabilisait 40% des clusters en cours d'investigation en Ehpad. Les sources principales de ces clusters sont dans l'ordre : l'entreprise, le milieu familial et les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes.

Quel est le taux de reproduction du virus en France ? 

Le taux de reproduction du coronavirus (R effectif ou R0) reste au-dessus de 1. Il montre la vitesse de circulation du virus et prouve aujourd'hui que l'épidémie circule activement en France. "Il était beaucoup plus élevé lors de la première vague, a précisé Olivier Véran le 23 septembre, il était à 3 voire au-delà". Le R est évalué à partir de plusieurs observations. Celui calculé à partir du nombre de tests positifs est à 1.06 (en baisse par rapport à la semaine dernière) et celui calculé à partir des passages aux Urgences baisse à 1.25 (vs 1.40 la semaine passée). Quels sont les départements ou régions où le virus circule le plus ? Comment ce nombre est-il calculé ? Définition, courbe d'évolution et carte par région.

Où se faire dépister du Covid-19 ?

Le dépistage du coronavirus est en première ligne de la stratégie du gouvernement pour faire face au rebond épidémique confirmé sur le mois de septembre. 590 laboratoires testent les Français sur l'ensemble du territoire. Problème : si ces tests sont possibles pour tous, avec ou sans symptômes, avec ou sans ordonnance, ils sont aujourd'hui de plus en plus difficiles à réaliser à cause de la forte affluence devant les laboratoires et d'un manque de réactifs.  Le ministre de la Santé a reconnu jeudi 24 septembre que les patients symptomatiques et les cas contacts représentent désormais "un nombre conséquent" de tests à réaliser et annoncé une amélioration de la situation : "Les délais se réduisent déjà, les prochains chiffres seront bien meilleurs que les derniers". Lors de son allocution du 17 septembre, Olivier Véran avait rappelé : "Il ne sert à rien de se tester trop souvent. Le test doit être fait si vous avez un doute, si vous avez des symptômes et si le cas contact est avéré, si vous avez été appelé par l'Assurance maladie ou l'ARS, les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts."

Protocole sanitaire : gestes barrières, masques...

Comme il n'y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s'en protéger pour prévenir une deuxième vague est l'application de mesures barrières : respect de la distanciation physique minimale d'un mètre, port du masque, lavage des mains réguliers, réduction des rassemblements. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Symptômes : dans quel ordre apparaissent-ils, que faire ?

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l'infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, autres affections dermatologiques), la sphère digestive (vomissements, diarrhées...), l'odorat, le goût et même le cerveau. 

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin pour prendre rendez-vous dans l'éventualité qu'il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : "Si cette toux et cette fièvre s'accompagnent d'une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d'une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d'une pneumopathie. Il s'agit alors d'une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d'urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation", prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  
DATES CLÉS DE L'ÉPIDÉMIE EN FRANCE
  • Le 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un "nouveau type de coronavirus".
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d'une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l'Organisation mondiale de la Santé décrète l'urgence de santé mondiale. Cette mesure n'avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d'organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l'épidémie.
  • Le 11 mars, l'OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre".
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l'épidémie.
  • Le 16 mars : la France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l'Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu'au 15 avril.
  • Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai.
  • Le 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • Le 15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • Le 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • Le 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l'état d'urgence sanitaire prend fin en France.
  • Le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès

Gestion de l'épidémie