Coronavirus France : vaccin gratuit, non-obligatoire, chiffres

Chargement de votre vidéo
"Coronavirus France : vaccin gratuit, non-obligatoire, chiffres"

COVID FRANCE DIRECT - "La situation s'améliore progressivement" annonce Jean Castex qui a présenté la stratégie de vaccination : les personnes âgées et à risque seront prioritaires. Le vaccin devrait être disponible fin décembre, il sera gratuit, et non obligatoire, l'ouverture à toute la population est prévue au printemps. Chiffres et infos du jour.

[Mise à jour du jeudi 3 décembre à 20h35] "La situation sanitaire de notre pays s'améliore progressivement", a annoncé Jean Castex au début de sa conférence de presse jeudi. Toutefois, "La situation reste fragile, le niveau de circulation du virus et le nombre de personnes en réanimation restent supérieurs à ce qu'ils étaient en mai dernier". Le Premier ministre a annoncé la stratégie vaccinale de la France. Les premières doses disponibles d'ici quelques semaines, seront destinées aux personnes âgées en Ehpad et à leurs personnels à risques. A partir du printemps, la vaccination sera ouverte à tous, gratuitement. Toujours confinée, la France connait un allègement des restrictions depuis le 28 novembre, avec la réouverture des commerces non essentiels (magasins de vêtements, librairies...) et la mise en place d'une nouvelle attestation pour pouvoir notamment se déplacer dans un rayon de 20 kms autour de son domicile, pendant 3 heures. Au 3 décembre, 2,2 millions de Français ont été dépistés positifs à la Covid-19 au total. 12 696 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures et 324 nouveaux décès. Le gouvernement a dévoilé sa stratégie sur les vaccins. Nombre de cas de Covid-19 en France, évolution, décès, cartes pour suivre l'épidémie par département et régionclustersR0 en France, contagion du coronavirus... Chiffres et infos du jour.

Dernières infos en direct :

  • "La vaccination permet de réduire la mortalité face au virus, et les formes graves", souligne le ministre de la santé Olivier Véran lors de la conférence de presse jeudi sur la présentation de la campagne vaccinale de la France. "Le vaccin sera non-obligatoire, gratuit et devra respecter un haut niveau de sécurité" rassure le ministre. Le vaccin Pfizer BioNtech sera le premier à arriver sur le marché. 2 injections sont à prévoir, à 21 jours d'intervalle, précise le ministre.
  • Jean Castex a annoncé la stratégie du gouvernement sur les vaccins, jeudi, lors d'une conférence de presse. La vaccination sera gratuite pour tous. La campagne de vaccination démarrera dans quelques semaines, par les personnes âgées en Ehpad et par les personnes à risque travaillant dans ces établissements, a indiqué le Premier ministre. Cela représente 1 million de doses. Au fur et à mesure des livraisons (des vaccins), "entre février et le printemps" précise Jean Castex, la vaccination sera proposée aux personnes présentant un risque, et à certains personnels de santé. 14 millions de personnes sont concernées. A partir du printemps, la vaccination sera ouverte à toute la population. 200 millions de doses sont prévues, pour vacciner 100 millions de personnes. Il faut compter 2 injections à quelques semaines d'intervalle, précise Jean Castex. Les médecins généralistes sont "au coeur du dispositif". La vaccination est "à ce stade" préconisée pour les personnes majeures.
  • Dès vendredi 4 décembre, les lieux de cultes pourront accueillir les fidèles avec la règle d'un siège sur 3, et d'une rangée sur 2, le temps du confinement, soit jusqu'au 15 décembre.
  • Réveillon de noël de l'An. Jean Castex s'inspire des règles dans les pays voisins et recommande 6 adultes réunit à table, sans compter les enfants.
  • Des dépistages massifs du Covid-19 vont être organisés à Saint-Etienne, à Lille et au Havre, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran sur Twitter : "Nous préparons avec les collectivités territoriales des opérations de dépistage massif au Havre, à Saint-Étienne et dans une commune de la métropole lilloise. D'autres suivront. Notre objectif: identifier les foyers de diffusion du Covid-19, briser les chaînes de contamination."
  • Valérie Giscard d'Estaing mort du Covid-19. L'ancien président de la République Française, Valérie Giscard d'Estaing est mort du Covid-19 à l'âge de 94 ans, a-t-on appris mercredi 2 décembre au soir. Il s'est éteint "entouré de sa famille" dans sa propriété d'Authon dans le Loir-et-Cher. Il est mort "des suites du Covid" a ensuite précisé sa famille.
  • Trois essais de vaccins en France en décembre. A partir de la mi-décembre, trois essais de vaccins contre le Covid-19 devraient démarrer en France sur près de 2200 volontaires recrutés cet automne par l'intermédiaire de la plateforme Covireivac mise en place par l'Inserm, a indiqué mercredi l'Institut dans un communiqué. Les essais de phase 3 concerneront les vaccins d'AstraZeneca et l'université d'Oxford, et celui de Janssen, filiale de Johnson&Johnson, sous réserve des autorisations nécessaires de l'agence du médicament ANSM et d'un Comité des protections des personnes. Le troisième essai concerne le vaccin du laboratoire américain Moderna dans sa phase 2, sur 180 volontaires, à partir de fin décembre ou début janvier.
  • Un isolement après des vacances au ski ? Le gouvernement envisage une période d'isolement de sept jours pour les Français rentrant du ski à l'étranger (Suisse, Espagne...) pendant les fêtes avec des contrôles aléatoires à la frontière, a affirmé Jean Castex ce mercredi. 
  • Fin des attestations. Dès le 15 décembre, le confinement sera probablement remplacé par un couvre-feu de 21h à 7h du matin. Pour sortir pendant ce laps de temps, il faudra se munir d'une attestation. "Pour le reste de la journée, nous pourrons nous déplacer sans remplir d'attestation" à partir du 15 décembre, réaffirme Jean Castex, interviewé sur RMC et BFMTV le mercredi 2 décembre.
  • Réouverture des stades. Les stades ne pourront pas accueillir de spectateurs avant le 15 décembre, c'est sûr, a précisé Jean Castex. Les salles de sport ne pourront pas rouvrir avant le 20 janvier 2021.

​​​​​​Quelles sont les mesures pour freiner l'épidémie Covid-19 en France ?

Pour freiner la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 en France, Emmanuel Macron a annoncé un confinement entré en vigueur dans la nuit du jeudi 29 octobre minuit et jusqu'au 1er décembre. Les mesures prises ont été associées à un ralentissement de l'épidémie à partir du 18 novembre, sur tout le territoire. En conséquence, le Président a annoncé mardi 24 novembre un allègement des restrictions à partir de samedi 28 novembre. Le ministre de la Santé Olivier Véran a déclenché le plan blanc au niveau national le 29 octobre. Cela implique la déprogrammation des hospitalisations non-urgentes dans tous les hôpitaux. Samedi 7 novembre, les députés ont adopté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021.

déconfinement etape france covid
Etapes du déconfinement de la France présentées par Jean Castex le 26 novembre © Twitter Jean Castex

Confinement-Déconfinement : mesures par étapes, jusqu'à quand ?

Le couvre-feu instauré depuis le début de mois d'octobre n'aura pas suffi à freiner l'épidémie. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a ainsi annoncé, le 28 octobre, un deuxième confinement de la population du jeudi 29 octobre, à minuit, jusqu'au 1er décembre au minimum. Face à l'amélioration de la situation épidémique, il a annoncé mardi 24 novembre un allègement des restrictions.

Calendrier des nouvelles mesures contre le Covid
Calendrier des nouvelles mesures © Présidence de la République / Twitter Emmanuel Macron

Un allègement du confinement en 3 étapes :

Emmanuel Macron a annoncé mardi 24 novembre lors d'une allocution télévisée un allègement des restrictions du confinement. Au regard de l'évolution sanitaire et des risques liés à certaines activités, la levée du confinement sera progressive et devra se faire par paliers comme l'a confirmé Jean Castex le 26 novembre :

Depuis le samedi 28 novembre : tous les commerces et services à domicile ont pu rouvrir jusqu'à 21 heures avec un protocole sanitaire strict. Les déplacements pour promenade ou activité physique en extérieur sont désormais permis dans un rayon de 20 kilomètres et pour trois heures. Les activités extra-scolaires en plein air seront autorisées. Il y a également eu la réouverture des auto-écoles, l'autorisation des visites immobilières et services à domicile. Les bibliothèques et archives sont de nouveau ouvertes. Les offices des cultes doivent respecter la règle des 1 siège sur 3, et 1 rangée sur 2, le temps du confinement. 

A partir du 15 décembre (si les objectifs sanitaires sont atteints) : fin du confinement mais mise en place d'un couvre-feu insaturé de 21h à 7h sur l'ensemble du territoire, à l'exception des 24 et 31 décembre. Les activités extra-scolaires en extérieur seront autorisées. Les salles de cinéma, théâtres, musées pourront rouvrir dans le cadre de protocoles sanitaires stricts, en respectant le couvre-feu à 21 heures (les billets de spectacle ou de cinéma pourront servir de justificatif). Conservatoire et musique pourront proposer des cours (sauf les cours de chant).

 A partir du 20 janvier (si les objectifs sanitaires sont atteints) "Si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5 000 cas par jour, alors les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir, et le couvre-feu pourra être décalé. Les lycées pourront être pleinement rouverts avec la totalité des élèves présents durant les cours. Quinze jours plus tard, ce sont les universités qui pourront reprendre les cours, avec, là aussi, une présence physique de tous les élèves. Nous ferons ainsi le point tous les 15 jours sur la situation sanitaire et déciderons alors si nous pourrons prendre des mesures supplémentaires d'ouverture" a annoncé le chef de l'Etat.

→ Un point tous les 15 jours afin d'ajuster les restrictions et les allègements, pour "éviter une troisième vague et un troisième confinement". 

Jusqu'au 15 décembre, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et sur attestation individuelle à remplir à chaque sortie pour :

  • Les déplacements entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité professionnelle ou les universités (ou établissements d'enseignement supérieur) pour les étudiants ou les centres de formation pour adultes et les déplacements professionnels ne pouvant être différés.

 

  • Les déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l'activité professionnelle, des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées (liste sur gouvernement.fr) et les livraisons à domicile.
  • Les consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés et l'achat de médicaments.
  • Les déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables et précaires ou la garde d'enfants.
  • Les déplacements des personnes en situation de handicap et leur accompagnant.

"Le pic des nouvelles contaminations et des hospitalisations de la seconde vague a été franchi"

  • Les déplacements brefs, dans la limite de 3 heures quotidiennes et dans un rayon maximal de 20 kilomètres autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Les convocations judiciaires ou administratives et rendez-vous dans un service public (Pôle Emploi, CAF, mairie, préfecture...).
  • La participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative (maraudes, aide alimentaire).
  • Des attestations permanentes sont nécessaires pour les déplacements domicile travail et pour amener les enfants à l'école.

Une amende forfaitaire de 135 euros sera appliquée en cas de non-respect du confinement. Elle pourra aller jusqu'à 3 750 euros en cas de récidive.

Bilan quotidien : les derniers chiffres de l'épidémie en France

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement au jeudi 3 décembre 2020, en France : 

• 2 257 331 personnes ont été contaminées par le coronavirus (+12 696 en 24 heures)

• 54 140 personnes sont décédées en France (+324 en 24 heures à l'hôpital)

• 3 425 patients Covid-19 sont en réanimation (-63 en 24 heures).

• 26 703 patients Covid-19 sont hospitalisés (-310 en 24 heures).

 

 

Quelle évolution de l'épidémie en France ?

"Les mesures de freinage que nous avons prises ont permis de ralentir nettement la circulation du virus. Alors que nous comptions près de 45 000 nouveaux cas par jour début novembre, nous sommes redescendus, en moyenne sur les 7 derniers jours, à 17 000 cas par jour" a indiqué Jean Castex lors de la conférence de presse jeudi 26 novembre. Dans son dernier bilan épidémiologique du 26 novembre, Santé Publique France confirme que "les indicateurs de suivi de l'épidémie montrent une diminution importante de la circulation du Sars-CoV-2 en France" même si les indicateurs se maintiennent à un niveau élevé. La diminution se confirme au niveau hospitalier (nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation). "Le pic des nouvelles contaminations et des hospitalisations de la seconde vague a été franchi" informe l'agence. Par contre, le nombre de nouveaux décès liés à la COVID-19 reste très élevé en semaine 47 (16-22 nov), et plus de 53 000 décès survenus en milieu hospitalier et ESMS ont maintenant été rapportés depuis le début de l'épidémie en France.

→ L'indicateur utilisé pour suivre l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France est le taux d'incidence soit le nombre de patients ayant un test PCR positif pour 100 000 habitants par semaine sur les 7 derniers jours. Au 3 décembre, ce taux a baissé à 96. Plus aucun département ne se trouve au dessus du seuil d'alerte à cette date.

courbe cas covid
Evolution constatée et prévisionnelle du nombre de cas de Covid-19 confirmés par jour en France présentée le 26 novembre par Jean Castex © Twitter Jean Castex

Le gouvernement suit également l'évolution du taux d'occupation des lits en réanimation par des patients Covid-19 (sur les capacités initiales).

Taux d'occupation des lits en réanimation en France au 2 décembre
Taux d'occupation des lits en réanimation en France au 2 décembre © Gouvernement.fr

Combien de cas de coronavirus en France ? 

Jeudi 3 décembre, Santé publique France rapporte un total de 2 257 331 confirmés de coronavirus depuis le début de la pandémie. Le pic épidémique de la première vague a été observé la semaine du 6 au 12 avril, soit 15 jours après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Le pic de la deuxième vague est passé, indique Emmanuel Macron le 24 novembre dans son allocution télévisée, trois semaines après le reconfinement, soit du 16 au 20 novembre

Nombre incident de cas confirmés de Covid-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 11 mai au 22 novembre 2020 (données au 25 novembre 2020)

cas confirmé covid
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 11 mai au 22 novembre 2020 (données au 25 novembre 2020), France entière © Santé Publique France

Nombre de cas confirmés de COVID-19 chez les résidents et le personnel en ESMS (établissements sociaux et médico-sociaux) par semaine calendaire, du 20 juillet au 15 novembre, en France

Nombre de cas confirmés de COVID-19 chez les résidents et le personnel en ESMS par semaine calendaire, du 20 juillet au 22 novembre 2020, en France
Nombre de cas confirmés de COVID-19 chez les résidents et le personnel en ESMS par semaine calendaire, du 20 juillet au 22 novembre 2020, en France © Santé Publique France

Combien de cas en plus en 24 heures ?

Avec la reprise de l'épidémie de coronavirus constatée en octobre, le suivi du nombre supplémentaire de nouveaux cas de Covid-19 est un indicateur important. Au 3 décembre, 12 696 nouvelles personnes ont reçu un test positif au Covid-19 sur les dernières 24 heures. L'objectif du Président de la République de tomber à 5 000 nouveaux cas positifs en 24 heures d'ici le 15 décembre pour pouvoir déconfiner la France a été atteint une première fois lundi 30 novembre. Les prochains jours seront décisifs si le bilan se maintient ou poursuit sa baisse.

Combien de personnes sont en réanimation ?

"Nous avons franchi le pic hospitalier la semaine dernière, a déclaré Olivier Véran le 26 novembre. La charge hospitalière et en réanimation a commencé à se réduire. (...) On peut dire que ça va mieux mais l'épidémie n'est pas derrière nous, la seconde vague n'est pas terminée." La diminution des déclarations de nouvelles admissions en réanimation observée à partir du 9 novembre se poursuit dans toutes les régions de France, confirme Santé Publique France le 26 novembre. Mercredi 3 décembre, 3 425 personnes sont hospitalisées en réanimation (-63 en 24 heures) et la diminution se poursuit. Le plan blanc est réactivé sur tout le territoire national depuis le 29 octobre. Le temps de doublement du nombre hebdomadaire d'admissions en réanimation est de 30 jours.

courbe réanimation covid-19
Nombre hebdomadaire de patients COVID-19 admis en service de réanimation pendant leur hospitalisation, par semaine d’admission en réanimation, depuis le 24 février 2020, France, données au 24 novembre 2020 © Santé Publique France

Les plus forts taux d'admissions en réanimation sont rapportés en Auvergne-Rhône-Alpes, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en Bourgogne-Franche-Comté, en Hauts-de-France et en Île-de-France.

Profil des personnes admises en ce moment en réanimation : 72% sont des hommes, l'âge médian est de 68 ans. 88% des patients présentent au moins une comorbidité. L'âge médian des personnes décédées est de 75 ans.

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l'Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l'évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l'hôpital du Covid-19 par région au 3 décembre (source : Santé publique France)

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 5 337 -95

719

+4 11 054
Grand Est 2 453 +55 286 +12 4 894
Auvergne-Rhône-Alpes 5 264 +53 614 -12 5 464
Hauts-de-France 2 655 +24 357 +8 3 634
Bourgogne-Franche-Comté 1 718 -4 221 -3

1 997

Provence-Alpes-Côte d'Azur 2 523 +12 373 +5 2 875
Occitanie 1 568 +9 253 +4 1 749
Bretagne 538 +4 69 NC 569
Nouvelle-Aquitaine 1 349 +5 170 +4 1 311
Normandie 1 169 -17 100 -2 1 198
Centre Val-de-Loire 900 +5 119 +1 1 061
Pays de la Loire 950 -4 98 +2 1 026
Corse 38 +1 6 -1 112
Martinique 32 NC 8 NC 41
Guadeloupe 95 -1 9 +1 164
La Réunion 62 NC 9 +1 50
Guyane 15 +1 1 NC 66
Mayotte 9 -3 3 -1 35
TOTAL 26 703 +196 3 425 +24

37 326

Combien de morts du Covid-19 en France ?

Si les nouveaux cas de coronavirus baisse en France, le nombre de nouveaux décès reste très élevé, souligne Santé Publique France dans son point du 26 novembre. Jeudi 3 décembre, 54 140 personnes sont décédées du coronavirus depuis le début de l'épidémie (+324 en 24h à l'hôpital). 93% ont 65 ans ou plus, 55% sont des hommes. La France a franchi la barre des 40 000 morts samedi 7 novembre et celle des 50 000 le 24 novembre. Au niveau national, le nombre hebdomadaire de décès a diminué de 24% en semaine 47 (16-22 novembre) par rapport à la semaine précédente. Cette diminution fait suite à plusieurs semaines d'augmentation

Les plus forts taux de décès de patients Covid-19 par région rapportés à la population (/100 000 habitants) sur la semaine du 16 au 22 novembre sont observés en Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loir

Nombre hebdomadaire de nouveaux décès à l'hôpital de patients COVID-19 par semaine de décès, depuis le 19 mars 2020, France, données au 22 novembre 2020

courbe décès covid-19 france
Nombre hebdomadaire de décès à l’hôpital de patients COVID-19 par semaine de décès, depuis le 19 mars 2020, France, données au 24 novembre 2020 © Santé Publique France

Carte de l'épidémie en temps réel

Quels sont les régions et départements les plus touchés ?

Globalement, les régions les plus touchées par l'épidémie de Covid-19, au 22 novembre sont l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. A celles-ci s'ajoute le Grand Est pour le taux d'hospitalisations les plus élevés. 

Au 2 décembre, 100 départements ont un nombre de cas de Covid-19 au-dessus du seuil d'alerte de 50/100 000 habitants et sont en niveau de vulnérabilité "élevé". 

Niveau de vulnérabilité par département et évolution, France, au 2 décembre 2020

Niveau de vulnérabilité par département et évolution, France, au 2 décembre 2020 © Santé Publique France © Santé Publique France © Santé Publique France

 

Combien de clusters en France ?

Au 1er décembre, Santé Publique France rapporte 3 240 clusters en cours d'investigation dont 1 422 en Ehpad. 

Quel est le taux de reproduction du virus en France ? 

Les taux de reproduction du virus appelés "R-effectifs" ou "Reff" permettent de décrire la dynamique de l'épidémie : lorsque le Reff est significativement supérieur à 1, ceci signifie que l'épidémie est en progression, lorsqu'il est égal à 1, l'épidémie se stabilise, lorsqu'il est significativement inférieur à 1, l'épidémie régresse. Au 2 décembre, le R effectif est toujours en baisse à 0.56. Comment ce nombre est-il calculé ? 

Où se faire dépister du Covid-19 ?

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques. Au 2 décembre, le taux de positivité est en baisse et s'établit à 13%. Le taux national d'incidence des cas confirmés par RT-PCR (nombre de nouveaux cas rapporté à la population) était de 151 cas/100 000 habitants en semaine 47 (16-22 novembre) et en forte diminution par rapport au taux consolidé de la semaine précédente, indique Santé Publique France le 26 novembre. 590 laboratoires testent par PCR les Français sur l'ensemble du territoire et sont soutenus par les pharmacies (pour les tests antigéniques). 

Protocole sanitaire : gestes barrières, masques...

Comme il n'y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s'en protéger est l'application de gestes barrières : mesures d'hygiène, réduction des contacts (salut sans embrassade et sans serrer les mains, maintien de la distance physique, regroupements à éviter), port approprié du masque (bouche et nez couverts), aération des endroits clos. Les personnes contacts de cas confirmés doivent respecter les périodes d'isolement. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Symptômes : dans quel ordre apparaissent-ils, que faire ?

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l'infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées...), l'odorat, le goût et même le cerveau. "Sur 100 personnes atteintes du coronavirus, 90 ne vont pas développer de symptômes" a informé le ministre de la Santé le 5 novembre.

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : évitez les contacts, restez à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appelez un médecin pour prendre rendez-vous dans l'éventualité qu'il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : "Si cette toux et cette fièvre s'accompagnent d'une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d'une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d'une pneumopathie. Il s'agit alors d'une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d'urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation", prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  
DATES CLÉS DE L'ÉPIDÉMIE EN FRANCE
  • 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un "nouveau type de coronavirus".
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d'une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l'Organisation mondiale de la Santé décrète l'urgence de santé mondiale. Cette mesure n'avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d'organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l'épidémie.
  • 11 mars, l'OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre".
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l'épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l'Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu'au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  •  15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l'état d'urgence sanitaire prend fin en France.
  •  20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 8 octobre, le plan blanc est réactivé dans les hôpitaux d'Ile-de-France.
  • 17 octobre à 0h01, la France repasse en état d'urgence sanitaire et un couvre-feu est instauré dans 9 territoires (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 24 octobre à 0h01 : extension des mesures de couvre-feu à 38 nouveaux départements français.
  • 29 octobre à 0h01 : reconfinement national pour 4 semaines, jusqu'au 1er décembre au minimum.
  • 28 novembre : première étape d'allègement du confinement avec la réouverture des commerces non essentiels.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès

Gestion de l'épidémie