Péricardite : symptômes, Covid, quels traitements ?

"Péricardite : symptômes, Covid, quels traitements ?"

Une étude française confirme l'existence d'un risque "peu fréquent" de péricardite dans les 7 jours suivant une vaccination contre la Covid avec un vaccin ARN particulièrement chez les 12-29 ans. Ce risque est plus élevé avec le vaccin de Moderna. Définition, symptômes, douleur, traitements : tout savoir sur la péricardite.

[Mise à jour le 9 novembre 2021 à 12h15] Depuis juillet 2021, les péricardites (et myocardites) sont considérées comme un effet indésirable pouvant survenir "rarement" suite à une vaccination contre le Covid avec Comirnaty (Pfizer) ou Spikevax (Moderna). De premières analyses menées dans des pays nordiques et aux Etats-Unis suggèrent que chez les hommes jeunes, le risque serait plus élevé après Spikevax, qu'après vaccination par Comirnaty. En France, une étude dont les résultats ont été publiés le 8 novembre par l'ANSM confirme l'existence d'un risque "peu fréquent" de myocardite et péricardite dans les 7 jours suivant une vaccination contre la Covid-19 avec un vaccin ARN comme Comirnaty et Spikevax chez les personnes âgées de 12 à 50 ans, particulièrement chez les jeunes de 12 à 29 ans. "Ce risque est plus élevé avec le vaccin Spikevax. Cette étude confirme également l'évolution clinique favorable des cas de myocardite et péricardite suite à la vaccination. Aucun décès n'a été rapporté parmi les personnes hospitalisées pour une myocardite ou une péricardite suite à la vaccination." Le 8 novembre, la HAS a décidé de réserver le vaccin Moderna en primo-vaccination et en rappel aux Français de plus de 30 ans. C'est quoi une péricardite ? Quels symptômes doivent alerter ? Quels traitements ? 

Quels risques de péricardite avec les vaccins du Covid ?

Depuis juillet 2021, les péricardites (et myocardites) sont considérées comme un effet indésirable pouvant survenir "rarement" suite à une vaccination contre le Covid avec Comirnaty (Pfizer) ou Spikevax (Moderna). De premières analyses menées dans des pays nordiques et aux Etats-Unis suggèrent que chez les hommes jeunes, le risque serait plus élevé après Spikevax, qu'après vaccination par Comirnaty. En France, une étude dont les résultats ont été publiés le 8 novembre par l'ANSM confirme l'existence d'un risque "peu fréquent" de myocardite et péricardite dans les 7 jours suivant une vaccination contre la Covid-19 avec un vaccin ARN comme Comirnaty et Spikevax chez les personnes âgées de 12 à 50 ans, particulièrement chez les jeunes de 12 à 29 ans. "Ce risque est plus élevé avec le vaccin Spikevax. Cette étude confirme également l'évolution clinique favorable des cas de myocardite et péricardite suite à la vaccination. Aucun décès n'a été rapporté parmi les personnes hospitalisées pour une myocardite ou une péricardite suite à la vaccination." 

C'est quoi une péricardite ?

La péricardite est une inflammation du péricarde, la membrane qui enveloppe le cœur et qui se compose de deux feuillets (péricarde fibreux et péricarde séreux (composé d'un feuillet pariétal et un feuillet viscéral)) qui délimitent en son sein une cavité habituellement vide. Un liquide lubrifiant se trouve entre les deux feuillets, leur permettant de glisser l'un sur l'autre sans frottement. Toutefois, l'inflammation du péricarde cause de l'irritation, de la tuméfaction (enflure) et de la douleur. La cavité peut être remplie de liquide, on parle de péricardite avec épanchement, en opposition à la péricardite sèche quand il n'y a pas de liquide e n'est pas le cas. Certains types de péricardite peuvent survenir d'un coup et durer peu de temps (péricardite aiguë) alors que d'autres progressent lentement et durent longtemps (chronique). Très souvent sa cause demeure inconnue. On parle alors de péricardite idiopathique, mais celle-ci résulte souvent d'une infection causée par un virus.

Péricardite avec épanchement de liquide

péricardite
© 123RF- Roberto Biasini

Quelles sont les causes ?

La péricardite aiguë peut être due à une infection, virale le plus souvent, ou bactérienne. Dans certains cas, elle apparaît dans le cadre de l'évolution d'un cancer, ou elle peut être la conséquence d'un infarctus, ou d'une maladie comme la tuberculose par exemple. On parle de péricardite chronique quand elle dure plus de 3 mois et exerce une résistance à la bonne activité du cœur, d'où son appellation de péricardite constrictive.

Quels sont les symptômes ?

Suite aux cas de péricardite constatés (très rarement) chez des personnes vaccinées contre le Covid, l'ANSM a recommandé à toute personne présentant des symptômes tels qu'un essoufflement (dyspnée), des douleurs dans la poitrine, des palpitations (battements cardiaques forts,) ou un rythme cardiaque irrégulier de consulter rapidement un médecin.

A quoi ressemble la douleur ?

Dans la péricardite aiguë, des douleurs thoraciques violentes et subites survenant habituellement au repos sont présentes, à type de brûlure ou de sensation de serrement. Ces douleurs sont typiquement augmentées en position debout et soulagées par la position penchée en avant, lors d'une grande inspiration et lors de la toux. La douleur irradie le trapèze gauche. Parfois la douleur peut être plus discrète. Dans le cas où l'origine de la péricardite est infectieuse, de la fièvre est fréquemment présente. En ce qui concerne la péricardite chronique constrictive, les signes cliniques sont ceux de la répercussion qu'elle engendre sur l'activité du cœur, et sont ceux de l'insuffisance cardiaque

Comment confirmer le diagnostic ?

Des signes de péricardite peuvent être décelés à partir d'un simple examen clinique, notamment lors de l'auscultation du cœur à l'aide d'un stéthoscope. Un bruit très particulier de frottement pourra alors alerter le médecin, qui procédera à un électrocardiogramme pouvant montrer des signes spécifiques. Une radiographie thoracique peut être utile, mais c'est l'échographie cardiaque qui affirme le diagnostic de péricardite, qu'elle soit aiguë ou chronique. En cas de péricardite aiguë, une analyse de sang permet d'en suspecter la cause. "La péricardite est une inflammation rare qui représente 2 % des hospitalisations en cardiologie. Le plus souvent douloureuse, même si elle n'est pas grave en soi, elle doit tout de même être prise au sérieux" indique le Dr Claire Lewandowski, médecin spécialisée en médecine générale.

Quels sont les traitements ?

La péricardite peut être d'origine virale ou infectieuse. Dans ce cas il s'agit d'une infection bénigne qui se résorbe naturellement et sans séquelle, la plupart du temps après plusieurs semaines de repos, associées à la prise d'anti-inflammatoires comme par exemple de l'acide acétylsalicylique. D'autres formes plus sérieuses de péricardite nécessitent parfois une intervention chirurgicale en urgence, notamment en cas de péricardite avec un épanchement purulent. Si un cancer ou une autre maladie identifiée est en cause, leur traitement est indispensable.

Plus rarement, le péricarde peut être atteint par une inflammation chronique qui peut provoquer une accumulation de liquide ou un épaississement du péricarde, surtout en cas de tuberculose, d'intervention chirurgicale sur le cœur ou après une radiothérapie. Il se calcifie alors et comprime progressivement le cœur. Cette péricardite dite "constrictive" nécessite parfois une intervention chirurgicale avec un retrait du péricarde.

Peut-on faire du sport ?

La péricardite contre-indique le sport pendant plusieurs semaines puisqu'elle nécessite du repos.

La péricardite est-elle mortelle ?

La péricardite peut être mortelle dans les cas où elle se complique d'une tamponnade cardiaque (à cause d'une quantité excessive de liquide) ou d'une infection généralisée (sepsis). Elle peut aussi mettre en jeu le pronostic vital chez les personnes souffrant d'une maladie cardiaque ou d'un mauvais état de santé.

Cardiologie-Circulation