Rhinopharyngite (rhume) : symptômes, durée, contagion, traitements

La rhinopharyngite, communément appelée "rhume", est une des pathologies les plus fréquentes, surtout chez l'enfant. C'est une affection virale qui correspond à une inflammation de l'étage supérieur du pharynx. Symptômes, durée, contagion, traitements naturels... Le Dr Jacques Amselem, médecin généraliste fait le point.

Définition

La rhinopharyngite est une maladie aiguë et bénigne, très fréquente chez l'enfant, mais pouvant également toucher l'adulte. Elle se caractérise par l'inflammation des muqueuses du pharynx supérieur, appelé rhinopharynx ou nasopharynx, un conduit qui s'étend entre le palais buccal et les fosses nasales. La rhinopharyngite est virale, elle est toujours provoquée par un virus, comme le rhinovirus, le coronavirus ou le virus respiratoire syncytial par exemple. L'immunité procurée par l'infection est de courte durée cependant voire inexistante, d'où la fréquence des récidives. 

Rhinopharyngite de l'enfant

La rhinopharyngite est la principale maladie pour laquelle un médecin est consulté pour des enfants. Elle représente environ 18,6% des diagnostics, ce qui la positionne devant l'angine (10,2%), la bronchite aiguë (7,5%), ou encore l'otite (6,8%). 

Rhinopharyngite de l'adulte

La rhinopharyngite, qui désigne en fait un banal rhume, est une affection très fréquente. On estime ainsi que chaque adulte a en moyenne environ quatre épisodes infectieux des voies aériennes supérieures par an. Le point sur cette maladie plus gênante que grave.

Rhinopharyngite à répétition

La rhinopharyngite est une inflammation très répandue des muqueuses du nez et du pharynx. Elle est dite à répétition, ou chronique, lorsqu'elle est amenée à se répéter souvent et dans ce cas, elle est souvent liée à une allergie, aux acariens ou aux poils d'animaux par exemple. Elle peut également être saisonnière et consécutive à une allergie aux pollens, au colza. Elle se manifeste habituellement par une obstruction nasale, des écoulements de sécrétions claires et des éternuements fréquents.

Contagion

Comme le décrit le Dr Jacques Amselem, médecin généraliste en Seine-et-Marne, "la rhinopharyngite se transmet par un contact direct entre deux personnes (des postillons, un baiser, des mains sales ou même en parlant). Elle peut également se transmettre par un contact indirect" via des objets souillés par la salive comme le linge de toilette, des jouets, des couverts, etc.

Durée d'incubation

La période d'incubation dure généralement entre 1 et 7 jours.

Symptômes et durée du rhume

Une rhinopharyngite démarre généralement par une augmentation de la température accompagnée d'éternuements et d'un écoulement nasal qui peut être purulent ,et alterner avec une obstruction nasale donnant une sensation de nez bouché. L'écoulement est translucide au début puis devient progressivement plus épais en s'infectant. Peuvent ensuite apparaître des épisodes de toux, des vomissements ou une diarrhée. La rhinopharyngite est le plus souvent bénigne. Elle dure en général entre 7 et 10 jours.

Causes

Les principaux responsables des rhinopharyngites sont les virus : on recense ainsi plus de 200 virus capables de provoquer une rhinopharyngite. De la naissance à l'âge de 2 ans environ, les enfants sont plus touchés par les rhinopharyngites. Un terrain allergique, une carence en fer, le tabagisme passif, un reflux gastro-oesophagien, la vie en collectivité et la période de l'hiver sont des facteurs favorisant l'apparition des rhino-pharyngites.

Diagnostic

Le diagnostic de la rhinopharyngite est aisément établi par l'interrogatoire et la présence des symptômes cités ci-dessus. Un examen clinique sera néanmoins pratiqué pour éliminer une autre origine infectieuse, angine ou sinusite par exemple, ou pour rechercher des signes de complications, comme une otite. Aucun examen complémentaire n'est nécessaire. 

Quand consulter

"La rhinopharyngite de l'enfant guérit généralement en moins de 10 jours", souligne le Dr Amselem. Plusieurs cas doivent pousser à une consultation : si le bébé a moins de trois mois et de la fièvre, une fièvre supérieure à 40°C, s'il somnole, s'il souffre d'une gêne respiratoire. Une consultation est également recommandée en cas de maux de tête violents, de vomissements, de tâches violacées sur la peau, de pleurs inexpliqués, d'une importante diarrhée. Chez un enfant souffrant d'une rhinopharyngite, il convient de consulter un médecin si une fièvre apparaît après trois jours d'évolution, si les symptômes ne s'améliorent pas après 10 jours ou si d'autres signes apparaissent (douleurs au niveau de l'oreille, conjonctivite, troubles digestifs, changements de comportement, etc).

Traitements

La rhinopharyngite se traite par l'utilisation de paracétamol qui a une action sur les symptômes douloureux et la fièvre. Chez l'enfant, le lavage des fosses nasales avec un sérum physiologique, plusieurs fois par jour est indispensable. Le dossier du lit peut être surélevé de quelques centimètres en plaçant un coussin sous le matelas pour faciliter l'écoulement des sécrétions par les narines et non pas dans la gorge. Il est également indispensable de se laver les mains avant de toucher l'enfant et de ne pas fumer. Des gouttes décongestionnantes peuvent être prescrites, il faut toujours demander un avis médical avant de les administrer à l'enfant. Il faut aussi respecter les contre-indications des décongestionnants nasaux (à risque quel que soit l'âge), les associations à éviter et être attentif aux effets secondaires. Les décongestionnants nasaux peuvent contenir des molécules (pseudo-éphédrine, phényléphrine) à risque pour le coeur et sont ainsi sous la surveillance des autorités sanitaires françaises. Chez l'adulte, mêmes conseils que chez le plus petit. 

Les antibiotiques ne sont pas nécessaires en l'absence de complication. La prescription d'antibiotiques n'est envisagée que dans certaines circonstances, notamment lors de l'apparition de complications, comme une otite, une sinusite ou une bronchite par exemple. Il faut avant tout traiter la fièvre et hydrater l'enfant en le faisant boire. 

Traitements naturels

Plusieurs solutions naturelles peuvent aider à soigner un rhume. Il est déjà recommandé de boire beaucoup afin de conserver une bonne hydratation (eau, tisane, bouillon, etc). Pour liquéfier les sécrétions des voies respiratoires, essayez aussi de conserver une température ambiante modérée (19/20 degrés au maximum) et de garder un air suffisamment humide. Si nécessaire, vous pouvez utiliser un humidificateur d'air. Des inhalations humides avec certaines huiles essentielles (eucalyptus radiata (anti-infectieux, antiviral, anti-inflammatoires, expectorante et décongestionnante)) peuvent dégager un nez bouché. Les huiles peuvent aussi être utilisées en massage sur la peau au niveau de la poitrine (eucalyptus radiata, menthe des champs, sapin baumier (régule la sécrétion du mucus et apaise les muqueuses respiratoires), huile végétale de nigelle (bronchodilatatrice)). Attention, elles sont contre-indiquées chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, les asthmatiques ou ceux qui ont déjà souffert d'épilepsie. Pour trouver l'huile essentielle adaptée, demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien. Il existe enfin des traitements homéopathiques pour soulager les symptômes du rhume.

Merci au Dr Jacques Amselem, médecin généraliste.

Rhinopharyngite (rhume) : symptômes, durée, contagion, traitements
Rhinopharyngite (rhume) : symptômes, durée, contagion, traitements

Sommaire Définition • Rhinopharyngite de l'enfant • Rhinopharyngite de l'adulte • Rhinopharyngite à répétition Contagion Durée d'incubation Symptômes et durée Causes Diagnostic Quand consulter Traitements...

Autour du même sujet