Pilule contraceptive : nom, type, efficacité, prix, ordonnance

Chargement de votre vidéo
"Pilule contraceptive : nom, type, efficacité, prix, ordonnance"

La pilule est le moyen de contraception le plus utilisé en France. C'est une contraception hormonale qui empêche la libération d'ovules par les ovaires. Il en existe de plusieurs générations. Quelles différences ? Contre-indications ? Comment la prendre ? Que faire en cas d'oubli ? Quelle génération choisir ? Liste et guide.

Définition : qu'est-ce que la pilule contraceptive ?

La plupart des pilules associent deux types d'hormones, identiques à celles produites par la femme : l'œstrogène et la progestérone, hormones participant au cycle de la femme. Les différentes marques de pilules contiennent des quantités différentes d'œstrogènes et de progestatifs. "Il existe des pilules œstro-progestatives, qui contiennent de faibles doses d'œstrogène et de progestatif, et des pilules progestatives, qui contiennent uniquement des progestatifs", détaille le Dr Philippe Mironneau, gynécologue et obstétricien à Dijon. La pilule est prescrite par un médecin ou un gynécologue, sauf dans certaines situations, lors d'une contraception d'urgence par exemple.

Indications : quand prendre la pilule ?

La pilule contraceptive est entièrement gratuite pour les mineures de 15 à 18 ans. Dans ce cas, la prescription est confidentielle et protégée par le secret professionnel. Il n'y a pas d'âge pour prendre la pilule, elle doit être évoquée avec sa fille quand la vie sexuelle débute. De plus, il faut attendre que les règles arrivent pour commencer à la prendre.

Quel est le mode d'action de la pilule ?

La pilule remplace le cycle naturel de la femme par un cycle artificiel. "Les ovaires cessent de libérer des ovules, rendant impossible l'ovulation et la grossesse. La glaire cervicale s'épaissit, barrant la route aux spermatozoïdes", explique le Dr Mironneau. La muqueuse utérine s'amincit, devient incomplète, rendant difficile la fixation de l'œuf fécondé à la paroi de l'utérus. La pilule ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

Quel est le nom des pilules ?

Noms des pilules
1ère génération : Triella
2e génération : Adepal, Amarance Ge, Daily Ge, Evanecia Ge, Evepar, Leeloo Ge, Lovapharm, Ludéal Ge, Microval, Minidril, Optidril, Optilova, Pacilia Ge, Seasonique, Stediril, Trinordiol, Zikiale Ge
3e génération : Antigone, Carlin, Cerazette, Cilest, Clareal Ge, Cycleane, Desobel Ge, Desopop, Diamilla, Efezial, Effiprev, Felixita, Harmonet, Holgyeme, Meliane, Melodia, Mercilion, Minerva, Minesse, Minulet, Moneva, Optinesse, Perleane, Phaeva, Sylviane, Triafemi, Tricilest, Triminulet, Varnoline, 
4e génération : Belanette, Belara, Convuline, Drospibel, Jasmine, Jasminelle, Qlaira,Rimendia, Yaz, Zoely

Quel est son taux d'efficacité ?

"Si elle est utilisée parfaitement, la pilule contraceptive est efficace à plus de 99,7%", précise le spécialiste. Mais, différents facteurs peuvent diminuer cette efficacité : les oublis, les vomissements, la diarrhée ou les interactions avec certains médicaments. Au moindre doute, pour éviter une grossesse non désirée, il est impératif d'utiliser un préservatif.

Liste : quels sont les différents types de pilules ?

• Pilule oestro-progestative ou combinée

La pilule œstro-progestative est une des méthodes le plus souvent proposées aux femmes ne présentant pas de facteur de risque à son utilisation. Son efficacité approche 99% à condition de la prendre régulièrement et correctement. "Aussi appelée pilule combinée, elle continent deux hormone qui sont : un œstrogène (souvent l'éthinylestradiol) et un progestatif. Lui ne sera pas toujours le même en fonction des pilules", précise le gynécologue. La pilule œstro-progestative est contre-indiquée en cas de maladies cardiovasculaires, de diabète accompagné de complications (rétinopathie, néphropathie, neuropathie...), d'obésité, d'hypertension artérielle sévère, de maux de tête ou de migraines accompagnés de symptômes neurologiques, de cancer du sein, de l'endomètre ou du col connu ou soupçonné, de saignements vaginaux inexpliqués ou de maladie hépatiques. Elle ne doit pas être prise non plus en cas de tabagisme chez les femmes de plus de 35 ans, de dyslipidémie, d'hypercholestérolémie et de grossesse.

Pilule progestative ou micro-progestative

La progestérone est la seule hormone utilisée dans la pilule micro-progestative. Cette dernière est surtout utilisée pour son effet contraceptif lorsque la pilule œstro-progestative est contre-indiquée, mais également parfois en première intention. La prise d'une pilule micro-progestative doit être très rigoureuse, et doit se faire tous les jours à la même heure, et ceci même pendant les règles. Le retard d'une prise ne doit pas, dans la très grande majorité des situations, dépasser 3 heures.

Quelles différences entre les générations ?

Selon le progestatif utilisé, la plupart des pilules ont été divisés en plusieurs classes ou "générations", Il existe différentes générations de pilules qui sont commercialisées en France selon la nature du ou des progestatifs qu'elles contiennent. Le terme "génération" fait référence à l'évolution de la composition des pilules contraceptives et à leur dosage en œstrogènes et progestatifs dans le temps. Les effets secondaires et les risques pour la santé varient en fonction des générations de la pilule.

Comment prendre la pilule ?

Les plaquettes des pilules ont 21 ou 28 comprimés. Pour les plaquettes avec 21 comprimés, il est prévu que 7 jours d'arrêt soit respectés entre les deux plaquettes. C'est pendant cet arrêt que les règles arrivent, souvent vers le 3e jour d'arrêt. Après 7 jours d'arrêt, il est impératif de débuter une nouvelle plaquette le 8e jour.

Cas particulier : les pilules en continu. Pour les plaquettes avec 28 comprimés, elles se prennent sans interruption. Dans certains cas, les derniers comprimés ne seront pas de la même couleur et les règles arriveront à ce moment là. La première fois que l'on prend la pilule, il faut la commencer le premier jour des règles.

Que faire en cas d'oubli ?

En cas d'oubli, la marche à suivre dépend du type de pilule. La prise d'une pilule micro-progestative doit être très rigoureuse, et se faire tous les jours à la même heure, et ceci même pendant les règles. Le retard d'une prise ne doit pas, dans la très grande majorité des situations, dépasser 3 heures.  

Pilule du lendemain

En cas d'oubli de pilule et de rapport non protégé, une grossesse peut être évitée en prenant la pilule du lendemain, aussi appelée pilule d'urgence. Cette pilule du lendemain est fortement dosée en progestérone. 

Quels sont les effets de la pilule ?

Les effets indésirables suivants sont communs à l'ensemble des contraceptifs oraux oestro-progestatifs (1er, 2ème et 3ème génération) et dépendent de chaque femme : acné, prise de poids, nausées, jambes lourdes, baisse de libido, mastodynies (douleur mammaire uni ou bilatérale), dysménorrhée (difficulté de l'écoulement des règles), aménorrhée, saignements (méno-métrorragies et spottings). Les pilules progestatives peuvent provoquer des aménorrhées, des spottings (saignements en dehors des règles) et un mauvais contrôle du cycle. Attention, les effets secondaires peuvent être propres à une marque de pilule : il est nécessaire dans ce cas d'en parler à son médecin. Celui ci pourra proposer une autre marque de pilule contenant des dosages différents ou un changement de méthode contraceptive.

Pilule et règles

La pilule combinée fait disparaître l'ovulation. Les saignements sont moins intenses et moins douloureux. Quand aucune pause n'est faite pendant la prise de la pilule, les règles n'arrivent pas. Avec la pilule, l'ovulation n'est pas supprimée donc les règles surviennent régulièrement, environ toutes les quatre semaines.

Pilule et ovulation

Une femme qui prend une pilule, notamment une pilule combinée, n'ovule pas et n'a pas de vrai cycle menstruel. Les pilules micro progestatifs prises en continue ( non séquentielles) n'empêchent pas toujours l'ovulation

Grossesse et pilule

Pilule et tabac

Arrêter la pilule

Délivrance et renouvellement : que sur ordonnance ?

Les pilules contraceptives ne sont disponibles que sur ordonnance, excepté la pilule d'urgence dite "du lendemain". Tous les contraceptifs oraux sont inscrits sur la liste 1, peuvent être délivrés pour une durée de 3 mois, et leur prescription peut avoir une durée de 12 mois. Le pharmacien peut dispenser la pilule pour une durée supplémentaire de 6 mois maximum à condition que :

  • la durée de validité de l'ordonnance soit expirée ;
  • la totalité des contraceptifs prescrits ait été délivrée ;
  • la prescription date de moins d'un an.

L'infirmier(e) peut renouveler les prescriptions de contraceptifs oraux dans les mêmes conditions. Au total la durée du renouvellement pharmacien et/ou infirmier ne peut excéder 6 mois. "En aucun cas un pharmacien ne peut refuser la délivrance d'une contraception au nom de ses convictions morales ou religieuses. Le pharmacien peut rappeler l'existence d'une alternative de prise en charge également anonyme et gratuite dans les centres de planification ou d'éducation familiale2 (CPEF)" rappelle la Haute Autorité de Santé.

Quelles sont les contre-indications ?

Il existe deux types de contraceptifs oraux : progestatifs seuls ou estroprogestatifs.

Progestatifs seuls (lévonorgestrel, désogestrel) : ces pilules présentent l'avantage d'avoir peu de contre-indications absolues : accident thromboembolique veineux évolutif de moins de 6 mois, pathologie hépatique sévère, cancer du sein ou de l'utérus, hémorragie génitale non expliquée. Elles peuvent être utilisées durant l'allaitement. 

Estroprogestatifs : Les pilules de 3e génération contenant du désogestrel ou du gestodène, et de 4e génération contenant de la drospirénone, exposent à un risque accru d'accidents thromboemboliques par rapport aux pilules contenant du lévonorgestrel ; elles ne doivent pas être utilisées en première intention. Les pilules estroprogestatives présentent davantage de contre-indications que les pilules progestatives : accident thromboembolique veineux ou artériel (actuel ou antécédent), hypertension artérielle non contrôlée, diabète avec complications vasculaires, tabagisme après 35 ans, migraines avec aura (quel que soit l'âge), tumeurs estrogéno-dépendantes, tumeurs hépatiques et hépatopathies sévères. Elles ne doivent pas être utilisées en principe durant l'allaitement et sont contre-indiquées durant les 3 premières semaines du post-partum.

La consommation de tabac est déconseillée avec la prise d'un contraceptif hormonal.

Prix et remboursement de la pilule

Le prix n'est pas le même pour toutes les pilules. La Sécurité sociale distingue les pilules de 1ère, 2e et 3e génération. Pour les deux premières, la pilule est remboursée à hauteur de 65 % du tarif de convention de la Sécurité sociale quand elle est prescrite par un médecin pour les femmes de plus de 18 ans (de 15 à 18 ans, elle est 100% prise en charge). Pour les 3e et 4e génération, la plupart ne sont pas remboursées malgré une prescription médicale. A partir du 1er janvier 2022, la pilule sera remboursée à 100% pour les femmes jusqu'à l'âge de 25 ans selon les déclarations d'Olivier Véran le 9 septembre 2021.

Une exception, une liste d'une vingtaine de références. Renseignez vous auprès de votre pharmacien. Généralement, elle coûte entre 2 et 15 euros pour un mois.

Source : Contraception hormonale orale : dispensation en officine. Mis à jour en juillet 2019. HAS

Merci au Dr Philippe Mironneau, gynécologue et obstétricien à Dijon.