Ovule : définition, rôle, anatomie, quelles maladies ?

L'ovule est une cellule reproductrice féminine dont la taille est jusqu'à trois fois plus importante que celle du spermatozoïde. Entre la puberté et la ménopause, une femme va en produire entre 300 et 400, à raison d'un ovule chaque mois (quelque fois deux). Le point avec le Dr Brigitte Letombe, gynécologue.

Ovule : définition, rôle, anatomie, quelles maladies ?
©  Igor Zakharevich - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un ovule ?

Sécrété par l'ensemble des femelles, l'ovule correspond à la cellule sexuelle qui renferme la moitié des chromosomes de la mère, engendrant ainsi la transmission de la moitié du patrimoine génétique de l'embryon. Il est dit "haploïde". "Chez la femme, le processus de production d'ovocytes (nom donné aux ovules avant maturation) commence dès la vie embryonnaire du fœtus, au niveau des ovaires. C'est ce qu'on appelle l'ovogenèse, explique le Dr Brigitte Letombe, gynécologue. Les gamètes se développent ensuite selon une phase de multiplication, de croissance et de maturation". Ensuite, lors de chaque cycle menstruel, de la puberté à la ménopause, près de 600 ovocytes commencent leur croissance. Mais seulement un seul arrivera à être expulsé des ovaires, dans l'une des trompes au moment de l'ovulation (qui se déroule à peu près au 14ème jour du cycle menstruel), les autres s'étant dégradés. Après son expulsion de l'ovaire, la durée de vie de l'ovule est d'environ 12 heures à 24 heures.

Rôle et fonction : à quoi sert un ovule ? 

"Un ovule ou ovocyte est la cellule reproductive de la femme (gamète). Une fois fécondée par un spermatozoïde, elle permet la formation d'un embryon, et déclenche le début d'une grossesse ", rappelle le médecin.  

Anatomie (localisation, combien on en a, forme...)

Les ovocytes sont situés dans les ovaires, entourés par des follicules, sorte de petites enveloppes. Chaque mois, sous l'effet d'hormones sécrétées par l'hypophyse, l'ovaire va libérer de manière alternative un ovocyte, prêt à être fécondé. C'est l'ovulation. L'ovocyte (ou ovule) est la cellule la plus grosse du corps humain. Elle est jusqu'à trois fois plus grosse qu'un spermatozoïde. Il s'agit d'une sphère munie de réserve qui mesure environ 0,1 mm. Le follicule mature, qui est aussi appelé follicule de Graaf et qui contient l'ovocyte mature, affiche un diamètre entre 20 et 25 mm. "Les ovules comment à se former au moment du développement embryonnaire, poursuit notre interlocutrice. Les femmes en ont environ 1 million à la naissance, 300 000 à la puberté et plus que 300 à la ménopause. Entre la puberté et la ménopause, la femme va ainsi produire près de 400 ovocytes qui seront arrivés à maturation. Ces ovocytes seront sélectionnés au sein de la réserve ovarienne, une sorte de stock d'ovules dont chaque femme dispose à sa naissance ".

Ovule fécondé : quels symptômes ? 

Chez l'être humain femelle, l'ovule est expulsé de l'ovaire et descend par l'intermédiaire des trompes de Fallope où il aura une chance d'être fécondé par un spermatozoïde. Parfois, deux ovocytes sont expulsés en même temps, ce qui est à l'origine de certaines grossesses gémellaires. Dès qu'il y a eu fécondation, le cycle menstruel s'arrête et l'équilibre hormonal se modifie. "Les femmes qui utilisent leur courbe de température pour suivre leur cycle peuvent supposer que la fécondation a bien eu lieu si leur température reste au-dessus de 37 °C à la fin du cycle et si elle constate une absence de règles ", précise notre gynécologue. Un test permettra de confirmer la grossesse. "Le plus fréquent consiste en un test urinaire désormais très sensible. Il est inutile de faire un bilan sanguin qui permet de mesurer la quantité d'hormone hCG, détectable à partir du 9ème jour après l'ovulation "

Maladies liées aux ovules

"Le nombre et la qualité des ovules commencent à diminuer dès 30 ans, parfois même avant, et cette diminution s'accélère après 40 ans. Le raccourcissement des cycles peut en être un signe d'une mauvaise qualité de la réserve ovarienne ", poursuit le Dr Letombe.
En cas d'insuffisance ovarienne primaire (appelée ménopause précoce), le nombre d'ovules présents dans les ovaires diminue de manière précoce. "Après une irrégularité, les règles s'espacent et disparaissent par arrêt de la fonction ovarienne ". On peut également constater chez une femme une absence d'ovulation (anovulation) ou un trouble de l'ovulation (dysovulation). Dans ces deux cas, aucun ovocyte fécondable n'est produit. "C'est une cause fréquente d'infertilité féminine, constate le médecin. Ces dysfonctionnements peuvent avoir plusieurs causes comme le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) qui concerne entre 5 % et 10 % des femmes ".

Examens des ovules

En cas de difficultés à tomber enceinte, un problème au niveau de l'ovulation peut être en cause. Pour le savoir, le médecin peut préconiser un bilan hormonal ou test ovarien. "Il faut avant tout déterminer l'existence d'une ovulation grâce à l'établissement d'une courbe de température, avec prise de température le matin avant lever sur au moins 3 cycles ". Si la courbe est plate, cela signifie l'absence d'ovulation. Si elle est biphasique, elle correspond à une ovulation avec un plateau thermique d'environ 13-14 jours juste après l'ovulation. A noter que la méthode de la courbe de température ne donne qu'une analyse approximative du cycle. "Après un avis gynécologique, un bilan hormonal peut être pratiqué au 3ème jour du cycle, complète le Dr Letombe. On pourra alors mesurer les taux de FSH et de AMH pour établir une insuffisance ovarienne, détecter une anomalie hormonale comme une élévation de la prolactine ou diagnostiquer des ovaires polykystiques en cas d'inversion du rapport FSH/LH. En complément, une échographie endovaginale pratiquée en début de cycle permettra de mesurer l'ovaire, d'apprécier la réserve ovarienne par le compte de follicule antraux (CFA) et de repérer des kystes ovariens (endométriomes, kystes fonctionnels) ".

Merci au Dr Brigitte Letombe, Gynécologue médical et obstétrique, à Lille.

Anatomie