Scoliose : quels symptômes, comment la soulager ?

La scoliose est une déviation permanente de la colonne vertébrale. Elle concerne autant les enfants que les adultes, mais survient souvent à l'adolescence. Quels sont ses symptômes ? Comment la soulager et quels sont les mouvements à éviter ? Le point avec Jérôme Madeira, kinésithérapeute.

Scoliose : quels symptômes, comment la soulager ?
© horillaz - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une scoliose ?

La scoliose est une déformation tridimensionnelle du rachis, c'est-à-dire la colonne vertébrale. Elle touche de manière préférentielle le rachis dorso-lombaire mais peut se situer sur le rachis cervico dorsal. Elle peut apparaître à tout âge, mais l'adolescence est une période à risque car c'est durant cette phase qu'elle évoluer de manière rapide durant cette période. Elle se distingue de l'attitude scoliotique qui trouve une origine posturale ou d'inégalité de longueur de membre par exemple. Pour qu'il y ait une scoliose, il faut que la déviation rachidienne soit supérieur à 10°. On retrouve une rotation vertébrale chez environ 2-3% des adolescents. Les filles sont plus atteintes que les garçons avec une évolution de la scoliose plus importante aussi. La plupart du temps, la scoliose est à simple courbure mais des formes à double courbure existent.

Il existe différents types de scolioses :

  • La scoliose idiopathique (la plus fréquente environ 80% des cas )
  • La scoliose congénitale (à la naissance)
  • La scoliose syndromique (d'origine neuro musculaire )
  • La scoliose secondaire (suite à traumatisme ou à un cancer)
  • La scoliose dite "de novo" qui fait suite à une dégénérescence du rachis avec l'âge.

On parle de scoliose lorsque la déviation rachidienne soit supérieur à 10°

Causes d'une scoliose

"La majorité des scolioses sont idiopathiques ce qui veut dire que nous ne connaissons pas avec certitude la cause de la scoliose." explique Jérôme Madeira, kinésithérapeute. Et de poursuivre : "Elle est multifactorielle, rien ne l'explique à 100%. Cependant la recherche semble montrer que la cause principale est d'origine génétique." D'autres recherches indiquent des facteurs biochimique et neurologique centraux par exemple. Le sujet est toujours à discussion. Jérôme Madeira met à mal les idées reçues : "La scoliose n'est en aucun cas causé par une "mauvaise" posture ou par le port de cartable."

Symptômes

La scoliose n'entraîne pas de douleurs rachidiennes particulière. "Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les patients atteints de scolioses n'ont pas plus de douleurs du rachis que la population générale ( pour les cas les plus nombreux)." affirme Jérôme Madeira. Le principal symptôme est la déformation rachidienne plus ou moins visible pouvant entraîner seulement dans les cas les plus extrêmes une perte de capacité vitale respiratoire, des atteintes neurologiques voire des troubles psychologiques. Le plus souvent les parents rapportent lors de la consultation que l'enfant se tient de "travers", avec une asymétrie dans la posture.

Radio d'une scoliose © draw05 - 123RF

Diagnostic

Seul un médecin peut poser le diagnostic. Il réalise en premier lieu un examen clinique afin d'écarter l'attitude scoliotique. Afin de diagnostiquer la scoliose, il cherche principalement à observer une gibbosité (une déformation de la cage thoracique visible par une "bosse" dans le dos) en demandant au patient de se pencher en avant après avoir pris soin d'horizontaliser le bassin (test d'Adam). Il observe le tronc dans sa globalité : courbure physiologique plus ou moins accentuée, équilibre des épaules, équilibre du tronc, inégalité de longueurs de membres inférieurs… Le médecin pourra ensuite demander une radiographie afin d'avoir une image plus précise de la déformation rachidienne et d'adapter le traitement en fonction.

Traitement : comment soulager une scoliose ?

Le traitement des scolioses dépend d'un certains nombres de facteurs comme l'âge osseux, l'amplitude de courbe majeure du rachis, exprimée en degrés et appelée angle de Cobb, l'évolutivité ... La prise en charge dépend de chaque individu. La scoliose est une situation personnelle, le traitement doit s'adapter aux spécificités de chacun. Il existe une palette thérapeutique pour le traitement de la scoliose allant du traitement conservateur (kinésithérapie, corset, etc. ) à la chirurgie. Ces traitements peuvent s'associer à une prise en charge psychologique si cela est nécessaire. "Chaque scoliose est unique car chaque patient est unique, affirme Jérôme Madeira. Cependant plus la scoliose est dépistée tôt plus la prise en charge sera optimale." Et d'ajouter : "La clé d'une prise en charge réussie est un travail commun et de bonne intelligence entre rééducateur, médecin, chirurgien, patient et famille."

Traitement orthopédique : port d'un corset ou pas ? 

L'efficacité du traitement par corset n'est plus à démontrer : il permet dans de nombreux cas permet d'éviter la chirurgie. Cette efficacité dépend de nombreux paramètres.  Le résultat final repose sur la réductibilité en corset : c'est donc l'angulation radiologique en corset qui détermine l'efficacité. Une correction angulaire de plus de 50% en corset est souhaitable. Le corset doit être adapté au patient dans sa forme, son type, son temps de pose, etc. Le traitement par corset est le plus souvent associé à de la kinésithérapie et à une activité physique afin d'augmenter les chances du patients d'éviter la chirurgie et d'avoir le meilleur résultat fonctionnel et esthétique possible.

Kinésithérapie : quels exercices faire et quels mouvements éviter ?

Malheureusement, la kinésithérapie ne permet pas de stopper l'évolution d'une scoliose évolutive mais permet de la réduire. Elle est utile seule (dans les cas les moins à risque) ou en complément d'un corset et après une chirurgie. Il existe un nombre de preuves important montrant l'intérêt de la kinésithérapie spécifique à la scoliose. "Le kinésithérapeute pourra vous montrer des exercices spécifiques à la scoliose, explique Jérôme Madeira En effet, les exercices à réaliser sont très spécifiques à chaque patient et à chaque type de scoliose". Il effectuera régulièrement une réévaluation du patient et des exercices réalisés.

Le rôle du kinésithérapeute ne réside pas uniquement dans la réalisation d'exercices spécifiques, il est le professionnel de santé qui sera le plus souvent vu par l'enfant et la famille. "À ce titre, souligne Jérôme Madeira, il joue souvent un rôle dans le lien entre la famille et le médecin, il surveille aussi que le corset est toujours adapté au patient et il participe à l'acceptation du traitement. Dans tous les cas, il n'y a pas de mauvais mouvement, on ne le répétera jamais assez, souligne Jérôme Madeira. Il précise toutefois que "durant la phase de traitement en corset, il peut y avoir des aménagements à réaliser en terme de mouvements afin d'optimiser son effet."

La chirurgie n'intervient qu'en dernier recours

Opération : la chirurgie de la scoliose

La chirurgie est souvent nécessaire pour les scolioses non idiopathiques et les scolioses idiopathiques très évolutives avec une angulation de plus de 50°. En règle générale, la chirurgie n'intervient qu'en dernier recours dans l'histoire d'une scoliose lorsque tous les traitements ont échoué et que l'aggravation progressive de la déformation devient soit douloureuse soit handicapante sur le plan esthétique.. Lorsque la chirurgie est le dernier recours possible, elle permet une amélioration importante de la déviation rachidienne, une augmentation des capacités respiratoires, une meilleure esthétique et également une amélioration de l'estime de soi. Elle permet, également, à plus long terme, de reprendre une activité normale avec reprise du sport.

L'intervention la plus commune en chirurgie de la scoliose est l'arthrodèse vertébrale, elle consiste à faire fusionner l'ensemble des vertèbres responsables de la déformation vertébrale, en bloquant les articulations entre les vertèbres. Des tiges métalliques vont servir au maintien de la colonne jusqu'à la fusion des vertèbres afin d'améliorer la déviation. Comme toutes les opérations, elle peut présenter des risques même s'ils sont rares : lésion neurologique, infection du site opératoire. Il peut aussi arriver que la greffe ne prenne pas et qu'il faille opérer à nouveau. 

Prévention

Il n'est pas possible de prévenir la scoliose. En effet, elle est idiopathique, c'est à dire que l'on connaît pas son origine dans la majorité des cas. On peut, en revanche, surveiller un peu plus les familles où des scolioses sont fréquentes et consulter son médecin de manière à ce qu'il pose un diagnostic précoce afin que la prise en charge soit faite le plus tôt possible et soit ainsi optimale.

Evolution d'une scoliose

L'évolution de la scoliose dépend de plusieurs facteurs et notamment de l'âge osseux du jeune patient (c'est-à-dire de sa maturation squelettique qui permet d'évaluer pendant combien de temps il va continuer à grandir) ainsi que de l'angulation de la scoliose :

  • En dessous de 20°: il y a 80% de chance qu'elle ne s'aggrave pas mais une surveillance régulière (tous les 6 mois environ) est essentielle.
  • Entre 20 et 30°, tous les scénarios sont possibles : à ce stade en fonction de la maturité osseuse,  le port d'un corset est généralement proposé.
  • Supérieure à 30° : le risque d'évolution est très important d'où l'intérêt de diagnostiquer la scoliose le plus tôt possible pour pouvoir stopper son évolution et éviter la chirurgie
  • A l'âge adulte, si l'angulation de la scoliose est supérieure à 45°,  elle continue d'évoluer de l'ordre de 0,5 à 1° par an.

Scoliose et sport : sports interdits, autorisés, lesquels choisir ?

Le sport est non seulement autorisé mais aussi vivement conseillé : en effet,  les patients réalisant régulièrement de l'activité physique ont une diminution de l'évolution de la scoliose. De plus, le sport réduit le nombre de cas où l'utilisation d'un corset est nécessaire. Souvent le port du corset n'est pas obligatoire durant l'activité physique ce qui permet à l'enfant un temps supplémentaire de non port de corset appréciable. "La scoliose n'empêche pas la performance sportive" insiste Jérôme Madeira. Tous les sports sont autorisés, de préférence les sports dynamiques :  la colonne vertébrale est faite pour bouger. Jérôme Madeira précise que "Certains auteurs proscrivent les sports de porter comme l'acrogym" et souligne que "la natation n'a pas montré d'effets bénéfique supérieure aux autres sports".

Merci à Jérôme Madeira, kinésithérapeute.

Scoliose : quels symptômes, comment la soulager ?
Scoliose : quels symptômes, comment la soulager ?

Sommaire Définition Causes Symptômes Diagnostic Traitements Corset ou pas ? Kinésithérapie Opération Prévention Evolution Définition : qu'est-ce qu'une scoliose ? La scoliose est une déformation...