Spondylose : définition, erdheim, cervicale, traitements

La spondylose est un terme qui désigne les maladies caractérisées par la dégénérescence des vertèbres et des disques situés entre elles, à tous les niveaux de la colonne vertébrale. Symptômes, causes, solutions... Explications du Dr Augustin Latourte, rhumatologue à l'hôpital Lariboisière, à Paris.

Spondylose : définition, erdheim, cervicale, traitements
© staras-123RF

Définition : c'est quoi la spondylose ?

"Il s'agit d'un terme général pour désigner les maladies caractérisées par la dégénérescence des vertèbres et des disques situés entre elles, à tous les niveaux de la colonne vertébrale. En conséquence de la spondylose, la moelle épinière ou les racines nerveuses qui cheminent dans la colonne vertébrale peuvent être comprimées, et occasionner des symptômes neurologiques", explique le Dr. Augustin Latourte, rhumatologue.

C'est quoi la spondylose cervicale ?

Il s'agit d'une dégénérescence des vertèbres du cou et des disques, comprimant la moelle épinière ou les racines nerveuses cervicales. Cette maladie est souvent liée à l'âge (85 % ont plus de 60 ans). L'arthrose en est la principale cause.

C'est quoi la spondylose déformante ?

"Ce terme, un peu désuet, caractérise les formes les plus évoluées de spondylose. Suite à la dégénérescence des disques et des vertèbres, celles-ci peuvent se décaler et dévier de leur axe, à l'origine d'une scoliose et/ou d'une cyphose irréversible", indique le Dr. Latourte.

C'est quoi la spondylose vertébrale ?

Il s'agit d'une dégénérescence des vertèbres et des disques situés au niveau du haut et du milieu du dos. 

C'est quoi la spondylose lombo-sacrée ?

C'est la plus fréquente des cas de spondylose, qui atteint les disques intervertébraux et les vertèbres de la région lombaire, c'est-à-dire concernant le bas du dos : elle touche environ 5 % de la population. 

C'est quoi la spondylose d'Erdheim ?

"Historiquement, ce terme désignait les atteintes vertébrales observées dans une maladie métabolique, l'acromégalie, explique le rhumatologue. On lui préfère désormais le terme de maladie de Forestier, définie par la présence de volumineuses ossifications le long des vertèbres (ostéophytes), siégeant préférentiellement au rachis thoracique". Fréquente après 50 ans, elle est le plus souvent asymptomatique.

Quels sont les symptômes de la spondylose ?

Parfois, cette maladie est asymptomatique. Mais elle peut s'accompagner de divers symptômes, en fonction de sa localisation :
► En cas de dégénérescence des disques et des vertèbres : douleurs d'intensité variable, raideur, déformations (scoliose, cyphose…)
► En cas de compression des racines nerveuses : névralgie, sciatique, cruralgie, à l'origine de sensations anormales dans les membres (picotements, fourmillements, brûlures décharges électriques…)

► En cas de compression de la moelle épinière au niveau cervical : lâchages d'objet, troubles de la marche et de l'équilibre…
► En cas de rétrécissement du canal lombaire : limitation douloureuse du périmètre de marche et, dans les cas les plus sévères, des troubles des sphincters de la vessie ou de l'anus occasionnant une incontinence.

Comment faire le diagnostic de la spondylose ?

Une radio de la zone concernée permet de faire le diagnostic de la maladie. Elle permet de connaître les vertèbres atteintes. Un scanner ou une IRM peuvent être nécessaires, dans certains cas, pour préciser le diagnostic et vérifier s'il existe une complication neurologique.

Quels sont les traitements de la spondylose ?

Dans la plupart des cas, la spondylose ne nécessite aucun traitement car ne provoque que de légers dérangements. Lorsque la douleur est plus forte, la prescription d'antalgiques peut suffire et parfois des myorelaxants. Le meilleur des traitements est de rester actif car bouger permettra de renforcer les muscles qui entourent l'articulation. "Une minerve, une ceinture voire un corset lombaire peuvent être utiles. Dans certains cas, des infiltrations de cortisone sont indiquées, surtout au rachis lombaire", précise l'expert. Une intervention chirurgicale est rarement nécessaire, sauf lorsque des lésions neurologiques sont diagnostiquées. En ce cas, le chirurgien s'attèle à desserrer la compression des vertèbres sur le nerf atteint ou la moelle épinière. 

Merci au Dr. Augustin Latourte, rhumatologue à l'hôpital Lariboisière à Paris

Mal de dos