Sciatique : comment la soigner, quelles positions éviter ?

"Sciatique : comment la soigner, quelles positions éviter ?"

La sciatique se caractérise par une douleur qui irradie dans le bas du dos, la fesse et la cuisse, parfois même toute la jambe, et survient surtout après 45 ans. Elle est liée à la compression ou l'inflammation du nerf sciatique au niveau des vertèbres lombaires.

Quelle est la définition de la sciatique ?

Souvent associée à une lombalgie, la sciatique (aussi appelée "névralgie du nerf sciatique") est une douleur du membre inférieur située sur le trajet du nerf sciatique, le nerf le plus long du corps. Il débute son chemin au niveau des lombaires, et le poursuit au niveau de la fesse, de la face postérieure de la jambe et se divise derrière le genou. De ce fait, une atteinte du nerf sciatique peut provoquer un trouble sensitif et moteur : il est ainsi possible d'éprouver des difficultés à la marche et une sensibilité plus faible dans la jambeDans la majorité des cas, la sciatique est due à une hernie discale : elle est provoquée par la saillie d'un disque intervertébral, qui comprime une racine du nerf sciatique.

Qu'est-ce qu'une sciatique paralysante ?

La sciatique paralysante est une variété particulière de sciatique, provoquant des troubles moteurs dans la zone innervée par ce nerf. En fonction de la racine atteinte, la marche sur les talons pour la racine L5, ou sur la pointe des pieds pour la racine S1, est déficitaire. En cas de symptômes déficitaires, un scanner ou une IRM lombaire est nécessaire pour localiser l'atteinte et envisager une prise en charge chirurgicale.

Quelles positions éviter quand on a une sciatique ?

Quand la sciatique est liée à une hernie discale, la douleur a tendance à empirer quand on sollicite les muscles du dos : lorsqu'on se penche vers l'avant, qu'on éternue ou qu'on déploie un effort. La douleur s'accentue également en position assise prolongée, en position debout ou couché sur le ventre. Les positions qui reposent le mieux la colonne lombaire sont :

  • Couché sur le côté, genoux repliés, un oreiller sous la tête et un autre entre les genoux
  • Couché sur le dos, sans oreiller sous la tête, avec un ou plusieurs oreillers sous les genoux et une serviette roulée ou un petit coussin dans le creux du bas du dos

Quelles sont les causes d'une sciatique ?

Schéma du nerf sciatique
Schéma du nerf sciatique © Sebastian Kaulitzki - 123RF

Les deux principales racines du nerf sciatique émergent entre les 4e et 5e vertèbres lombaires (L4-L5), et entre la 5e vertèbre lombaire et la 1e vertèbre sacrée (L5-S1). A ces deux niveaux, le nerf sciatique peut être comprimé par une hernie discale, qui est la cause la plus fréquente de sciatique. La hernie discale se forme en cas d'hyperpression sur le disque intervertébral, un anneau fibreux chargé de conférer une certaine souplesse à la colonne vertébrale et amortir les chocs. Mais il arrive que le disque s'écrase et migre dans le canal rachidien par lequel passe le nerf sciatique. Une saillie qui peut coincer le nerf sciatique. A noter qu'une hernie discale ne s'accompagne pas toujours d'une sciatique. L'arthrose, une fracture ou un tassement vertébral lié à l'ostéoporose peuvent également être responsables d'une irritation et/ou une compression du nerf sciatique. "Des causes infectieuses et tumorales sont aussi retrouvées chez une minorité de patients", souligne le Pr Aleth Perdriger, Cheffe de Service de Rhumatologie du CHU de Rennes.

Comment reconnaître la douleur de la sciatique ?

La compression du nerf sciatique provoque une douleur dans le bas du dos, la fesse, l'arrière de la cuisse et le mollet, et se poursuit jusqu'aux orteils. Un trajet qui peut légèrement changer suivant la racine du nerf sciatique touchée :

Sciatique L4-L5

Lorsque la racine L5 est affectée, la douleur prend son origine dans la fesse, passe ensuite dans l'arrière de la cuisse, traverse la face externe du genou et du mollet, se poursuit au niveau de la malléole externe et se termine parfois sur le gros orteil.

Sciatique L5-S1

En cas d'atteinte de la racine S1, la douleur parcourt la fesse puis atteint la partie postérieure de la cuisse, du genou et de la jambe, et se poursuit par le talon et se termine sur le bord externe du pied jusqu'au 5e orteil.

Ces douleurs sur tout le trajet du nerf peuvent également être accompagnées :

  • de picotements,
  • de décharges électriques
  • une paralysie du membre inférieur (sciatique paralysante)
  • des troubles digestifs (constipation) ou urinaires (difficultés pour uriner).

Ces symptômes rares doivent amener à consulter. Généralement, les douleurs de sciatique sont exacerbées par le mouvement, et sont soulagées par du repos. Mais dans le cas où la sciatique est causée par une infection ou une tumeur, les douleurs apparaissent, paradoxalement, la nuit ou lorsque le patient est immobile. De plus, les symptômes s'aggravent et peuvent associer de la fièvre.

Comment faire le diagnostic de sciatique ?

L'interrogatoire du patient est la première étape cherchant à caractériser la localisation des douleurs, son mode d'apparition, les circonstances déclenchantes, améliorantes ou aggravantes. Un examen clinique permettra de rechercher la localisation de la douleur initiale au niveau du dos, puis le trajet précis. Un test appelé signe de Lasègue, provoque la douleur quand la jambe du patient, en position allongée, est élevée progressivement. "Des examens d'imagerie (radiologie, scanner ou IRM) peuvent être utiles lorsque l'on suspecte une infection ou la présence d'une tumeur", précise la rhumatologue. De même, ces examens d'imagerie peuvent être nécessaires pour les patients atteints de sciatiques rebelles.

Quels sont les traitements pour soigner une sciatique ? 

Le traitement de la sciatique débute par des antalgiques, des anti-inflammatoire non stéroïdien pour soulager l'inflammation du nerf et des myorelaxants pour décontracter les muscles. Le port d'une ceinture lombaire peut être recommandé pour soulager les tensions musculaires mais celle-ci doit être utilisée sur une courte période de temps.

"On conseille également aux patients de réduire leur activité. Mais une fois que les douleurs disparaissent, il faut rapidement reprendre une activité physique et réaliser une rééducation pour renforcer les muscles du dos et acquérir de la mobilité", explique le Pr Aleth Perdriger. Ainsi, des séances chez le kinésithérapeute seront prescrites. Si la sciatique résiste aux traitements, le rhumatologue peut réaliser des injections locales de corticoïdes pour apaiser l'inflammation. En cas d'échec, une intervention chirurgicale peut être envisagée pour libérer la zone compressée en réalisant l'ablation de la hernie discale.

Merci au Pr Aleth Perdriger, Cheffe de Service de Rhumatologie du CHU de Rennes, pour ses précisions et sa validation.