Lipofilling mammaire : technique, prix, durée de vie

Le lipofilling mammaire, aussi appelé transfert de graisse, est une technique de chirurgie esthétique qui permet de faire d'une pierre deux coups : affiner certaines zones du corps en prélevant de la graisse pour la réinjecter dans la poitrine et lui donner du volume. Comment ça se passe, les indications, les dangers et les tarifs avec le Dr Eric Plot, chirurgien plasticien, membre de la SOFCEP.

Lipofilling mammaire : technique, prix, durée de vie
© Roman Samborskyi - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un lipofilling mammaire ? 

Le lipofilling mammaire est un acte de chirurgie esthétique qui consiste transférer de la graisse autologue (c'est-à-dire appartenant à la patiente) au niveau de la poitrine. La technique permet à la fois d'affiner la silhouette à certains endroits et de gagner en tour de poitrine. La graisse est prélevée par lipoaspiration dans une ou plusieurs zones du corps présentant un surplus d'amas graisseux pour être ensuite réinjectée dans les seins. "Généralement, la graisse est prélevée au niveau du ventre, des poignées d'amour, de la face interne des cuisses" explique le Dr Plot, chirurgien plasticien. Mais on peut être amené à prélever de la graisse dans plusieurs zones afin d'avoir une graisse de bonne qualité." Les indications sont esthétiques ou réparatrices.

Les objectifs :

  • Donner du volume aux seins
  • Corriger une asymétrie
  • Corriger un manque de développement du sein
  • Corriger une malformation
  • Combler un vide graisseux.

Il faut que l'on ait une certaine réserve de graisse à prélever et de bonne qualité.

Pour qui ?

Le lipofilling mammaire s'adresse aux femmes, avec des amas graisseux localisés, désirant augmenter leur tour de poitrine d'un bonnet sans avoir recours aux implants mammaires. Cette technique ne convient toutefois pas aux femmes qui souhaitent une prise de volume importante. Par ailleurs, les patientes trop minces ne peuvent parfois pas avoir recours à cette intervention. "Il faut que l'on ait une certaine réserve de graisse à prélever et de bonne qualité, explique le Dr Plot. Et chez les femmes trop minces, on ne pourra pas prélever suffisamment de tissus graisseux.  Par ailleurs, la liposculpture est très intéressante pour les femmes qui ont perdu un peu de volume au niveau des seins après l'allaitement. On pourra alors leur redonner du galbe, combler un sein un peu vidé au pôle supérieur. Cela permet aux femmes de retrouver leurs seins d'avant grossesse."

On peut gagner jusqu'à un bonnet. 

Quel est le volume obtenu ?

Le lipofilling mammaire n'est pas destiné aux femmes qui souhaitent un volume important car il offre un résultat plus modéré qu'avec une augmentation mammaire avec prothèses. "C'est une très belle technique qui présente toutefois une limite : elle ne permet pas de réaliser gros volumes. La patiente peut gagner jusqu'à un bonnet maximum. Mais il est tout à fait possible de faire des sessions complémentaires à 6 mois d'intervalle environ, pour ré-augmenter le volume." Par ailleurs, il faut savoir que toute la graisse injectée ne prendra pas. Une partie va se résorber systématiquement. "Il s'agit d'une greffe de cellules et donc tout ne va pas prendre. L'idée est sur-corriger un peu pour obtenir le résultat souhaité après la résorption. Mais il faut faire attention à ne pas trop saturer le sein au risque de provoquer une nécrose. En effet une partie de la graisse ne sera pas vascularisée. Il faut donc trouver le juste équilibre entre sur-correction et saturation."

D'après le Dr Plot, estimer le niveau de résorption est difficile, "plusieurs facteurs entrent en jeu comme la qualité de la graisse injectée et la réceptivité de la patiente. C'est pourquoi cette technique doit être parfaitement expliquée pour ne pas créer de faux espoirs. De manière générale, on estime qu'environ 60 % du volume injecté prendra. Une prise variable d'une patiente à l'autre bien sûr."

Lipofilling et prothèses

Pour les femmes qui veulent un volume plus important, il est possible d'associer le lipofilling à une prothèse mammaire. "L'intérêt est d'utiliser une prothèse plus petite. On effectue alors un nappage de la prothèse avec le lipofilling pour un peu plus de volume. Cela donne un résultat très naturel, on peut cibler où l'on injecte la graisse pour quelque chose d'hyper précis. C'est une technique composite qui a plus d'un avantages !"

Il n'y a pas plus de risque de récidive du cancer du sein en cas de lipofilling mammaire !

Lipofilling et mammectomie : indications

Le lipofilling peut être proposé, selon des critères très précis, aux femmes ayant subi une mammectomie après un cancer du sein. "Dans la grande majorité des cas, le lipofilling se fera lors de la reconstruction secondaire. Elle ne se fait pas vraiment en reconstruction immédiate car on évite d'associer le lipofilling et la radiothérapie, les rayons peuvent en effet impacter la graisse. C'est toutefois une excellente technique pour corriger les séquelles liées à la radiothérapie car cette dernière abîme la peau, la rend plus fine, provoque des réactions inflammatoires. Le lipofilling permet non seulement d'améliorer la forme et le volume des seins mais également la qualité de la peau." Et faut-il craindre une hausse du risque de récidive du cancer du sein en cas de lipofilling mammaire ? Pour le Dr Plot la réponse est non : "on réinjecte de la graisse et non pas des tissus mammaires. Cela n'a donc pas d'incidence sur le risque de récidive. Par ailleurs, ce type d'augmentation mammaire n'a pas non plus de conséquence sur le suivi de la patiente car les médecins savent parfaitement faire la différence entre un nodule graisseux et un nodule cancéreux."

Comment se déroule l'intervention ?

L'opération se déroule en trois temps :

  • Un premier temps de liposuccion.
  • Un deuxième temps de préparation de la graisse : cette étape est un peu plus longue car il s'agit de purifier la graisse par centrifugation notamment.
  • Un troisième temps est consacré à la réinjection de la graisse. "On ne réinjecte pas la graisse comme ça, il y a toujours un travail de purification c'est pourquoi, le lipofilling a un temps opératoire long, plus long que pour une pose de prothèse mammaire ce qui explique aussi qu'il soit plus cher", explique notre interlocuteur. 

Les trois étapes se déroulent sous anesthésie générale et la patiente peut rentrer chez elle le soir sauf contre-indications et "sauf en cas de liposuccion importante. Si la patiente profite de l'opération pour se faire retirer un volume conséquent de graisse, alors on la gardera une nuit en observation", prévient le spécialiste. 

Durée de vie des résultats

"Une fois la résorption passée, les résultats en dehors de toute variation de poids importante sont définitifs. La poitrine peut prendre ou perdre en volume si jamais il y a une prise ou une perte de poids conséquente mais comme pour un sein qui n'aurait subi aucune augmentation mammaire. En cas d'asymétrie due à un défaut de prise de la greffe, il est possible de faire une retouche et de réinjecter de la graisse. Dans ce cas, on peut opérer sous anesthésie locale, les volumes à prélever étant moins importants", explique l'expert. 

Les cicatrices sont très peu visibles

Avantages et inconvénients du lipofilling mammaire

"L'avantage premier est qu'avec le transfert de graisse, il n'y a pas de corps étranger, donc il n'y a pas de risque de rejet. C'est une technique naturelle qui donne un résultat tout aussi naturel aussi bien à l'œil qu'au toucher", commente le spécialiste. Autres avantages, il s'agit d'un acte plutôt bien toléré par la patiente et les cicatrices sont très peu visibles,"à part les points de ponction dans les zones de prélèvement, il n'y a pas de cicatrices avec le lipofilling." Par ailleurs, les cellules graisseuses injectées contiennent des cellules souches qui jouent un rôle important dans la cicatrisation. Les suites sont simples, les douleurs post-opératoires, l'œdème et les ecchymoses sont moins importantes que lors de la pose d'implants. Par ailleurs, le lipofilling mammaire n'empêche pas l'allaitement. La méthode présente tout de même un inconvénient : "On ne peut pas proposer les mêmes volumes d'augmentation qu'avec des prothèses." 

Des dangers ?

La technique est sans risque : "on a déjà plusieurs années de recul sur le lipofilling. C'est une méthode naturelle qui ne présente pas de risques particuliers à part bien sûr ceux liés classiquement à une opération et à une anesthésie", souligne le Dr Plot. 

Prix et prise en charge

En cas de reconstruction post cancer, le lipofilling est une méthode d'augmentation mammaire prise en charge par l'Assurance Maladie. Dans le cadre d'une opération esthétique, aucun remboursement n'est effectué. L'opération compte entre "6 000 € et 10 000 €" estime le Dr Plot. Un chiffre évoluant selon la renommée du médecin, l'établissement où se déroule l'acte, la région d'opération...

Merci au Dr Eric Plot chirurgien plasticien, membre de la Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens (SOFCEP)

Esthétique