Les bienfaits et les dangers du régime cétogène

Très riche en lipides et pauvre en sucres, le régime cétogène est un régime alimentaire à très basse teneur en glucides et à haute teneur en lipides. Quels sont ses effets sur la santé ? Et dans la prise en charge de certains cancers et de l'épilespie ? Dangers, contre-indications et liste des aliments interdits.

Les bienfaits et les dangers du régime cétogène
© yuliaff - 123RF

Définition : qu'est-ce que le régime cétogène ?

Pour comprendre ce qu'est le régime cétogène, il convient de préciser les recommandation nutritionnelles de base : "Notre alimentation doit être constituée de protéines, glucides et lipides, à des proportions qui peuvent varier en fonction des pathologies mais qui en moyenne sont de l'ordre de 11 à 20% de protéines, 30 à 35% de lipides et 45 à 50% de glucides" explique Anne-Caroline Fleury-Miossec.

"Certains de nos organes ne fonctionnent qu'avec du glucose, notre cerveau en premier lieu et nos globules rouges. Ce glucose doit être fabriqué par néoglucogénèse par notre corps s'il n'est pas dans notre alimentation", poursuit la diététicienne-nutritionniste. Dans le cas du régime cétogène, les proportions sont modifiées de façon assez assez extrêmes :

  • 10% de protéines,
  • moins de 10% de glucides,
  •  80% de lipides.

L'absence de glucides provoque une adaptation du corps qui lui permet de créer de l'énergie à partir des acides gras ingérés. Cette transformation biochimique produit des corps cétoniques qui sont utilisés comme source d'énergie. En trois jours en moyenne ; l'état de cétose est atteint.

C'est très contraignant car la moindre consommation de glucide fait sortir du mode "cétogénèse".

Origine du régime cétogène

Le régime cétogène date de 1920. Il est, à l'origine, destiné à des patients spécifiques : des enfants dont l'épilepsie résiste aux traitements. En effet, les corps cétoniques créés lors de la transformation des acides gras en glucose ont une activité anti-convulsivante. L'efficacité de ce régime dans le traitement de l'épilepsie de l'enfant a été évaluée à 70%. Cependant, il est très contraignant car la moindre consommation de glucide fait sortir du mode "cétogénèse"

Pour qui est-il indiqué : cancer, Alzheimer, Parkinson, AVC, épilepsie, diabète ?

La seule indication aujourd'hui avérée est le traitement de l'épilepsie de l'enfant résistante aux autres traitements.

Dans les années 70, le régime cétogène a été rendu célèbre sous le nom d'Atkins, aujourd'hui, on retrouve ce régime, aussi appelé "kéto", modifié, avec des allégations diverses : perte de poids, guérison du cancer, de l'autisme etc. "Il est important de préciser qu'aucune étude sur l'homme ne soutient ces allégations et que les études se contredisent soit en donnant à ce régime des propriétés anti-inflammatoires quand d'autres lui trouvent une action pro-inflammatoire, signale Anne-Caroline Fleury-Miossec. Comme il s'agit d'un régime d'exclusion, il peut être difficile à maintenir sur le long terme. Certains sportifs disent y parvenir aisément, mais il s'agit, a priori de personnes a priori en bonne santé."

Aliments autorisés ou à privilégier

Sont autorisés les aliments contenant des matières grasses, animales ou végétales et des protéines :

  • Les huiles végétales
  • Le beurre, la margarine, les graisses animales, la mayonnaise
  • La crème fraîche et le mascarpone
  • Les petits-suisses et fromages-blancs à 40%
  • Les fromages
  • Les viandes, la charcuterie, le poisson et les œufs
  • Le chocolat à plus de 85% de cacao
  • Les avocats
  • Les fruits oléagineux (amandes, noix…)

Aliments interdits ou à limiter

Sont exclus ou fortement diminués les aliments contenant des glucides.  "Ce sont pourtant des sources de fibres dont on connaît bien l'intérêt sur la satiété, la prévention des cancers digestifs, le contrôle de la glycémie, des lipidémies." explique signale Anne-Caroline Fleury-Miossec.

  • Le sucre (sous toutes ses formes), les confiseries, le miel
  • Les gâteaux, les biscuits, les desserts lactés, les glaces,
  • Les sodas, les boissons sucrées
  • Les confitures, les compotes,
  • Le pain, les biscottes, le maïs, les pâtes, le riz, le blé, les semoules, les légumes secs (haricots, lentilles, pois chiches, etc.), les farines de céréales,
  • Les bananes, les châtaignes, les fruits secs,
  • Les corn-flakes et autres céréales du petit-déjeuner,
  • Le lait,
  • Les chips et les biscuits apéritif,
  • Certains légumes : pommes de terre, patates douces, panais, maïs, petits pois, ainsi que tous les légumes secs
  • La plupart des fruits à l'exception des moins sucrés : rhubarbe, fruits rouges (sauf cerises)
  • Les plats cuisinés du commerce, soupes et sauces industrielles sont à utiliser avec précaution : la plupart contiennent une quantité de glucides trop importante.

Bienfaits pour la santé

"Si certains patients rapportent une perte de poids, certaines études montrent une perte musculaire associée ce qui n'est pas le but recherché lorsqu'on souhaite perdre du poids, met en garde la diététicienne-nutritionniste. Il n'existe pas d'études sur le long terme démontrant d'autres bénéfices pour la santé que la prise en charge de l'épilepsie infantile."

Dangers et inconvénients : nausée, fatigue, insomnie...

"Comme tous les régimes, le risque est de perdre ses repères de satiété et de plaisir liés à l'alimentation", explique signale Anne-Caroline Fleury-Miossec.

Avec le régime cétogène, le problème majeur est que la cétose, lors d'une simple restriction de glucides, peut évoluer, notamment  chez les diabétique de type , en un état d'acidose métabolique qui peut provoquer des insuffisances rénales ou des œdèmes cérébraux. Cet état de cétose demande une augmentation des apports en eau et en minéraux, tels que le calcium, le potassium ou le magnésium. "Un tel régime doit être bien suivi et complémenté au niveau de l'alimentation, afin de ne pas conduire la personne à l'acidose métabolique et ainsi contrôler ses risques et effets néfastes", prévient la diététicienne-nutritionniste. 

Les effets secondaires suivant le début d'une diète cétogène sont nombreux et peuvent être :

  • une soif intense,
  • des nausées,
  • des douleurs abdominales,
  • des céphalées,
  • une haleine particulière.

La pratique de cette diète pourrait également induire une stéatose hépatique et une augmentation des triglycérides dans le foie. Le suivi d'un médecin et ou d'une diététicienne par rapport aux apports alimentaires et à l'observation des différents symptômes est alors recommandé.

Contre-indications

Le régime cétogène présente un certain nombre de contre-indications et certaines personnes doivent absolument l'éviter :

  • Les diabétiques doivent être très vigilants compte tenu du risque d'hypoglycémie et de déséquilibre des traitements.
  • Les personnes atteintes d'un cancer doivent impérativement avertir leur médecin car les régimes d'exclusion sont susceptibles de mener à la dénutrition qui est un vrai problème en oncologie car elle peut empêcher la poursuite des traitements.
  • Les patients qui ont déjà un bilan lipidique altéré ou qui souffrent d'hypercholestérolémie ou hypertriglycéridémie sont à risque de l'aggraver en consommant plus de lipides que les recommandations.

Qui consulter avant de se lancer ?

Consulter son médecin traitant est une évidence et se faire accompagner par une diététicienne est un réel avantage, pour surveiller ses bilans biologiques et adapter son alimentation le cas échéant.

Merci à Anne-Caroline Fleury-Miossec, diététicienne-nutritionniste.