Le régime alimentaire en cas de goutte

La goutte touche environ 1% des hommes dans les pays développés, les hommes étant davantage touchés, avec 8 hommes en moyenne pour 1 femme, généralement entre 50 et 60 ans. Quel est le régime à suivre en cas de goutte ?

Définition de la goutte

La goutte est une maladie articulaire chronique liée à l'augmentation d'acide urique (phénomène appelé "hyperuricémie") dans le sang. Ce taux élevé d'acide urique résulte, entre autre, de la dégradation des purines. L'acide urique est composé des acides nucléiques et donc des protéines. L'hyperuricémie cause la formation de microcristaux d'urate qui se déposent dans les articulations et les tissus à proximité. L'hyperuricémie est due à une diminution de son élimination rénale et intestinale d'ordre génétique.

Causes et traitements de la goutte

"Cette maladie de surcharge se manifeste par des "crises de goutte , des épisodes d'inflammation articulaire très aiguës dues aux microcristaux, ces dépôts s'observant sous la peau à l'oreille par exemple ou autour des articulations et tendons. Un traitement continu par des médicaments abaissant l'acide urique (médicaments hypouricémiants) à un certain niveau permet alors la fonte des cristaux, leur disparition et donc une disparition des crises. On "guérit'" donc de la goutte en maintenant ces médicaments. Ce traitement est continu et doit donc être maintenu la vie entière. Son arrêt déclenche de nouvelles crises car les cristaux se reforment", détaille le Pr Frédéric Lioté, rhumatologue à l'hôpital Lariboisière (Paris).

Certaines habitudes alimentaires, le surpoids et l'obésité, l'âge, l'insuffisance rénale font partie des facteurs favorisants son apparition. "La goutte est un facteur de risque cardiovasculaire et de vie raccourcie si elle n'est pas traitée efficacement, ce qui est pourtant très simple. A noter que tous les sujets ayant une hyperuricémie ne feront pas la goutte", souligne le spécialiste.

Aliments à privilégier

L'objectif est de limiter les apports d'aliments ou de boissons riches en purines car elles sont dégradées pour produire de l'acide urique. Il en est de même du fructose, un sucre présent dans de nombreux sodas et boissons sucrées. Ainsi, il est recommandé de privilégier une alimentation

  • équilibrée,
  • réduite en protéines animales (abats, viandes, fruits de mer),
  • riche en laitages appauvris en graisses (qui ont un effet d'élimination rénale de l'ucide urique),
  • de plus, il est également conseillé de consommer du café et de la vitamine C (agrumes) qui pourraient jouer un rôle hypo-uricémiant.

Aliments à éviter ou interdits

"Il y a trois interdits : les alcools forts (whisky, rhum, vodka, etc), la bière avec ou sans alcool (riche en purines) et les sodas sucrés (les versions light ou O% ne sont pas concernées) riches en fructose. Le pire étant le Whisky Cola ou le Cuba libre (cocktail à base de rhum et de Coca-Cola", met en garde le Pr Lioté. Et de préciser que "boire de la bière ou des sodas sucrés, c'est comme boire de l'acide urique liquide"

Pour le reste, il faut réduire les quantités en calories et les protéines animales pour perdre du poids et abaisser – un peu – l'hyperuricémie (au maximm 10 mg/l).

Les abats

Tous les plats à base d'abats sont à réduire fortement , voire à supprimer en début de traitement, notamment le foie, la cervelle, les rognons, le ris de veau, mais aussi les tripes, la langue, le cœur et les charcuteries (saucisses, etc.).

Certains poissons

Les poissons dits "bleus" comme l'anchois, le hareng ou la sardine sont à éviter car ils sont riches en purines. C'est le cas également des la carpe, du brochet ou de la truite, mais aussi du saumon, de la morue (cabillaud) et des œufs de poissons. Ces poissons sont aussi riches en oméga 3 bons pour le système cardiovasculaire et donc c'est une question de quantité. Les coquillages, crustacés et soupes de poissons sont aussi à réduire.

Viandes et fromages fermentés

Sont à éviter les aliments suivants : gibiers, en particulier quand ils sont " faisandés ", le pigeon, le canard, l'oie, les bouillons à base de viande ou encore les fromages fermentés. En règle générale, les repas trop centrés sur les viandes doivent être évités et les viandes maigres favorisées. "Un repas trop riche, trop gras notamment  (anniversaires, fêtes de fin d'année ou de communion) peut déclencher une crise de goutte la nuit suivante", avertit le spécialiste.

Conseils hygiéno-diététiques pour lutter contre la goutte

  • Bien s'hydrater

"Une hydratation suffisante  est nécessaire, de l'ordre de 1 à 1,5 litre par jour. Une bonne hydratation (au moins 5 verres d'eau par jour) pourrait réduire le risque de crises de goutte. A l'inverse, la déshydratation (hospitalisation, post-opératoire par exemple) les favorise", précise le Pr Lioté.

  • Consommer moins d'alcool

Le vin n'est pas interdit mais les apports en alcool doivent être pourtant réduits car ils apportent des calories inutiles (100 calories pour un verre de vin). Au mieux, il faut suivre le conseil de ne pas dépasser deux verres (unités) par jour et pouvoir s'abstenir un ou deux jours par semaine. "Certains patients identifient un vin ou une boisson déclenchant LEUR crise de goutte et ils doivent les éviter bien sûr (chacun son déclencheur : Champagne, Porto...", précise le rhumatologue.

  • Eviter de prendre du poids

Une perte de poids est souhaitable, de préférence de façon progressive (entre 5 à 15%).

Merci au Pr Frédéric Lioté, rhumatologue à l'hôpital Lariboisière (Paris)

Le régime alimentaire en cas de goutte
Le régime alimentaire en cas de goutte

Sommaire Goutte : définition Goutte : causes et traitements Goutte : aliments à privilégier Goutte : aliments à éviter Régime alimentaire : conseils Définition de la goutte La goutte est une maladie articulaire chronique...