Vaccin coqueluche : nom, prix, rappel, est-il obligatoire ?

La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire très contagieuse causée par une bactérie (Bordetella pertussis). Les vaccins contre la coqueluche actuellement disponibles sont des vaccins inactivés (ils ne contiennent pas d'agents infectieux vivants). Tetravac acellulaire®, Repevax® et Boostrix Tetra®... Découverte.

Vaccin coqueluche : nom, prix, rappel, est-il obligatoire ?
© natalimis

Nom du vaccin contre la coqueluche en France

Les vaccins contre la coqueluche actuellement disponibles sont des vaccins inactivés (ils ne contiennent pas d'agents infectieux vivants). Ils n'existent que sous forme combinée, avec les vaccins :

  • Contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP): on les dit tétravalents. Ils ont pour nom : Tetravac acellulaire®, Repevax® et Boostrix Tetra®
  • Contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et les méningites à Haemophilus influenzae b : on les dit pentavalents. Ils ont pour nom : Pentavac®
  • Contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites à Haemophilus influenzae b et l'hépatite B : on les dit hexavalents. Ils ont pour nom Infanrix Hexa® et Hexion®.

Ces vaccins sont administrés par voie intramusculaire.

A quel âge le faire ? 

"En France, depuis le 1er janvier 2018, la vaccination des enfants contre la coqueluche est obligatoire dès l'âge de 2 mois (compte tenu de la gravité potentielle de la coqueluche chez le nourrisson) et avant l'âge de 18 mois", rappelle le Dr Elise Seringe, médecin spécialiste de santé publique. 

Est-il obligatoire chez le bébé ?

Le vaccin contre la coqueluche est obligatoire pour les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018 et recommandée pour ceux nés avant cette date avec deux injections chez le nourrisson : une à 2 mois et une à 4 mois. "Des rappels sont ensuite recommandés à l'âge de 6 ans, puis entre 11 et 13 ans et chez les jeunes adultes", précise notre interlocutrice.

Est-il obligatoire chez l'adulte ? 

"Selon le calendrier des vaccinations, publié par le ministère chargé de la santé, la vaccination est également proposée chez l'adulte n'ayant pas reçu de vaccination contre la coqueluche au cours des cinq dernières années, à l'occasion du rappel diphtérie–tétanos–poliomyélite fixé à l'âge de 25 ans", poursuit le médecin Pour les personnes âgées de plus de 25 ans et n'ayant pas reçu ce rappel, un rattrapage peut être proposé jusqu'à l'âge de 39 ans révolus.
"La vaccination contre la coqueluche est par ailleurs recommandée dans le cadre de la stratégie dite du "cocooning" qui consiste à vacciner l'entourage des nourrissons."

C'est-à-dire :

  • Chez les adultes ayant un projet parental ;
  • Au cours de la grossesse, pour les enfants de la fratrie, le conjoint et les autres personnes susceptibles d'être en contact étroit avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois (grands–parents, baby-sitters...) ;
  • Juste après l'accouchement, pour la mère et les autres personnes susceptibles d'être en contact étroit avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois, si la mise à jour de la vaccination n'a pas encore été pratiquée.
  • Par ailleurs, la vaccination contre la coqueluche est recommandée :
  • Aux professionnels soignants dans leur ensemble (en priorité ceux travaillant auprès de nourrissons de moins de six mois),
  • Aux professionnels de la petite enfance,
  • Aux étudiants des filières médicales et paramédicales,
  • Aux assistants maternels et personnes effectuant régulièrement du baby-sitting.
  • Actuellement, la coqueluche est redevenue une maladie fréquente de l'adulte jeune (faute de rappel du vaccin, notamment). Les adultes malades peuvent transmettre la coqueluche aux nourrissons non vaccinés.

Rappels

1/Les recommandations générales :

  • Pour les enfants : à l'âge de 6 ans, puis entre 11 et 13 ans.
  • Pour les adultes, rappel administré à l'âge de 25 ans, en l'absence de vaccination coqueluche dans les 5 dernières années

2/ Les recommandations dans le cadre de la stratégie de cocooning :

  • Pour les personnes non antérieurement vaccinées contre la coqueluche : recevront un vaccin à doses entières d'anatoxine diphtérique et d'antigène coquelucheux (DTCaPolio)
  • Pour les personnes antérieurement vaccinées : 
  • Les adolescents et les jeunes adultes de moins de 25 ans, recevront une dose de rappel si leur dernière injection date de plus de 5 ans ; 
  • Les adultes de plus de 25 ans, recevront une dose de rappel de vaccin DTCaPolio si la vaccination coquelucheuse antérieure remonte à 10 ans ou plus.

3/Les recommandations pour les professionnels :

Les rappels administrés à 25, 45 et 65 ans comporteront systématiquement la valence coqueluche (vaccin DTCaPolio). "Des cas nosocomiaux de coqueluche sont régulièrement rapportés dans les établissements de santé. Il est important de resensibiliser les professionnels de santé à l'importance de la vaccination contre la coqueluche", reconnait la spécialiste.

Au bout de combien de temps est-il efficace ? 

"Après une vaccination, l'organisme fabrique les anticorps spécifiques à la maladie. Ce processus, appelé séroconversion, est progressif, détaille le médecin. Habituellement, la protection apportée par le vaccin contre une maladie est présente entre deux et trois semaines après la vaccination pour les vaccins nécessitant une seule injection comme la grippe. Lorsqu'une vaccination exige 2 ou 3 doses, la protection apparaît dès la 1ère dose ; en revanche, elle ne durera dans le temps que si toutes les doses sont administrées." L'efficacité du vaccin contre la coqueluche chez le nourrisson varie, selon les études, entre 85% et près de 100%. La durée de protection est estimée entre cinq et dix ans. Les rappels ultérieurs sont donc nécessaires.

Quels sont les effets secondaires ? 

"Il convient de se référer à la notice des vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l'ensemble des effets indésirables", conseille le Dr Aulagnier.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables : 

  • Réaction au site d'injection, telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).

Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés). Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l'un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s'accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

En cas d'inquiétude après une vaccination, n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Quelles sont les contre-indications ? 

Ces vaccins ne doivent pas être utilisés en cas :

  • D'allergie aux substances actives, à l'un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l'état de traces ;
  • D'encéphalopathie (maladie du cerveau) de cause inconnue, survenue dans les sept jours suivant une vaccination antérieure par un vaccin contenant la valence coquelucheuse.

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre. Une infection bénigne n'est pas une contre-indication.

Quel est son prix ?

Le prix dépend du nombre de valence du vaccin : 

  • Pour un tétravalent : le prix varie entre 13 et 22 euros
  • Pour un pentavalent : le prix est d'environ 23 euros
  • Pour un hexavalent : le prix est d'environ 35 euros 

Est-il remboursé ?

Le vaccin contre la coqueluche est pris en charge à 65 % par l'Assurance maladie. L'acte de vaccination lui-même (la consultation et l'injection) est remboursé à 100 % par l'Assurance maladie. Les centres de la PMI (Protection maternelle et infantile) vaccinent gratuitement sans que les parents aient à apporter le vaccin avec eux.

Merci au Dr Elise Aulagnier, médecin spécialiste de santé publique (APHP).

Vaccins et prévention