Hernie : définition, types, symptômes, opération

Chargement de votre vidéo
"Hernie : définition, types, symptômes, opération"

Une hernie est une lésion assez fréquente. Elle correspond à la sortie d'un organe de son espace. En général, une hernie est causée par une faiblesse au niveau d'un tissu qui ne résiste pas à la pression de l'organe. Quels sont les symptômes et les conséquences ? Quelles solutions pour replacer l'organe ? Explications.

Définition : qu'est-ce qu'une hernie ?

Une hernie correspond à une sortie d'un organe de la cavité où il se trouve normalement. C'est une protusion pathologique de tout ou partie d'un organe par un orifice naturel ou accidentel, à travers les parois de la cavité qui le contient à l'état normal. En général, une hernie est causée par une faiblesse au niveau d'un tissu qui ne résiste pas à la pression de l'organe. "Globalement, il faut distinguer 3 types de hernies, celles de la paroi abdominale, les hernies intervertébrales, et enfin la hernie hiatale", précise le Dr. Ahmed Meziane, chirurgien orthopédiste, spécialiste de la hanche à la clinique Capio, à Domont (95).

Types d'hernie

Hernies de paroi

Elles correspondent à une faiblesse de la paroi abdominale. Les viscères ne sont donc plus contenus dans la cavité abdominale, et ils sortent de la paroi par un orifice. Il existe trois situations :

  • La hernie inguinale ou abdominale. Principalement chez l'homme, elle correspond au passage des viscères abdominaux au travers du canal inguinal.
  • La hernie ombilicale. Plus fréquente chez la femme et le nouveau né, elle est localisée au niveau du nombril. Elle est liée au passage d'éléments contenus dans l'abdomen (péritoine, portion d'intestin…) au travers du nombril.
  • La hernie crurale. Elle se caractérise par l'extériorisation d'une partie des organes du ventre (très souvent une partie du tube digestif) à travers d'une zone de faiblesse de la paroi abdominale située à la jonction avec la racine de la cuisse. 

Les hernies intervertébrales, ou hernies discales

Les vertèbres sont séparées par des disques. "Parfois, ce dernier se déplace et sort de son anneau, ce qui entraine une compression des racines nerveuses", précise le Dr. Meziane. Elle peut être lombaire, provoquant des douleurs dans le bas du dos, cervicale, entrainant des maux au niveau du cou pouvant irradier dans le bas.

Le cas de la hernie hiatale

La hernie hiatale est la lésion la plus fréquente de l'appareil digestif puisqu'elle concerne 20 à 60% de la population en France. "Une hernie hiatale est le passage d'une portion de l'estomac à travers l'orifice œsophagien du diaphragme, appelé 'hiatus œsophagien'", explique le Dr. Benoit Mory, gastro-entérologue à Paris.

Quels sont les symptômes d'une hernie ?

"Si souvent une hernie hiatale est asymptomatique, elle se manifeste le plus souvent par des symptômes comme des brûlures œsophagiennes, des remontées acides et des douleurs au niveau de la partie haute de l'abdomen. Des régurgitations alimentaires se font ressentir également surtout après le repas", précise le Dr. Mory. Dans le cas des hernies de paroi, on observe une masse anormale à l'endroit de l'orifice. Cette dernière reste indolore, souple et disparait souvent en position allongée. Les hernies discales se traduisent par des douleurs dans la zone concernée ainsi que des sensations de fourmillements ou de picotements dans la zone périphérique.

Quelles sont les causes d'une hernie ?

L'âge est un facteur de risques : 70 % des personnes de plus de 70 ans sont concernés par une hernie car en vieillissant les organes perdent de leur tonicité. Une augmentation de la pression dans l'abdomen, une obésité, un traumatisme ou un défaut congénital sont le plus souvent la cause d'une hernie digestive. Une mauvaise posture, le port de charges lourdes, un mouvement brusque du dos peuvent occasionner une hernie discale ou cervicale.

Qui consulter ?

Dans un premier temps, consultez votre médecin généraliste. Au besoin, celui-ci vous conseillera un médecin spécialiste : un gastro-entérologue dans le cas d'une hernie digestive, un orthopédiste en cas d'hernies discales ou cervicales.

Quel est le diagnostic ?

Le diagnostic de la hernie de la paroi commence par un examen physique du corps afin de rechercher une masse. Le médecin complètera son examen par une échographie, une gastroscopie et une IRM pour une hernie digestive, une radiographie ou un scanner pour les hernies discales et cervicales.

Comment la soigner ?

Dans un premier temps, le traitement repose sur la prise d'antalgiques ou d'anti-inflammatoires. Au besoin, une perte de poids sera recommandée. "Dans le cas d'une hernie digestive, un traitement médical sera mis en place pour traiter les symptômes. Il consiste essentiellement en la prise de médicaments antiacides et anti-sécrétoires pour diminuer l'acidité gastrique", précise le Dr. Mory. Pour des hernies discales et cervicales, des infiltrations peuvent aider à soulager la douleur.

Opération d'une hernie : dans quels cas ?

Si le traitement ne suffit pas à calmer les douleurs, une intervention chirurgicale sera programmée en dernier recours.

"Pour une hernie digestive, elle consiste à repositionner l'organe (estomac, intestin…) dans l'abdomen et à resserrer l'orifice par lequel la portion était sortie afin d'éviter les récidives. Elle se pratique sous cœlioscopie. Une hospitalisation de 2 à 5 jours est nécessaire."

L'intervention sur des hernies discales et cervicales consiste à libérer la racine nerveuse comprimée. Une rééducation est ensuite nécessaire durant 1 à 2 mois. La reprise des activités se fait progressivement. Dans deux cas, opérer une hernie devient une urgence chirurgicale. 

→ Pour les hernies de paroi : lorsque la masse devient douloureuse, et qu'elle ne rentre plus dans l'abdomen, l'organe contenu dans la hernie est en souffrance et risque de nécroser. Il faut donc une intervention en urgence.

→ Pour les hernies discales : "une compression nerveuse brutale par le disque peut causer une paralysie du nerf qui se manifeste par une anesthésie d'une partie d'un membre, d'une diminution de force à la mobilisation d'une extrémité du membre, ou encore d'une incontinence urinaire. Il faut alors libérer en urgence le nerf pour éviter toute séquelle fonctionnelle", recommande le Dr. Meziane.

Merci au Dr. Benoit Mory, gastro-entérologue à Paris et au Dr. Ahmed Meziane, chirurgien orthopédiste, spécialiste de la hanche à la clinique Capio, à Domont (95).

Symptômes et questions diverses