Tyrosine : rôle, bienfaits, dans quels aliments la trouver ?

La tyrosine est un acide aminé, non essentiel, synthétisé par l'organisme et qu'on retrouve dans certains aliments. Elle est impliquée dans la production de dopamine, de noradrénaline et des hormones thyroïdiennes. Le point avec le docteur Camille Le Quéré médecin nutritionniste à Paris.

Tyrosine : rôle, bienfaits, dans quels aliments la trouver ?
© Liliya Kapura - 123RF

Définition : qu'est-ce que la tyrosine ? 

La tyrosine est un acide aminé, une petite molécule qui permet de synthétiser les protéines. On le trouve principalement dans la volaille, les amandes, les bananes, les avocats, les graines de sésame... L'organisme en produit également tout seul, à partir d'un autre acide aminé. 

Quel est son rôle ? 

La tyrosine permet la production de dopamine et de noradrénaline, des substances qui aident l'organisme à s'adapter au stress notamment. Elle est également impliquée dans la production des hormones thyroïdiennes. "La tyrosine a aussi des rôles secondaires dans la production de l'hormone de croissance, la production de la mélanine (pigmentation de la peau) et participe à prévenir le vieillissement des cellules, avec une action anti-oxydante", développe Camille Le Quéré, médecin nutritionniste à Paris. 

Quels bienfaits sur la dépression ? 

"La tyrosine a un rôle précurseur de certains neurotransmetteurs qui font circuler l'information au niveau cérébral, dont la dopamine et la noradrénaline", poursuit notre spécialiste. Ces neurotransmetteurs agissent sur l'état psychique du patient. "La dopamine est impliquée dans l'élan vital du patient, son dynamisme, sa concentration, la cognition. La noradrénaline est impliquée dans l'humeur, les mécanismes d'alerte et de vigilance", observe Camille Le Quéré.

Quels bienfaits sur la thyroïde ? 

"La tyrosine est un précurseur des hormones thyroïdiennes, la thyroxine et la triiodothyronine", note la nutritionniste. Manquer de tyrosine peut provoquer une hypothyroïdie et les symptômes qui vont avec : la fatigue, les difficultés de concentration, la bradycardie...

Comment doser la tyrosine ? 

On ne dose que très rarement la tyrosine, une pratique complexe qui se déroule en milieu hospitalier. "On ne dose pas de l'acide aminé en routine. Selon moi, on ne fait ce dosage que dans le cadre de la recherche. On se base plutôt sur un faisceau d'arguments cliniques et d'autres carences associés comme les carences en fer, en magnésium, en zinc, en vitamine du groupe B... au vu desquels on identifie un risque de carences très claire en tyrosine", explique Camille Le Quéré. "On va plutôt doser la dopamine et la noradrénaline en routine, un dosage urinaire ou sanguin selon le laboratoire. Ce n'est pas remboursé et on trouve beaucoup de faux résultats dû au régime alimentaire du patient. Pour que le résultat soit révélateur, le patient doit avoir une alimentation pauvre en tyrosine durant quelques jours", souligne le médecin. 

Taux de tyrosine trop bas : quels dangers ?

Notre experte observe plusieurs risques liés à un taux de tyrosine trop bas :

  • Difficultés de concentration
  • Anxiété 
  • Stress
  • Dépression, perte d'élan vital
  • Hypothyroïdie 
  • Retard de croissance (dans des cas extrêmes) 
  • Vieillissement prématuré des cellules
  • Fatigue 
  • Fragilité cutané

Taux de tyrosine trop élevé : quels dangers ? 

"Les risques liés à un taux de tyrosine trop élevé vont dépendre des antécédents du patients", précise Camille Le Quéré. Ainsi la tyrosine peut contribuer à : 

→ Une hausse de la pression artérielle et des conséquences sur le système cardio-vasculaire
→ Un dérèglement de la thyroïde à l'origine d'une hyperthyroïdie (tachycardie, hypertension)
→ Un dérèglement du métabolisme et notamment de la glycémie

Dans quels aliments trouver de la tyrosine ? 

"La tyrosine se trouve essentiellement dans les aliments riches en protéines", souligne la nutritionniste. On la trouvera dans : 

  • la banane
  • le chocolat
  • l'avocat 
  • les légumineuses 
  • les fromages 
  • les protéines animales 
  • les graines de citrouille 
  • les algues comme la spiruline 

Quand se supplémenter en tyrosine ?

Dans le cadre d'une alimentation omnivore, il existe peu de risque de souffrir d'une carence en tyrosine. "S'il y a besoin de supplémentation en tyrosine, la supplémentation est contre-indiquée dans le cas d'une hyperthyroïdie, si le patient est sous antidépresseur ou pour les patients atteints de la maladie de Parkinson. Il faut donc faire attention avec ces compléments alimentaires car il peut y avoir des risques si les compléments alimentaires sont mal dosés", prévient Camille Le Quéré. 

La spécialiste n'a d'ailleurs pas l'habitude de supplémenter ses patients en tyrosine. "Je prescris des co-facteurs qui vont permettre de synthétiser la tyrosine. C'est à dire que je supplémente en vitamine B9 et en magnésium notamment. On peut envisager une supplémentation en tyrosine, en dernière intention, si les co-facteurs n'ont pas été suffisamment efficaces", poursuit-elle.  Elle identifie toutefois un groupe de personnes qui pourrait avoir besoin d'une supplémentation en tyrosine, "les végétaliens voire les végétariens dont le régime alimentaire est pauvre en protéine." 

Merci au Dr Camille Le Quéré, médecin nutritionniste à Paris. 

Nutriments et Calories