Vitamine D3 : aliment, ampoule, bienfaits, comment la prendre ?

On parle beaucoup de la vitamine D, moins de la vitamine D3 (cholécalciférol). Pourtant, elle permet la bonne fixation du calcium sur les os. Dans quels aliments la trouver et quels sont ses bienfaits pour la santé ? Au contraire, quels sont ses effets secondaires en cas de surdosage ?

Vitamine D3 : aliment, ampoule, bienfaits, comment la prendre ?
© Владимир Копылов - 123RF

Définition : qu'est-ce que la vitamine D3 ?

La vitamine D3 (cholécalciférol) est la forme naturelle de la vitamine D. Elle est essentiellement synthétisée par la peau (couches superficielles de l'épiderme) grâce au soleil (exposition aux rayons ultraviolets B), et est présente dans certains aliments. "Le cholécalciférol, ou vitamine D3, est d'origine animale, contrairement à la vitamine D2 (ergocalciférol) qui est d'origine végétale (principalement du Shitake séché)" explique le Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste. Le cholécalciférol entre dans la composition de nombreux médicaments visant à éviter ou à pallier une carence en vitamine D.

Comment agit le cholécalciférol ? 

Le cholécalciférol n'a pas d'action directe. Il a besoin du foie et des reins pour agir. "La vitamine D va tout d'abord recevoir une particule au niveau hépatique pour être convertie en 25-hydroxyvitamineD (25-0HvitD), poursuit le médecin. Elle va ensuite recevoir une nouvelle particule, au niveau des reins, et ainsi être métabolisée en 1,25-dihydroxyvitamine D. Bien que la 1-25 OH vit D soit la forme active de la vitamine D, c'est la 25-OHvit D qui est dosée en pratique." La vitamine D agit à de multiples endroits dans le corps, souvent en lien avec l'action du calcium. "L'action la plus connue concerne le métabolisme osseux. La vitamine D aide à mieux absorber le calcium au niveau intestinal et à mieux le fixer au niveau des os. La vitamine D est également impliquée dans le développement des muscles et la contraction musculaire ainsi que dans l'immunité cellulaire."

A quoi sert la vitamine D3 ?

La vitamine D3 intervient dans la calcification en permettant notamment la fixation du calcium particulièrement nécessaire pendant les premiers mois de la vie ; elle est donc essentielle au développement normal du squelette. C'est la vitamine anti-rachitique par excellence. Aussi, elle participe au maintien des niveaux sanguins normaux de calcium et de phosphore, absorbés par l'intestin. Elle joue un rôle dans le maintien des muscles squelettiques et favorise la solidité des os. Son absence provoque des troubles du métabolisme du calcium et du phosphore.

Un déficit en vitamine D3 est à l'origine de différentes pathologies osseuses, comme l'ostéoporose notamment. Une carence en vitamine D3 (taux sanguin inférieur à 5 µg /jour)  provoque le rachitisme chez l'enfant (déformation de son squelette) et l'ostéomalacie (défaut de minéralisation des os qui se ramollissent d'où douleurs de bassin et gêne à la marche) chez l'adulte d'où des risques de fractures. Mais ce n'est malheureusement pas tout ! Au programme, risque d'hyperparathyroïdie, insuffisance hépatique, cirrhose.

La vitamine D sert à fixer le calcium. 

Valeur normale : quelle quantité par jour de vitamine D3 ?

La synthèse cutanée de vitamine D est une source d'approvisionnement suffisante chez l'adulte ayant une alimentation et une activité extérieure habituelle. Chez les enfants, l'administration de vitamine D est systématique. Dans certains pays, les laits et aliments pour nourrissons sont enrichis en vitamine D. A dose élevée (1000 microgrammes/jour), des effets toxiques sont observés : anorexie, nausées, vomissements…

Quand prendre de la vitamine D3 ?

"La principale source de vitamine D est la synthèse endogène sous l'action des rayons ultraviolets, rappelle le médecin. Cependant, sous le 35ème parallèle, l'exposition en rayonnement UVB capable de produire la vitamine D (295-300 nm) demeure insuffisante pour assurer des apports adaptés. En France, la supplémentation devrait donc être systématique quel que soit l'âge, avec a minima l'équivalent d'une ampoule de vitamine D en début et une ampoule en fin d'hiver." Le cholécalciférol est principalement préconisé dans le traitement préventif des carences en vitamine D. Il faut savoir qu'un déficit en vitamine D est l'une des principales causes de rachitisme, une pathologie qui provoque d'importantes déformations osseuses et impacte considérablement la croissance. La vitamine D3 accroît la capacité intestinale d'absorber à la fois le calcium et les phosphates. En cela, le cholécalciférol permet de maintenir l'équilibre du calcium et du phosphore au sein du plasma sanguin. Cette vitamine agit également sur les tissus osseux (os, dents, cartilages) dont elle renforce la minéralisation. Il faut noter que le cholécalciférol intègre la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Comment prendre de la vitamine D3 ? En ampoule ? Goutte ?

La supplémentation orale est suffisante pour compenser le défaut d'apport et d'exposition solaire. "Cette supplémentation peut se faire par enrichissement de l'alimentation (certains produits sont enrichis)", ajoute le Dr Rousseaux. Cependant la plupart des produits laitiers consommés ne sont pas enrichis et la consommation de produits lactés est souvent insuffisante. "La supplémentation peut donc se faire en lien avec le médecin traitant qui prescrira entre 2 et 4 ampoules de 80 ou 100 000 unités internationales (UI) de vitamine D chaque année (en début et en fin d'hiver, ou tous les 3 mois). Cette supplémentation peut également se faire au quotidien par de plus petites doses (200-400 UI/j), combinées avec du calcium, mais à l'inconvénient d'être trop fréquemment oubliée."

Dans quels aliments trouver la vitamine D3 ?

D'une façon générale, les aliments sont relativement pauvres en vitamine D. La palme revient aux huiles extraites du foie de certains poissons comme l'huile de foie de morue. Ne sont pas en reste les poissons gras (maquereau, sardine, anguille…), le jaune d'œuf, le foie, le beurre et certains fromages.

© Olga Sadovnikova - 123RF

Quels médicaments contiennent du cholécalciférol ?

De nombreux laboratoires ont développé des médicaments contenant du cholécalciférol. Certains utilisent des marques commerciales. C'est le cas notamment de l'Uvedose et Uvesterol chez Crinex, du Zyma D chez Mylan, du Calciprat D3® chez Alfa Wassermann Pharma, du Densical Vitamine D3® chez Zambon, de l'Ostram Vitamine D3® chez Merck Serono, d'Idéos® chez Innotech International ou encore du Fluostérol® chez Crinex.

Quand faire un dosage de la vitamine D3 ?

Du fait de sa participation à une bonne santé osseuse, un dosage sanguin de la vitamine D3 permet de mettre en évidence une potentielle carence pouvant entraîner un retard de minéralisation du tissu osseux. Il peut être prescrit chez la personne âgée et la femme enceinte, ainsi qu'en présence des symptômes pour tous les patients, à savoir devant une fatigue persistante, une faiblesse musculaire ou encore des fractures à répétition.

Quels sont les effets secondaires et danger de la vitamine D3 ?

"En pratique, il n'existe pas de risque de surdosage en vitamine D. Le risque de toxicité est lié à l'augmentation de la calcémie avec risque de calcification rénale, poursuit notre interlocuteur. Cette toxicité ne survient qu'avec certains troubles de la régulation du calcium et de la vitamine D qui se manifestent en général par une hypercalcémie et une hypercalciurie."

Quelles sont les contre-indications de la prise cholécalciférol ?

La prise de cholécalciférol est contre-indiquée en cas :

  • d'hypersensibilité au cholécalciférol ou à l'un des excipients contenus dans le médicament ;
  • de calcémie sanguine et/ou urinaire excessive (lié à des problèmes de fonctionnement du rein ou du métabolisme vitamino-calcique) ;
  • d'antécédents de calculs rénaux contenant du calcium.

"En revanche, la vitamine D peut être prescrite au cours de la grossesse et de l'allaitement", conclut le Dr Rousseaux.

Merci au Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste et conseiller médical Elsan.

Vitamines