Infection urinaire du bébé : symptômes, température, cause, que faire ?

L'infection urinaire est une pathologie fréquente du bébé. Toute fièvre d'origine inconnue doit faire suspecter une infection urinaire chez le nourrisson. Le traitement repose sur les antibiotiques et la recherche d'une anomalie des voies urinaires. Le point avec Edwige Antier, pédiatre.

Infection urinaire du bébé : symptômes, température, cause, que faire ?
©  Tomsickova-adobe stock

La présence de bactéries dans les urines

"L'infection urinaire s'accompagne de la présence de bactéries dans les urines. Elle est nette quand il y a un seul type de bactéries, à une concentration supérieure ou égale à 100000 germes/ml," informe le Dr Edwige Antier, pédiatre. On parle de cystite lorsque les bactéries sont présentes dans les voies urinaires basses (vessie) et de pyélonéphrite lorsque l'infection remonte dans les voies urinaires hautes. "Chez le bébé cette infection monte vite dans les voies urinaires hautes" souligne le Dr Edwige Antier. Le diagnostic se fait souvent au stade de la pyélonéphrite.

Symptômes d'une infection urinaire chez le bébé

Les signes typiques d'une infection urinaire sont absents chez le bébé. "Une fièvre isolée doit faire penser à une infection urinaire chez le nourrisson" indique le Dr Edwige Antier. Entre 4 et 10% des nourrissons qui ont une fièvre sans explication ont une infection urinaire. L'infection urinaire peut également se manifester chez le bébé par des symptômes digestifs (vomissements, diarrhée...) qui sont les signes au premier plan. D'autres signes sont moins spécifiques : une mauvaise odeur des urines, une prise de poids insuffisante, une irritabilité, une apathie, une difficulté à téter et des troubles du sommeil. Les jeunes enfants qui parlent peuvent se plaindre que cela les pique lorsqu'ils urinent. "Si le bébé a de la fièvre accompagnée de frissons, d'un changement de couleur de la peau, si son état général est altéré, il s'agit d'une urgence médicale : à l'hôpital seront effectuées une prise de sang et une analyse d'urine pour voir s'il y a une pyélonéphrite, infection des voies urinaires hautes" prévient la pédiatre.

Infection urinaire et température : combien, pourquoi, que donner ?

Une infection urinaire se signale souvent par une forte fièvre (39° - 40°) isolée. Cependant, une cystite (infection urinaire des voies basses) peut ne pas entraîner de fièvre. La fièvre peut être diminuée avec l'administration de Paracétamol. Cependant, n'administrez pas de traitement à votre bébé présentant une fièvre isolée supérieure à 38 sans prendre un avis médical. Un traitement antibiotique doit être mis en place rapidement pour éviter les complications d'une pyélonéphrite.

Infection urinaire sans fièvre : c'est possible ?

"Une cystite sans fièvre est possible" informe le Dr Edwige Antier. Lorsque l'infection touche les reins en revanche la fièvre est très souvent élevée et accompagnée de frissons, voire d'une altération de l'état général.

Faire un examen d'urines : bandelettes... 

"Entre 1 et 3 ans, le recueil d'urines est compliqué, souligne le Dr Edwige Antier. L'utilisation d'une bandelette urinaire peut être une étape intéressante à cet âge-là. La présence de leucocytes et de nitrites doit faire réaliser une analyse d'urine (ECBU) " indique-
t-elle. Le recueil d'urines chez les bébés se fait avec une poche stérile, un prélèvement au jet, un cathétérisme urétral au laboratoire d'analyses médicales ou à l'hôpital. "Le recueil réel d'urines permet de réaliser un antibiogramme pour être sûr de donner le bon antibiotique" explique le Dr Antier.

Causes de l'infection urinaire

"Les infections urinaires du bébé sont souvent liées à une anomalie des voies urinaires ou à un reflux vésico-urétéral" informe le Dr Edwige Antier. Ce reflux vésico-urétéral est la pathologie rénale la plus fréquente chez l'enfant (80% des cas). Il correspond à la remontée de l'urine de la vessie vers le rein. Il est très fréquent surtout chez la fille, il équivaut à un obstacle sur les voies urinaires puisqu'il n'y a jamais de vidange complète de la vessie. Les anomalies urinaires plus fréquentes sont la sténose de la jonction pyélo-uretérale, une lithiase, une urètérocèle, un méga-uretère primitif. Ces malformations nécessitent le plus souvent un traitement chirurgical. "C'est pourquoi une échographie rénale et vésicale doit être réalisée en plus d'une analyse d'urines en cas d'infection urinaire chez un enfant jusqu'à 2-3 ans. Celle-ci permet de voir que les voies urinaires ne sont pas dilatées, ou s'il y a une anomalie de l'écoulement " explique le médecin. Les autres facteurs favorisants sont la prématurité, les cathéters urinaires à demeure, la constipation et la maladie d'Hirschsprung.

Fréquence chez le bébé, entre filles et garçons

Les infections urinaires touchent plus souvent les filles que les garçons : 1 à 2% des garçons, 3% des filles. Chez le nouveau-né en revanche les garçons en sont plus souvent atteints que les filles.

Traitement de l'infection urinaire

Un traitement antibiotique est prescrit, par voie buccale, ou par injection en cas de pyélonéphrite. Une analyse d'urine de contrôle doit être effectuée après le traitement afin de s'assurer qu'il n'y a plus de germe. La durée du traitement antibiotique dépend de la sensibilité du germe à l'antibiotique et de la gravité de l'infection.

Quels antibiotiques chez le bébé ?

Chez les bébés de 2 mois à 2 ans "il n'y a pas de traitement monodose chez le jeune enfant. On dispose d'antibiotiques, par injection puis buvables, en général efficaces. Les antibiotiques seront choisis de façon probabiliste dès le germe connu, puis ajustés à l'antibiogramme" informe le Dr Antier.

Prévenir l'infection urinaire

Si une anomalie anatomique a été relevée, on peut avoir besoin d'effectuer une correction chirurgicale de plus en plus souvent par voie endoscopique. Un traitement prophylactique par de petites doses d'antibiotiques peut alors être nécessaire sur plusieurs mois. "Il n'existe aucun autre moyen de prévention des infections urinaires chez le bébé, indique-t-elle. Cette infection ne s'attrape pas par voie basse, aussi le fait de ne pas changer les couches assez souvent n'a pas d'incidence" explique la pédiatre.

Source : "Maman de tous les enfants du monde" Mémoires d'Edwige Antier, pédiatre, Editions L'Archipel, février 2020.

Santé du bébé et de l'enfant