Lifting (visage, cervico-facial) : techniques, résultats

Le lifting est une opération de médecine esthétique qui permet de corriger l'affaissement de la peau du visage, généralement dû à la vieillesse. Techniques, indications, précautions, résultats et tarif... Eclairage du Dr Thierry Van Hemelryck, chirurgien plasticien, président de la Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens (SOFCEP).

Lifting (visage, cervico-facial) : techniques, résultats
© Iakov Filimonov - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un lifting ?

Le lifting est une opération de chirurgie esthétique qui vise à corriger le relâchement cutané du visage et/ou du cou et d'atténuer les rides liés au vieillissement. Il n'y a pas de modification de la morphologie du visage avec le lifting. La technique consiste à inciser, décoller puis à "redraper" la peau et les tissus afin de remettre les muscles en tension et de corriger le relâchement, sans figer les traits du visage.

Moins invasive, l'opération a évolué ces dernières années comme l'explique le Dr Van Hemelryck, chirurgien plasticien : "Depuis les années 80, le lifting a beaucoup évolué grâce aux techniques mais également avec les demandes de nos patientes qui souhaitent des choses plus naturelles, l'évolution de la société... Aujourd'hui on va faire des choses plus soft. Traiter le vieillissement ce n'est plus tirer la peau au maximum, c'est traiter également les volumes, les pertes de graisse liées à l'âge. On agit pour améliorer la qualité de la peau, la régénération tissulaire. Le lifting est devenu un remodelage qui permet " d'être soi en mieux ". Désormais, le lifting n'a plus pour but de ne plus vieillir en figeant les traits, mais plutôt de mieux vieillir.

Quelle que soit la zone traitée, le lifting est généralement associé à d'autres techniques médico-chirurgicales toujours dans l'optique d'entretenir une peau belle et jeune : "la prise en charge de la peau plus globale, plus holistique. En complément on peut traiter la peau avec de la graisse, ce que l'on appelle liposculpture, faire du Nanofat, du laser, de la dermabrasion, des peelings, des injections d'acide hyaluronique, de de toxine botulique, de PRP", énumère le spécialiste. 

Le lifting cervico-facial (bas du visage)

Le lifting cervico-facial traite la partie basse du visage. "Il corrige l'ovale, les bajoues, le cou. Il s'agit du lifting le plus demandé désormais. Il est par ailleurs fréquemment associé à une blépharoplastie, une chirurgie des paupières" explique le président de la Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens (SOFCEP). Le lifting cervico-facial permet également de corriger les sillons d'amertume et sillons naso-géniens. "Aujourd'hui, pour ce type d'intervention, les incisions sont réduites, assez courtes. Elles sont situées devant l'oreille. Parfois derrière en fonction du degré de relâchement cutané au niveau du cou. Mais la cicatrise ne se voit plus."

Le lifting frontal

Le lifting frontal, qui vise à effacer les rides du front horizontales et la ride du lion, serait en train de perdre du terrain. Il est en effet plus que rarement utilisé, supplanté par la médecine esthétique qui permet des résultats tout aussi probants avec des gestes moins invasifs et des suites bien plus légères. "A part sur des fronts extrêmement abîmés, on n'a plus besoin de faire de lifting frontal" explique le Dr Van Hemelryck qui confie ne plus avoir utilisé cette technique depuis une dizaine d'années. "Au niveau du front, on arrive à atténuer les rides sans faire de chirurgie lourde. La toxine botulique est extraordinaire pour corriger cette zone. Là encore, on peut également faire des injections de PRP, du Nanofat." Dans les cas où le chirurgien plasticien doit tout de même effectuer un lifting frontal, les incisions sont faites derrière la ligne frontale des cheveux, ou parfois à leur naissance.

Le lifting temporal

Le lifting temporal corrige les tempes et un affaissement de la paupière. Là encore, la demande va vers des choses plus soft : "ça se fait encore , mais on n'a plus de demandes de liftings profonds comme on a pu en avoir. Ça se fait soit de façon isolée pour remonter la queue du sourcil, soit dans le cadre d'un lifting cervico-facial. On fait alors une petite incision temporale et on vient remonter la queue du sourcil", explique notre interlocuteur. 

A qui s'adresse un lifting du visage ?

Comme l'explique le Dr Thierry Van Hemelryck, il n'y a pas vraiment d'âge clé pour réaliser un lifting. C'est l'hygiène de vie, la génétique, la qualité de la peau qui seront déterminant, plus que l'âge civile d'une personne : "Il n'y a pas de règle. Il est possible d'effectuer un lifting sur une personne de 45 ans si le relâchement est très important, si la peau a été très abîmée par le tabac, les expositions au soleil. Mais généralement, c'est plus volontiers autour de la soixantaine. L'avantage c'est que la médecine esthétique permet de faire de très belles choses, elle permet de retarder le passage à la chirurgie" assure le chirurgien plasticien.

Comment se déroule l'opération ?

Pour remettre en tension les tissus, chaque chirurgien possède une technique qui lui est propre. Toutefois, l'opération se déroule toujours en trois temps :

  • L'incision (il peut y en avoir plusieurs) est généralement cachée dans les cheveux ou sur le pourtour de l'oreille, dissimulée au maximum.
  • Le décollement des tissus permet de retirer la peau en excès. Aujourd'hui, on décolle le moins possible, uniquement dans la zone traitée pour avoir des suites plus simples et plus courtes ; car plus on va décoller de tissus, plus on a un risque d'hématomes. L'étendue du décollement est bien sûr fonction de chaque cas et de l'importance du relâchement cutané.
  • Les muscles vont être traités. Il existe différentes façons de remettre en tension les muscles pour corriger le relâchement. On plicature le muscle, c'est-à-dire qu'on va réaliser de petites sutures avec du fil cranté sous la peau ce qui permet de tracter le muscle et d'avoir une action complètement indépendante. On n'a plus besoin de tirer la peau car c'est le muscle qui effectue ainsi le travail.

L'opération se déroule généralement sous anesthésie générale car c'est une intervention assez longue plus de deux heures, bien que le chirurgien confie que l'hypnose associée à une anesthésie locale pour ce type d'intervention commence à faire son chemin : "L'hypnose se développe un peu partout à l'hôpital. L'avantage est qu'après une opération sous hypnose, les suites sont bien plus simples : on n'a moins de nausées, de vomissements, d'hématomes." À la fin de l'opération, un pansement est très souvent placé tout autour de la tête du patient.

Mieux vaut arrêter de fumer un mois avant l'intervention et un mois après. 

Quelles sont les suites opératoires ?

La sortie peut se faire le lendemain, une fois le pansement retiré. Aucun drainage n'est nécessaire sauf cas particulier. Après l'opération des œdèmes et ecchymoses temporaires peuvent apparaître au niveau des paupières supérieures et inférieures notamment. "Les hématomes sont possibles, note le professionnel. Des retards de cicatrisation aussi notamment chez les fumeuses. C'est pourquoi, il est préconisé d'arrêter de fumer un mois avant et un mois après l'opération. L'éviction sociale est d'environ une semaine. La patiente peut ressentir quelques petites zones d'insensibilité  notamment devant les oreilles et puis comme des fourmillements quand la sensibilité revient."

Le lifting ne présente pas de risque particulier

Risques et effets secondaires

A part les risques liés à l'anesthésie générale et inhérents à toute chirurgie, le lifting ne présente pas de risque particulier. Toutefois, pour les limiter au maximum, il convient de faire appel à un chirurgien plasticien qualifié et formé à ce type d'intervention. Le site du Conseil de l'Ordre des Médecins ou de la SOFCEP met à disposition des personnes intéressées un annuaire de praticiens qualifiés.

Quels résultats ?

Le Dr. Thierry Van Hemelryck, se veut rassurant : "les résultats sont définitivement acquis. Les années que la peau a gagné grâce au lifting sont définitivement acquises. Le visage va continuer à vieillir normalement, mais on peut considérer que ce genre de technique permet de  "rajeunir" de 10 ans environ. Un résultat renforcé s'il est associé à d'autres techniques."

Devis obligatoire ?

Comme pour tout acte de chirurgie esthétique, le devis de l'intervention mentionnant les actes pratiqués et le tarif est obligatoire.

Prix et remboursement

Le lifting est un acte de chirurgie esthétique qui n'est pas pris en charge par la Sécurité Sociale. La fourchette de tarif est assez large mais il faut compter un prix à partir de 5 000€. "Ce prix peut grimper si on associe au lifting un lifting des paupières, de la lipostructure, de la dermabrasion, du laser....".

Merci au Dr Thierry Van Hemelryck, chirurgien plasticien, président de la Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens (SOFCEP). 

Esthétique