Chirurgie esthétique : définition, prix, durée, ratée...

La chirurgie esthétique permet de remodeler les parties du corps qui ne conviennent pas ou mal acceptées par le patient. Interventions de la poitrine, du visage, du ventre, chirurgies ratées, prix, remboursement... On fait le point avec le Dr Cécile Winter, chirurgien de la face et du cou.

Chirurgie esthétique : définition, prix, durée, ratée...
© puhhha - 123RF

Définition : qu'appelle-t-on une chirurgie esthétique ?

"La chirurgie esthétique est une chirurgie du bien-être, résume d'emblée le Dr Cécile Winter, chirurgien de la face et du cou. Le bien-être peut être assimilé au "bien-vieillir" ou à une harmonisation de son apparence. Cette chirurgie peut aussi être associée à un acte de chirurgie fonctionnelle, comme par exemple une amélioration de l'apparence du nez et de la respiration, ou à un acte de chirurgie réparatrice comme une réparation esthétique d'un sein après une chirurgie carcinologique. Les actes de chirurgie esthétique sont très souvent couplés à des actes de médecine esthétique, que ce soit dans un objectif d'accompagnement du vieillissement ou de "beautification" (amélioration)".

Les actes de médecine esthétique les plus fréquents sont :

  • Les injections de toxine botulique ou d'acide hyaluronique, qui vont traiter de façon générale les rides et les volumes,
  • Les actes sur la qualité de peau, tels que les peelings, la mésothérapie ou les lasers.

Quelles sont les interventions les plus courantes ?

Selon une étude réalisée par le média YesStyle.com, la France est le 11ème pays au monde où l'on pratique le plus la chirurgie esthétique et les injections. Et s'agissant de certaines opérations, l'Hexagone figure même sur le podium : c'est le 2ème pour le lifting de l'ovale et du cou (rhytidectomie) et le 3ème état au monde à réaliser le plus d'élargissement des fesses (derrière le Brésil et la Grèce). "En France, la chirurgie esthétique la plus réalisée est l'augmentation mammaire, suivie par la chirurgie du visage, poursuit le médecin. Au niveau du visage, les actes les plus courants sont dans l'ordre : la chirurgie du regard, la chirurgie du nez puis le lifting de l'ovale et du cou". En France, chaque année, selon cette même étude, sont réalisées (pour 100 000 personnes) :

La France est le 8ème pays du monde où sont le plus pratiquées les injections de Botox

  • 80,43 augmentations mammaires
  • 56,47 blépharoplasties (chirurgie des paupières)
  • 31,01 rhinoplasties (chirurgie du nez)
  • 26,27 greffes de graisse au niveau du visage
  • 25,25 liftings du visage  
  • 14,97 chirurgies de l'oreille (otoplastie)
  • 14,49 étirements de la peau du cou (rhytidectomies)
  • 11,57 élargissements des fesses
  • 6,31 liftings du front

Quelles sont les techniques les plus courantes ? 

"Au niveau de la médecine esthétique, la progression des actes en France est par contre "en retard" par rapport aux autres pays développés", reconnait notre médecin. En effet, selon l'étude de YesStyle.com, la France est le 8ème pays du monde où sont le plus pratiquées les injections de botox (243 pour 100 000 habitants). C'est en Grèce (857), en Corée du Sud (540) et en Italie (523) qu'elles sont les plus populaires. En revanche, l'Hexagone arrive à la 5ème place des états les plus friands d'injections d'acide hyaluronique (287 pour 100 000 personnes), derrière la Grèce (647), l'Italie (504), la Corée du Sud (384) et la Belgique (327). "Cela est surement dû aux clichés de "surinjection" que les journaux people et certaines stars notamment de télé réalité transportent. Des visages tuméfiés et immobiles, cela fait peur aux patients… mais aussi aux médecins ! En effet, la médecine esthétique française est connue dans le monde entier pour sa "naturalité", c'est à dire la recherche du naturel que ce soit dans les techniques ou le choix des produit ".

Cette philosophie de la prise en charge en esthétique porte même un nom : "la French Touch". "Cela consiste à traiter le minimum, en respectant toujours un grand principe" pour une indication donnée, un traitement adapté. "Par exemple la toxine botulique est un décontractant musculaire localisé qui sera injecté sur les zones de contracture en respectant l'équilibre musculaire du visage. L'acide hyaluronique est un volumateur qui ne doit traiter que les déplétions, sans modifier la forme globale du visage. Si un relâchement important existe, il faut pouvoir passer la main à la chirurgie. De plus, il y a de nos jours une véritable compréhension du vieillissement du visage, entrainant une prise en charge plus jeune dans un objectif de prévention, less is more…".

Chez qui pratiquer une chirurgie esthétique ?

Mieux vaut éviter les forums de discussions

La chirurgie esthétique se pratique chez un chirurgien esthétique. Pour en trouver un, il suffit de s'adresser à l'Ordre des Médecins. Le bouche à oreille est également une bonne piste pour trouver un chirurgien esthétique. "Souvent les médecins développent une patientèle à leur image. Ainsi si une amie est satisfaite de la prise en charge de son médecin esthétique, vous le serez aussi probablement. Ses diplômes, son expérience clinique, sa carrière scientifique, sa notoriété sur la scène nationale ou internationale devant ses pairs sont aussi importants…  Mais ses patients restent sa meilleure vitrine". En revanche, mieux vaut éviter les forums de discussions. Le premier contact avec le médecin est important. "Même si une première consultation peut se faire en téléconsultation, et peut vous apporter des réponses sur l'approche esthétique de votre médecin, la palpation et la 3D sont essentielle à un bon examen clinique".

Comment se déroule une consultation ?

Le premier rendez-vous est essentiel. "Il permet de confronter les désirs du patient avec la réalité technique du chirurgien, répond le Dr Winter. Celui-ci peut répondre de manière négative à votre demande, c'est pour vous protéger. Il vaut mieux être déçu par un chirurgien qui refuse de réaliser un acte que d'être déçu par l'acte en lui-même. C'est aussi lors de ce premier contact que le patient parlera de ses antécédents médicaux car ils peuvent être un obstacle à la réalisation d'une injection ou d'une chirurgie". Ensuite, un délai de réflexion de 15 jours est prévu par la loi : "une chirurgie ne doit pas avoir lieu avant ce délai". Cette période de réflexion permet, si besoin, de demander un deuxième avis chez un autre praticien.

Combien de temps dure une chirurgie esthétique ?

  • Une chirurgie des paupières dure entre 40 minutes et 2h
  • Un lifting cervico facial dure entre 2h et 3h 
  • Une rhinoplastie dure entre 1h et 3h
  • Une chirurgie des oreilles décollées dure 1h
  • Une augmentation mammaire dure entre 1 et 2h

Quels sont les risques de complication ?

"La chirurgie consiste à faire du mal (inciser) pour faire du bien (réparer), observe le praticien. La balance bénéfice/ risque doit être évaluée avec votre chirurgien. Comme toute chirurgie, il peut y avoir un risque de saignement, d'hématome, d'infection, de troubles cicatriciels, d'anesthésie. Existent ensuite des risques inhérents à chaque chirurgie, fréquents et non graves, comme une récidive sur des oreilles décollées, ou rarissime et plus grave, comme un pneumothorax sur des prothèses mammaires". Pour vous informer vous disposez du site internet de la SOFCEP (Société française de chirurgie plastique) où des fiches relatives à chaque intervention sont disponibles, expliquant la technique, les attentes et les risques. Ces fiches sont généralement distribuées par les chirurgiens.

Chirurgie esthétique ratée : quel recours ?

Il se peut que la/le patient/e ne soit pas satisfait/e du résultat obtenu : problème de symétrie, cicatrices, peau trop tirée... Il existe un contrat de confiance entre les patients et leur chirurgien. "Le suivi post-opératoire est essentiel pour surveiller la cicatrisation, minimiser les troubles cicatriciels (massages, injections, laser…) et ainsi maintenir une bonne relation médecin/patient. Parfois une retouche peut être nécessaire. Dans le cadre d'une chirurgie de rajeunissement, les injections d'acide hyaluronique et de toxine botulique sont nécessaires pour maintenir le résultat chirurgical dans le temps. Cette information doit être comprise avant la réalisation de l'acte et évite ainsi bien des larmes. En effet, aucune chirurgie ni aucun chirurgien n'est capable d'arrêter le temps".

Quels sont les prix moyens d'une intervention ?

Les prix varient en fonction de l'opération. Comptez en moyenne :

  • Entre 300 et 1 800 euros pour la bouche 
  • Entre 2 000 et 5 000 euros pour une blépharoplastie (4 paupières) 
  • Entre 3 500 et 7 000 euros pour une rhinoplastie
  • Entre 4 000 et 9 000 euros pour un lifting visage (cervico-facial) 
  • Entre 3 500 et  5 000 euros pour un lifting du cou 
  • Environ 3 000 euros pour un lifting du front.

Quelle chirurgie est remboursée ?

Les actes réalisés dans le cadre d'une chirurgie esthétique ne sont pas remboursés par l'Assurance Maladie (CPAM, Ameli) car souvent considérés comme des actes de confort. En revanche, lorsqu'il s'agit d'une chirurgie dite réparatrice - qui va reconstruire l'apparence physique du patient après un accident (brûlure, chute…), un traumatisme, une maladie (cancer, paralysie…) ou une malformation (oreilles décollées, grain de beauté…) -, la Sécurité Sociale peut prendre en charge ces interventions après une demande d'entente préalable. "Les opérations les plus couramment remboursées sont :

  • La correction des oreilles décollées ou otoplastie 
  • Les malformations de naissance comme le bec de lièvre
  • Certaines rhinoplasties post-traumatiques si le patient souffre d'un problème respiratoire,
  • La chirurgie mammaire de réduction, lorsque la réduction est d'au moins 300 grammes par sein, soit une ou deux tailles de bonnet de soutien-gorge 
  • Une reconstruction mammaire suite à un cancer du sein…", conclut le Dr Winter.

Merci au Dr Cécile Winter, chirurgien de la face et du cou à la clinique Saint George à Nice.

Esthétique